Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. En mémoire de la forêt

Couverture du livre En mémoire de la forêt

Auteur : Charles T. Powers

Traducteur : Clément Baude

Date de saisie : 27/12/2011

Genre : Policiers

Editeur : Sonatine éditions, Paris, France

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-35584-069-2

GENCOD : 9782355840692

Sorti le : 18/08/2011

La découverte d'un cadavre dans une forêt de Pologne va faire resurgir les traumatismes engendrés par l'occupation allemande et soviétique. En menant une enquête, Leszek va exhumer les pires travers de l'homme, mettant du même coup sa vie en danger. Plus qu'un thriller, cet ouvrage aborde des thèmes tels que la culpabilité collective et individuelle relative aux périodes les plus noires de l'humanité.


Premier et unique roman de Charles T. Powers, il paraitra le 18 août 2011. L'auteur nous "raconte" la Pologne rurale des années 90, qui plonge les racines de son histoire bien plus loin que nous pourrions le penser.

Extrait " Les peupliers étaient humides, noirs, déplumés, et les champs détrempés se noyaient dans la brume. Sur ma gauche, à cinq cent mètres, s'étendait le village. Un cheval et une charrette se traînaient en s'éloignant, avec deux silhouettes sur la banquette, dont l'une inclinée sur le coté : un mari ivre ramené du bar par sa femme. " [p68]


L'éditeur François Verdoux au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 02/12/2011

«Un roman d'une rare intensité, d'une puissance ahurissante... C'est un chef-d'oeuvre, de ceux qui marquent à jamais l'esprit de leurs lecteurs.»
R. J. Ellory

Pologne, quelques années après la chute du communisme. Lorsqu'on retrouve le cadavre d'un homme dans la forêt qui entoure le petit bourg de Jadowia, Leszek, un ami de la famille du disparu, décide de faire la lumière sur l'affaire. Il comprend vite que cet assassinat est lié à l'histoire trouble du village. Mais, dans cette petite communauté soudée par le silence, beaucoup ont intérêt à avoir la mémoire courte et sont prêts à tout pour ne pas réveiller les fantômes du passé. L'ère communiste a en effet laissé derrière elle bien des séquelles et personne n'a rien à gagner à évoquer cette période où la dénonciation était encouragée, la paranoïa et la corruption étaient omniprésentes, les comportements souvent veules. Sans parler de secrets plus profondément enfouis encore, datant de la Seconde Guerre mondiale, lors de la disparition brutale des Juifs établis à Jadowia depuis plusieurs générations. Leszek va devoir mettre sa vie en jeu pour venir à bout de cette chape de silence et faire surgir une vérité bien plus inattendue encore que tout ce qu'il avait imaginé.

Dans ce thriller hors norme, au style d'une beauté et d'une puissance rares, Charles T. Powers aborde avec un art magistral de l'intrigue et du suspense des thèmes aussi universels que la culpabilité collective et individuelle, la mémoire et l'oubli - et les répercussions de l'histoire dans la vie de chacun. Un véritable chef-d'oeuvre du genre, qui restera, hélas, l'unique roman de son auteur, décédé brutalement après avoir remis son manuscrit à son éditeur.

Né dans le Missouri, Charles T. Powers (1943-1996) a été rendant vingt ans collaborateur du Los Angeles Times. Il a en particulier dirigé, de Varsovie le département «Europe de l'Est» du journal, puis a démissionné pour commencer une carrière de romancier. En mémoire de la forêt est son seul roman.



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 14 septembre 2011

Tout en ménageant la précision journalistique, l'auteur est porté par une écriture poétique et réussit à décrire les ambiguïtés de la vie collective sans imposer une morale réductrice.


  • La revue de presse Hubert Prolongeau - Le Monde du 25 août 2011

On n'avait pas eu dans le polar plus passionnante étude des régimes communistes depuis Parc Gorki, de Martin Cruz Smith. Powers plonge dans une nation qui se reconstruit après la chute du rideau de fer, prise entre son désir d'oublier et la volonté de purification de certains. Les trafics du temps du communisme (alcool, produits interdits...) ont trouvé d'autres débouchés, la démocratie naissante peine à déloger les anciens caciques, et chacun se retrouve confronté à ses petites hontes et à ses grandes compromissions. Tout ceci ne serait que passionnant travail de journaliste si Powers n'était aussi un écrivain. Avec des phrases sobres, simples, souvent envoûtantes, et au long d'un récit dont la lenteur est voulue et nécessaire, il fait renaître l'atmosphère feutrée et clandestine de ces temps où l'on s'essaie en vain à oublier.


  • Les courts extraits de livres : 02/12/2011

Leszek

J'aimerais pouvoir vous raconter une histoire remplie d'espions et de péripéties internationales, comme j'aimais à en lire autrefois, dans des décors que je me plaisais à imaginer. Mais je suis sûr que je me tromperais dans les détails, que j'installerais des croupiers aux tables de black-jack ou des coyotes à Miami. Donc je ne le ferai pas. Ici, il sera question d'un village polonais, de péripéties locales, de corruptions mineures en vue de profits douteux, de châtiment et de pardon, d'un passé que l'on respecte ou que l'on redoute. Un jour, mon père m'a expliqué que notre histoire est comme une force derrière nous, qui nous pousse, invisible, voire inconnue de nous, mais dicte notre manière de vivre. À l'image de tant d'autres choses qu'il me disait quand j'étais jeune, j'y voyais là une idée simple, incontestable, une question d'adulte, comme la manière dont il prédisait le temps d'après la brume autour de la lune. Ce n'est que plus tard que je fus troublé, comme un avertissement que je n'avais pas su entendre. Aussi les événements qui se sont produits ici, aussi dérisoires puissent-ils paraître, sont-ils devenus pour moi - et peut-être pour nous tous - un combat contre le passé et les prophéties, contre l'histoire et l'avenir. Avec ses bottes crottées et son visage face au vent, mon père ne se trompait jamais sur le temps qu'il ferait.
Le village où je vis s'appelle Jadowia. Le nom vient d'un ancien mot polonais qui signifie «venin», référence, peut-être, aux serpents qui ont dû infester l'endroit au Moyen Âge, ou plus vraisemblablement à l'odeur de moisi, d'humidité et de décomposition qui émane parfois des marais et des champs détrempés alentour. Nulle péripétie géopolitique ici, même si, à travers les siècles, nombre d'armées ont écume en tous sens nos forêts et nos fondrières, comme si notre terre pauvre était un trophée à elle seule plutôt qu'un rempart contre des pertes plus importantes. Ici, personne n'a plusieurs comptes en banque ni femmes fatales; ici, aucun client de casinos rutilants, aucun propriétaire d'hôtels tout en teck. Ces détails, je ne les retrouve que dans les thrillers occidentaux qui commencent à être traduits. Nos outils de mort, quoique parfois sophistiqués, ne sont pas à la pointe de la technologie. Je ferai donc avec ce que j'ai.
Je m'appelle Leszek. Comme mon grand-père, qui a aujourd'hui 74 ans et une tumeur grosse comme une amande au pouce droit. Et comme le fantôme de mon père, mort d'un cancer, je suis un paysan. Nous possédons en tout dix hectares et demi, répartis, à la polonaise, sur six champs; le plus éloigné - planté de seigle l'an dernier - est situé à dix kilomètres de la maison. Nous avons douze vaches, quatorze porcs, un cheval, un tracteur et une moissonneuse-batteuse d'occasion achetée il y a peu. À l'échelle locale, nous sommes raisonnablement riches, et en bons termes avec nos voisins, aux côtés desquels nous vivons depuis une époque dont même mon grand-père ne se souvient pas. J'ai 26 ans et il faut que je me marie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia