Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Deux temps trois mouvements : un pianiste au cinéma : entretien avec Marc Chevrie et Jean Narboni

Couverture du livre Deux temps trois mouvements : un pianiste au cinéma : entretien avec Marc Chevrie et Jean Narboni

Auteur : Philippe Cassard

Date de saisie : 26/01/2012

Genre : Musique, Chansons

Editeur : Capricci éditions, Nantes, France | France musique, Paris

Collection : Collection dirigée par Emmanuel Burdeau

Prix : 18.00 €

ISBN : 978-2-918040-36-1

GENCOD : 9782918040361

Sorti le : 05/01/2012

Philippe Cassard, au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 26/01/2012

Quelles sont les affinités entre Franz Schubert et Ingmar Bergman ? Louis Beethoven, Jean-Luc Godard et les Rolling Stones ? Jean-Pierre Melville et Morton Feldman ? L'Atalante et Franz Liszt ? Jean-Marie Straub et Yves Angelo ? L'enseignement du piano et Andrei Tarkovski ?

Au cours d'entretiens réalisés par Marc Chevrie et Jean Narboni, le pianiste Philippe Cassard propose une approche inédite des correspondances entre musique et cinéma. Il commente les partitions écrites pour l'écran, le recours à des compositeurs classiques ou les films montrant des musiciens au travail. Il décrit les timbres uniques de Danielle Darrieux, Gérard Depardieu, Arletty ou Claude Piéplu. Il analyse le tempo et l'écoute propres aux oeuvres de Robert Bresson, Federico Fellini, Charlie Chaplin, Joël et Ethan Coen... Enfin, et peut-être surtout, il évoque l'influence de son amour du cinéma sur sa pratique d'interprète.

Plus qu'un livre sur la musique de film, Deux temps trois mouvements est un livre dédié à la musique du cinéma, au cinéma de la musique, aux films que celle-ci permet de construire, de reconstruire ou d'imaginer.

Philippe Cassard est pianiste, concertiste, interprète unanimement salué de Schubert et de Debussy. Producteur à France Musique depuis 2005, ses «Notes du traducteur» ont obtenu le Prix Scam en 2007. Un coffret de 6 CD regroupant quelques-unes de ses émissions consacrées à Schubert a été récemment récompensé par le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros. Il est l'auteur d'un essai sur Schubert (Actes Sud, Classica).



  • La revue de presse Emile Breton - L'Humanité du 5 janvier 2012

Les deux intervieweurs se contentent en général 
de lancer le pianiste sur un film, de lui conseiller 
d'en revoir un autre, pour en parler ensemble. Et c'est très bien ainsi, car ne cherchant jamais à « ramener leur science » cinéphilique, ils sont là pour écouter et faire entendre cette voix venue d'ailleurs...
La grande leçon de ce livre est là  : le cinéma, pour être appréhendé en son essence, exige la mobilisation des sens d'abord. Ainsi naît l'émotion et c'est bien d'elle qu'il est question dans ce livre à trois voix. Ou comment un pianiste apprend à voir les films d'une oreille plus attentive. Ce à quoi ne peut qu'être sensible un critique, même sourd.


  • Les courts extraits de livres : 26/01/2012

BRESSON, MELVILLE,
HITCHCOCK, OPHULS

Marc Chevrie
Quel cinéaste vous évoquerait immédiatement une «musicalité» du cinéma ?

Lorsqu'on est musicien, il ne faut pas passer à côté de l'art de Robert Bresson. Au premier abord, ce style épuré à l'extrême peut dérouter. On découvre rapidement, cependant, que le cinéma de Bresson est conçu comme le serait une fugue de Jean-Sébastien Bach : l'entrée des sujets obéit à un ordonnancement immuable mais en perpétuel renouvellement; une logique interne et une fluidité mélodique, contrapuntique, rythmique irréductibles font apparaître la beauté en majesté. L'écriture est au service d'une forme qui atteint son point de perfection absolue, devient en quelque sorte un jeu admirable en soi, mais qui ne perd jamais de vue la sensibilité et le plaisir, pour ne pas dire la joie. Le dessein et le dessin suivent la même trajectoire : le travail maniaque sur le timbre des voix (pas une qui prenne l'ascendant sur l'autre), la matière sonore «harmonique», le déroulé de chaque scène, la manière dont les séquences s'enchaînent, dont les personnages se parlent, se déplacent, se regardent, l'économie de leurs gestes, la grâce de leurs mouvements, le refus moral de la moindre concession au jeu théâtral, au coup de théâtre, au numéro d'acteur, au pathos, à l'explication psychologique. Tout cela procède d'une pensée et d'une mise en images purement musicales héritées de l'art de Jean-Sébastien Bach que transcende une grande sensualité. À cet égard, Pickpocket est d'un érotisme torride, le plus beau film sur les mains, c'est un pianiste qui vous parle. Que Bresson ait pu rendre de belles mains d'homme aussi excitantes que les fesses de Bardot filmées par Godard dans Le Mépris, il fallait le faire !
Quand vous entendez les «modèles» de Bresson parler de cette voix blanche, recto tono, a priori sans intention de jeu, si vous êtes habitué à un certain cinéma de l'efficacité, vous passez à côté. Mais si vous faites l'effort d'entrer dans cet univers, d'écouter plutôt que d'entendre, vous percevrez qu'il y a dans ce phrasé apparemment neutre une intensité - et une variété dans les intensités - qui rejoint les strettes des fugues de Bach (quand toutes les voix développent ensemble en imitation le sujet principal). Le même phénomène se vérifie avec les accords magiques de Schubert : en soi, l'accord sonne bien, il est tonal, agréable à l'oreille. Mais, si on pénètre dans cet accord, on découvre la subtilité du dosage, l'équilibre fragile de la superposition des notes et ce que cette fragilité recèle d'émotion, exhale d'expression, sans forcer, sans volontarisme. Bresson, en ce sens, a été une grande révélation. Il est aussi pour moi le cinéaste du legato, une sorte de legato universel.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia