Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les 100 mots de la musique classique

Couverture du livre Les 100 mots de la musique classique

Auteur : Thierry Geffrotin

Date de saisie : 17/11/2011

Genre : Musique, Chansons

Editeur : PUF, Paris, France

Collection : Que sais-je ?, n° 3930

Prix : 9.00 €

ISBN : 978-2-13-058907-5

GENCOD : 9782130589075

Sorti le : 28/09/2011

  • Le courrier des auteurs : 04/11/2011

1) Qui êtes-vous ? !
J'aimerais pouvoir répondre : un amant des mots. Ce dont je suis sûr, c'est que j'en suis amoureux. Mais suis-je payé de retour ? Je l'espère vraiment. Ainsi en va-t-il aussi de la musique lorsque je suis devant un clavier -un orgue, un clavecin ou un piano.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La musique que l'on dit classique et qui sait ne pas toujours l'être.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
La citation du chef d'orchestre et compositeur allemand, Wilhelm Furtwängler, qui figure en préambule du «Que Sais-Je» et qui pourrait sonner comme un avertissement : «C'est une chose bien épineuse que d'avoir à parler de musique avec des mots sans l'avoir en permanence sous les yeux ni dans l'oreille».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une composition gigantesque et tellement inouïe écrite par Monteverdi, Bach, Beethoven, Chopin... sans oublier des musiciens a priori moins classiques comme Leonard Bernstein, Cole Porter ou Michel Legrand...Vous imaginez l'oeuvre ! !

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Une idée qui me tient particulièrement à coeur : la musique classique n'est la propriété d'aucun clan, d'aucune caste. C'est un trésor qui appartient à chacun d'entre nous ; pourvu qu'il ose se laisser surprendre et ignore les idées reçues. Pas besoin de parler la langue pour l'aimer.


Thierry Geffrotin, au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 04/11/2011

100 mots pour évoquer la musique classique, c'est beaucoup plus que les 3 clefs utilisées par les compositeurs, beaucoup plus que les 5 lignes d'une portée musicale et les 12 notes de la gamme. Mais 100 mots pour évoquer la musique classique, c'est finalement peu : comment présenter les mots techniques, le jargon, les emprunts faits aux autres arts, à l'italien ou à l'allemand, et espérer ainsi épuiser toutes les ressources du langage musical ?
En fait, les 100 mots choisis par Thierry Geffrotin sont autant d'étapes, attendues ou surprenantes, d'un délicieux parcours musical. De «A cappella» à «Zarzuela», en passant par «Fricassée» ou «Sonate», il nous invite à partager sa connaissance de la musique classique, à en ressentir la passion, la jubilation, la souffrance parfois et le travail acharné qui ont présidé à la naissance d'oeuvres exprimant plus d'émotions que tous les mots de toutes les langues !

Thierry Geffrotin est journaliste à Europe 1 dont il dirige le service culturel. Il a publié, en juin 2009, une histoire de la vie de Mozart dans un coffret de deux CD édité aux Editions Éponymes, puis une vie de Chopin et enfin une consacrée à Brahms (2010) dans la même collection. Il est aussi claveciniste et organiste.


  • Les courts extraits de livres : 17/11/2011

Avant-propos

«C'est une chose bien épineuse que d avoir a parler de musique avec des mots sans l'avoir en permanence sous les yeux ni dans l'oreille.»

Wilhelm Furtwängler (1886-1954)
Chef d'orchestre et compositeur allemand.

Cent mots pour évoquer la musique classique c'est beaucoup plus que les trois clefs utilisées par les compositeurs ; beaucoup plus que les cinq lignes d'une portée musicale, beaucoup plus que les douze notes de la gamme.
Mais cent mots pour évoquer la musique classique c'est finalement peu. Vouloir recenser tout le vocabulaire, les mots techniques, le jargon, sans oublier les emprunts faits aux autres arts, à l'italien, à l'allemand et à d'autres langues encore, espérer épuiser toutes les ressources du langage musical relève de la gageure.
Choisir cent mots, c'est donc en oublier, volontairement ou non, des centaines d'autres. L'exercice est forcément périlleux ; même s'il relève moins de l'arbitraire que de la culture.
Les cent mots figurant dans ce livre ont été choisis ou se sont imposés à l'aune d'un parcours musical personnel. Donc, le lecteur trouvera des mots et expressions qui figurent dans tout ouvrage de base traitant du même sujet. Vivaldi, Mozart et Brahms les employaient à leur époque. Figurent aussi des mots moins courants, plus jeunes, et d'autres enfin qui, a priori, n'ont pas leur place dans un livre sur la musique classique.
Que les néophytes se rassurent : le propos n'est pas celui d'un spécialiste ou d'un musicologue. Et si la tentation avait pu se présenter, Claude Debussy aurait rappelé l'auteur à l'ordre avec bienveillance : «Je n'aime pas les spécialistes. Pour moi, se spécialiser c'est rétrécir d'autant son univers et l'on ressemble à ces vieux chevaux qui faisaient tourner anciennement la manivelle des chevaux de bois et qui mouraient aux sons bien connus de La Marche Lorraine !»
Mais cent mots pour découvrir la musique classique n'est-ce pas finalement beaucoup trop ? L'art relève de l'indicible et vouloir tout nommer, tout analyser revient à restreindre l'univers musical, à le borner. Aussi, ayons toujours à l'esprit ces lignes écrites par le compositeur et critique, Reynaldo Hahn, qui remettent la musique classique à la place qui est la sienne : «La musique possède une vertu plus mystérieuse que celle d'émouvoir : c'est le pouvoir de créer des images, de faire surgir, comme dans un miroir, des choses qui s'étaient effacées du souvenir et, ce qui est plus surprenant encore, de suggérer à l'imagination des choses qui lui étaient inconnues et que, pourtant, elle reconnaît.»
Cette réflexion si juste est à mille lieues des propos qui sont souvent tenus sur la musique classique. Le qualificatif à lui seul d'ailleurs est un véritable repoussoir. Il évoque un monument qui impose le respect, reflet fidèle d'une pensée bien structurée mais sans aspérité.
La norme froide. Pas de défaut, c'est-à-dire aucune qualité.
La musique classique n'échappe pas à cette image. Elle serait lointaine, et pas seulement dans le temps.
Ce serait oublier que l'imagination, la passion, la jubilation, la souffrance aussi, et pas seulement le travail acharné, ont présidé à la naissance d'oeuvres qui traduisent plus d'émotion que tous les mots de toutes les langues.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia