Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. De la culture rock

Couverture du livre De la culture rock

Auteur : Claude Chastagner

Date de saisie : 26/08/2011

Genre : Documents Essais d'actualité

Editeur : PUF, Paris, France

Collection : Perspectives critiques

Prix : 23.00 €

ISBN : 978-2-13-058927-3

GENCOD : 9782130589273

Sorti le : 14/09/2011

Monique Labrune, directrice éditoriale des PUF, au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 30/08/2011

La jeunesse occidentale des années 1950 et 1960 s'est construit un univers propre, avec ses lois, ses codes, ses valeurs, et l'a organisé autour d'une musique neuve et forte : une culture rock. Au coeur de cette culture, il y avait la volonté de se différencier du monde adulte, de s'opposer à ses compromissions et à ses censures.
La rébellion s'est avérée le mode de fonctionnement privilégié de la culture rock. Très vite, pourtant, l'utopie a fait place à l'amertume.
On a dénoncé la naïveté de la révolte rock, la récupération commerciale dont elle aurait fait l'objet. Mais est-ce bien de cela qu'il s'agit ?

Cet ouvrage explore une autre hypothèse : celle d'une identité structurelle entre les objectifs de la culture rock et l'organisation capitaliste de nos sociétés, une convergence fondée sur la stratégie du slogan et du star-system, sur la provocation et l'outrance. Peut-on alors encore parler de rébellion rock ? Quelles voix reste-t-il pour porter le refus de l'autorité, du conformisme et du statu quo ?

Claude Chastagner, professeur de civilisation américaine à l'Université Paul-Valéry de Montpellier, est spécialiste de musique populaire anglo-américaine. Il est l'auteur d'un ouvrage intitulé La Loi du rock.


  • Les courts extraits de livres : 30/08/2011

LE NOUVEAU MONDE

Keep on rockin' in the free world Neil Young

En octobre 1967, les Doors sortent leur deuxième album, Strange Days. Sur l'ultime morceau de l'album, «When the Music's Over», Jim Morrison clame avec autorité «We want the world and we want it NOW» ! Nous voulons tout, et tout de suite. La jeunesse américaine, et quelques mois plus tard, celle de la plupart des pays occidentaux, a décidé de prendre le monde. Quel monde, et pour en faire quoi ?
C'est un rude renversement de l'ordre des choses qui se profile dans cette exigence, un renversement de l'ordre biologique et chronologique. Jusqu'aux années cinquante, la jeunesse attendait son tour, sagement, attendait que les aînés lui laissent une place au banquet du monde. Pour patienter, elle grignotait des miettes, quelques bribes de jazz, de brèves excursions dadaïstes. Mais tout cela restait marginal et ne concernait qu'une petite frange d'intellectuels, d'artistes ou de mondains. La jeunesse occidentale, dans son ensemble, ne remettait guère en question sa place subalterne au sein de la famille comme de la société. Les crises économiques des années trente et les violences militaires qui suivirent se chargèrent de calmer les dernières ardeurs. Le monde, jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, appartient aux adultes. L'économie, la politique sont l'affaire des grands. Les goûts et les couleurs, ce sont les aînés qui en décident.
Mais dès les années cinquante, le vent tourne. Quelque chose d'imprévu se produit : la jeunesse occidentale se met à exister en tant que telle, elle s'autonomise, commence à prendre ses aises. Elle n'en est pas encore à réclamer le monde. Elle se contente d'exiger le droit d'aller au concert, au milk-bar, au drive-in. Effectivement, sur les photographies incertaines, les films tremblotants des premiers concerts de rock'n'roll, ce qui frappe, c'est l'extrême jeunesse des visages, féminins souvent. 12-14 ans, pas plus, des adolescents nés à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ceux que François Ricard appelle la génération lyrique, la première vague du baby-boom. Des adolescents qui dorénavant s'appellent teenagers. Même chose avec la musique pop du début des années soixante. Regardez les photos des concerts des Beatles ou des Rolling Stones : des bébés presque, découvrant leur pouvoir, leur sexualité, s'excitant mutuellement comme dans une cour d'école.
Il faut dire que la jeunesse de l'après-guerre a quelques atouts. A commencer par sa masse numérique. Le baby-boom marque une nette rupture avec le déficit démographique qu'avait entraîné la crise des années trente. Dès 1944, alors même que l'issue du conflit reste incertaine, de nombreux Américains et à leur suite autant d'Européens, convaincus que le monde qui allait émerger n'aurait plus rien à voir, en bien ou en mal, avec le précédent, se mettent à engendrer à un rythme spectaculaire. Le poids démographique de cette tranche d'âge lui donnera quelques années plus tard un pouvoir économique, politique et culturel décisif.
(...)


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia