Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un libraire en colère

Couverture du livre Un libraire en colère

Auteur : Emmanuel Delhomme

Date de saisie : 21/07/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : l'Editeur, Paris, France

Collection : Idées et controverses

Prix : 11.00 €

ISBN : 9782362010378

GENCOD : 9782362010378

Sorti le : 20/05/2011

Emmanuel Delhomme est un libraire en colère. Patron de la librairie «Livre Sterling», à deux pas lu rond-point des Champs-Élysées, il vide son sac, en proie aux difficultés financières qui s'emparent des commerçants indépendants en général - et pas seulement dans le domaine du livre -, face à une culture en pleine mutation qui le plonge, dirait-on, en plein désarroi.

Contemporain d'Emmanuel Delhomme, mais au parcours différent, dans un autre pays - la Suisse romande, au sein des librairies Payot - je peux mesurer ce qui nous sépare, mais aussi ce qui nous rapproche, à commencer par cet amour sans réserve de l'écrit, parfois d'un titre particulier - «on s'attache à un livre, et il fait partie intégrante de votre vie» -, instants inoubliables d'émerveillement et de reconnaissance partagés avec les clients et les proches qui font confiance à nos choix et à leur tour, en font l'éloge auprès d'autres personnes. Un vrai plaisir, pour l'auteur qui ne roule pas toujours sur l'or, lui non plus, avec ce sentiment réconfortant que notre métier n'est pas inutile. Les rencontres exceptionnelles font aussi partie de ce paysage inoubliable : Isabelle Adjani pour lui, Anouk Aimée ou Dirk Bogarde pour moi, autrefois, à Londres...

Cela n'occulte pas pour autant certaines interrogations. Il est vrai que le temps manque au livre - pour les hommes surtout : allez savoir pourquoi ? - et que les femmes représentent le 80% des lecteurs actuels, une réalité incontournable qui se vérifie sur les réseaux sociaux tels Facebook où l'élan culturel, la passion de partager des choix de textes, de critiques ou de citations, connaît une fréquentation dans les mêmes proportions. Il est vrai aussi que si l'édition nous réserve autant d'heureuses surprises, les mauvaises sont en constante augmentation et tendent - si nous n'y prenons garde - à noyer les titres qui nous tiennent à coeur.

En revanche, je ne souscris pas du tout à cette mort annoncée du livre, qui depuis plus de vingt ans alimente les conversations de salons. Souvenez-vous de la période où explosa la bande dessinée, puis l'apparition des jeux vidéo qui n'inspiraient pas moins de craintes hier que les multiples chaînes de télévision ou les heures passées sur Internet aujourd'hui. Enfin, les jeunes lisent bien davantage que dans les années 70. Le livre a donc, quoiqu'on en dise, des lendemains riches de promesses...

David Servan-Schreiber, dans son émouvant On peut se dire au revoir plusieurs fois, parle des métiers ou services proposés qui «contribuent au bien-être des gens, comme une pierre apportée au bonheur d'autrui.» Le milieu un peu marginal de la librairie, correspond pour une bonne part à cette image, pour autant que l'on respecte son interlocuteur, qu'il désire s'instruire, se distraire, se faire peur, trouver remède à ses problèmes personnels ou se laisser surprendre. Or, dans Un libraire en colère, que de mépris et d'amertume, somme toute : «Indécrottables, les hommes ne veulent plus de livres. Dans leur habitacle robotisé, ils vont décider de l'avenir du monde...» Avec pour point d'orgue ce commentaire d'Emmanuel Delhomme sur le livre de Charles Dantzig Pourquoi Lire : «Pour être moins con.»

Et si le «con», d'une certaine manière, c'était lui ? Les grandes surfaces ont vu le jour, en partie grâce à cette «école de librairie», imbue de son savoir et percluse de jugements sur la société. Emmanuel Delhomme avec ses airs d'outre-tombe semble convaincu que la désertification de sa librairie est due à la désaffection du livre. Il se trompe sans doute. «Qu'est-ce qu'une librairie pour eux aujourd'hui ? Un endroit austère, sinistre, il n'y a pas d'écran sur les murs, ça ne hurle pas dans les oreilles, et il faut pour comprendre l'objet l'ouvrir...»

Les clients vont ailleurs, tout simplement, et pas seulement pour sacrifier aux modes ou tendances ! Dans la jeune génération des libraires indépendants - et des autres - Dieu merci, l'approche du métier est devenue moins sacrée peut-être, mais plus humble, moins pleurnicharde, plus imaginative et conviviale. La librairie est devenue un espace où il fait bon vivre... Les temps restent durs, mais à des degrés divers, ne l'ont-ils pas toujours été ?

«Voilà bientôt trente ans que je suis sur la terre, et j'en ai passé dix à chercher un libraire. Pas un être vivant n'a lu mes manuscrits.» Alfred de Musset


Une courte lecture d'Emmanuel Delhomme


  • Les présentations des éditeurs : 11/06/2011

Dans un texte sincère et partial, succession de courts billets d'humeur, Emmanuel Delhomme raconte la vie d'une librairie au jour le jour et les petits riens de son quotidien : ses joies de libraire, bien sûr, mais aussi ses agacements et ses déceptions. Après des années de pratique passionnée de son métier, le «libraire en colère» navigue à vue en espérant tenir longtemps encore. Il veut croire à l'avenir du livre papier plutôt qu'à la victoire inéluctable du numérique.

Emmanuel Delhomme a fondé et dirige depuis 1981 la librairie Livre Sterling située au coeur de Paris. Se faisant une haute idée de la profession, il a coutume de dire qu'un libraire «joue sa réputation sur chaque livre» et a ainsi su fidéliser de nombreux lecteurs en leur proposant les livres «qui accompagnent toute une vie».


  • Les courts extraits de livres : 11/06/2011

Avant-propos de l'éditeur

L'Éditeur a choisi de publier Un libraire en colère parce qu'à sa manière il s'agit d'un livre brut, comme en peinture on parle d'art brut à propos d'une oeuvre inclassable. C'est pourquoi il ne faut chercher dans ce texte ni objectivité ni statistiques indiscutables, mais le ressenti et la vision des choses d'un homme qui pratique son métier avec énergie et enthousiasme. Lui ayant sacrifié beaucoup, il souffre de penser que sa profession risque de disparaître, emportée par un bouleversement des mentalités et des changements technologiques qu'à son avis rien ne peut plus contenir.
Certains passages de cet ouvrage pourront paraître injustes, choquer parfois, mais, ces propos, l'éditeur s'est refusé à les censurer, même lorsqu'il ne les partageait pas. Car, pour autant, l'école ne nivelle pas toujours par le bas comme semble le croire l'auteur.
La scène qu'il imagine de deux adolescents disputant des mérites respectifs de la vie mode d'emploi et de la disparition de Perec a certainement eu lieu, quoi qu'il en dise, sans doute à de nombreuses reprises, et, pourquoi pas, avec d'autres romans et d'autres écrivains ? Par bonheur, il reste des éditeurs qui ne sacrifient pas à la seule rentabilité, parient sur de jeunes talents et publient des textes parfois déroutants mais nécessaires. Certains succès étonnants - Emmanuel Delhomme en a suscité quelques-uns - démontrent que la curiosité des lecteurs reste malgré tout en éveil et qu'ils sont encore nombreux ces papivores boulimiques qu'une découverte littéraire nourrit et enchante. Toutes les librairies ne sont pas désertées au point qu'il faille rendre leur traversée obligatoire en détournant vers leurs présentoirs et leurs rayonnages la circulation des piétons. Enfin, s'agissant des tablettes et des écrans de lecture, ils n'en sont qu'à leurs balbutiements et, malgré l'apparition du livre électronique, espérons que le papier, par sa sensualité et le plaisir si particulier qu'il procure, a encore de beaux jours devant lui.
Cependant, ce cri d'angoisse et ces emportements vont bien au-delà de la défense un peu anachronique d'une activité vécue comme un sacerdoce et qui serait en danger. Ils dessinent l'autoportrait émouvant d'un fou de littérature qui, s'étant voulu toute sa vie un passeur, craint de voir disparaître le monde qui fut le sien, celui de la Galaxie Gutenberg.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia