Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

A propos de la librairie : CULTURA


Ses coordonnées

Adresse:
Centre Commercial Carrefour Portet
12, boulevard de l'Europe
31120 PORTET-SUR-GARONNE
France

Téléphone : 05 62 87 68 75

Site Internet : http://www.cultura.com



Les coups de cœur de ses libraires

Alors que les nouvelles les plus angoissantes nous accablent par media interposés (guerres diverses, enfants abattus dans les écoles par des balles «perdues», catastrophes écologiques, surpopulation, épidémies meurtrières, la liste est longue), Francine Perrot nous invite au recueillement et à l'écoute de nos rêves. Selon Francine Perrot, les rêves peuvent en effet nous conseiller, nous aider, nous apaiser, afin de trouver l'attitude juste face au chaos collectif apparent. Dans un petit livre joliment baptisé «Le langage imagé des rêves -Dialoguer avec notre double secret» (tout un programme...) l'auteure nous explique en mots simples qu'il y a moyen de décrypter patiemment le sens caché des rêves que nous recevons. Elle fut l'élève de Marie-Louise von Franz (psychanalyste junguienne et auteure de nombreux essais d'ailleurs soutenus par les libraires et dédiés au sens des contes de fées et des mythes).
Il faut être audacieux pour conseiller aux gens, en ces temps compliqués et tendus, d'essayer de comprendre les messages secrets envoyés par les rêves. Francine Perrot (née en 1928) semble pourtant avoir les pieds sur terre. Pour nous convaincre de la qualité de son parti pris (tenir compte de nos rêves), elle raconte de nombreux rêves reçus par elle-même ou par ses élèves. Petit à petit nous nous laissons imprégner par cette façon de voir les choses, et nous guettons à notre tour nos propres rêves (qui semblent pourtant farfelus, voire dérisoires). Ce qui est agréable dans le livre de Francine Perrot, c'est que la poésie et l'humour (et l'amour de la musique) y ont pleinement leur place. Si l'on en croit l'auteure, on peut donc être attentifs à ses rêves, tout en étant, à première vue de parfaits terriens. Il est intéressant de noter que cet essai passionnant et innovant est publié par la très sérieuse maison universitaire Honoré Champion. A lire d'urgence !


  • Noémie : Le goût du large - Nicolas Delesalle - Préludes, Paris, France - 17/02/2016

Nicolas Delesalle fait partie de ces auteurs qui transcendent le monde, par la grâce de la poésie. Journaliste à Télérama, il connaît pourtant l'âpre réalité : le romancier ne fuit en rien les ombres de ce bas monde. Mais par magie il invente un monde d'enchantement. Tout est là, à portée de main : il nous suffit de cueillir sans réserve les fruits imaginés et les formules inspirées de Nicolas Delesalle : «Le temps : tout était là, dans ces cinq lettres, cette simple syllabe. J'allais soudain en être riche, ne plus courir après, le nez rivé sur l'ordinateur, le téléphone. Pendant neuf jours, j'allais devenir un milliardaire du temps, plonger mes mains dans des coffres bourrés de secondes, me parer de bijoux ciselés dans des minutes pures, vierges de tout objectif, de toute attente, de toute angoisse. J'allais me gaver d'heures vides, creuses, la grande bouffe, la vacance, entre ciel et mer." De l'inaccessible Tombouctou à la mélancolique Tallinn, entre une partie d'échecs fatale quelque part dans un hôtel russe et un barbecue incongru à Kaboul, des clameurs de la place Tahrir au fond d'un trou, dans l'Aveyron... C'est le roman d'une vie et de notre monde que raconte Nicolas Delesalle, le temps d'une croisière en cargo.
Comme tous les grands écrivains, l'auteur a le sens des titres : «Le goût du large» inspire aussi bien le narrateur que son lecteur... Nous les libraires partageons cette quête de la vie élargie. Donner du sens à nos vies est l'accomplissement suprême. Servir cette réalisation est notre chance immense. Nous sommes d'humbles chevaliers guidés par un talisman baptisé «Amour des livres».


Si le merveilleux roman de Philippe Claudel «L'arbre du pays Toraja» (éditions Stock) était une musique, ce serait par exemple la somptueuse Sonate pour piano III Choral et Variations d'Henri Dutilleux https ://www.youtube.com/watch ?v=uHqp5jDxEWI

Pourquoi ?

Philippe Claudel, écrivain et romancier, s'intéresse comme Henri Dutilleux dans le passé, à la culture indonésienne.
Le compositeur indonésien Slamet Abdel Sjukur proche de Dutilleux vécut à Paris dans les années 1960, travaillant à l'IRCAM, notamment avec Henri Dutilleux.
Avec sa Sonate pour piano, Dutilleux témoigne de son immense goût pour les cultures du monde. Le point commun entre le compositeur Dutilleux et l'écrivain Philippe Claudel tient dans l'humilité chère aux chercheurs de vérité.

Merci à Jean-François Zygel qui nous enchante le samedi sur France Inter

Noémie, libraire à PORTET-SUR-GARONNE 31120


Le Danois Jussi Adler Olsen a un don, celui de nous effrayer «en douceur». L'écrivain (aux 13 millions d'exemplaires de thrillers vendus dans le monde...) commence par une histoire à première vue anodine, puis petit à petit l'étau se resserre autour de nos coeurs de simples lecteurs bien naïfs. La lecture du récit devient indispensable : nous devons savoir à tout prix qui est le coupable, même si l'ambiance est irrespirable. Pour ces raisons, Jussi Adler Olsen est une figure incontournable du thriller scandinave, y compris avec «Promesse» :
Bornholm, une île danoise de la mer baltique, fin des années 1990. Le cadavre d'une jeune fille est retrouvé dans un arbre, son vélo broyé au bord de la route. Aucune trace du chauffard : l'affaire est classée. Sauf pour un inspecteur de la police locale qui finit dix-sept ans plus tard par demander l'aide de l'inspecteur Carl Mørck. Avant de se tirer une balle dans la tête.
À l'initiative de Rose (l'assistante du flegmatique Mørck), l'insolite trio du Département V débarque sur l'île de Bornholm. En remuant le passé, ils prennent le risque de réveiller les vieux démons...
Amis lecteurs, certes les vieux démons effrayants se réveillent dans le roman d'Olsen. Mais parions que vous aussi sous la couette, risquez d'être réveillés par des frayeurs insoupçonnées. Pas étonnant que cette figure incontestable du thriller scandinave ait reçu tous les grands prix du polar (dont le Grand Prix policier des lectrices de Elle). C'est du solide ! Ensuite, après la lecture de «Promesse», vous allez inviter vos amis à dévorer ce thriller haletant. C'est la magie du «bouche à oreille» qui s'installe, créant d'immenses succès en librairie, pour la plus grande joie des libraires attentifs que nous sommes !


Le formidable romancier José Frèches a découvert la civilisation Chinoise en dévorant les aventures de Tintin (Le Lotus bleu). Depuis, l'auteur a passionné des milliers de lecteurs en racontant par exemple la vie du premier empereur chinois (dans Le Disque de Jade).
Aujourd'hui l'écrivain aux nombreux best-sellers raconte le destin époustouflant d'un autre admirateur de la Chine, le célébrissime Gengis Khan :
Dès son enfance, Temüdjin, futur Gengis Khan, rêve de grands espaces. Son précepteur chinois, Vieille Cime, lui parle d'Alexandre le Grand : il veut le surpasser en nombre de conquêtes ! Il apprend à manier l'arc, à monter à cheval, à apprivoiser les aigles. À la mort de son père, ce nomade prend la tête du clan des Quiyat, avant d'être élu chef des Mongols.
Séducteur, autoritaire, il rallie à lui de nombreux peuples, bousculant les grandes civilisations sédentaires qui l'entourent : à l'Ouest, l'Europe des cathédrales, à l'Est, la Chine des Song.
Pour atteindre son rêve de grandeur, Gengis Khan doit se révéler impitoyable.
Avec virtuosité, José Frèches nous raconte les années d'apprentissage et l'ascension fulgurante de ce guerrier implacable qui faisait corps avec ses chevaux et aimait les femmes avec passion et sensualité. Un homme qui voulait vivre tous ses rêves.
José Frèches est un merveilleux conteur. Avec lui découvrir l'histoire devient une joie. Ah si les professeurs d'école s'inspiraient de la flamme contagieuse de José Frèches ! Grâce aux livres, notre appétit de vie est immense. Nous les libraires sommes honorés de cette nouvelle mission sacrée : partager la passion de la Vie !


Le romancier Jean-François Nahmias enchante les auditeurs d'une grande radio depuis des années. Il est en effet le complice du conteur Pierre Bellemare lors de l'écriture des célèbres «Histoires extraordinaires». C'est dire si l'auteur a le sens du tempo et de la dramaturgie, comme dans les contes. Nahmias a un sens parfait du récit et des rebondissements. Il sait passionner les lecteurs et c'est une joie pour nous tous :
En rupture avec sa famille bourgeoise, Frédéric débarque en 1865 dans le Paris brillant et effervescent du Second Empire, mais ce n'est pas pour faire fortune... À dix-huit ans, sans un sou et sans relations, il ne connaît rien de la vie. La volage Bouton d'or et un oncle franc-maçon vont se charger de son éducation amoureuse et intellectuelle juste au moment où la montée en puissance de la Prusse précipite la France vers un conflit désastreux.
Dans une capitale assiégée où la fête s'éteint soudainement pour laisser place au froid, à la peur et à la faim, Frédéric, enflammé par les idées révolutionnaires, découvre sur les barricades de la Commune la fraternité, mais aussi la haine. Devenu chef des services du contre-espionnage, il est poursuivi par la rancune de la redoutable «Veuve noire», proche de l'impératrice, qui n'a d'autre idée que de l'éliminer...
Jean-François Nahmias, fin connaisseur des coulisses de l'Histoire, raconte ce Paris qui souffre tout en refusant la défaite. Il nous fait découvrir, à travers l'engagement des francs-maçons, un pan totalement méconnu de la Commune. C'est grâce à des auteurs de sa carrure, que les romans historiques rencontrent un tel succès en librairie. Les libraires, les lecteurs sont comblés par le rayonnement des idées.


Brooke Davis, la romancière australienne, a choisi de servir le monde par la poésie. C'est un projet exaltant ! La fantaisie est son univers, qui lui permet de comprendre comme personne la psychologie merveilleuse des enfants. «La balade des pas perdus» est son premier roman, publié dans 25 pays :
À sept ans, Millie a déjà vu pas mal de «Choses Mortes». La première, c'était Rambo, le chien. La vingt-neuvième, une mouche. Au numéro 28 de son Livre de Choses Mortes, Millie a écrit : «MON PAPA»...
Voilà deux jours que la fillette, cachée dans un rayon de supermarché, attend que sa mère revienne la chercher. Ce ne sera pas sa mère mais Karl, dit «le Dactylo», veuf en cavale (depuis qu'il a fui sa maison de retraite). Et puis Agatha Pantha, la vieille voisine acariâtre qui a du poil au menton. Il faut bien l'avouer : ces trois perdus-là se sont trouvés.
Pour rattraper la mère de Millie, il n'est pas un vol, un incendie, une poursuite en bus, une bagarre de bar qui arrêtera ce trio infernal, quitte à mettre une jolie pagaille dans l'immensité australienne. Et, au passage, ré-enchanter la vie, parce que les pas perdus vont toujours quelque part...
Oui cette écrivaine nous enchante. Elle a ce don, dont nous avons tant besoin. Précision importante : Brooke Davis est également libraire (qui est bien sûr le plus beau métier du monde !)


Pour notre bonheur infini de lecteur, les écrivains portent en eux le monde entier et des milliers d'histoires. Avant de composer son premier roman, Jason Hewitt fut libraire (le plus beau métier du monde) puis comédien. Est-ce pendant les tournages qu'il a imaginé cette magnifique histoire baptisée «Le silence des bombes» ? On est admiratif de la tendre poésie naissant à travers des évènements pourtant dramatiques :
La petite Lydia, 11 ans, traverse un village du Suffolk. Elle porte un masque à gaz. Les magasins sont fermés, les maisons vides, les fenêtres condamnées. Lydia coupe à travers champs et arrive bientôt devant une grande demeure. C'est là qu'elle a grandi. La fillette espère y retrouver sa famille, mais la maison est déserte. Plus tard, dans la nuit, un soldat portant un fusil et un uniforme anglais pénètre dans la maison. Avec un étrange accent, il lui explique qu'il ne lui fera pas de mal, mais qu'elle ne doit pas quitter les lieux et qu'elle doit obéir à certaines règles... Dit-il la vérité ? Que cherche-t-il ? Pourquoi lui semble-t-il aussi familier ? Et surtout, comment connaît-il le nom de Lydia ?
Ce récit, aussi envoûtant que déchirant, met en scène le fracas de la guerre et la rencontre de destins brisés. Comment préserver notre part d'humanité ? Quelle mystérieuse force nous permet de garder espoir ?
Lydia dans le roman aime sentir la proximité de l'herbe. Elle entend ainsi le battement du coeur de la terre. Jason Hewitt nous fait entendre le battement du coeur de l'humanité toute entière, et donne ainsi du sens à nos vies dédiées à l'amour des livres.


Les écrivains voient ce que nous ne voulons pas voir ! Combien de fois, lors d'un dîner par exemple, nous ressentons un malaise invisible autour de la table. Et l'on se dit intérieurement «ah si j'étais romancier, je verrais, derrière les apparences, ce qui cloche !» Les auteurs ont le don de repérer la faille, afin de nous éclairer sur nos propres vies.
Rebecca Vhitney en signant son premier roman nous épate par sa perspicacité et ses qualités uniques de psychologue :
Rachel et David sont l'image même du jeune couple heureux et comblé. Une belle maison à Brighton, une société de production florissante... Jusqu'à cette nuit où Rachel, au volant de sa voiture, cause la mort d'un homme. Un pacte terrible va alors lier les époux à jamais, et les apparences si bien préservées commencent à se fissurer. David et Rachel tentent de reprendre le cours normal de leur existence, mais Rachel, rongée par la culpabilité, se laisse happer par une spirale autodestructrice qui attise les obsessions les plus sombres de David, manipulateur et possessif, et fait remonter en elle des souvenirs d'enfance longtemps refoulés. Rachel parviendra-t-elle à affronter son douloureux passé et à trouver l'absolution pour son crime ?
Oui les auteurs ont compris que l'ombre est en nous. Impossible de la chasser par la simple volonté ! L'ombre demande que nous la transformions, sous le signe de la patience aimante. Comme le recommande Rebecca Whitney, laissons la transformation opérer à son rythme. Alors la renaissance se présentera, sous une forme inattendue. Oui les livres nous font renaître et nous enseignent infiniment.


  • Noémie : La dame de pierre - Xavier-Marie Bonnot - Belfond, Paris, France - 19/12/2015

Nous avons une petite idée de ce que la vie pourrait faire de nous. Mais la vie, souvent, a sa propre vision de la destinée. La Vie nous façonne, en secret. Les écrivains connaissent ces mystères. Pour cette raison, ils nous fascinent. Xavier-Marie Bonnot, auteur traduit dans le monde entier, est passionné de musique. De nos secrets, il fait un chant. Il y a dans son écriture un souffle mystérieux, un tempo délicieux, mais exigeant :
De la famille Verdier, il ne reste plus qu'eux, Pierre et Claire, le frère et la soeur. Lui, a repris la ferme familiale, dans la vallée de Saint-Vincent, auprès de leur montagne. Elle, vit à Paris. De l'existence de sa soeur, il ne sait rien, ou si peu de choses. Simplement qu'elle lui rendra toujours visite, immanquablement, deux fois l'an, dans cette maison de famille où rien n'a changé.
Mais cette fois-là, c'est différent. Claire a des cauchemars. Toutes les nuits, elle a peur pour une certaine Vicky, et prétend qu'elle-même sera bientôt morte. Pour Pierre, l'homme de la terre, les secrets et les névroses de sa soeur ne sont que des faiblesses.
Un matin d'hiver pourtant, Claire part et ne revient pas. Lorsqu'on retrouve son corps sans vie, étrangement vêtu, c'est Pierre qui est désigné comme le coupable.
Pierre est seul à présent. Lui, le taciturne qui vit reclus depuis le drame qui a brisé sa carrière d'alpiniste, aurait-il pu commettre l'irréparable ? Tant il est vrai que dans la famille Verdier les mystères et les secrets sont légions. Et qui est cette Vicky dont personne dans l'entourage de Claire ne semble connaître l'existence ? Pierre comprendra bien tard qu'elle était le secret le mieux caché de sa soeur...
Nous les libraires sommes les gardiens des secrets. D'ailleurs offrir un livre est une manière somptueuse de partager un secret parfois inavouable. Xavier-Marie Bonnot, l'écrivain musicien si profond, tendre et humain, nous donne envie de lui confier tous nos secrets, qui forment l'amour inconditionnel des livres.


  • Noémie : L'autre ville - Michal Ajvaz - Mirobole éditions, Bordeaux - 16/12/2015

L'immense écrivain tchèque Michal Ajvaz fut, dans une première vie, ouvrier, concierge, veilleur de nuit dans un garage, et employé au service des eaux de la ville de Prague. Puis, en découvrant la joie de l'écriture, il a enchanté par milliers les lecteurs dans 13 pays, dont les États-Unis, où il est adulé. En France est publié un livre extraordinaire de Michal Ajvaz, baptisé «L'Autre ville». Avec le mot «extraordinaire», on pense bien sûr à la chanson de Charles Trénet «Un jardin extraordinaire». Chez le romancier praguois, on trouve cette ampleur que seule la poésie peut offrir. Les mots, les idées, le récit forment une sorte de rêve éveillé, source de plénitude. Le thème de ce livre unique est en effet onirique :
Dans une librairie de Prague, un homme trouve un livre écrit dans un alphabet inconnu et l'emporte chez lui ; bientôt l'ouvrage lui ouvre les portes d'un univers magique et dangereux. À mesure qu'il s'enfonce dans les méandres de cette autre ville, il découvre des cérémonies baroques, des coutumes étranges et des créatures fascinantes ; derrière la paisible Prague des touristes, des cafés se muent en jungles, des passages secrets s'ouvrent sous les pieds et des vagues viennent s'échouer sur les draps...
En lisant cet ouvrage merveilleux, on souhaite qu'il ne se termine jamais ! Grâce à Michal Ajvaz, on découvre le souffle de la fantaisie. Comme tous les chefs d'oeuvre, «L'Autre ville» nous invite à découvrir les contrées magnifiques que sont nos rêves, riches d'espoir et de félicité.


On dit souvent que les (bons) écrivains sont attentifs à la musique des mots. C'est le cas de l'excellent Etienne Guéreau pour la bonne raison que ce jeune romancier fut compositeur avant d'écrire des livres. Son style et son inspiration sont magnifiquement liés à la musique d'où le tempo musical de son roman :
Avril 1894. Tandis que les bombes des anarchistes ensanglantent Paris, la réputation d'un jeune pianiste ne cesse de grandir. Fédor, virtuose tourmenté, compose une musique aux pouvoirs extraordinaires. Joie, tristesse, colère : les émotions générées par son instrument se répercutent sur son public et le plongent dans un dangereux état de dépendance.
Lorsque Fédor est accusé de préparer un attentat, il est contraint d'accepter le marché que lui soumet le commissaire Chavreuil. Qui lui a tendu ce piège ? Qu'attend-on de lui ? Que cache son incroyable don ? Troublé par la fougueuse Solange (placée sur son chemin par le destin) Fédor va devoir mettre ses talents au service d'une puissance occulte. Il découvrira qu'une sonate peut parfois provoquer... un massacre.
On comprend que les éditions Denoël aient voulu éditer ce premier roman formidable écrit par un passionné de Jazz (Etienne Guéreau est un fan de Bill Evans). La musique est le langage de l'âme, surtout quand elle est tourmentée. Les lecteurs (et nous les libraires) sommes émus de notre chance immense : découvrir (et chérir) l'âme des livres.


L'écrivain Max Gallo est un extraordinaire conteur. Le romancier connaît la passion des lecteurs français pour les romans historiques et il les comble. Max Gallo nous raconte la vraie vie de Richelieu, personnage de légende et bâtisseur de l'unité française. Nous connaissions le cardinal grâce au talent d'Alexandre Dumas et ses trois ou quatre mousquetaires. Aujourd'hui l'académicien Gallo nous présente magnifiquement le vrai Richelieu :
Armand Jean du Plessis de Richelieu n'aurait jamais dû devenir cardinal. Voué au métier des armes, il hérite à vingt-trois ans, du petit évêché de Luçon. Dès lors, il fait preuve d'une détermination et d'une ambition infinies pour ne pas se perdre dans son Poitou natal, et accéder à la Cour, à la dignité de cardinal, et finalement au Conseil du roi.
Demeurer au faîte des honneurs et du pouvoir, c'était déjouer les cabales qu'animent Marie de Médicis, Anne d'Autriche, ou encore Monsieur frère du roi. C'était écarter implacablement les ennemis du royaume (protestants ou grands seigneurs refusant de faire allégeance). C'était mener la guerre contre l'Espagne. Et surtout, c'est séduire Louis XIII, homme insaisissable, hésitant et susceptible, qui peut à tout instant décider du sort de son plus proche conseiller.
L'histoire de Richelieu est celle de son roi. Richelieu serviteur de la grandeur de la France, entre dans la légende, car il forme un couple avec Louis XIII.
Ah, si les professeurs d'histoire avaient le talent de Max Gallo, tous les élèves français se passionneraient pour l'histoire de France, et celle de l'homme en rouge !


Michel Faber (né en 1960 aux Pays-Bas) est suivi par des millions de lecteurs dans le monde. Ses admirateurs l'associent à différents pays (un peu comme on le fait avec les sportifs de haut niveau).Le romancier est selon les uns hollandais (La Haye est sa ville natale), ou australien (il a vécu longtemps en Australie) ou écossais (il réside aujourd'hui dans les Highlands écossaises !). Bref on ne prête qu'aux riches. La richesse de Michel Faber est avant tout son immense talent d'écrivain. Le public se souvient du succès international de «La Rose pourpre et le Lys». Aujourd'hui avec «Le livre des choses étranges et nouvelles», Faber se rapproche une nouvelle fois des thèmes de science-fiction qui lui sont chers :

Le dérèglement climatique met en péril la survie de l'humanité et pousse les hommes à coloniser d'autres mondes.
Laissant à regret derrière lui la femme de sa vie, un jeune pasteur, Peter Leigh, s'embarque pour un voyage au long cours. Sa destination : la planète Oasis.
Muni du Livre des Choses Étranges et Nouvelles - ainsi que les habitants d'Oasis nomment la Bible -, Peter se consacre à la tâche d'évangélisation qui lui a été confiée par l'organisation qui l'a recruté.
Mais plusieurs questions ne cessent de le troubler : qu'est-il vraiment arrivé à son prédécesseur, disparu dans d'étranges circonstances ? Jusqu'où son immersion dans une culture radicalement différente le mènera-t-elle ? La vie sur la Terre est-elle vouée à disparaître à jamais ?
L'auteur passionne le lecteur avec ce roman centré sur la planète Oasis et sur l'amour. Oasis, amour : les deux mots sont des talismans. Les livres (et les librairies) sont le temple de l'amour, les oasis bénies de nos vies assoiffées. Nous les libraires sommes alors les gardiens émus, comblés, d'un secret simple et bouleversant : l'amour des livres nous sauve.


Dans le fond, les vrais écrivains sont des chamans. C'est-à-dire qu'ils savent naviguer dans l'invisible, et unir les deux mondes : le monde concret, temporel, visible, et l'autre monde, le monde des rêves, le monde invisible, intemporel. Comment font-ils, ces chamans fascinants ? Ils plongent au plus profond d'eux-mêmes, et là ils découvrent des zones où les frontières s'évanouissent. Pour que tout cela tienne, il faut un «must» : ce must, c'est le respect du lecteur, c'est l'envie d'enchanter le lecteur, de le faire rêver, et pourquoi pas le consoler de sa vie souvent bien compliquée et stressante.
Viloette Cabesos fait grandement partie de ces écrivains ou écrivaines-chamans.
Dans «Le Teinturier de la Lune», on découvre à Paris Victoire, journaliste au Point du jour, qui est victime d'étranges phénomènes :
Chaque nuit, pendant son sommeil, elle écrit des poèmes en français de la Renaissance, des vers occultes dont le sens lui échappe.
Wissembourg, Saint-Empire romain germanique, 1584. Théogène, un jeune alchimiste se hâte vers le laboratoire de son maître : ce dernier va enfin lui révéler le Secret des Secrets, la formule de l'Élixir de longue vie, le philtre qui rend l'homme immortel.
Dans le monde invisible, cher aux écrivains-chamans, les dates, les lieux ne comptent plus. Comme chez les sages indiens, on peut communiquer à mille ans d'intervalle. D'ailleurs le «simple lecteur» le sait : avec ses propres rêves, il est relié à l'infini et au quotidien.
Dans «Le Teinturier de la Lune», à trois siècles et demi de distance, Victoire et Théogène vont parcourir un périple semé de meurtres énigmatiques, croiser la route de l'empereur Rodolphe II de Habsbourg, de devins, d'espions et de personnages interlopes, qui tous poursuivent le même but : accéder à la jeunesse et à la vie éternelle. Bref, on ne s'ennuie pas, et le lecteur sait qu'il a en lui un chaman qui sommeille !


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2019 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia