Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Regard sur l'image

Couverture du livre Regard sur l'image

Auteur : Hervé Bernard

Date de saisie : 28/03/2011

Genre : Arts

Editeur : Regards & Impressions

Prix : 50.00 €

ISBN : 9782953665901

GENCOD : 9782953665901

Sorti le : 07/07/2010

  • Le courrier des auteurs : 23/02/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Hervé Bernard, créateur d'images fixes ou animées, auteur de livres sur l'image (dictionnaire de la photonumérique et un livre sur le cinéma numérique), mes photos ont été présentées et publiées en Europe, elles sont dans les collections de six musées français. J'anime aussi un blog lui aussi intitulé Regard sur l'image qui reçoit aujourd'hui plus de 11000 visiteurs par mois.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Les liens entre l'image et le réel à travers la perception visuelle et culturelle de l'image.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
L'image est un appeau à réel.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une musique andalouse espagnole

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'image existe parce qu'elle n'est pas le réel et c'est pour cela qu'elle est un langage. La compréhension de l'image n'est pas instantanée.


  • Les présentations des éditeurs : 04/03/2011

Pour être diffusée, quelle que soit sa forme - peinture, graphisme, cinématographie, vidéographie ou simple photocopie -, une image subit des transformations. Ces transcriptions d'un support à l'autre entraînent des variations de teintes, de contrastes (...), variations qui affectent son sens. Dans un premier temps, j'explore ces transformations assimilables à des transformations photographiques et leur influence sur l'interprétation des images. Influences d'autant plus importantes que, aujourd'hui, avec la multiplication des techniques de reproduction, le domaine de la photographie s'est étendu à toutes les images. C'est pourquoi j'ai choisi, au-delà de mon expérience de photographe, de traiter de l'image photographique dans la première partie de ce livre. Au cours de sa vie, toute image passe par le stade photographique de la diffusion. Quel que soit le type de cette diffusion - imprimé, vidéo, télévisuel, numérique ou cinématographique -, elle a toujours recours aux principes de la technique photographique. Dans un deuxième temps, j'aborde les opérations de notre système visuel et perceptuel ; leur portée sur notre lecture des images et, par conséquent, sur notre lecture du monde.

Dans la troisième partie, j'aborde les causes du rejet ou de l'idolâtrie de l'image et ce qui fait de l'image est l'un des fondements de la civilisation occidentale.

A aucun moment je n'ai l'ambition de donner un sens à telle ou telle couleur, à tel angle de prise de vue, ou de faire un historique de la couleur ou une nomenclature. Ce livre n'est surtout pas une histoire de l'Image. J'aimerais juste éveiller nos sens, c'est-à-dire ceux de l'observateur qu'est chacun d'entre nous. Pour cela, je souligne la forte imbrication de la créativité et de la technique ainsi que celle du couple perception-culture...

J'observe le fonctionnement de la perspective... Je fais des allers-retours entre la couleur objective et la couleur subjective pour constater que l'image, tout comme la couleur, sont l'une et l'autre à la fois : objective et subjective. Vouloir séparer l'objectif du subjectif dans ce domaine est au mieux utopique. La force de l'image réside peut-être dans son empirisme, cette position entre-deux.

Tout au long de ce livre, je m'interroge aussi sur ce fameux «effet de réel». Existe-t-il ? Et si l'image telle que l'a pensée l'Occident était victime d'elle-même et de son immédiateté ? Je prolonge cette visite par un regard sur notre regard pour constater que lui aussi est situé dans cet entre-deux.

Finalement, ce livre est celui d'un créateur d'images (fixes ou animées) qui a également été journaliste technique sur l'image. Comprendre la différence entre une image numérique et une image argentique m'a conduit à tenter de comprendre le fonctionnement de l'image. C'est la synthèse de ces deux expériences.

Hervé Bernard


  • Les courts extraits de livres : 28/03/2011

L'Image

Physiquement, il est indispensable de rappeler que l'image est un amas, un treillis de points lumineux collectés par la rétine. Chacun de ces points contient des informations sur la lumière (intensité, ou luminance, teinte et saturation). Dans ce sens, le monde est toujours une image pour l'homme car, selon David Marr, au fond de l'oeil, notre perception visuelle devient une image.

Étymologiquement, l'image désigne la statue (1050), et c'est aussi ce qui imite, «qui prend la place de», dans le sens de remplacer (1180). L'étymologie renvoie donc à l'icône grecque. Mettre en image, c'est donc immobiliser, figer et regarder une chose qui est à la place d'une autre.

Que Ton photographie, filme ou peigne, on fige non seulement les événements, objets, personnages... mais aussi le point de vue physique adopté. Cette immobilisation est donc spatiale et temporelle. Doublement spatiale en outre : prise de position physique, qui donnera l'angle, et «prise» de champ visuel en fonction de la focale, peu importe que celle-ci soit une focale réelle, dans le cas de la photographie et du cinéma, ou une focale imaginée, dans le cas de la peinture ou du dessin. Ces deux immobilisations spatiales produiront le cadre qui, en tant que découpage ou fenêtre sur la réalité - ce n'est là encore qu'une question de point de vue -, est lui aussi un échantillonnage spatial. Elles sont, à mon sens, communes à la peinture, quelle soit figurative ou abstraite.

Selon Le Petit Robert, le premier sens du mot «image» (1170) est : «Reproduction inversée qu'une surface polie donne d'un objet qui s'y réfléchit». Toujours selon ce dictionnaire, le deuxième sens (1597) est : «Reproduction exacte ou analogique d'un être, d'une chose». C'est également au XVIe siècle que ce mot désignera la «représentation mentale d'origine sensible».

Plus généralement, l'image désigne, avant tout, ce qui appartient au domaine de la représentation, vaste domaine, d'une imprécision totale, puisqu'il couvre un spectre qui s'étend de la copie du réel à l'analogie, comme le montre la définition du Petit Robert, et cette différence est loin d'être anecdotique. Mais aussi vaste domaine quant aux modes et aux moyens de cette représentation, car le domaine de l'image concerne aussi bien la peinture ou le dessin que la photo, la télévision ou, encore, une image mentale ou verbale, comme l'allégorie. Une image figure donc une chose différente d'elle-même, et nous verrons comme cette notion fondamentale est loin d'être assimilée. L'image est, par conséquent, différente de l'objet. De là à dire qu'elle est une dégradation de l'objet représenté et de la réalité... ce pas a, notamment, été franchi par Platon. Pourtant, cette représentation se fait avec un minimum de similarité - avec 1 objet ou l'idée exprimée - nécessaire à l'identification qui, dans ce cas-là, est du type A = B ou A = ± B. Cependant, même pour l'image visuelle, la première de ces deux égalités est erronée comme le montre David Marr pour qui une image ne représente jamais la réalité (cf. deuxième partie de cet ouvrage).


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia