Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les Dolce. Volume 1, La route des magiciens

Couverture du livre Les Dolce. Volume 1, La route des magiciens

Auteur : Frédéric Petitjean

Date de saisie : 29/11/2011

Genre : Jeunesse à partir de 9 ans

Editeur : Don Quichotte éditions, Paris, France

Prix : 19.00 €

ISBN : 978-2-35949-019-0

GENCOD : 9782359490190

Sorti le : 27/10/2011

  • Le courrier des auteurs : 20/12/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un auteur de 43 ans qui vit entre les États Unis et la France depuis maintenant une vingtaine d'années. Je travaille majoritairement pour le cinéma, mais j'ai décidé d'aller au bout de mon imagination, le roman devenant alors l'espace le plus ouvert pour mon expression. J'ai deux enfants, je suis marié, et j'essaye de vivre loin de l'agitation.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Notre avenir ! Dont l'enjeu se décide maintenant. La famille, la magie, la volonté, l'histoire, l'environnement, la différence et l'être humain dans ses paradoxes en sont les personnages centraux.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La connaissance est la plus subtile des armes». Elle montre à quel point face à la force et au mal, l'humain doit faire appel à son intelligence, à son instinct, et sa mémoire.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Plutôt qu'une seule musique, je dirais un mélange, même si j'ai beaucoup écris en écoutant «Exogenesis part 1» de muse dans l'album «Resistance». Il y a pour un moi un mélange de symphonie, de pop et de blues. Je rêve d'ailleurs qu'un jour il existe une musique de livre, au même titre que les musiques de film.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le rêve, l'espoir, et surtout l'incroyable sentiment que tout cela pourrait être vrai...


L'éditrice Stéphanie Chevrier au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 20/12/2011

New York, 2011. Un groupe de sorciers, dirigeant un trust financier et immobilier qui entend s'approprier les sous-sols de la planète, développe l'idéologie d'un âge d'or à venir pour l'usage exclusif d'une élite. Ce projet impitoyable suppose la mise en servage de l'humanité ordinaire. L'humanité en question, imbue de technologie, de fiction bas-de-gamme et de consommation effrénée, est loin de se douter de la menace qui la guette.
Et que ferait-elle, de toute façon, face aux pouvoirs occultes et financiers accumulés par ses ennemis ?Seuls des êtres très particuliers, dont l'existence remonte à la nuit des temps, seraient en mesure de s'opposer au sombre dessein de la Fondation 18 : ce sont les magiciens. Manque de chance, persécutés par les sorciers des siècles durant, alors même que leur réunion est nécessaire pour déployer un pouvoir égal à celui de leurs ennemis, ils ne sont plus qu'une poignée de par le monde.
Cinq exactement. Une famille : les Dolce. Cette lignée de magiciens, pour échapper à la traque dont elle se sait victime, tente depuis des années de se fondre dans le paysage urbain et vit pour l'heure dans une bicoque décrépite de Brooklyn. Le grand-père est à la retraite, le père et la mère exercent des professions passe-partout et les adolescents vont à l'école. C‘est la fin d'un monde : ne restent, du savoir et de la sagesse séculaires dont la famille était dépositaire, qu'une identité et un roman familiaux problématiques - les enfants préféraient en effet avoir une vie comme les autres -, et des bribes lacunaires, vu que l'aïeul, véritable bible des âges passés, n'a plus toute sa tête.
Ainsi les Dolce vivoteraient-ils encore, à l'abri et inconscients des enjeux planétaires qu'engage leur existence, si la cadette, Léamédia, n'avait fait un caprice le jour de ses onze ans et utilisé ses pouvoirs magiques à mauvais escient. Au terme d'un rituel initiatique accompli par son aïeul, la voici capable de convoquer le flux magique des quatre autres membres de la famille et d'agir à distance sur la matière.
Son premier tour, malheureusement, provoque dans New York un gigantesque happening, immédiatement relayé sur les télévisions et les réseaux sociaux. La famille doit dès lors décamper sans tarder, reprendre la route, l'errance, sans autre but que de se faire oublier et de survivre en se terrant.

Frédéric Petitjean a écrit ses premières pièces de théâtre à l'âge de vingt ans. Après avoir participé à plusieurs festivals d'Avignon, il part s'installer aux États-Unis, où, pendant dix ans, il écrit des longs métrages et des dessins animés au sein des grands studios du pays. De retour en France depuis 2006, il travaille désormais essentiellement pour le cinéma.



  • La revue de presse Delphine Peras - L'Express, novembre 2011

Les Dolce, de Frédéric Petitjean, exploite le thème de la famille de magiciens. Une réussite...
Scénariste pour le cinéma, Frédéric Petitjean prouve qu'il existe bien un après-Harry Potter : avec une écriture expressive et un ton moderne, il crée une atmosphère originale et ménage un suspense aux petits oignons. On attend avec impatience les deux prochains épisodes de cette trilogie.


  • Les courts extraits de livres : 20/12/2011

LA ROUTE DES MAGICIENS

Au centre du hall monumental du Metropolitan Muséum, entièrement dallé de carreaux vénitiens qui illuminaient d'une lueur rosée les somptueux stucs des plafonds, trônait Master Markus, une cloche de plus de six tonnes fondue en 1341 à Venise. Quand Melkandion posa le pied sur le sol rouge, l'énorme vaisseau de bronze émit un bourdonnement presque imperceptible, qui augmenta rapidement. Les deux Dolce n'avaient pas franchi la moitié de la gigantesque salle que l'instrument, comme actionné par une main invisible, se mit à sonner, tout en demeurant parfaitement immobile. Les touristes et étudiants en art crurent à un dispositif audiovisuel ou un effet d'animation, mais les employés de l'institution, surpris, s'agitèrent. La cloche battait sans discontinuer, sur une pulsation cadencée qui comblait l'air et ébranlait chaque visiteur jusqu'aux tréfonds de sa moelle. Melkaridion comprit aussitôt que le fait était inhabituel. Il s'immobilisa et leva les yeux vers Master Markus, connue pour s'adresser à elle.
«Quelque chose ne va pas, grand-père ?» hurla Antonius pour couvrir ce bruit démentiel qui empêchait toute conversation normale.
Mais le vieux magicien restait figé, observant le prodige sans détourner ne serait-ce qu'une seconde son attention.
«Elle devrait être muette», finit-il par dire. Il avait à peine ouvert la bouche, mais Antonius devina ses paroles.
L'intensité sonore augmentait graduellement. La foule des visiteurs dans le hall s'était figée, comme pétrifiée par les ondes vibrantes qui atteignaient un niveau proche de l'intolérable. Des employés, affolés, criaient dans leur talkie-walkie, en vain.
«Elle devrait être muette...» Le vieux Dolce répétait cette phrase de plus en plus vite, comme pour faire monter la colère en lui. Antonius, qui lui tenait le bras, sentit les muscles noueux se crisper d'un seul coup, et Melkaridion hurla : «Elle devrait être muette !» Sa voix se déploya comme un claquement, couvrant même les sons en furie, si bien que des centaines de paires d'yeux, comme délivrées d'un charme, se tournèrent vers Melkaridion.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia