Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Une seconde vie

Couverture du livre Une seconde vie

Auteur : Dermot Bolger

Traducteur : Marie-Hélène Dumas

Date de saisie : 24/05/2012

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Joëlle Losfeld, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 20.71 €

ISBN : 9782072449857

GENCOD : 9782072449857

Sorti le : 01/01/2012

Sean Blake est victime d'un accident de voiture. Pendant quelques instants, il est déclaré cliniquement mort et pourtant en réchappe. Ces quelques secondes bouleversent sa vie. En effet, au cours de ce coma, il voit des personnages qui l'intriguent et l'incitent à partir à la recherche de sa mère biologique («J'essayais de remonter plus loin dans le passé mais je m'arrêtais, car, même inconscient, il y avait des parties de mon histoire où je refusais d'aller. Elles appartenaient à quelqu'un d'autre, quelqu'un dont je ne voulais pas endurer la souffrance.»). En effet, âgé de onze ans, il avait appris son adoption, y avait réagi violemment pour finalement préférer ne plus y penser. Sans oublier ni renier ses parents adoptifs, il part sur les traces de sa mère biologique avec comme toile de fond l'Irlande des années 50 où la religion et la respectabilité («L'Irlande dans laquelle elle vivait était infectée par un terrible virus appelé respectabilité.») primaient sur tout et notamment sur la liberté de chacun. Dans ces années (jusque dans les années 60), les filles mères étaient isolées et retenues dans des couvents. Leurs enfants leur étaient retirés et étaient adoptés par d'autres familles. Avec une émotion vibrante et une grande sensibilité, Dermot Bolger revient sur un volet sombre de l'histoire irlandaise où la violence de la religion et des préjugés opprimaient puissamment les destins individuels et collectifs du peuple irlandais.


L'adoption est le thème central de ce roman. Après avoir été reconnu cliniquement mort lors d'un accident de voiture, Sean Blake n'est plus le même. C'est lors de ses onze ans que ses parents lui révèlent la vérité sur ses origines ; et jusqu'à cet accident il s'était plutôt enfermé dans le non-dit. Sa femme ne sait pas qu'il a été adopté. Sean veut maintenant tout savoir sur ses parents biologiques et notamment sur sa mère. Il part donc en quête de ses racines dont il ne sait pour ainsi dire rien.
C'est avec beaucoup d'habilité et de sensibilité que Dermot Bolger évoque la vie de ces jeunes filles condamnées à abandonner leur bébé dans cette Irlande du XXème siècle, violente, sombre et terrifiante. Petit à petit Sean rassemble les pièces du puzzle, dénoue les fils et comprend doucement le pourquoi de cette douleur intérieure qui le ronge.


Suite à un accident de voiture Sean Blake, 35 ans, a été, pendant quelques secondes, déclaré cliniquement mort. Pendant ce court laps de temps il a entraperçu dans «la lumière» des visages familiers et accueillants.
Il a finalement survécu, mais n'est pas sorti indemne de cette expérience. Son quotidien est bouleversé il n'a plus le goût de vivre, d'aimer sa femme, de s'occuper de ses enfants et de se concentrer sur son travail de photographe qui le passionnait tant auparavant. Ayant été abandonné puis adopté à l'âge de six semaines Sean va devoir lever les voiles du passé, tenter de retrouver sa mère naturelle et comprendre ce qui l'a poussé à sacrifier son enfant dans l'Irlande puritaine des années 50.
Dermot Bolger a su capter au plus juste la sensibilité de ce personnage en quête d'identité. Il parvient à faire ressentir aux lecteurs les interrogations, les doutes et les certitudes de cet homme concernant l'amour parental et les liens du sang.
Comme dans son précédent ouvrage «Toute la famille sur la jetée du paradis» Bolger mêle l'intimité d'une famille aux tourments du siècle. Ce nouveau roman n'est pas sans rappeler le film «The Magdalenes sisters» dans lequel était évoqué la terrible condition des jeunes filles considérées comme perdues par leur famille et placées dans des couvents pour expier leurs péchés.


Sean a failli mourir dans un accident de voiture. Depuis il n'est plus le même, perturbé, absent. Désormais il ne pense qu'à une chose, retrouver sa mère biologique qu'il n'a jamais connue, séparé d'elle à l'âge de six semaines. Des visions / rêves étranges vont l'aider dans sa démarche, et le perturber beaucoup aussi. Cette seconde vie qui s'offre à lui va faire de lui un homme différent. Il voit les choses et le monde qui l'entoure différemment, et se pose des questions nouvelles.
Une histoire riche et poignante qui met en lumière la complexité des liens familiaux. Une écriture sensible et beaucoup d'émotion pour un beau roman.


  • Les présentations des éditeurs : 13/06/2012

Sean Blake réchappe de justesse à un accident de voiture à la suite duquel il a été, pendant quelques secondes, déclaré cliniquement mort. A son réveil, bouleversé, Sean perçoit le monde tout à fait différemment, comme s'il débutait une nouvelle existence. Mais ce n'est pas la première fois que Sean voit sa vie modifiée. A six semaines, il a été retiré à sa mère, une jeune fille forcée par la société et l'Église de le laisser à l'adoption. Avec le sentiment d'être devenu étranger à sa femme et à ses deux enfants, et très certainement en premier lieu à lui-même, Sean décide de partir à la recherche de cette mère dont il ne sait rien. Avec beaucoup d'émotion et de sensibilité, Dermot Bolger nous entraîne dans une histoire particulière (déjà évoquée au cinéma dans le très émouvant Magdalene Sisters), celle de ces adolescentes irlandaises rompues et humiliées, dont le malheur se répercuta sur les générations futures.

Dermot Bolger, né en 1959, est issu de la classe ouvrière du faubourg dublinois de Finglas. Il se consacre à l'écriture depuis 1980, et est considéré comme l'un des pairs de toute une génération d'écrivains irlandais. Un grand nombre de ses ouvrages a été traduit en français, dont Toute la famille sur la jetée du Paradis, paru aux Editions Joëlle Losfeld en 2008.



  • La revue de presse Christine Rousseau - Le Figaro du 9 février 2012

C'est avec Toute la famille sur la jetée du paradis (Joëlle Losfeld, 2008), somptueuse fresque familiale et historique révélant le passé méconnu des pionniers du communisme irlandais - une gageure dans un pays dominé par l'Eglise - que l'on avait quitté Dermot Bolger. Si, aujourd'hui, le romancier, poète et dramaturge poursuit son travail d'exploration sans concession de l'histoire irlandaise, il le fait cette fois dans une veine plus intimiste avec Une seconde vie, qui l'est en effet à plus d'un titre...
D'une béance à l'autre, au fil de ce chassé-croisé introspectif douloureux et émouvant, baigné de brumes et de mystères dont tous ne seront pas percés, Dermot Bolger exorcise le sombre passé irlandais : celui d'une société qui, soumise au "culte de la respectabilité", laissa l'Eglise organiser la disparition de milliers de bébés arrachés des bras de "pécheresses" à qui, disait-on, on offrait ainsi une seconde vie...


  • La revue de presse Marine Landrot - Télérama du 11 janvier 2012

Splendide mélodrame comme on n'en fait plus, Une seconde vie, nouvelle version, est un kaléidoscope délibérément tamisé, jamais clinquant, toujours discret, où s'entrechoquent les mémoires tronquées de deux êtres endoloris : Lizzy, fille-mère condamnée à abandonner son fils aux religieuses dans l'Irlande puritaine des années 1950, et Sean, le fils qu'elle n'a pu voir grandir, devenu photographe et père de deux enfants...
rand funambule de l'abandon, Dermot Bolger marche sur les fils invisibles qui les rattachent, disséminant avec pudeur et simplicité les coïncidences secrètes qui unissent la mère et son enfant à travers le temps...


  • La revue de presse Christophe Mercier - Le Figaro du 5 janvier 2012

Une seconde vie est l'histoire, quasi psychanalytique, de la recherche d'un double passé enfoui : passé d'un homme et passé d'un pays. L'accident à la suite duquel il a connu un instant la mort est pour le héros comme un électrochoc : les souvenirs de l'amour de ses parents adoptifs ne lui suffisent plus, ni la tendresse impuissante de sa femme, à qui il n'a jamais dit qu'il était un enfant adopté, et à laquelle il sait qu'il ne parviendra pas à le dire tant que lui-même n'aura pas appris la vérité sur sa naissance... Une seconde vie, on le suppose, a été pour Dermot Bolger un moyen d'exorciser ses fantômes, qui sont sans doute ceux de tous les Irlandais fouillant les secrets de leur pays, et espérant qu'il ait réellement changé.


  • Les courts extraits de livres : 13/06/2012

28 décembre 1991

Celui qui avait repeint l'ambulance avait oublié la bordure supérieure des portières. Vus d'en haut, les sillons écaillés de la carrosserie ressemblaient au lit d'une rivière asséchée. Le dessus du chapeau de l'ambulancier était tacheté de poussières et de pellicules et, quand il releva la tête de ma poitrine, je vis mon visage tourné vers le ciel, strié de sang. Les deux arbres séculaires qui surplombaient le portail du Jardin botanique avaient perdu leurs feuilles. Pourtant, au milieu de leurs profondeurs, un merle appelait.
Depuis combien de temps ne m'étais-je pas senti aussi serein ? Les insignifiantes tracasseries du début de matinée, le service photo du magazine qui avait téléphoné pour me rappeler les échéances à respecter, mon fils de trois ans, Benedict, qui refusait de manger et se désintéressait petit à petit de ses cadeaux de Noël, me paraissaient lointaines. Seules quelques minutes s'étaient écoulées entre-temps, mais c'était comme si je n'avais plus eu le moindre rapport avec mon ancienne vie. Et, à mon grand étonnement, je n'éprouvais ni douleur physique, ni tristesse, ni impression de perte. Mais j'observais au-dessous de moi la scène de l'accident avec une insouciante désinvolture.
De la mousse obstruait les gouttières de l'immeuble au coin de la rue. Il y avait sur le toit des ardoises cassées qui provoqueraient des dégâts pendant l'hiver. Une jeune étudiante jeta un coup d'oeil à travers les rideaux en dentelle d'une lucarne. Tandis qu'elle se penchait pour observer les voitures bloquées dans les deux sens, je vis les ballons de fête dont elle avait scotché les ficelles sur la vitre et le haut de sa tête encore mouillée de la douche. Les automobilistes qui nous regardaient derrière leur pare-brise semblaient terriblement stressés. Où allaient-ils tous, en ces limbes d'entre Noël et le jour de l'An, quand les bureaux et les usines étaient fermés ? J'étais désolé pour eux, car voici qu'ils se retrouvaient forcés de contempler mon cadavre. Mais pas pour moi. Je ne ressentais vraiment aucune émotion particulière vis-à-vis de mon corps qui gisait à moitié hors de la voiture broyée, et à moitié dedans.
Le chauffeur du bus semblait en état de choc. Allongé, livide, sur le trottoir près des grilles du Jardin botanique, il avait des touffes de poils noirs dans les narines. Ses jambes tressaillaient de manière incontrôlée. Tout était de ma faute : en retard comme d'habitude pour une séance de photos, j'avais pris le virage trop large, afin d'éviter les voitures garées devant l'Addison Lodge Pub.
Deux gardiens du Jardin botanique vinrent au portail voir ce qu'il se passait. L'un d'eux était prématurément chauve, une bande de cheveux gris encerclait son crâne nu plein de taches de rousseur. L'ambulancier réussit à glisser mon corps sur un brancard. Ils travaillaient avec acharnement, appuyaient à grands coups sur ma poitrine. Que d'efforts et de soucis inutiles : pourquoi ne pas simplement laisser mon cadavre être ce qu'il était ? Déjà je m'éloignais d'eux, la lumière du matin s'assombrit, se dilua dans la nuit. Mon corps rayonna, comme avant un orgasme, la chaleur devint intense, me consuma. J'avais dérivé haut de l'autre côté des grilles, il y avait en bas des ifs noueux, sur leur gauche les serres victoriennes, et plus loin l'éclat blanc de l'étang. Je distinguai le cimetière de Glasnevin sur ma droite, pensai à tous ceux que je connaissais qui y étaient enterrés. Ensuite il fit trop noir pour y voir ; les vieux arbres devinrent des formes, puis leurs formes des figures humaines. La lune s'était soudain levée, froide et éclatante de lumière dans les cieux les plus sombres, et, lentement attiré vers elle, je reconnus ces visages.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia