Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Homo erectus

Couverture du livre Homo erectus

Auteur : Tonino Benacquista

Date de saisie : 17/04/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 17.90 €

ISBN : 978-2-07-013292-8

GENCOD : 9782070132928

Sorti le : 10/03/2011

Roman sociologique : Dans un club secret, les hommes racontent à tour de rôle leurs déboires amoureux. Les femmes, vues par les hommes, sous la plume d'un écrivain talentueux, imaginatif. Ses interrogations tourmentées sur le couple ne lui font cependant pas perdre le sens de l'humour !
À LIRE


"Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes." Voilà la première phrase et le résumé tout simple du dernier roman de Benacquista, sûrement son texte le plus abouti, le plus intime mais pourtant le plus universel. On y suit trois hommes qui viennent dans ce cercle par des destins divers. Par leur truchement, on découvrira un inventaire à la Perec d'autres hommes, pleins de couleurs, de saveurs et d'aventures. Yves, trompé par sa femme, veut connaître toutes les femmes du monde : il s'en remettra aux prostituées pour le faire. Philippe, philosophe à façade médiatique, se perdra auprès de son exact opposé avant de retrouver ses valeurs puis, au passage, l'amour de sa vie. Denis, enfin, qui s'imagine que les femmes le fuient, le punissent au nom de tous les hommes.
Le texte est d'une limpidité exemplaire : il donne l'impression d'avoir été écrit d'une seule traite. Aucun mot, aucun passage n'est de trop. Si le couple Philippe-Mia est loin du commun des français, il reste toutefois l'exemple de certaines situations qui, malgré leurs extrêmes, existent bien.
A lire et surtout à conseiller. Il le mérite !


Voici le dernier livre de Tonino Benacquista chez Gallimard.
Après la saga des Malavita il revient avec un roman drôle sur les relations hommes femmes.
Imaginez une confrérie informelle qui réunit exclusivement des hommes, venus se raconter, en quelques mots ou en quelques heures, leurs histoires d'amour, sentimentales ou sexuelles.

Un roman aussi drôle que tendre, qui décortique avec brio les cas de figure les plus épineux - et les plus inédits ! - de la relation amoureuse.


Une courte lecture de Tonino Benacquista


  • Les présentations des éditeurs : 08/04/2011

«Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes. D'autres, en mal de solidarité, y voyaient le dernier refuge des grands blessés d'une guerre éternelle. Pour tous, d'où qu'ils viennent et quoi qu'ils aient vécu, c'était avant tout le lieu où raconter son histoire.»

Tonino Benacquista, né en 1961, a exercé divers petits boulots qui ont servi de cadre à ses premiers romans : accompagnateur de wagons-lits, il s'inspire de cette expérience dans un roman noir paru en 1989, La maldonne des sleepings où le narrateur, Antoine, veille sur le sommeil d'un clandestin que contrôleurs, douaniers et tueurs sont prêts à tout pour capturer. En 1990, accrocheur d'oeuvres d'art, il situe l'action de Trois carrés rouges sur fond noir entre les coulisses d'une galerie et une académie de billard. Antoine, le héros, perd une main lors d'un vol de tableau et décide de retrouver le responsable de sa mutilation. En 1991, Tonino Benacquista reçoit le Grand Prix de littérature policière, le Trophée 813 du meilleur roman et le prix Mystère de la critique pour La commedia des ratés, l'histoire à la fois tragique et bouffonne d'Antonio qui, ayant hérité d'un terrain sans valeur en Italie, organise un «miracle» pour faire monter les prix. Les lectrices de Elle lui décernent leur Grand Prix en 1998 pour son roman Saga, l'histoire délirante de quatre scénaristes prêts à tout pour être célèbres : Louis, qui a usé sa vie à Cinecittà, Jérôme, décidé à conquérir Hollywood, Mathilde, auteur méconnu de trente-deux romans d'amour, et Marco, qui aurait fait n'importe quoi - mais n'importe quoi ! - pour devenir scénariste. Même écrire un feuilleton que personne ne verrait jamais. Tout à l'ego, paru en 1999, rassemble dix nouvelles à l'ironie douce-amère où des personnages bien ordinaires sont confrontés à des situations extraordinaires... Comment rencontrer ouvertement sa maîtresse devant une épouse maladivement jalouse, sans que celle-ci s'en aperçoive ? Comment imaginer un plan infaillible pour ne pas appeler sa femme du prénom de sa maîtresse du moment ? Et comment diable se débrouiller pour que personne, et surtout pas l'unique réparateur du village, ne sache que l'on regarde des films X en cachette, quand la cassette se coince à l'intérieur du magnétoscope ?


  • Les courts extraits de livres : 04/04/2011

Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes. D'autres, en mal de solidarité, y voyaient le dernier refuge des grands blessés d'une guerre éternelle. Pour tous, d'où qu'ils viennent et quoi qu'ils aient vécu, c'était avant tout le lieu où raconter son histoire. Où la confier sans chercher à convaincre, sans souci de thérapie, sans rien espérer en retour sinon qu'elle fasse écho à celle d'un auditeur anonyme venu, lui, en quête de réponses. L'intervenant était seul juge du bien-fondé de son histoire et nombreuses étaient les raisons de la partager. Il pouvait vouloir s'en débarrasser une fois pour toutes, ou lui donner un faux air de conte et la métamorphoser en souvenir épique. Il pouvait aussi la livrer aux autres pour leur éviter de sombrer dans les mêmes tourments. A moins qu'il ne s'offrît, devant des tiers, l'occasion de revenir sur les multiples choix auxquels il avait été confronté, sur les destins auxquels il avait échappé. Et si sa mésaventure avait tourné au drame, en la décrivant il se consolait ici de n'avoir pas souffert en vain.
Les habitués taisaient l'existence même de ces séances ou, s'ils y étaient contraints, évoquaient de façon neutre leur cercle du jeudi. Loge, club, cénacle, fratrie, le fait que chacun puisse désigner cette assemblée par les termes de son choix évitait la tentation du rituel, ou le glissement vers la société secrète qui impose ses lois et ses exclusions. Cependant, on n'y tolérait que les individus sincères, dépourvus d'intentions malignes, les autres ne revenaient jamais, ou bien en cas d'urgence, car personne, sur ces questions-là, n'était à l'abri d'un coup du sort.
On ne trouvait aucune trace écrite de la confrérie et personne n'en connaissait les origines. Des poètes, des conteurs prétendaient qu'elle remontait à la nuit des temps, quand des hommes se réunissaient en forum pour tenter de cerner l'infinité de hasards qui présidaient à leur destinée. Quelques-uns affirmaient que la tradition était née du désespoir des Sabins, qui pleuraient leurs femmes enlevées par des Romains bien décidés à fonder leurs familles et leur Empire. D'autres soutenaient qu'elle nous venait d'Amérique du Nord, issue d'une antique coutume indienne où des guerriers chantaient leur joie ou leur détresse d'avoir rencontré, ou non, la mère de leurs enfants. Une autre théorie disait qu'elle avait été créée dans les reconstructions de l'après-guerre pour évoquer ce que les années sombres avaient suscité d'idylles, dans chacun des camps. Certains déclaraient enfin avoir assisté aux toutes premières séances, à Paris, à la fin des années 60, à l'heure où la révolution sexuelle et les mouvements sociaux encourageaient la création de toutes sortes de comités - quelques-uns, dont celui-ci, avaient survécu malgré l'absence de prosélytisme.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia