Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Dictionnaire amoureux du Brésil

Couverture du livre Dictionnaire amoureux du Brésil

Auteur : Gilles Lapouge

Illustrateur : Alain Bouldouyre

Date de saisie : 23/06/2011

Genre : Littérature, essais

Editeur : Plon, Paris, France

Collection : Dictionnaire amoureux

Prix : 26.00 €

ISBN : 9782259209250

GENCOD : 9782259209250

Sorti le : 05/05/2011

  • Le courrier des auteurs : 06/07/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis Gilles Lapouge, journaliste, écrivain (Les pirates, L'encre du Voyageur, Besoins de mirages, Le Bois des amoureux...)

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le Brésil, mais par fragments. Parmi les entrées de ce dictionnaire très subjectif : Saudade, Bois Brésil, I36 peaux, Amazonie, Anthropophagie, Vide, Eden...

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Le Brésil, il y a soixante ans que je le fréquente, je vais le voir, je parle avec lui, nous échangeons des idées, des souvenirs, des malices, il me raconte des histoires, si je suis au loin, j'écoute sa respiration, je lui écris ou je lui téléphone et la nuit, quand il me fait faux bond depuis quelques mois, je me débrouille pour le mettre dans mes songes».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La mélodie de Tom Jobim et Vinicius de Moraes : «Tristeza nao tem fim. Felicidade, sim» («La tristesse n'a pas de fin. Le bonheur, oui»)..

5) A qui s'adresse de livre ?
A tous ceux qui connaissent le Brésil et à tous ceux qui ne le connaissent pas.


Une courte lecture de Gilles Lapouge


  • Les présentations des éditeurs : 06/07/2011

Je connais le Brésil depuis soixante ans, jour pour jour. Il m'a toujours étonné et surpris, parfois énervé, sans me décevoir jamais. Ce dictionnaire voudrait donner à voir ses forêts du début des choses, ses eldorados, les déserts écorchés du Nordeste, la douceur de ses habitants et leurs cruautés, la volupté de Rio, de Brasilia, de Bahia, de São Luis, les fêtes et les sambas, les fascinants poissons de l'Amazone, l'aventure du caoutchouc, du café et de ce bois écarlate qu'on appelle «le bois brésil». Comme je fréquente ce pays régulièrement, je l'ai peint avec mes souvenirs. Je montre ses images. Je me rappelle ses odeurs et ses orages. Parallèlement, je parcours son histoire dont nous ne connaissons en Europe que des bribes, et qui fut brutale et fastueuse. Je parle également du Brésil d'aujourd'hui, partagé entre l'horreur des favelas et l'impatience d'un peuple qui, pour la première fois peut-être, sait qu'il est en charge de son propre avenir. C'est cela, être amoureux d'un pays.

G. L

Gilles Lapouge est journaliste au quotidien O Estado de São Paulo. Parmi ses livres, on peut citer Équinoxiales, qui relate un voyage solitaire dans le Nordeste brésilien, La Mission des frontières, une épopée baroque située dans la jungle amazonienne au XVIIe siècle, mais aussi Les Pirates, Le Bruit de la neige. Parmi des titres plus récents, on peut citer L'Encre du voyageur (prix Femina de l'essai) et La Légende de la géographie.



  • La revue de presse Raphaëlle Rérolle - Le Monde du 23 juin 2011

"L'histoire du brésil est celle de ses peaux", écrit Gilles Lapouge, à l'entrée "Peaux" de son dictionnaire....
Dans ce chapitre comme dans presque tous les autres, l'auteur relate avec une verve extraordinaire des histoires qui enchantent. A travers elles, il raconte non seulement le passé, mais le présent de ce pays.


  • La revue de presse Gilles Biassette - La Croix du 9 juin 2011

Faire tenir le Brésil, ses millions de kilomètres carrés, ses 200 millions d'habitants et sa diversité dans un dictionnaire en un seul volume est un pari pour le moins audacieux. Comment faire rentrer et l'Amazonie et le sertao ? Comment y loger Brasilia la ville nouvelle et Ouro Preto la baroque ? Sans oublier qu'il ne faut pas se contenter du présent : le passé, révolu, et le futur, entrevu, doivent également trouver leur place - le tout en moins de 700 pages. Pour un pays aussi riche, aussi épais, aussi plein que le géant vide, la tâche est particulièrement ardue. L'écrivain-journaliste Gilles Lapouge, habitué du Brésil depuis soixante ans, l'accomplit avec talent...
Il ne s'agit pas d'un «dictionnaire du Brésil», mais bien d'un abécédaire porté par l'expérience de Gilles Lapouge, qui débarqua un beau jour de 1951 à Rio, avant de prendre la direction de Sao Paulo pour rejoindre l'équipe du grand quotidien O Estado de Sao Paulo. Il mêle savoir, expériences, doutes, interrogations et rêves.


  • La revue de presse Bernard Pivot - Le Journal du Dimanche du 5 juin 2011

De la cinquantaine de Dictionnaires amoureux, voici le plus exotique, le plus romanesque, le plus enchanteur, le plus captivant, bref le meilleur : Dictionnaire amoureux du Brésil, de Gilles Lapouge. D'abord parce que le Brésil est un sujet en or, en bois rouge, en caoutchouc, et qui sent le café. Pour un écrivain, du nanan. Il y a mille Brésil. Et encore mille autres. Un puzzle géographique, un Lego historique. Avec des légendes en veux-tu en voilà. "Et des histoires vraies comme des légendes." On peut faire confiance à Gilles Lapouge : là où il y a de l'énigme, du miracle, de la cruauté, de la beauté, de la folie, de la saudade, des ruines et des arbres millénaires - le Brésil produit tout cela et bien d'autres choses à foison -, il est présent, attentif, émerveillé ou griffu, toujours ensorcelé.


  • La revue de presse Jean-Christophe Rufin - Le Nouvel Observateur du 26 mai 2011

Le Brésil, paradis des cuistres, attire les clichés : pays d'avenir, terre du métissage, favelas violentes livrées aux mafias, nouveau dragon d'Amérique latine... Ceux qui veulent en parler devraient garder en mémoire le mot de Truman : «Si vous avez les idées claires, c'est que vous êtes mal informés.» Avec Gilles Lapouge, pas de risque ! Il sait que le Brésil est trop grand, trop multiple, trop riche, trop pauvre, trop généreux, trop secret pour être expliqué. S'il lui consacre pourtant 600 pages de pur bonheur, c'est en conservant l'attitude humble de celui qui ne prétend pas donner de leçon. Il raconte, voilà tout.


  • Les courts extraits de livres : 06/07/2011

Extrait de l'introduction

Longtemps, j'ai aimé le Brésil et je l'aime encore. Il y a soixante ans que je le fréquente. Je vais le voir, je parle avec lui. Nous échangeons des idées, des souvenirs, des malices. Il me raconte des histoires. Si je suis au loin, j'écoute sa respiration, je lui écris ou je lui téléphone. La nuit, quand il m'a fait faux bond depuis quelques mois, je me débrouille pour le mettre dans mes songes. Je me suis composé un petit équipement qui me permet de le retrouver quand je crois que je l'ai perdu ou qu'il se détourne. J'ouvre ma trousse et j'en sors le ciel d'un soir d'Ipanema pendant l'année 1952, les odeurs de fleurs et de marécages que j'ai ramassées à Marabá en 1969 ou cette petite fille noire qui dansait sur la plage bleue de João Pessoa, avec une ombrelle rouge, et c'était en quelle année ?
Quand je suis tombé dans ce continent, en 1951, j'arrivais d'une Europe grise, fourbue, avec des aigreurs d'anciens combattants, de soldats en déroute et de fours crématoires. L'Europe avait reçu beaucoup de gnons. Elle était pleine de bleus, de rancunes et de cendres. Hargneuse, prétentieuse et repliée sur ses propriétés, elle se laissait manger par sa mémoire. Ses villes et presque ses paysages étaient couverts de brumes et de pluies un peu sales.
Le Brésil était en couleurs, au contraire. Dans les rues allaient des peaux noires, blanches, rouges ou dorées, et elles s'amusaient ensemble. Le pays portait un nom de couleur en hommage à cet arbre de braise (pau-brasil ou «bois brésil») dont la pulpe a barbouillé de carmin, de pourpre et d'écarlate les fêtes des condottieres, des princes et des papes de la Renaissance, à Florence, à Chambord, en Flandres et au Louvre. La terre du Brésil est violette, noire, jaune ou blanche. Le bleu de ses ciels est celui de ses mers. Et dans le vert violent de ses forêts passent des compagnies d'oiseaux bariolés.
Je me souviens de mon premier matin à Copacabana. J'étais impatient. Après une nuit sans sommeil, levé à cinq heures, j'avais regardé la plage, le soleil et la mer, l'or et le bleu, et je m'étais dit que j'étais arrivé dans la beauté des choses.

Plus tard, je me suis aperçu que ce pays était rusé et même un peu menteur. Il faisait du bruit car il avait peur du silence et toutes ces couleurs déployées formaient des «barricades mystérieuses» élevées contre sa nuit. Il se cachait derrière ses joies. S'il tenait boutique d'amours, de chansons et de passions, c'est qu'il masquait ses peurs. Il faisait illusion à force de gambades et de feintes, mais il était comme tous les autres pays : du fond de ses caves, montaient les litanies du malheur. Il faisait des cauchemars et peut-être il aimait leurs noirceurs. Il multipliait les fêtes et les carnavals car il ressentait une «difficulté d'être», et toujours le néant venait battre ses rêves. Il s'était maquillé en franc luron et habillé de fanfreluches pour se convaincre que la vie est un délice. Il disait qu'il était le paradis mais c'était un drôle de paradis, bricolé avec des injustices, de la misère et des ombres. Depuis le temps qu'il se prenait pour le ciel, il se demandait où il avait bien pu le mettre, ce ciel, et si ce n'était pas une blague. Ses chanteurs disaient d'une voix désespérée qu'il n'y a pas de bout au malheur. «Tristeza não tem fim, felicidade, sim !» («La tristesse n'a pas de fin. Le bonheur, oui»).


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia