Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Quand le rêve dessine un chemin

Couverture du livre Quand le rêve dessine un chemin

Auteur : Etienne Perrot

Préface : Isabelle Lifran | Francine Perrot

Date de saisie : 23/07/2011

Genre : Psychologie, Psychanalyse

Editeur : la Fontaine de Pierre, Paris, France

Prix : 25.00 €

ISBN : 9782902707621

GENCOD : 9782902707621

Sorti le : 14/06/2011

  • Le courrier des auteurs : 28/06/2011

1) Qui êtes-vous ? !
C'est en tant qu'ancienne élève d'Etienne Perrot, que l'on m'a confié le choix et l'organisation des textes inédits de ce nouveau livre.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le rêve en nous donnant accès à l'inconscient, source profonde où notre vie vient se renouveler, éclaire peu à peu le sens de notre chemin personnel.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Nous voulons montrer que l'âme est chez chacun, que les richesses de l'âme sont en tout le monde, que le langage de l'âme est le langage de tout le monde, que c'est le langage naturel, comme disaient encore les anciens alchimistes, que les rêves ne parlent pas de frustration, d'individuation, de catharsis, mais qu'ils parlent d'eau, de plantes, de soleil, de fleuves, de monstres, etc. (p.29)

Le monde autour de nous se fait de plus en plus chaotique, cruel et désespéré. Mais le Sens est là, en nous, ses sourires sont irrécusables, songes et synchronicités. Et peu à peu, ses apparitions se rapprochent et finissent par former une continuité, un chemin dans lequel notre marche est affermie et assurée. (p.165)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Je pense à un chant polyphonique, à la fois chant de l'âme et chant du monde, qui chante aussi bien le secret des profondeurs, que les mille et uns visages des sentiment humains et les mystères des espaces infinis.
Peut-être en écho au chant breton chanté par Etienne Perrot dans le CD joint au livre, monte en moi un chant occitan : "La chanson de la fileuse". Comme le rêve, la fileuse file un chemin de vie pour chacun avec dans la chanson une couleur de fil différente pour chaque âge de la vie. "Bella fialaira, que fialas dau matin au ser, ditz-me perqué..."

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une rencontre vivante avec ce troubadour de l'âme humaine qui avec générosité nous dévoile son chemin d'accomplissement et nous montre que le chemin du rêve n'est pas réservé à une élite. Il peut être pour chacun un ferment de vie et nous apporter consolation et sens.


  • Les présentations des éditeurs : 24/06/2011

Le rêve donne un accès privilégié au monde foisonnant de l'inconscient, à cette profondeur où la vie puise ses forces de renouvellement et d'élargissement. Pas à pas, il dessine un chemin éclairé, perceptible à la conscience. Jamais sentier battu, toujours individuel, il est chemin d'aventure, de poésie, de liberté. Et cette liberté, nous précise l'auteur, coïncide avec une nécessité pleine de sens, elle engage notre responsabilité à l'égard de la vie et des autres.
Avec sa générosité habituelle, Etienne Perrot nous livre son propre chemin, caractérisé jusqu'à son terme par un don total à la vie. Il révèle comment, en acceptant courageusement les contradictions qui émaillent toute vie, des tensions se résorbent, une unification se crée et une paix venue d'ailleurs envahit le coeur. Cet accomplissement se traduit, sous la plume inspirée de l'auteur, par une louange, un pur chant de reconnaissance, une incantation... qui n'en oublie pas moins l'humour très vivifiant du langage onirique.
Comme Mystique de la Terre, cet ouvrage est publié à titre posthume ; il rassemble des articles inédits, triés selon l'ordre chronologique.

Un CD, composé d'extraits de cinq entretiens avec Jacques Chancel diffusés sur France Inter, nous rend plus présente la personnalité de ce marcheur infatigable, ce poète des profondeurs, ce fidèle d'amour, comme lui-même aimait à se qualifier.

Etienne Perrot (1922-1996) et son épouse Francine Saint René Taillandier ont contribué à diffuser la pensée alchimique de Jung et de sa collaboratrice Marie-Louise von Franz par des traductions de leurs livres. Etienne Perrot, qui a été chargé de conférences à l'Institut C.G. Jung de Zurich, s'est particulièrement fait connaître par sa version du Yi King de Richard Wilhelm. Il devint aussi l'auteur de nombreux ouvrages sur l'alchimie et sur l'interprétation des rêves, livres édités pour la plupart aux éditions de la Fontaine de Pierre créées par lui et son épouse.


  • Les courts extraits de livres : 23/07/2011

CONCERTINO POUR LA NUIT DE NOËL

Quel dessein poursuivons-nous, sinon de faire éclore le chant de l'âme ? Les anciens alchimistes, nos prédécesseurs, n'avaient pas pour rien donné à leur grand oeuvre le nom d'art de musique. Changer les pierres muettes, massives, opaques que sont souvent les humains en instruments vibrants ; pour cela, creuser les corps, les tendre de cordes faites d'une sensibilité affinée par l'exploration intérieure, jusqu'à ce qu'elles résonnent du souffle montant du fond, éveillé par le colloque d'amour : tel est le programme dont l'Alchimie, qui est la Nature créatrice, a fait de nous les exécutants. S'il se réalise, le fracas métallique de nos cités se doublera d'une musique secrète qui finira par le transmuer en harmonie, comme jadis les fauves furent apaisés par Orphée. Cette musique sera celle d'êtres frémissants au vent de l'inspiration, vivantes harpes éoliennes.
Entrer dans la voie de la transformation avec un compagnon ou une compagne qui nous dirige vers nous-mêmes, c'est nous ouvrir à une irradiation, celle qui émane de la profondeur de l'âme. Une musique silencieuse naît alors, et c'est la musique des sphères que Pythagore entendait.
En chacun, le chant possède un timbre et un registre originaux : l'unique souffle créateur, traversant des canaux multiples, se diversifie pour former une symphonie, une cantate d'amour. Il aura fallu pour cela et il aura suffi que des individus se placent dans un champ de vibrations qui est leur propre essence intime, bain de régénération et source de musique. On le nomme aujourd'hui, sans doute par antiphrase, «inconscient». Là, les instruments muets deviennent sonores. Le royaume des enchantements est désormais leur pays. La vie humaine devient mélodie, poème, danse de mort et de vie, danse d'amour, arrachée à la grisaille et à l'absurde, pour se faire valeur et signification, harmonie et parfum.
Les alchimistes affirmaient comme ambition : «spiritualiser le corps et corporifier l'esprit». Pour moi, l'accent est maintenant mis sur le second terme : mon effort doit porter sur la descente de l'esprit et sa présence dans le domaine terrestre ; la musique, art du ciel, doit s'incarner pour refleurir dans des corps devenus instruments dociles.
Ceux qu'on appelle musiciens sont des anges qui nous font sortir dans l'invisible. Pendant les longues années d'obscurité, la musique me fut non seulement une porte, mais un véhicule, une puissante paire d'ailes me soulevant et m'emportant à mille lieues au-dessus de mes misères. Même si elle ne pouvait m'en libérer pour de bon, elle attestait la réalité d'un autre monde que, plus tard, l'alchimie m'apprendrait à changer, selon sa promesse, en ciel terrestre.
Ces hommes m'ont fait approcher du secret dont Beethoven disait : «La musique est un savoir surpassant toute sagesse et toute philosophie». C'est avec gratitude que je pense à ces habitants d'Ailleurs qui ont fait de l'ignorant que j'étais leur concitoyen : avant tout, Beethoven, Mozart, Schubert, Bach (je les range dans l'ordre de ma chronologie personnelle). Les trois derniers m'ont ouvert le ciel, avec, chez Schubert, la tentation d'abandonner la terre ; le premier, Beethoven, a contribué à éveiller en moi toute la puissance vitale que renferme l'homme et qui se ramasse, par moments, en aspiration à l'infini, telle la flèche du Sagittaire, patron astrologique de l'auteur de la Neuvième symphonie, qui est aussi le mien.
Mais, autant mettre une mélodie sur un poème parfait me semble un pléonasme, autant il me paraît vain de commenter la musique par des mots et je reprendrai volontiers l'anecdote connue de Beethoven à qui l'on demande le sens de sa sonate et qui, pour toute réponse, la rejoue. Je m'effacerai donc pour laisser chanter des phrases qui ont éclairé mes ténèbres, charmé mon angoisse, ordonné mon chaos et m'ont prodigué leur consolation.
Aujourd'hui, alors que ma carrière terrestre est bien avancée, la musique des anges a perdu une part de son attrait et je lui préfère le cantique des créatures terrestres. À présent, ce qui me touche le plus, ce sont peut-être les notes impromptues que lance, par intervalles, le rossignol du Japon trouvé un matin de septembre dans notre appartement où il était entré de nuit. Gouttes de lumière, rosée de miel, son chant est à l'image de notre oeuvre ; il est divin et terrestre et goûté des seuls enfants.
Il me ramène à mon adolescence rêveuse que berçait un air ancien évoquant le chanteur de nos nuits d'été.

27 décembre 1982


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia