Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Pièce rapportée

Couverture du livre Pièce rapportée

Auteur : Hélène Lenoir

Date de saisie : 06/01/2012

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Minuit, Paris, France

Collection : Romans

Prix : 14.50 €

ISBN : 978-2-7073-2165-7

GENCOD : 9782707321657

Sorti le : 08/09/2011

Les éditions de Minuit peuvent vraiment s'enorgueillir de leur splendide catalogue riche en écrivains de très grand talent. C'est le cas avec Hélène Lenoir, auteur à la plume si précieuse mais hélas encore trop méconnue du grand public....


Un évènement dramatique. Accident, vélo contre moto. Claire sur le vélo. Chute, sang, urgences, coma. Famille en état de choc. Le père, à l'aigreur narcissique qui pousse des «gueulantes». Elvire, sa mère, renversée elle aussi, qui, à mesure de l'état de santé de sa fille, convoquera son passé dans un monologue intérieur souvent brisé. Deux femmes fragilisées, l'une, en convalescence depuis la naissance, l'autre, en rupture, engluée, phagocytée par cette famille bourgeoise, hypocrite et délétère. D'autres voix se feront entendre, celles de Claas, un lointain précieux cousin allemand ou Nathalie, suicidée, digérée dans le silence. Liens secrets.
Un roman presque étouffant, sur le chaos intime, décliné sur différents modes littéraires qui donne à entendre les nébuleuses structures familiales et la place sans avenir pour la pièce rapportée. Libérateur en finesse.


  • Les présentations des éditeurs : 24/10/2011

Quand elle apprend que Claire, sa fille de vingt-quatre ans, vient d'être transportée sans connaissance à l'hôpital Beaujon après avoir été fauchée sur son vélo par un motard qui a pris la fuite, Elvire saute dans le premier train pour Paris et pressent très vite que cet accident va l'ébranler.
A mesure que se reconstitue le patchwork de sa vie, Elvire s'éloigne peu à peu de sa famille pour qui elle n'a finalement jamais été qu'une pièce rapportée.

Hélène Lenoir est née à Neuilly-sur-Seine en 1955. Germaniste de formation, elle enseigne le français en Allemagne où elle réside depuis 1980.



  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 5 janvier 2012

Pièce rapportée, avec la justesse terrible de la prose d'Hélène Lenoir, prend place dans sa bibliographie non seulement comme une nouvelle facette de ce portrait d'une femme étrangère au monde clos de la famille envers et contre tout bouclée sur sa gravitation interne, qu'on suivait par exemple dans la Folie Silaz, mais peut se lire comme une méditation sur la place de l'écrivain  : « peu fait pour ce monde ». Au point d'avoir à le réécrire.


  • La revue de presse Baptiste Liger - L'Express, novembre 2011

Pièce rapportée retrace l'histoire familiale d'Elvire, une mère qui finit par se rendre compte qu'elle n'est qu'une malencontreuse "pièce rapportée"...
Fine observatrice des névroses familiales et d'une bourgeoisie repliée sur ses principes (certains se souviennent du Magot de Momm et de La Folie Silaz), Hélène Lenoir construit ici un piège diabolique qui se referme sur ses personnages. La romancière tient admirablement son récit grâce au rythme tendu de sa langue, des images fortes - une obsession étrange pour le colza ! - et des non-dits ambigus.


  • La revue de presse Camille Laurens - Le Monde du 8 septembre 2011

Pièce rapportée devrait rendre caduque l'opposition factice entre romancier de l'intime et romancier du monde brassant l'Histoire et sa grande hache. Il montre en effet avec force qu'il y a aussi de grandes haches dans les histoires de famille, pas moins de hargne, d'alliances tactiques, de trahisons,...
Belle héritière de Nathalie Sarraute, Hélène Lenoir fait de l'intime - ce qui traverse nos corps sous forme de mots - la pile atomique destinée tôt ou tard à faire exploser la communauté humaine et les apparences qui la maintiennent. Elle est le grand reporter de ces zones interdites de lumière, elle exfiltre les mots emmurés dans nos cerveaux en détresse, elle va fouiller là où les mensonges sont aussi ravageurs que des mines antipersonnel, où les paroles blessent, où les silences tuent ("Combien de morts, combien de morts il te faudra pour comprendre ce qui se passe dans cette famille... ?") et propose ainsi au lecteur un art secret de la guerre sur l'échiquier intime dont nous sommes tous des pièces.


  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Monde du 8 septembre 2011

Qu'il s'agisse d'un roman ou d'une nouvelle, ce n'est jamais sans frisson que l'on aborde un livre d'Hélène Lenoir. Il y a aussi, et surtout, un plaisir immense à retrouver l'une des romancières françaises les plus talentueuses, encore trop peu connue...
A mesure que les liens se distendent, que le carcan se desserre, remontent les fragments d'une vie soumise à la loi d'une famille ; à celle d'un clan au sein duquel on ne compte plus les morts. "Combien en faudra-t-il...". Avant que cette phrase-clé ne se termine, déjà se profile une ligne de fuite. Celle-ci se dessine à travers le tremblé d'une écriture fine et nerveuse qui dit, dans les reflux du temps et d'une conscience en émoi, les tiraillements d'une mère, d'une épouse, et surtout le désir d'une femme d'être enfin libre. Ligne de fuite irisée d'une violente beauté.


  • Les courts extraits de livres : 24/10/2011

Elle l'a appelé pour lui dire qu'elle avait réussi à avoir des places pour le vendredi soir. Contente, ça s'entendait.
- Mais tu sais très bien que je ne peux pas moi, vendredi, tu ferais donc mieux de me dire que tu as décidé d'y aller avec quelqu'un d'autre.
- On verra, on verra !... Tu es où, là ?
- Je t'attends. Il est vingt-cinq et j'aimerais bien commander.
- Oui, alors pour moi, la salade du jour et un Perrier citron, je meurs de soif ! J'y suis dans trois minutes.
Songeuse, elle a poussé son vélo sur le trottoir en remontant vers le carrefour, s'est arrêtée au soleil, a regardé son portable, hésité, soupiré, puis, d'un coup de pouce, elle l'a rappelé : Tu m'en veux ?... Je suis pourtant pas en retard et j'ai eu ton DVD, je te l'apporte, t'es content ?
- Ok, alors grouille maintenant !
Mais elle a pris son temps pour appuyer son vélo contre la vitre de l'abribus où elle pouvait se voir boutonner sa veste, réenrouler autour de son cou ses fines écharpes à dominantes mauves, tirer sur sa courte jupe-culotte et lisser aux genoux son collant parfaitement assorti, pensant : J'ai mes places, j'irai toute seule, j'essaierai de revendre l'autre, ou même pas, j'ai gagné au loto, j'ai vingt-quatre ans, je peux me payer deux places de théâtre pour moi toute seule, m'offrir une fois, une fois dans ma vie m'offrir ce luxe de n'avoir personne à côté de moi, lui - lui qui n'y va que pour me faire plaisir et bouge tout le temps ou s'endort, crevé bien sûr et en retard, il arrive toujours en retard, énervé, mais gare à moi si j'ose râler, me plaindre de l'avoir attendu et d'entrer dans la salle deux minutes avant la fermeture des portes, tout ce que je déteste, et je dois le remercier en plus de s'être démené pour moi, il est exactement comme papa... Vingt-cinq, il peut attendre. J'irai seule au théâtre et je vais lui offrir son DVD de merde, tiens, grande et généreuse, si si, je te l'offre, ça me fait plaisir, j'ai gagné au loto, tu savais pas ?... non, c'est une blague... La tête qu'il ferait si je disais ça, comme grand-mère, sa tête quand je lui ai dit que j'avais joué sans savoir encore que j'avais gagné, ça, personne ne le sait, sauf Claas qui ne m'a toujours pas répondu d'ailleurs, et grand-mère : tu n'as aucun sens des vraies valeurs, à ton âge, tu devrais pourtant savoir que l'argent, ça se gagne à la sueur de son front ! Elle qui roule sur l'or sans jamais avoir eu à gagner un sou de sa vie, comme maman et toutes ces bonnes femmes qui ont tiré le gros lot rien qu'en... et moi, si j'épouse Antoine, si... mon gros lot, lui, mon... ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia