Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

"Les mots qu'on ne me dit pas"

est soutenu par la presse et les libraires...

Un monde flamboyant

est soutenu par les libraires et par la presse...

Ito Ogawa

enchante par la poésie le monde réel...

Laurent Mauvignier

épate la presse, et les libraires...

Frédérique Hébrard

a grandi sur les genoux de Malraux, Guilloux, Saint Exupéry, Prévost...

Valérie Zenatti le sait

les mots peuvent (re)donner la vie et l'exalter, y compris dans la tragédie...

Jean-Marie Chevrier

travaille dans son bureau, où il dispose d'un lit, sans horaire, en quête du moment favorable à l'écriture, qui vient quand il veut...

Karin Müller

s'est mise dans la peau et les pinceaux de Nicolas de Staël, Edward Hopper, Henri Matisse, et tout récemment de Vincent Van Gogh...

Michaël Lonsdale le sait :

Il n'est jamais trop tard pour le plus grand amour...

Véronique Poulain

est la fille unique de parents sourds-muets...

Pour la pakistanaise Fatima Bhutto,

écrire est une autre manière de servir son pays...

Arièle Butaux

aime les sonates posthumes, vertigineuses, métaphysiques de Schubert...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

David Foenkinos

le sait : l'amour sauve...

Geneviève Brisac

baigne dans le fleuve immense des livres...

Anna Rozen

écrit tout le temps...

Valérie Zenatti :

Les mots peuvent redonner la vie...

Olivier Bellamy

partage l'amour des pianistes solitaires et courageux...

Eric Nonn

est un gosse de la rue affranchi par la lecture, livré au hasard...

Julie Sibony

traduit de la "non-fiction" (celle d'Anatole Broyard)...

Nadia Galy

propose un Western au féminin...

Daniel Lacotte

est un écriveur...

Emmanuel Carrère

est un des chocs de la rentrée...

Éric Vuillard

plaît aux libraires, et à la presse...

Eric Maravélias :

"Les livres me délivrent"

Dominique Fabre

aimerait partager le goût du temps qui passe avec nous...

Frédérique Martin

est une infatigable voyageuse immobile...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

James Salter

emballe la presse et les libraires...

Serge Joncour aime les libraires

et les libraires aiment Serge Joncour, et La Grande Librairie...

Jean-Louis Fournier

a voulu acheter une brosse à dents...

Jean d'Ormesson

a inventé le book blues...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : LE CARNET A SPIRALES


Ses coordonnées

Adresse:
32, rue Chanteloup
42190 CHARLIEU
France

Téléphone : 04.77.60.08.55

Site Internet : https://fr-fr.facebook.com/librairielecarnetaspirales



Les coups de cœur de ses libraires

  • Jean-Baptiste Hamelin : Je suis Pilgrim - Terry Hayes - Lattès, Paris, France - 24/05/2014

Terrifiant comme un pire cauchemar, ce premier thriller de Terry Hayes, est fortement addictif. Une guerre menée contre la folie extrémiste d'un homme développant le pire crime contre l'humanité que l'on puisse imaginer.
Pilgrim n'existe pas vraiment, puisque cet homme a de multiples identités : dirigeant du service de surveillance le plus secret des États-Unis, ce Pilgrim pris sa retraite et essaya de se glisser dans le plus pur anonymat. Peine perdue car il se trouve rattrapé par une sordide affaire : un crime dans un hôtel de Manhattan, crime mettant en pratique les techniques de dissimulation de preuves les plus pointues. Ce meurtre est le point de départ d'une enquête haletante se jouant des continents et des humains. A des milliers de kilomètres de Manhattan, un homme, ancien moudjahidine, s'attelle à reproduire le virus de la variole majeure dont l'ADN sera modifié afin de rendre le vaccin inefficace. Cet homme, le Sarrazin, veut ainsi commettre un crime d'une envergure sans précédent en introduisant l'épidémie aux États-Unis avec l'impossibilité, pour les instances sanitaires, de la contrôler. Au fil des pages, le lecteur découvre, par bribes, la vie croisée du Sarrazin, de Pilgrim et d'un héros du 11 septembre. Ces apartés donnent une ampleur permanente au récit et offre ainsi une consistance réelle et pertinente aux différents protagonistes. Également, l'intérêt de cette enquête aux ramifications multiples réside dans la réflexion géopolitique de l'auteur et sur son questionnement sur ce monde qui vit désormais de manière dématérialisée un paradoxe essentiel : un monde de plus en plus surveillé technologiquement et humainement mais qui permet aussi aux terroristes de développer anonymement des techniques destructrices nouvelles en s'aidant de la médecine, de l'informatique... Enfin, Hayes tente de démontrer l'implacable fuite en avant de ces civilisations qui ne peuvent se comprendre, entre aide humanitaire détournée à des fins terroristes, ingérence politique et militaire et pauvreté extrême, terreau de la pensée religieuse extrême. Une réussite qui donnera forcément des envies cinéphiles.


  • Jean-Baptiste Hamelin : La saison de l'ombre - Léonora Miano - Grasset, Paris, France - 25/03/2014

Les Mulongo, communauté africaine, vivent en paix, commercent avec une tribu voisine et ne connaissent du monde que les limites de leur territoire. Un jour pourtant tout bascule. C'est cela que Léonora Miano saisit : cet instant, lorsque l'homme, et encore plus celui de traditions, de croyances, ne peut plus se référer aux anciens car glisse immanquablement vers l'inconnu. C'est l'ordre d'un monde nouveau qui se met en marche et dont les Mulongo, comme tant d'autres seront les premières innocentes et malléables victimes. Bien entendu le lecteur sait ce qu'il advient de ces hommes, connait la Traite négrière mais ici Miano nous transpose dans la vie de cette communauté Subsaharienne de l'Afrique précoloniale et c'est à ce titre que cela est passionnant et redoutable : nous vivons ce cataclysme que ces pauvres êtres ne peuvent nommer, dont ils peuvent deviner la suite. Et pour le reste sur cette "Saison de l'ombre" est portée la lumineuse écriture de Miano


  • Jean-Baptiste Hamelin : Réparer les vivants - Maylis de Kerangal - Verticales-Phase deux, Paris, France - 25/03/2014

"Enterrer les morts, réparer les vivants". Ces quelques mots empruntés à Tchekhov forment le noyau dur autour duquel palpite ce roman magistral. Enterrer "leur" mort, Marianne et Sean devront s'y résoudre : leur fils Simon, victime d'un accident de la route, est en état de mort cérébrale. Mais ils peuvent choisir de réparer les vivants en acceptant de faire don des organes de leur enfant. Histoire grave et belle d'un coeur qui, transplanté dans un autre corps, continuera de rythmer une vie. Histoire d'hommes et de femmes qui convergent vers un même point et dont les destins, à un instant donné, se télescopent, tout comme dans l'admirable "Naissance d'un pont" paru en 2010 à lire ou à relire.


  • Jean-Baptiste Hamelin : Sigmaringen - Pierre Assouline - Gallimard, Paris, France - 25/03/2014

Aout 1944 - Dans le château, extravagant château, de Sigmaringen, petite ville d'Allemagne épargnée par la guerre, se rassemble le gouvernement fantoche de Pétain. Julius, majordome de carrière, digne héritier d'une lignée au service des Hohenzollern, élève son exigent labeur au rang de l'Art. Il est donc chargé d'accueillir ces français et de les accueillir comme tous les invités de marque : avec distinction et classe. Toutefois, cela n'est pas si aisé puisque ces tristes hères possèdent chacun leur marotte, ruminent cet exil forcé se préparant soit à un triomphal retour pour les plus ambitieux ou, c'est selon, les plus naïfs, soit à leur propre défense, tel Laval. Il devra alors ménager les uns et les autres, aménager les heures de repas, les déambulations de ces ministres afin que certains ne puissent se croiser. Grâce à Julius et à l'aisance de Pierre Assouline, le lecteur assiste à une pièce de théâtre tristement comique voire ridicule parfois mais avec toujours l'exigence historique du romancier. Comme dans Lutétia, Assouline passionne...


Nadia Comaneci. Petite roumaine de 14 ans, gymnaste céleste, caractère trempé, soldate-enfant d'un régime totalitaire, petite icone de tout un peuple, image de propagande et marionnette de Ceausescu. Tout un programme... Lola Lafon s'empare de cet athlète pour faire naitre un roman fascinant car le personnage, l'époque, et le mode de narration le sont, fascinants. De ses débuts à sa fuite, chronologiquement, la romancière retrace le parcours de Nadia de ses succès à sa disgrâce, petite marionnette d'un pouvoir hallucinant d'inhumanité, icone d'un peuple sous le contrôle permanent de la Securitate et emblème de la lutte Est/Ouest. Ce livre est une fiction historique mais, avec force, établi parfaitement l'ambiance de suspicion, de rationnement, de contraintes, de folie dictatoriale par le biais de décrets ubuesques de la Roumanie de Ceausescu.
Brillant et passionnant


Ambrose vit seul avec sa maman et a beaucoup de mal à se faire des amis mais les ennemis eux, abondent. Sa rencontre avec Cosmo, un ex-taulard va bouleverser la donne.
Voilà un roman plein d'humour et qui porte un joli message d'espoir. Ou comment le Scrabble peut changer la vie !


Des petits riens sensibles et précis composent ce recueil de nouvelles qui charment par leur légèreté, leur cocasserie, leur énigmatique dénouement sous une apparente banalité quotidienne. En trois parties distinctes, Mira Popovic développe des instantanés de vie les transformant en contes. La première partie est celle de la fantaisie, celle de ces êtres qui possèdent en eux un petit brin d'incongruité, un petit grain de folie, un léger voile surprenant sur le cuir d'une chaussure noire (Un gris presque noir- 3ème nouvelle). La seconde est l'aller retour incessant entre Paris et Belgrade les deux villes/patries de l'auteure, cette partie est la plus personnelle en évoquant des souvenirs d'enfance. Enfin, la dernière partie demeure la plus mystérieuse, celle des rêves éveillés et de ces instantanés qui peuplent nos sommeils. "D'une terrasse à l'autre" est un recueil de nouvelles d'une rare finesse, où les chutes inattendues, portées par une écriture délicate et précise, son t sobres et belles.


Un roman drôle et profond qui laisse un rayon de soleil dans la tête.
Ou comment trouver sa place dans ce monde quand on est différent.


  • Cécile Babois : Oh non, George ! - Chris Haughton - Thierry Magnier, Paris, France - 04/05/2012

George a bien des soucis, il a promis d'être sage mais toute sa bonne volonté n'y fera rien... Et même s'il se repent, on ne se refait pas.
Un bel album rythmé à l'humour décalé qui fera le bonheur de toute la famille !
Ah ! Le regard de George : impossible de résister !


  • Cécile Babois : Plan B pour l'été - Hélène Vignal - Rouergue, Arles, France - 04/05/2012

Changement de programme pour Louise ! Ses vacances avec sont meilleur ami Théo sont en train de tomber à l'eau. A moins qu'elle ne réussisse à convaincre sa grand-mère de les accompagner...Et elle ne manque pas d'idées !
Malgré tout, le regard que Louise porte à sa grand-mère est plein de tendresse. On passe un bon moment.
Des vacances pleines d'émotions !


Remarquable roman de Cécile Coulon qui emporte dès la toute première ligne et qui brille par l'implacable maitrise de cette écriture où tout détail s'avère essentiel et où chaque image donne à la lecture une dimension cinématographique. Thomas est un jeune homme, orphelin de père, solitaire et taciturne, dans un village où les soirs de boisson compensent la routine quotidienne. Nous le suivrons de sa naissance à sa mort et franchement c'est trop court car admirable...


  • Cécile Babois : La leçon de pêche - Heinrich Böll - P'tit Glénat, Grenoble, France - 16/03/2012

Un pêcheur fait paisiblement sa sieste dans sa barque, puis un touriste arrive, le photographie et n'en finit pas de le questionner. Il a des idées, des tas d'idées mais qui auront toutefois du mal à convaincre le pêcheur !
Quelle fable délectable ! On ne se lasse pas de la pirouette finale !


  • Christèle Hamelin : Une disparition - Hisham Matar - Denoël, Paris, France - 09/03/2012

Genève dans les années 1970. Kamal El Alfi, dissident politique libyen, est enlevé dans l'appartement de sa maîtresse. Dès lors, Nuri, son fils, déjà orphelin de mère, gardera à jamais en lui l'empreinte de cet homme, ce père, secret et taciturne, aimant malgré tout. Dans cet émouvant roman, c'est à son père, diplomate libyen enlevé en 1990 et dont l'auteur n'a plus aucune nouvelle depuis, qu'Hisham Matar rend hommage et par là-même qu'il dénonce la volonté destructrice de la répression politique. A lire également sur ce sujet son précédent roman "Au pays des hommes".


Ghaleb Cassab est fils d'un filateur libanais dont le caractère flambeur l'a entraîné vers une irrémédiable chute et a même causé sa mort. Pour redorer le blason de la famille mais aussi se montrer digne auprès de la femme (mariée) qu'il aime, Ghaleb entreprend un périlleux voyage, par delà les montagnes libanaises, jusqu'en Syrie, dans le but de rapporter illégalement de «monstrueuses» machines à tisser qui feront de lui un homme riche.
L'histoire d'un jeune homme touchant, drôle et perspicace dont les prémices de la guerre civile n'entameront pas la détermination. Un beau roman où chaque mot porte l'espoir.


Une belle anthologie de poèmes sur le thème de la transmission et du partage entre les générations. Avec pour une fois des auteurs contemporains, un peu moins connus des enfants et des illustrations pleines de tendresse.
Un livre à partager à tout âge.


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2014 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia