Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

Les coups de cœur de Sarah Clément de la librairie INTERLIGNES à LIMOURS, France


  • Le choix des libraires : Le dernier Lapon (2 choix) - Olivier Truc - Métailié, Paris, France - 26/10/2012

Ce 10 janvier, à Kautokeino, en Laponie centrale, plusieurs événements se préparent : le soleil va enfin renaître et rendre aux hommes leurs ombres ; puis, au Centre culturel sami, sera présenté en grandes pompes, un tambour de chaman, une pièce rare, première du genre à revenir sur les terres de ses ancêtres. Mais, le vol du tambour dans la nuit, puis le meurtre d'un éleveur de rennes va bouleverser la petite communauté. Persuadés que les deux affaires sont liées, le Lapon Klemet Nango, enquêteur désabusé de la police des rennes, et son équipière, la jeune Nina Nansen, dont c'est la première affectation, mènent l'enquête. Des fondamentalistes protestants aux indépendantistes sami, en passant par les éleveurs de rennes, toujours prompts à se quereller pour le territoire alloué à leurs troupeaux, ils devront remuer de vieilles rancoeurs, dont certaines remontent à la guerre et à l'expédition de Paul-Émile Victor en 1939, déchiffrer l'iconographie mystérieuse des tambours sami et les paroles sibyllines des joïks, les chants traditionnels.
Écrit par un Français visiblement maître de son sujet, ce premier roman aux allures de «polar scandinave» déroule, dans un paysage fascinant, une galerie de personnages passionnants et hauts en couleurs, comme Aslak le berger, à la beauté magnétique, héritier et gardien de traditions ancestrales.


  • Le choix des libraires : Les quatre livres (1 choix) - Lianke Yan - Philippe Picquier, Arles, France - 24/09/2012

Le premier des Quatre Livres, intitulé «L'Enfant du ciel», se présente comme une réécriture de la Genèse et nous projette dans la zone 99 de novéducation, au moment de l'arrivée de l'Enfant mandé par les autorités pour la diriger. Intellectuels, enseignants, musiciens, hommes de science, artistes ou érudits : tous devront peiner à la tâche et se novéduquer. Ils tripleront le rendement de la culture de céréales et participeront à l'effort collectif de production de l ?acier, en construisant des hauts-fourneaux, provoquant déforestation, sécheresse, famine et cannibalisme. Le blé sera irrigué de sang... «Et il en fut ainsi.»

Le deuxième livre, intitulé «Le Vieux Lit», est le récit clandestin de la vie dans la zone 99 que l'Écrivain, doté d'une plume, de papier et d'encre, décide d'écrire en parallèle du texte officiel que les autorités lui ont commandé, afin de dénoncer les faits et gestes de ses camarades. Intitulé «Des criminels», ce texte constitue le troisième livre.

Enfin, du quatrième livre, un essai philosophique inachevé et inédit, intitulé «le Nouveau Mythe de Sisyphe», auquel l'Érudit travailla toute sa vie, nous ne lirons que l'introduction...

Le titre est une référence directe aux quatre Évangiles et aux Quatre Livres, un corpus de textes regroupés au XIIe siècle pour former, avec les Cinq Classiques, le canon du Confucianisme.

À partir de ces livres entrelacés, donnés sous forme d'extraits, dans des typographies différentes, en une construction à la fois complexe et lumineuse, YAN Lianke déroule une fresque sidérante, décrivant implacablement l'horreur du «Grand Bond en avant», qui, de 1958 à 1960, provoqua la mort de 36 millions de Chinois.


«Sur le bateau nous étions presque toutes vierges. Nous avions de longs cheveux noirs, de larges pieds plats et nous n'étions pas très grandes. Certaines d'entre nous n'avaient mangé toute leur vie durant que du gruau de riz et leurs jambes étaient arquées, certaines n'avaient que quatorze ans et c'étaient encore des petites filles.» Le ton est donné : aucune voix particulière, aucun personnage de «roman», au sens classique du terme, aucune figure à laquelle s'identifier, mais un choeur de femmes sidérant. Qu'elles viennent de Tokyo, de Nara ou du fin fond de la campagne japonaise, ces femmes parties se marier aux États-Unis, au début du XXe siècle, à des hommes dont elles n'ont reçu qu'une photographie et quelques lettres ? qui, pour la plupart, se révéleront fausses ?, connaîtront l'éprouvante traversée, le traumatisme de la nuit de noces, la désillusion, le racisme, le labeur, la vie aussi qui surgit malgré tout, comme une herbe d'entre les pierres, puis le choc de Pearl Harbor, la guerre, la suspicion, les rumeurs, les arrestations, les disparitions, les déportations...
Par ce «nous» de majesté, Julie Otsuka nous restitue magistralement la geste méconnue de celles qui «sont comme n'ayant jamais été, Et de même leurs enfants après eux».


  • Le choix des libraires : Du domaine des murmures (4 choix) - Carole Martinez - Gallimard, Paris, France - 30/09/2011

En 1187, le jour de ses noces, une belle jeune fille de quinze ans, Esclarmonde, refuse son promis, devant l'assistance médusée. Sachant qu'un tel affront ne lui sera pas pardonné, elle demande à être emmurée vive dans une cellule attenante à une chapelle dédiée à sainte Agnès, que l'on construira avec l'argent de sa dot. Contrairement à ce qu'elle avait imaginé, une vie solitaire vouée à l'adoration du Christ, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle munie de barreaux, la recluse devient le pivot du domaine des Murmures et de ses habitants, une confidente, une conseillère, une presque sainte...
Après le succès de son premier livre (Le Coeur cousu, paru en Folio), Carole Martinez passe brillamment l'épreuve du deuxième roman, moins «baroque», plus concis, mais tout aussi passionnant.
Basé notamment sur les légendes franc-comtoises de la Vouivre et du cheval Gauvin, ce conte aux personnages complexes, faits de chair et de rêves, façonnés par le temps et ses vicissitudes, aborde des thèmes intemporels : la foi, le doute, le dénuement, le renoncement, mais aussi le sort des femmes, le désir, l'amour maternel ou la folie.


  • Le choix des libraires : Rouler (3 choix) - Christian Oster - Ed. de l'Olivier, Paris, France - 23/09/2011

«J'ai pris le volant un jour d'été, à treize heures trente.» Ainsi commence l'errance volontaire d'un homme, qui quitte Paris et roule vers le sud, en direction non d'une ville, mais d'un mot : Marseille. Autant vous prévenir, il ne se passera rien. Tout juste apprendrons-nous au détour d'une page le prénom du narrateur et les raisons de sa fuite. Nous voilà donc embarqués avec lui - disons qu'il nous tolère, l'homme est un peu misanthrope ! -, à suivre les méandres de sa géographie approximative, la vacuité de ses pensées, la dérive de ses sentiments, le hasard de ses rencontres... jusqu'à ce que, «dans une sorte de brume mentale», se profile une raison d'être au monde.
Tout, dans cet étrange voyage, n'est qu'indécision, imprécisions, contradictions. Là réside le talent de l'auteur : immerger ses personnages, et partant le lecteur, dans le flou avec une précision d'entomologiste. On retrouve avec bonheur l'acuité du regard, l'obsession du détail, l'incongruité et la drôlerie qui caractérisent le style inimitable de Christian Oster (auteur, entre autres, de Mon grand appartement et Une femme de ménage, tous deux parus en format poche chez Minuit).


  • Le choix des libraires : La belle amour humaine (4 choix) - Lyonel Trouillot - Actes Sud, Arles, France | Leméac, Montréal, Canada - 20/08/2011

Au cours du trajet qui la mène de la grande ville vers un petit village côtier d'Haïti, Anaïse, une jeune femme occidentale qui cherche à résoudre l'énigme fondatrice de son roman familial, écoute le long monologue entrepris par Thomas, son guide, pour éviter de répondre directement à ses interrogations et «laisser les choses à leur mystère». Durant ces «sept heures de route entre le bruit et le silence», d'anecdote en digression, se dessine peu à peu une galerie de portraits sensibles et hauts en couleurs des habitants d'Anse-à-Fôleur.
De sa belle langue, riche d'images et de poésie, Lyonel Trouillot nous offre un voyage inoubliable, à l'instar de cette question, la seule question qui compte et qui résonnera longtemps après avoir fermé le livre : «Ai-je fait un bel usage de ma présence au monde ?»


  • Le choix des libraires : Ce que j'appelle oubli (4 choix) - Laurent Mauvignier - Minuit, Paris, France - 10/06/2011

«Quand il est entré dans le supermarché, il s'est dirigé vers les bières. Il a ouvert une canette et l'a bue. A quoi a-t-il pensé en étanchant sa soif, à qui, je ne le sais pas. Ce dont je suis certain, en revanche, c'est qu'entre le moment de son arrivée et celui où les vigiles l'ont arrêté, personne n'aurait imaginé qu'il n'en sortirait pas.»

Des premiers aux derniers mots («et ce que le procureur a dit, c'est qu'un homme ne doit pas mourir pour si peu [...] pas maintenant, pas comme ça, pas maintenant»), la boucle de ce récit formé d'une seule phrase de 60 pages vous laisse le souffle court et la gorge serrée.

Texte implacable sur la violence ordinaire, le hasard et la mort, inspiré d'un fait divers survenu à Lyon en 2009, Ce que j'appelle oubli n'est pas prêt d'y tomber...

Signalons également la sortie en poche (collection «Double», Minuit, 8,50 €) du précédent roman de Laurent Mauvignier, Des hommes, un texte magistral sur la guerre d'Algérie, la génération perdue de ceux qui l'ont vécue et les raisons de leur silence. Prix des Libraires 2010.


Pierre, 10 ans, a un ami. Cet ami s'appelle James. James est un lapin. Oui, mais voilà, James n'est pas un lapin ordinaire. James est un lapin qui parle. Heureusement, James est un lapin qui ne parle qu'avec Pierre. Oui, mais voilà, tout bascule le jour où James, qui a des choses importantes à révéler, décide de parler aux adultes...

Un joli conte initiatique qui donne à réfléchir sur l'identité, le passage à l'âge adulte et la part d'imaginaire, de poésie et de fantaisie que nous laissons derrière nous en grandissant.


  • Le choix des libraires : Chienne de vie (1 choix) - Helle Helle - Serpent à Plumes, Monaco, France - 17/05/2011

Un matin d'hiver, Bente (mais est-ce bien son prénom ?), écrivain en panne d'écriture depuis plusieurs années, quitte brutalement son mari, monte dans un bus et atterrit au bout du Danemark, au bord de la mer. Elle est immédiatement adoptée par Johnny et Cocotte, un couple uni qui ne pose pas de questions...

Une tranche de vie particulière, décrite avec finesse et non sans drôlerie, dans un style intimiste, où les petits gestes quotidiens, comme improviser un couchage dans le canapé du salon, partager un «vrai bon café» ou se lancer dans une partie d'Uno au milieu de la nuit, étendent un baume sur les blessures, plus sûrement que les mots.


  • Le choix des libraires : Cloués au port (2 choix) - Jacques Josse - Quidam éditeur, Meudon, France - 21/02/2011

Jacques Josse semble avoir construit son récit sur cette phrase de Patrick Kermann, placée en exergue du livre : «Ce n'est pas parce qu'on est mort qu'on n'a plus rien à dire.» Le Capitaine, figure du bar Chez Pedro, situé dans un petit bort breton, parle aux morts et raconte les morts. Pendant qu'il déblatère et convoque Stevenson, Albert Londres ou Melville, les vieux du village tombent comme des mouches, victimes de la canicule. Un court roman avec lequel, à l'instar de Jimmy, ex-grutier chômeur et alcoolique, nous resterons cloués au port.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia