Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

Les coups de cœur de Marianne Kmiecik de la librairie DELOCHE à MONTAUBAN, France


  • Le choix des libraires : Désaccords imparfaits (1 choix) - Jonathan Coe - Gallimard, Paris, France - 14/07/2012

Célèbre auteur britannique, Jonathan Coe est réputé pour les constructions complexes de ses romans. Les destins de nombreux personnages s'y entrecroisent toujours, à différentes époques, en surprenant infailliblement le lecteur.
Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit dans Désaccords imparfaits. Ce recueil reprend l'ensemble des nouvelles que Jonathan Coe a écrites au cours des quinze dernières années... soit quatre petits textes seulement ! Mais même si le genre diffère, l'essentiel reste : la plume. Et nous voici embarqués, menés de force là où l'auteur le souhaite, le souffle court et l'oeil hagard.
Jonathan Coe fait resurgir les fantômes du passé : lors d'une visite sur la tombe de grands-parents pour Gill et son frère, ou au cours d'un festival de films d'horreur pour William. Si quelque uns de ces personnages regardent avec une certaine mélancolie leurs années passées, d'autres, au contraire, ont des regrets... Personne n'échappe aux infinis questionnements des possibles : et si..., si, à ce moment-là, à cet instant précis, j'avais osé prononcer une autre phrase, si j'avais choisi cette voie plutôt que celle que j'ai finalement suivie, ma vie n'aurait-elle pas été complètement chamboulée ?
Jonathan Coe excelle dans l'art de chercher ce qui semble perdu, que ce soit notre propre passé ou un objet oublié. Mais les choses ne doivent-elles pas parfois rester perdues pour conserver leur mystère ?


  • Le choix des libraires : Au pays des mensonges (2 choix) - Etgar Keret - Actes Sud, Arles, France - 14/07/2012

Dans son nouveau recueil, Au pays des mensonges, Etgar Keret nous transporte de monde en monde, au coeur d'univers surprenants, à la limite de l'extraordinaire. Des lieux et des personnages plus étranges et incongrus les uns que les autres mais qui nous semblent pourtant bien réels, presque palpables. C'est là que réside la force des nouvelles de l'écrivain israélien : dans sa capacité à nous faire croire que l'on peut rencontrer, au coin de la rue, un poisson d'or qui réalisera trois de nos souhaits, un quartier sur lequel le soleil brille toute l'année, un jeune homme qui possède deux enveloppes corporelles et deux personnalités bien distinctes, ou encore que l'on peut retrouver tous les personnages de nos mensonges dans un univers parallèle où ils subissent les mille et un tourments que nous leur inventons !
Par sa force de narration et de persuasion, l'écrivain embarque le lecteur dans sa propre imagination. Trente-neuf textes, de longueurs diverses, qui abordent des thèmes graves ou lumineux comme la violence, l'amour, la solitude ou la prise de conscience...

Écrivain, scénariste, auteur de bandes dessinées, cinéaste, Etgar Keret est né à Tel Aviv en 1967, ses nouvelles sont publiées chez Actes Sud et sont traduites dans plus de trente-quatre pays... À retrouver en Babel : La Colo de Kneller (2001), Crise d'asthme (2002), et Un homme sans tête et autres nouvelles (2005).


  • Le choix des libraires : Boire la tasse (1 choix) - Christophe Langlois - Arbre vengeur, Talence, France - 14/07/2012

Ce n'est ni tout à fait le présent, ni vraiment le futur... Peut-être un avenir potentiel, un risque que l'on court, une éventualité, une perspective effrayante pour l'humanité. Les personnages et les événements contés dans les quinze textes de Christophe Langlois plongent le lecteur dans un lac profond et mystérieux. L'auteur, né en 1973 et bibliothécaire à la BNF, a réussi à créer une atmosphère étrange dans chacune des nouvelles qui constituent Boire la tasse, son premier recueil, publié par l'Arbre Vengeur.
La situation de départ semble pourtant bien anodine : un repas entre amis, une jeune femme qui se laisse tenter par la dernière mode, un photographe qui photographie, ou un prêtre qui réfléchit à l'avenir de sa religion. Mais, lorsque l'étrange s'insinue entre les lignes, goutte à goutte, les histoires deviennent vite terriblement extraordinaires...
Parfois douce, parfois acide ou amère, la langue de Christophe Langlois allie humour (noir) et ironie, imagination et réalisme. L'art de la nouvelle est ici magnifiquement représenté ; les chutes, parfaitement maîtrisées, laissent le lecteur stupéfait, comme après une grosse vague !

Thé ou café ? Qu'importe ! Les textes de Christophe Langlois se dégustent avec tout. Ils se boivent lentement, tranquillement, ou à grandes gorgées, ils ont chacun un goût unique. Ils vous réchauffent ou vous rafraîchissent et pourraient même, parfois, vous brûler ou vous glacer...


Sous cet étrange format, entre livre et magazine, cachées derrière cette énigmatique couverture, les pages de Feuilleton recèlent bien des trésors...
Un texte de George Orwell, démontrant à qui veut bien l'entendre que lire coûte moins cher que fumer ; une nouvelle de Jonathan Franzen, décortiquant les relations d'un couple sur le point de rompre ; une enquête de Daniel Mendelsohn, essayiste, traducteur et critique américain, nous entraînant au coeur de l'histoire de la majestueuse bibliothèque du Vatican ; ou encore un reportage littéraire de David Samuels, spécialiste du genre, nous embarquant avec lui dans les Balkans, sur les traces des célèbres «Pink Panthers», cambrioleurs insaisissables, à la tête d'un butin colossal... On retrouvera aussi Salinger dans un extrait d'une biographie écrite par Kenneth Slawenski, et encore inédite en France, à l'époque où il était sergent dans l'armée américaine, écrivant sans cesse pour surmonter cette «foutue guerre» et créant son fameux personnage : Holden Caufield. Et, pour bien digérer tout cela, la rubrique «Gueuleton» propose quelques plats automnaux qui pourront accompagner la lecture : cèpes, côtes de boeuf, tarte tatin...

Pari fou, mais pari réussi, que de réunir dans ce bel objet autant d'auteurs et autant de thèmes qui éclairent le monde dans lequel nous vivons, portant notre regard sur ses aspérités et ses contradictions. Plus de 250 pages de nouvelles inédites, de grands reportages passionnants, d'articles de fond et de bibliographies thématiques, magnifiquement traduits, illustrés et mis en forme par une équipe ambitieuse (Adrien Bosc, directeur de la publication, Gérard Berréby, rédacteur en chef, également directeur de la maison d'édition Allia, mais aussi Pierre Bergé, cofondateur de Courrier International), voilà la recette de cette nouvelle revue trimestrielle qui ravira indéniablement tous ses lecteurs !


  • Le choix des libraires : Cher Gabriel (1 choix) - Halfdan W. Freihow - Gaïa, Monfort-en-Chalosse, France - 04/04/2012

L'autisme est un trouble envahissant du comportement qui influe sur tous les événements et toutes les relations de la vie quotidienne. Cette maladie, sans doute liée à un mauvais développement du système nerveux, touche des fonctions centrales, comme la capacité à communiquer et à comprendre l'interaction sociale.
Ce texte émouvant, parfois drôle et espiègle, parfois profondément triste, toujours sincère, est une lettre qu'un père adresse à son fils Gabriel, autiste. Il lui raconte sans détour les difficultés rencontrées face à ses «problèmes», face à une maladie que l'on commence à peine à comprendre et dont on ignore encore tellement. Il témoigne, honnêtement, des joies et des peines. Il dit tout l'amour qui unit la famille, mais il avoue aussi que parfois, cette vie-là devient insupportable...
Mais Cher Gabriel n'est pas seulement une lettre, c'est le récit d'un écrivain, et quel écrivain ! Alors que ce n'est que son premier texte, Halfdan W. Freihow, traducteur, critique littéraire et éditeur norvégien, semble avoir compris l'essentiel. Il n'hésite pas à explorer les profondeurs de sa vie familiale, les tréfonds de ses propres sentiments et pensées, pour nous livrer un témoignage magnifique, authentique, qui parvient en quelques mots à illuminer nos larmes de rires, qui nous entraîne sur ces îles norvégiennes balayées par le vent, à la recherche du trésor des pirates, et qui, surtout, nous redonne un peu de confiance dans la nature humaine !


Il y a de l'humour dans les textes de Pierre Gagnon, beaucoup d'humour. Il y a aussi de la tendresse, de la compassion, cette franche camaraderie qui nous saisit parfois. Il y a des vélos, des guitares, des accidents. Il y a la jeunesse, ses hauts et ses bas, et la vieillesse bien sûr, inéluctable. Il y a beaucoup de nous dans ces histoires ; nous sommes, que nous le voulions ou non, les personnages que l'écrivain met en scène, dans des situations plus ou moins tragiques, parfois drôles, parfois touchantes, mais toujours vraies.

Par ses histoires singulières, Pierre Gagnon touche à l'universalité, il prend l'exacte mesure des choses et parvient à nous montrer ce que nous refusons souvent de voir. Il excelle dans l'art de tourner en dérision les travers de notre société, nos propres travers : notre égoïsme, notre violence, nos vices... Et pourtant, à la lecture de ces courtes histoires, nous choisirons assurément le bon côté de la force ! Sans doute grâce à l'humour que l'auteur parvient à déployer, même dans les situations les plus critiques : des comparaisons désopilantes, des jeux de mots saugrenus et cette touche d'espièglerie qui donne tout son caractère à l'écriture.

Réjouissant !


«Ne sommes-nous pas tous soucieux de notre réputation, accrochés à nos avantages acquis, affligés de tares minimes ou fâcheuses ?»
Soucieux de leur image et de l'opinion d'autrui, les personnages du nouveau roman d'Alexander McCall Smith le sont assurément. Mais lesquelles de ces bonnes gens ont réellement quelque chose à cacher ? La philosophe Isabel Dalhousie se voit confier une mission délicate : une lettre anonyme, envoyée à la direction d'un pensionnat réputé, révèle que l'un des trois candidats au poste de directeur aurait un passé trouble... Oui, mais lequel ? L'alpiniste à l'étrange sentiment de culpabilité ? Le jeune homme peut-être un peu trop ambitieux ? Ou encore le charmant petit ami de Cat, la nièce d'Isabel ? Et qui a bien pu écrire cette mystérieuse lettre à l'encre verte ?
En enquêtant discrètement sur ces trois postulants, la directrice de la Revue d'Éthique Appliquée prend conscience de la difficulté de construire un jugement objectif sur une personne à partir d'histoires tronquées. Elle apprend, parfois à ses dépens, que notre esprit élabore les plus terribles scénarios à une vitesse fulgurante...
Forcée de mener de front ses activités de directrice, de philosophe, de mère et de femme, Isabel se trouve rapidement confrontée à de multiples conflits d'intérêts. «Essayer de concilier des positions contradictoires, c'est aussi difficile que de mélanger de l'huile d'olive et du vinaigre balsamique». Mais cette situation inextricable est également un formidable terrain de recherche, regorgeant de pistes de réflexion pour l'esprit affuté et inventif de Mlle Dalhousie !

Cette enquête sur les «charmants travers de nos semblables» permet à Alexander McCall Smith de mettre à l'épreuve son personnage fétiche et de se questionner sur les actes et les motivations de la respectable population d'Édimbourg et, plus largement, sur les perversions de l'âme humaine... Jusqu'où les gens sont-ils prêts à aller pour obtenir ce qu'ils désirent ?


  • Le choix des libraires : Des salopes et des anges (1 choix) - Tonino Benacquista - Dargaud, Paris, France - 09/11/2011

Des Salopes et des Anges est dédié à Simone Veil et à toutes les signataires du manifeste des 343 salopes de 1971. Le ton est donné ! C'est une histoire vieille comme le monde que celle du droit de la femme à disposer d'elle-même, notamment sur la question de la maternité.
«Je sais pas qui a dit «jouissez sans entrave», mais ça devait être un mec. Les entraves c'est toujours pour nous...». Sur un ton parfois décalé, drôle souvent, mais surtout toujours sincère, Tonino Benacquista et Florence Cestac relatent la véritable expédition de ces femmes qui, en 1973, montent dans un bus, direction Londres, pour se faire avorter, parce que là-bas, c'est autorisé. Odile, Anne-Sophie, Maïté... toutes ont des histoires différentes mais toutes ont des raisons d'être là : celle-ci qui a été abandonnée par son compagnon, celle-là qui ne peut subvenir aux besoins de sa famille, ou cette autre encore qui porte en son ventre le résultat d'un viol... Pendant les quelques heures que dure le trajet, les pensées, elles, sont toutes semblables ; la peur, le doute, la culpabilité, la solitude, les remords, les regrets, la honte...
Le scénariste et la dessinatrice reviennent dans cet album de bande dessinée sur le long combat qu'ont mené les femmes pour obtenir le droit à l'avortement. L'avocate Gisèle Halimi, l'écrivaine Simone de Beauvoir, la femme politique Simone Veil, et tant d'autres anonymes finiront par obtenir gain de cause en 1974, lorsqu'enfin est légalisé le recours à l'interruption volontaire de grossesse.
Un livre à mettre entre toutes les mains !


L'an prochain à Tbilissi sonne comme une promesse... ou comme une malédiction, peut-être, pour les personnages de Sana Krasikov. Comment ne pas se perdre lorsque tant de lieux, tant de personnes, tant d'événements, tant d'obligations dissemblables, souvent même contradictoires, se mêlent dans un seul esprit, un seul corps ?

Cette dame de compagnie d'une vieille femme sur le déclin, qui assiste impuissante aux passages de plus en plus fréquents des rapaces, n'est-elle pas elle-même la proie facile et privilégiée de ce fils profiteur ?
Cette jeune fille qui aspire tellement à l'indépendance et à la liberté dans ce nouveau pays, ne se laisse-t-elle pas berner, encore et toujours, par cet homme violent, parce qu'il est parfois si difficile et si effrayant d'être seule ?
Et celle-ci encore qui, aveuglée par cet étrange sentiment que l'on appelle parfois amour, se voit entraînée au coeur de dangereuses manigances, ne choisit-elle pas de fuir, sous prétexte de renouer avec un passé, des origines qu'elle ne comprend pas, des amis qu'elle ne comprend plus ?

Les nouvelles de Sana Krasikov mettent en exergue, avec une grande délicatesse, les aspirations et déconvenues de ces expatriés d'Europe de l'Est qui ne trouvent plus leur place, ni dans un pays ni dans l'autre, perdus entre deux cultures, deux identités. La puissance narrative de cette jeune auteure américaine d'origine ukrainienne éclaire les existences de ces femmes, plus ou moins tristes, plus ou moins blessées, qui se battent pour plus de libertés, pour un peu de reconnaissance et, tout simplement, pour une vie meilleure...


  • Le choix des libraires : Les villes de la plaine (6 choix) - Diane Meur - Sabine Wespieser éditeur, Paris, France - 14/10/2011

Le lieu : Une cité antique. Les personnages : Le scribe Asral, le montagnard Ordjéneb, la courageuse Djili. L'action : La rencontre du sage, du brave naïf et de la belle, les chamboulements qui en résultent...

Asral le scribe est chargé par les juges de la majestueuse ville de Sir, de fournir une nouvelle copie des lois qui régissent l'ensemble de la société. Mais, lorsque Ordjéneb, fraîchement descendu de sa montagne, devient son garde du corps et se met à l'assaillir de questions «en apparence bien naïves» le doute s'insinue dans l'esprit du sage : les mots qu'il copie sont-ils les bons ? Le sens que l'on a donné aux textes fondateurs est-il correct ? La langue doit-elle rester la même ou est-il nécessaire qu'elle évolue avec son temps ?
«Nous pensions être fidèles à Anouher en conservant ses mots, mais c'est lui être plus fidèle que de changer ses mots pour garder sa pensée». Les hésitations du lettré gagneront peu à peu la cité toute entière ; les conséquences pourraient s'avérer terribles, non seulement pour les institutions, mais aussi et surtout pour le peuple.

Diane Meur, dans ce quatrième roman, publié chez Sabine Wespieser Éditeur, nous propose un récit haletant, un drame, une satire, mais aussi une histoire d'amour et un essai ! Elle force le lecteur, grâce à ses personnages complexes et à l'influence qu'ils exercent les uns sur les autres, à s'interroger, à réfléchir aux lois qui ont cours dans nos sociétés, en politique, mais également en religion. Elle évoque en finesse les questions de traduction et d'interprétation des textes, ainsi que les codes qui dictent et encadrent nos comportements... La romancière nous entraîne habilement dans un univers sur le point de basculer, auprès de personnages rebelles qui s'émancipent peu à peu du joug des traditions pour décider eux-mêmes de leur destin... Elle nous propulse - pour notre plus grand plaisir - dans une cité à l'aube de sa Révolution !


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia