Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Vengeances

Couverture du livre Vengeances

Auteur : Philippe Djian

Date de saisie : 18/08/2011

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 17.50 €

ISBN : 9782070134793

GENCOD : 9782070134793

Sorti le : 06/06/2011

Philippe Djian lit à voix haute un extrait de son roman


  • Les présentations des éditeurs : 09/06/2011

Marc, un peintre d'une cinquantaine d'années, est brusquement confronté au suicide inexplicable d'Alexandre, son fils de 18 ans, lors d'une soirée.
Un an après, Marc se remet tant bien que mal de la perte de son fils. Il boit encore un peu trop. Elisabeth, sa seconde femme l'a quitté, lassée. Mais il recommence à créer, entouré et soutenu par son agent Michel et sa femme Anne, ses amis depuis 30 ans. Un soir, Marc porte secours à une jeune fille complètement saoule. Elle casse tout chez lui avant de disparaître. Retrouvée par Michel, elle se révèle être la dernière petite amie d'Alexandre, se prénomme Gloria et n'a pas de domicile.
Espérant confusément réparer la mort de son fils, Marc lui propose de l'héberger. Gloria, sauvage, solitaire et démunie, accepte la proposition sans un remerciement ni un sourire. Michel se méfie aussitôt d'elle. Il la suspecte de vouloir se venger de Marc qu'elle estime responsable de la mort d'Alexandre. Mais ce sera Michel, la première «victime» de Gloria. Elle l'aguiche et sème la zizanie dans son couple.
Dans une atmosphère de suspicion de plus en plus grande, le peintre, Gloria, l'agent et sa femme partent plusieurs fois en week-end. A la fin de l'automne, peu après l'une de ces excursions, Gloria disparaît. Elle est retrouvée trois jours plus tard dans le coma, violée et battue... L'enquête de police échoue, mais Marc croit savoir qui a agressé Gloria et décide de se charger personnellement de le confondre.

Philippe Djian est l'auteur de nombreux romans aux Éditions Gallimard parmi lesquels Frictions, Impardonnables et Incidences.



  • La revue de presse Jean-Baptiste Harang - le Magazine Littéraire, août 2011

On a lu tous les livres de Philippe Djian et on n'avait encore rien vu : Djian vient d'inventer un nouveau signe de ponctuation ! C'est le premier signe du livre, un poing fermé, l'index tendu, toujours tourné vers la droite, il indique la sortie, un sauve qui peut, sortie de secours, un peu comme dans certains bistrots on flèche les toilettes ou les extincteurs, ou bien ce revolver imaginaire qu'un enfant mime avec sa main, pan t'es mort. Et des morts, il y en aura, forcément, c'est la vie. Il y en a quarante-huit de ces petites mains noires comminatoires qui finiront bien par nous conduire jusqu'à la fin, groggy sur le trottoir, sonné par le videur.


  • La revue de presse Virginie Despentes - Le Monde du 30 juin 2011

Djian le répète, comme un thème : "Les plus atteints, il fallait se rendre à l'évidence, avaient à peine une vingtaine d'années", mais le roman tend à démontrer le contraire. La maturité est une décrépitude infecte. Egocentrés dans des dépressions abyssales, les adultes sont traîtres, défoncés, en descente, paumés, "les jouets de remontées et de redescentes fulgurantes". Ils se servent du vin, se frottent les gencives, titubent dans des couloirs d'hôtel, bavant de la mousse d'aspirine. On ne peut pas dire qu'ils comprennent très bien ce qui se passe, et encore moins qu'ils sachent comment faire pour que ça s'améliore...
Ces disparus ne sont pas vraiment là pour représenter l'enfant. Djian ne se livre à aucune étude psychologique. Ce qui l'intéresse, c'est la perte définitive et évidente d'une partie de soi. Ou d'une partie de la réalité collective. La promptitude avec laquelle ça se débine. Quelque chose disparaît, sans laquelle on ne peut que se désintégrer.


  • La revue de presse Claire Devarrieux - Libération du 9 juin 2011

On pourrait penser que les romanciers d'aujourd'hui ne peuvent nous toucher, nous concerner, que lorsqu'ils parlent de l'existence en termes raisonnables. C'est naturellement le contraire qui se passe avec Philippe Djian. C'est par la violence et l'excès qu'il approche la vérité de notre monde. La mise à feu de Vengeances se fait à partir d'une situation paroxystique. «Les plus atteints étaient les plus jeunes, sans nul doute, ceux qui avaient une vingtaine d'années. Environ. Il suffisait de les regarder.» La première phrase donne le thème, le même que dans Impardonnables ou Impuretés. Rien ne va plus entre les générations...
«Vivre n'est pas une promenade de santé.» Lire, oui.


  • La revue de presse Valérie Trierweiler - Paris-Match du 9 juin 2011

Le style Djian, s'il garde une certaine distance, a perdu de sa dureté. Le récit mêle deux voix. La première, intérieure, celle du père, Marc, qui entame une descente aux enfers, et la seconde, extérieure, celle du narrateur, qui nous éclaire sur la situation de Marc...
Djian ne perd pas de temps, ni dans son écriture ni dans le mouvement du récit. L'histoire s'installe dès la troisième page lorsque, dans le métro, Marc observe, au bout de la nuit, une toute jeune fille, malade d'alcool autant que d'elle-même. Il ­hésite et finalement lui vient en aide...
Mais ne dévoilons pas davantage ce roman subtil qui n'accumule ni les personnages ni les décors. Juste l'essentiel. L'atmosphère y est parfaitement rendue, comme la ­justesse des sentiments. Le lecteur ne ­devine pas la page suivante. Alors la fin, n'en parlons pas !


  • La revue de presse Tristan Savin - Lire, juin 2011

Peintre alcoolique, Marc file un mauvais coton. Sombre et tonique, le roman de Philippe Djian distille les angoisses de l'écrivain avec énergie et humour...
On retrouve, dans Vengeances, les thèmes récurrents de l'oeuvre de Djian : les angoisses de l'adolescence, l'usure du couple, la crainte de vieillir - en somme, le mal de vivre. Pour évoquer la jeunesse d'aujourd'hui, en proie à la violence, à la boisson, à l'autodestruction, l'éternel adolescent renoue avec l'écriture "rock" de ses débuts. Son style enlevé apporte toute sa cohérence au projet.


  • La revue de presse Nathalie Crom - Télérama du 1er juin 2011

A priori, Vengeances est un polar - et autant dire que le double talent de scénariste et de monteur que possède Djian, à un haut degré de maîtrise, fait merveille en cet exercice. Mais surtout, Vengeances, c'est du Djian pur jus, un mélange corsé de noirceur et d'alacrité, de burlesque et de désenchantement absolu.


  • Les courts extraits de livres : 08/06/2011

Les plus atteints étaient les plus jeunes, sans nul doute, ceux qui avaient une vingtaine d'années. Environ. Il suffisait de les regarder.
Je l'avais réellement compris lors d'une petite réception chez nos voisins, quelques jours avant Noël. Lorsque mon fils de dix-huit ans, Alexandre, avait médusé, puis terrifié l'assistance en se tirant froidement une balle dans la tête. En s'effondrant sur le buffet.

J'étais rentré à la maison, avais réveillé Elisabeth - l'avais secouée, arrachée à son somnifère. «Regarde, Elisabeth ! Regarde ! lui avais-je fait d'une voix faible, encore tremblante. Regarde ce qui vient d'arriver. Regarde ce sang sur mes mains !» A l'entendre, je m'étais mis à pleurer comme une fontaine au moment où j'avais prononcé ces mots. Incapable de rester au sec durant des jours.

Elisabeth avait tout fait pour le sortir de là, pour le consoler, le réconforter, mais il ne voulait rien écouter. Son fils était mort, il ne pensait qu'à boire - se saouler au plus vite, sans délai, avant que la douleur ne se réveille. Ça lui semblait être une assez bonne solution, un acceptable compromis. Il avait ardemment souhaité qu'Elisabeth partît en vacances quelques semaines, ou mieux quelques mois. Jamais autant désiré quelque chose, jamais autant prié pour que sa boîte l'envoyât en mission à l'autre bout du monde et qu'il demeurât seul. Mais elle avait tenu bon, il devait le reconnaître. Elle ne l'avait pas lâché.

Les plus atteints, il fallait se rendre à l'évidence, avaient à peine une vingtaine d'années. A deux rangs devant lui, comme la rame se remettait en marche, c'était au tour d'une adolescente - une blonde qui émettait des rots retentissants depuis la station précédente -, à son triste tour de montrer qu'ils étaient bel et bien les plus déchus, les plus lamentables. Vomir dans ses souliers, de bon matin. Examiner le résultat d'un oeil hagard. Empuantir un wagon entier d'une terrible odeur de vinasse. Aimable plaisanterie. Le moins que l'on pût faire si l'on avait un tant soit peu l'esprit d'équipe.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia