Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. C'était Bory + 2 CD

Couverture du livre C'était Bory + 2 CD

Auteur : Daniel Garcia

Date de saisie : 15/11/2011

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Cartouche, Paris, France | INA, Bry-sur-Marne, France

Collection : Les modernes

Prix : 28.00 €

ISBN : 9782915842814

GENCOD : 9782915842814

Sorti le : 10/10/2011

  • Le courrier des auteurs : 28/10/2011

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis journaliste à Livres Hebdo.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Jean-Louis Bory. Sa faconde, sa fougue, ses enthousiasmes, mais aussi, ce qu'on savait moins, sa nature solitaire et dépressive. Je reconstitue son parcours biographique en quelques chapitres thématiques (le professeur, l'écrivain, le critique...).

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
J'ai plutôt envie de citer une phrase de Bory qui n'est pas dans le livre, mais qui à mes yeux résume parfaitement ce sens inégalé qu'il avait de la formule qui fait mouche. Sortant d'un concert de Stockhausen, au début des années 1960, où lui qui, grand amateur de musique classique, vient de découvrir la musique de ce compositeur contemporain, il s'écrie à la cantonade : "C'est Wagner à Cap Canaveral !"

Et s'il faut retenir une formule du livre, je la prendrai dans l'un des deux CD qui accompagnent mon texte (eh oui ! merveille de la technologie : en deux fois 77 minutes, il est possible de réentendre quelques-unes des plus belles empoignades Bory-Charensol, et quelques-unes des plus belles analyses de Bory sur le cinéma). Après la mort de Pasolini, en 1975, il s'en prend violemment à une "certaine presse" qui a cru bon d'ironiser sur les circonstances du décès de Pasolini. Et il lance au micro du Masque : "Ce crachat contre un cadavre se retourne contre ceux qui le lancent et, au besoin, entre le cadavre de Pasolini et le visage de ces gens-là, j'assure le relais". C'est grandiose ! Il fallait oser !

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La Fileuse de Mendelssohn, bien sûr (extrait des Romances sans paroles) : François-Régis Bastide, qui avait créé le Masque et la Plume dans les années 1950 en changea le générique en 1979, à la mort de Bory : Bastide, qui était un grand mélomane et un musicien lui-même, avait jugé que ce morceau lui évoquait parfaitement Bory : un mélange d'allégresse et de nostalgie. Le générique n'a jamais plus été modifié : depuis 32 ans, chaque dimanche soir après les informations de 20h, ces quelques notes de Mendelssohn continuent de rendre hommage à Bory. Et je sais que Jérôme Garcin, qui a repris les rênes du Masque depuis déjà plusieurs années, perpétuera l'hommage jusqu'à son dernier souffle....

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le souvenir de Bory tout simplement (et aussi un peu de Charensol, bien sûr !). Le souvenir d'un homme intègre, généreux, qui faisait partager ses passions avec un enthousiasme juvénile et communicatif.


L'éditeur Emmanuel Pierrat, au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 27/10/2011

Écrivain, journaliste littéraire au Nouvel Observateur et professeur de lettres à Henri-IV, critique de cinéma, scénariste, comédien, Jean-Louis Bory fut avant tout un homme de conviction, un esprit libre dont les textes sélectionnés par Daniel Garcia pour composer cette anthologie offrent un éclatant aperçu. Homme de conviction : défenseur opiniâtres du cinéma arabe et africain, ou celui de Godard, Fassbinder, Pasolini plutôt que Lelouch, Audiard ou Verneuil, un cinéma militant et moderne plutôt que bourgeois et franchouillard ; esprit libre fou de Céline, entretenant un commerce assidu avec des écrivains infréquentables comme Morand ou Chardonne. Mais Jean-Louis Bory, qui se qualifiait volontiers de «gugusse de l'homosexualité militante», c'était aussi une voix, une tonalité singulière caractéristique d'une époque et à laquelle les deux CD accompagnant ce volume veulent rendre une manière d'hommage en faisant revivre certaines de ses fameuses interventions, parfois tonitruantes, au non moins fameux Masque et la Plume.

Jean-Louis Bory est né à Méréville, dans l'Essonne, en 1919, il est mort au même endroit à la veille de son soixantième anniversaire après s'être tiré une balle de 6.35 en plein coeur. Quelques mois plus tôt, dans une lettre adressée à François-Régis Bastide, son vieux camarade du Masque et la Plume, il avait écrit : «J'ai mal à l'âme.» Qu'on ne se méprenne cependant pas, Jean-Louis Bory était un esprit lumineux, un homme et un écrivain à l'humour ravageur dont son roman Le Pied, best-seller enregistré au magnétophone, donne une idée profondément réjouissante.

Daniel Garcia est critique littéraire, traducteur et écrivain. Il est l'auteur d'une biographie consacrée à Jean-Louis Bory (Flammarion, 2009) et d'un ouvrage consacré à la mythique émission Le Masque et la Plume, écrit en collaboration avec son actuel grand-prêtre, Jérôme Garcin.



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, novembre 2011

Daniel Garcia consacre un ouvrage à la vie et à la personne de Jean-Louis Bory, le plus jeune lauréat du prix Goncourt en 1945...
C'est cet être attachant, pétillant, mais aussi angoissé et déprimé, que fait admirablement revivre ici Daniel Garcia, avec, en bonus, deux CD estampillés Le Masque et la plume, renfermant quelques grandes envolées solo de Bory et les plus belles passes d'armes avec l'ami Georges Charensol. Bref, de quoi ravir les yeux et les oreilles.


  • La revue de presse Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 20 octobre 2011

L'homme tout feu tout flamme que ces archives sonores et le théâtre, qui les prolonge, nous restituent aujourd'hui, semble être né pour le bonheur et les applaudissements. Sa joie de vivre, d'aimer, de s'indigner, de se battre (il fut résistant à 20 ans) est explosive. Sa passion juvénile, mais pas cinéphilique, pour le septième art est contagieuse. Sa générosité pour les films sans le sou, les réalisateurs du tiers-monde, les oeuvres marginales, les mal-aimés, les maudits tient du sacerdoce...
Le héraut du «droit à l'indifférence», qui, le premier, avait osé dire son homosexualité à la télévision - c'était le 21 janvier 1975, aux «Dossiers de l'écran» -, ne supportait plus d'être devenu, avec les années, «le gugusse de l'homosexualité militante». Le charmeur radiophonique maudissait son physique replet, son «profil rase-bitume» et son «pif mastoc». Et l'amant craignait le pire : «J'ai peur que ma vieillesse ne soit laide. J'ai peur de ce que je suis capable de faire pour que quelqu'un entre encore.» Si la chute finale fut terrible, le mal était ancien. C'est ce que raconte très bien son biographe, Daniel Garcia, dans le nouveau livre qu'il lui consacre, émaillé de documents inédits, porté par une émotion à fleur de peau.


  • Les courts extraits de livres : 27/10/2011

Extrait de l'avant-propos

On peut donc se donner la mort en juin. Franchement, nous nous serions passés de la démonstration que nous asséna Jean-Louis Bory le 11 juin 1979. Se tuer en juin ! Quand tout renaît ! «La campagne est jolie, avec ce beau temps. Pourvu que cela dure», dira-t-il d'ailleurs au chauffeur de taxi qui le conduisait de la gare d'Étampes à sa maison de Méréville, dans l'Essonne, ce fameux soir du 11 juin. Et ce furent ses dernières paroles. Il était un peu plus de vingt heures. À ce moment-là, Jean-Louis Bory a déjà pris sa décision. Moins de deux heures plus tard, il se sera tiré une balle dans le coeur. Il faudrait parler de «sidération» - un mot souvent employé à propos d'un récent fait divers new-yorkais - pour rendre compte de la réaction des milliers d'auditeurs fans du «Masque et la Plume» ou lecteurs fidèles de ses chroniques du Nouvel Observateur, qui, en ouvrant leur radio au matin du 12 juin, apprirent le suicide de Bory. Cette fin tragique, avec ce qu'elle impliquait de solitude et de désespoir, ne cadrait pas avec l'image que tous avaient du personnage : un feu follet piaffant et exubérant, à l'écriture scintillante, qui s'était donné pour devise «Tout feu tout flamme». Pourtant, «si les gens qu'il faisait rire avaient pu supposer l'angoisse, le doute qui étaient son lot dès que le spectacle baissait le rideau...», écrivait déjà le 4 juillet 1978 son ami Claude Michel Cluny, dans son Journal - publié en 2007 aux éditions de La Différence. Car si le public n'avait rien vu venir, ses proches se doutaient «que cela finirait mal», comme l'avait prophétisé sa vieille complice, Alice Sapritch. La vedette du «Masque» était l'homme des masques. L'image est facile, mais terriblement exacte. Derrière le «Parisien effervescent - comme du vinaigre sur la craie : ça fait "pschiiit !"», ainsi qu'il s'était lui-même décrit au micro de Jacques Chancel, dans sa «Radioscopie» du 6 mai 1976, se cachait un être plus grave et torturé, le Bory de Méréville. Le vinaigre mit soixante ans à ronger toute la craie, mais un soir il ne resta plus rien, et c'est à Méréville que Bory revint, en taxi, écrire le mot «fin» sur le tableau de ses idées noires.
Ce soir-là, il ne s'était pas raté. Mais, plus de trente ans plus tard, force est de constater que Bory s'agite encore. Son nom est toujours régulièrement cité comme l'incarnation d'un certain «esprit critique» à la française - un mélange de beaucoup de culture, de presque autant de mauvaise foi assumée et d'un style virevoltant. «Lycéen, je m'entraînais à écrire comme lui», racontera le critique Éric Neuhoff, en 1998, dans La Séance du mercredi à 14 heures (La Table Ronde). Combien furent-ils dans son cas ? Le 6 novembre 2009, Gérard Lefort, rédacteur en chef culture à Libération, donnait au Forum des Images de Paris une «causerie» sur le Bory critique de cinéma, où il confessa également, en propos liminaire, l'influence qu'avait eue Bory sur son adolescence - et cette fois, il n'était plus seulement question d'écriture et de cinéma. La salle était bondée, et par un public, c'était bon signe, beaucoup trop jeune pour avoir pu écouter Bory au «Masque». Cette année, enfin, François Morel met en scène un spectacle inspiré des fameux échanges entre Bory et Charensol. Décidément, Bory est à la mode.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia