Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. La vacance du Petit Nicolas

Couverture du livre La vacance du Petit Nicolas

Auteur : Pierre Cherruau | Renaud Dély

Date de saisie : 16/05/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Baleine, Paris, France

Collection : Le Poulpe

Prix : 8.00 €

ISBN : 9782842194932

GENCOD : 9782842194932

Sorti le : 05/05/2011

Une courte lecture de Renaud Dély


  • Les présentations des éditeurs : 16/05/2011

«Quelqu'un veut du mal au Président.
On compte sur vous pour éviter le pire».

Le Poulpe croit d'abord à une mauvaise blague. Des ennemis du chef de l'État, ce n'est certes pas ça qui manque. Il y en aurait même des millions selon certains sondeurs...
Mais pourquoi s'adresser à lui, libertaire dans l'âme, pour éviter que malheur n'arrive ? Et comment dire non dès lors que Chéryl est impliquée ? Alors Gabriel va être obligé de plonger dans les eaux putrides de la politique française. Bientôt les courants et les sous-courants n'auront plus aucun secret pour lui. Des Villepinistes aux Ségolénistes en passant par les Lepénistes, les fous de Dieu et les défenseurs des Droits de l'homme, rien ne lui sera épargné, pas même les nationalistes du pays basque, les barbouzes ou les Mormons de l'Utah. Et notre Poulpe aura bien du mal à trouver qui veut le plus à la peau du Président...

Renaud Dély vient d'avoir 42 ans. Il est journaliste (de presse écrite), actuel directeur délégué de la rédaction du Nouvel Observateur.

Il a co-écrit cette aventure du Poulpe, avec Pierre Cherruau.


  • Les courts extraits de livres : 16/05/2011

1- Le fou ne se fatigue jamais

Sa vie n'aurait plus jamais la même saveur. C'était écrit. Pourtant, ce jour-là, Gabriel avait fait une exception à sa nouvelle règle : ne plus jamais regarder le petit écran. Comble de la perversité, il avait allumé la télé au petit matin. Il fallait vraiment qu'il aille mal. Et là, devinez sur qui il était tombé : le petit Nicolas. Le Bonaparte de sous-préfecture, le Napoléon des mauvais jours.
Le Président Sarkozy le regardait avec ses yeux de maquignon de comice agricole. Dans son attitude de comédien de série B, il lui rappelait son ami Christian Clavier, sauf qu'il était encore plus mauvais acteur. Et ce n'était pas peu dire !
En même temps, on ne peut pas tellement leur en vouloir. Au lieu de les envoyer à l'Actors studio, les parents de Sarko & co les ont inscrits à Sciences Po. La même école qui a formé les Chirac, les Fabius, les Copé et toute la bande.
Le seul bon acteur passé par cette «institution» reste, sans conteste, François Mitterrand. Chapeau l'artiste ! Mais c'était il y a longtemps, vraiment très longtemps. Sciences Po ne s'appelait pas encore Sciences Po. Il y a prescription.
Le Poulpe n'aurait jamais dû faire ça. D'emblée, Sarko l'avait énervé. Il refaisait son coup du : «Est-ce que vous trouvez ça normal ?»
Cette fois-ci, c'était : «Est-ce que vous trouvez ça normal que des patrons s'enrichissent sans limites ? Est-ce que vous trouvez ça normal que le capitalisme ne soit pas davantage régulé ?»
Sauf que c'était le même mec qui s'était rendu à l'université d'été du Medef et qui avait déclaré un truc du genre : «Est-ce que vous trouvez ça normal qu'on mette des patrons en prison ?»
C'était à n'y rien comprendre. L'animal disait tout et son contraire. Avec Sarko, rien n'était jamais normal. On ne pouvait qu'être d'accord avec lui. Est-ce que vous trouvez normal que des gens tuent des enfants ? Est-ce que vous trouvez normal que des Français vivant en banlieue soient terrorisés par les trafiquants de drogue ?
Sauf qu'après l'avoir écouté, la normalité n'avait guère progressé. On avait juste perdu une heure. Soixante précieuses minutes qui auraient pu être passées à faire des choses beaucoup plus utiles. Comme aller au bistrot et boire un verre avec les copains par exemple.
Est-ce que vous trouvez ça normal de faire attendre des amis et un demi de bière qui vous tend les bras sur un zinc ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia