Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Anne Percin

se demande si c'est du lard ou du cochon...

L'histoire du vitrail

est une passion...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Le philosophe Marcel Conche

ne pourrait se passer des librairies...

Alain Rey

recherche la beauté...

Emmanuel Pierrat

écrit tard la nuit, et très longtemps...

Renaud Lavillenie

raconte sa passion pour la perche...

Gaëlle Heureux

aime partager une certaine mélancolie et le goût d'en rire...

Michel Serres

aimerait être une bonne sage-femme...

Andrea H. Japp, la reine du crime

voulait devenir cantatrice, mais elle chante faux...

Franck Thilliez

Homme du Nord, raconte des histoires aussi noires que le charbon...

Frédérique Martin

est une infatigable voyageuse immobile...

Denise Bombardier

ne s'enfange pas dans les fleurs du tapis (elle ne fait pas de manières...)

André Brink

fait merveille...

Le Journal de Paul Nizon

est poignant...

Quand on aime lire on n'est jamais seul !

Découvrez le portrait d'Alexandra de Broca...

David Foenkinos

est le parrain de la 4e édition de "Radio France fête le livre"

Lieve Joris

tente de saisir l'extrême complexité du monde...

Clémence Weill, Grand Prix de littérature dramatique 2014

écrit principalement des dialogues, les dessine, les teste, les ratiboise...

Eddie Breuil

propose une relecture des Illuminations...

Renata Ada-Ruata

souhaite partager ses émotions de lecture...

François Esperet

est un poète épris de raconter...

Jean Rouaud

écrit le matin, dans son bureau, en silence...

Lawrence Block

a rejoint le club très fermé des maîtres américains du roman noir...

Emma Dayou

fait confiance à son inconscient...

Alfred Brendel

met sa fantaisie au service de l'écriture...

Kamel Daoud

n'imagine pas sa vie sans écrire...

Lydie Salvayre, Prix Goncourt 2014,

est soutenue, aussi, par les libraires...

Geluck

signifie «chance» ou «bonheur» en flamand...

Pierre-Marie Beaude

partage sa passion pour le judaïsme ancien et les origines chrétiennes...

Virginie Megglé

nous invite à devenir auteur et acteur de notre vie...

Jean d'Ormesson

parle de la consolation...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Laurent Mauvignier

est l'invité de La Grande Librairie...

Éric Vuillard

est l'invité de La Grande Librairie...

Alice Ferney

est l'invitée de La Grande Librairie...

Un monde flamboyant

est soutenu par les libraires et par la presse...

Ito Ogawa

enchante par la poésie le monde réel...

Frédérique Hébrard

a grandi sur les genoux de Malraux, Guilloux, Saint Exupéry, Prévost...

Karin Müller

s'est mise dans la peau et les pinceaux de Nicolas de Staël, Edward Hopper, Henri Matisse, et tout récemment de Vincent Van Gogh...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

David Foenkinos

le sait : l'amour sauve...

Geneviève Brisac

baigne dans le fleuve immense des livres...

Olivier Bellamy

partage l'amour des pianistes solitaires et courageux...

Daniel Lacotte

est un écriveur...

Emmanuel Carrère

est un des chocs de la rentrée...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Jean-Louis Fournier

a voulu acheter une brosse à dents...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Charly 9

Couverture du livre Charly 9

Auteur : Jean Teulé

Date de saisie : 28/04/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Julliard, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-260-01824-7

GENCOD : 9782260018247

Sorti le : 10/03/2011

La sortie d'un nouveau livre de Jean Teulé est en soi un événement dans le petit monde des livres. Quand cet excellent conteur s'empare d'un personnage ou de faits historiques, c'est toujours drôle ! Drôle, mais pas bête. Vous connaissez les faits de la Saint Barthélémy ? Vous connaissez un peu (beaucoup peut être) le personnage de Charles IX et celui de sa célébrissime mère, Catherine de Médicis, réputée pour sa cruauté légendaire ?

Avec Jean Teulé, on revisite ces personnages de l'Histoire de France. L'écriture au vitriol de ce surdoué est toujours adaptée à l'époque étudiée. On se souvient avec bonheur de son "Montespan", largement imprégné du vocabulaire et des formules des précieux du XVIIème ou de "Je, François Villon". Ici, c'est bien sûr la Renaissance qui inspire Jean Teulé. On se régale des frasques de Charles IX (1550-1574 seulement !), qui ne se remettra jamais du massacre de la Saint Barthélémy qu'il a laissé se produire, fortement influencé par sa mère et ses "conseillers"...

C'est drôle mais il s'agit tout de même d'une véritable descente aux enfers pour l'avant-dernier Valois, qui ne maîtrise pas grand chose, à part peut être l'art de la chasse et les parties fines avec sa maîtresse...

Lorsqu'il se rend compte de l'importance du massacre du 24 août, ("Une seule nuit a détruit ma vie. Qu'à tous les diables soient données les religions") le jeune roi perd vraiment les pédales : Il chasse le lapin et le cerf dans les salles du Louvre, a une très vive propension à la violence, s'habille en peau de chien, "joue" à pleins poumons du cor de chasse dans les oreilles de tous... Délaissé par sa mère, raillé en permanence par son jeune frère, Charly 9 va finir par se détester lui-même. Peu avant sa mort, il ira jusqu'à dire "Je sens bon. Le cadavre de son ennemi sent toujours bon."

Pendant que Charly délire, le peuple meurt de faim et les caisses de la France n'ont jamais été aussi vides. Charly 9 est un roi détesté, sauf par sa jeune et gentille femme, Elisabeth d'Autriche et sa gironde maîtresse, Marie Touchet.

Vous découvrirez autour de ces personnages toute une galerie de portraits extrêmement amusants, comme celui de Ronsard, coureur de jupons incorrigible, répétant à toute jeune et jolie femme à sa portée "Mignonne, allons voir si la rose..." !

Révisez vite vos connaissances en Histoire avec Jean Teulé, c'est un grand moment de détente !


Jean Teulé s'attaque cette fois-ci à un moment clé de l'histoire française : le massacre de la Saint Barthélemy. Qu'on se rassure, il ne relate pas le massacre en lui-même mais il s'intéresse plutôt au roi qui l'a commandité : Charles IX. Pourquoi prit-il cette décision et comment cette dernière bouleversa sa vie. Teulé nous offre un roman franc et acide comme toujours. A lire sans modération.


J'attends toujours avec gourmandise les nouvelles sorties de Teulé...

Après nous avoir amusé avec les déboires du cocu magnifique dans "le Montespan", et horrifié par le terrible fait divers que constitue "Manger le si vous voulez", il nous accompagne ici à la découverte de Charles IX, roi de France et pénultième Valois, dont l'histoire retiendra en particulier qu'il ordonna le massacre de la Saint Barthélémy.

L'auteur, servi par une langue qui ne s'embarrasse pas de fioriture, et une crudité qui reflète l'époque, humanise le souvenir de ce roi qui ne parvient pas à dépasser sa culpabilité dans cette tragédie.

L'histoire de France, comme un roman, avec la petite touche d'humour et de cynisme qui fait la différence.


  • Le journal sonore des livres : Jean Teulé - 08/05/2011

Une courte lecture de Jean Teulé


  • Les présentations des éditeurs : 07/05/2011

Il est vrai que Charles IX ne fut pas un roi comme les autres et qu'il n'aurait pas laissé un grand souvenir s'il n'avait ordonné, en août 1572, le massacre de la Saint-Barthélemy, carnage qui horrifia l'Europe, à l'exception du pape et des Espagnols qui y virent, eux, la bienheureuse volonté de Dieu. Cette décision n'était pas la sienne mais celle de sa mère, la redoutable Catherine de Médicis qui utilisa toute sa vie sa nombreuse progéniture pour assouvir son appétit dévorant de pouvoir : dès qu'un de ses fils mourait, elle poussait illico le suivant sur le trône de France. Charles IX avait 24 ans à l'époque, et il ne possédait ni la cruauté ni la détermination, ni la force morale d'assumer un crime aussi horrible. Accablé par le poids de sa faute, il sombra dans une folie qui le conduisit en quelques mois à la maladie et à la mort. C'est cette terrifiante descente aux enfers que Jean Teulé raconte dans ce roman baroque et magnifique. Avec la verve qu'on lui connaît, il décrit les extravagances de ce malheureux jeune homme : la manière dont il coursait furieusement des lièvres qu'il délivrait dans les appartements de sa maîtresse ; comment il massacrait le bétail, la basse-cour et tous les animaux des fermes où le hasard de ses errances le conduisaient, comment il empoisonna une partie de la population en lui offrant du muguet le 1er mai, ce qui, en ces temps de famine, poussait ses sujets à manger cette fleur vénéneuse qu'il croyait être une sorte de salade ; comment il permit l'invention du poisson d'avril en officialisant le changement de date du début de l'année du 1er avril au premier janvier ; comment il crut remplir les coffres vides du royaume en fabriquant de la fausse monnaie... et bien d'autres folies encore, aussi saugrenues que sanglantes.

Jean Teulé est l'auteur de treize romans. Parmi les plus notables, Je, François Villon a reçu le Prix du récit biographique ; Le Magasin des suicides a été traduit dans dix-neuf pays (best-seller à Taïwan !). Son adaptation en film d'animation par Patrice Leconte est en cours de réalisation et sortira sur les écrans en 2012. Darling a été adapté au cinéma par Christine Carrière, avec Marina Foïs et Guillaume Canet dans les rôles principaux ; Le Montespan, prix Maison de la presse et grand prix Palatine du roman historique, a été élu parmi les vingt meilleurs livres de l'année 2008 par le magazine Le Point. Son roman Les lois de la gravité est joué actuellement au théâtre par la Compagnie du Brasier. La totalité de son oeuvre romanesque est publiée aux Éditions Julliard.



  • La revue de presse Claire Julliard - Le Nouvel Observateur du 21 avril 2011

Peut-on éprouver de la compassion pour l'instigateur du massacre de la Saint-Barthélemy ? A priori non. Jean Teulé brosse pourtant le portrait convaincant d'un Charles IX trop jeune, trop fragile pour résister à sa mère, la terrible Catherine de Médicis...
Le roman offre un contraste saisissant entre la dureté du sujet et la légèreté du style. Au fil des livres, la force de Jean Teulé apparaît justement dans cette écriture vive, aisée, qui ne laisse transparaître ni le travail de documentation historique préalable - les événements contés ici sont attestés - ni le labeur de l'écrivain. Jean Teulé a le souci de ne pas ennuyer le lecteur. Celui-ci lui en sait gré. En témoigne le succès de ses précédents ouvrages, qu'ils évoquent une figure littéraire (Rimbaud, Verlaine, François Villon), qu'ils ressuscitent un personnage historique (le Montespan) ou qu'ils relèvent de pures fictions.


  • La revue de presse Marie-Françoise Leclère - Le Point du 14 avril 2011

"Plus pâle qu'un cadavre et plus tremblant qu'un chien, de ses milliers de victimes il voit errer les ombres." Ces accents shakespeariens sont de Jean Teulé, grand pourfendeur de rois qui, hier, dans Le Montespan, se payait la tête de Louis XIV et s'en prend aujourd'hui à Charles IX, l'avant-dernier des Valois...
Jean Teulé décrit ces monstruosités avec une verve étourdissante. Peu lui importe que Catherine de Médicis ait été une grande reine ou que Charles IX ait tenté d'arrêter le massacre ; il préfère la légende noire, dans laquelle il se roule avec volupté, il fonce, tranche, délire et rigole comme un forcené.


  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, avril 2011

Voici Charly 9, ou l'histoire d'un jeune monarque aux pulsions morbides - Charles IX (1550-1574) - responsable d'un bon massacre - celui de la Saint-Barthélemy - bref, un morceau de choix pour Jean Teulé, plus fou du roi que jamais. Et le bon peuple de France d'applaudir, hissant le 13e roman du gamin d'Arcueil sur le podium des meilleures ventes !...
Avec des accents de bédéiste à la Hara-Kiri, Teulé malaxe l'Histoire, joue avec la langue, amuse la galerie. Un délice... royal !


  • La revue de presse Béatrice Vallaeys - Libération du 31 mars 2011

Les apparences loufoques de Charly 9 n'en font pas moins un roman historique, façon ovni. On y apprend beaucoup de choses et d'anecdotes utiles dans les dîners en ville - c'est Charles IX qui fixa le début de l'année au 1er janvier alors qu'il était jusqu'ici célébré le 1er mars. Mais on est surtout emballé par la forme du récit, qui se lit d'une traite, sourire aux lèvres et laisse perplexe : Jean Teulé est-il sain d'esprit ?


  • Les courts extraits de livres : 07/05/2011

- Un mort ?
Un gentil garçon semblant à peine sorti de l'adolescence - il vient d'avoir vingt-deux ans - écarquille ses grands yeux :
- Quoi ? Vouloir que j'ordonne, pour cette nuit, l'assassinat d'un convalescent surpris en plein sommeil ? Mais vous n'y pensez pas, ma mère ! Et puis quel homme, l'amiral de Coligny que j'appelle «mon père». Jamais je ne scellerai cet édit !
Tout loyal, franc, ouvert du coeur et de la bouche, le garçon, à haute fraise blanche entourant sa gorge jusqu'au menton, s'étonne :
- Comment pouvez-vous venir me réclamer la mort de mon principal conseiller qui déjà hier matin, sortant du Louvre, fut arquebuse dans la rue par un tueur caché derrière du linge séchant à une fenêtre ?... Il n'est que blessé. Ambroise Paré dit qu'il s'en tirera et je m'en réjouis.
- Pas nous, répond une voix de matrone au fort accent italien. D'autant que c'est ton jeune frère et moi qui avions commandité l'attentat.
- Quoi ? !
Le garçon, d'un naturel aimable et ayant de bonnes dispositions, n'en revient pas. Sous un bouquet de duvet de cygne à sa toque, il tourne lentement la tête vers les six personnages assis côte à côte devant lui. L'un d'eux, vieux gentilhomme vêtu d'une jupe de damas cramoisi, regrette :
- Sire, le seigneur de Maurevert, tueur professionnel mais mal habitué aux armes à feu, voulait faire ça à l'arbalète. Pour plus de sûreté, nous lui avons imposé l'arquebuse. Mal nous en a pris. Au moment du tir, Coligny s'est penché pour réajuster sa mule. Maurevert a manqué sa cible.
Le jeune roi aux joues arrondies hoche la tête d'un air consterné :
- Quand je pense que cet après-midi je suis allé rue de Béthisy, au chevet de l'amiral, lui promettre de faire rechercher et punir les coupables... C'étaient ma mère et mon frère !... Mais pourquoi avez-vous décidé ça, tous les deux, mamma ?
Mamma, assise juste en face de son rejeton royal, porte autour du cou une immense collerette tuyautée en façon de roue de carrosse. Couverte d'une poudre de riz parfumée, celle-ci enfariné le haut des manches bouillonnées d'une robe noire de veuve. Yeux globuleux et joues molles, les lèvres lippues de la reine mère remuent :
- Charles, écoute-moi... Gaspard Coligny de Châtillon, certes grand amiral de France mais aussi chef du parti protestant, a maintenant trop d'emprise sur toi. Et depuis des semaines, il te presse en secret d'intervenir aux Pays-Bas espagnols sous prétexte que Philippe II y opprime les huguenots.
- Comment le savez-vous puisque c'est en secret ?


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2014 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia