Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Dans l'ombre de Charonne

Couverture du livre Dans l'ombre de Charonne

Auteur : Désirée Frappier

Illustrateur : Alain Frappier

Date de saisie : 13/01/2012

Genre : Bandes dessinées

Editeur : Editions du Mauconduit, Paris

Prix : 18.50 €

ISBN : 9791090566002

GENCOD : 9791090566002

Sorti le : 19/01/2012

  • Les présentations des éditeurs : 22/02/2012

Maryse, une jeune lycéenne de 17 ans, décide de participer avec ses copains de lycée à une manifestation contre le fascisme et pour la paix en Algérie. Nous sommes à Paris, en 1962.

Après 8 ans de guerre, l'indépendance de l'Algérie devient inéluctable. L'OAS, regroupant dans ses rangs les fervents défenseurs du dernier bastion d'un empire colonial agonisant, multiplie les attentats à la bombe sur la capitale. Le 8 février, après 14 attentats, dont un blessant grièvement une petite fille de quatre ans, des manifestants se regroupent dans Paris aux cris de «OAS assassins», «Paix en Algérie». La manifestation organisée par les syndicats est interdite par le préfet Maurice Papon. La répression est terrible. La police charge avec une violence extrême. Prise de panique, Maryse se retrouve projetée dans les marches du métro Charonne, ensevelie sous un magma humain, tandis que des policiers enragés frappent et jettent des grilles de fonte sur cet amoncellement de corps réduits à l'impuissance. Bilan de la manifestation : 9 morts, dont un jeune apprenti, et 250 blessés.
50 ans plus tard, Maryse Douek-Tripier, devenue sociologue, profondément marquée par ce drame dont elle est sortie miraculeusement indemne, livre son témoignage à Désirée Frappier. C'est une véritable histoire dans l'Histoire à laquelle nous invite l'auteur, restituant ce témoignage intime dans son contexte historique et tragique, tout en nous immergeant dans l'ambiance des années soixante : flippers, pick-ups, surboums, Nouvelle Vague, irruption de la société de consommation.

Désirée Frappier, journaliste, écrivain, a mené l'enquête, rencontré des dizaines de témoins et exploité une importante documentation. La complicité qu'elle entretient depuis l'enfance avec l'héroïne, Maryse Douek-Tripier, lui a permis de restituer un témoignage poignant.

Alain Frappier est peintre, graphiste et illustrateur (Actes Sud, Hachette international, Hatier). Par la nature de ses dessins et sa démarche de reconstitution historique, il signe là un récit graphique personnel étonnant dont l'audience dépassera le cercle des bédéphiles.


  • Les courts extraits de livres : 22/02/2012

Extrait de la préface de Benjamin Stora

CHARONNE OU L'OUBLI IMPOSSIBLE

Le nom de la station du métro parisien «Charonne» est entré dans le Panthéon des mémoires douloureuses françaises le 8 février 1962, comme un symbole de la résistance à la guerre d'Algérie. Ce soir-là, une manifestation est organisée contre l'OAS. Cette organisation rassemble les partisans de l'Algérie française qui pratiquent une politique de «la terre brûlée» contre les militants, algériens ou français, favorables à une solution négociée en Algérie (la guerre d Algérie dure depuis novembre 1954...). Au début de l'année 1962, en France, l'OAS multiplie ses actions violentes qui soulèvent l'indignation dune opinion française excédée. La gauche dénonce «le danger fasciste» et appelle, ce 8 février 1962, à une manifestation de «défense républicaine». La manifestation est organisée par les syndicats, CFTC, CGT, UNEF, SGEN, SNI, auxquels se sont associées les organisations de gauche, dont le PCF et le PSU. Selon Alain Dewerpe, il s'agit «d'une manifestation de militants et, toutes obédiences confondues, de militants souvent durablement engagés dans la lutte anticolonialiste». Il relate aussi, d après témoignages, que «l'UNEF et le PSU sont majoritaires en tête et au sein du cortège.»
Plusieurs cortèges tentent de se rejoindre dans le XIe arrondissement, deux des principaux cortèges fusionnent sur le boulevard Beaumarchais. La foule devient excessivement dense, Interdisant tout repli au moment d'une possible charge. Les manifestants se heurtent à un Important dispositif policier. Maurice Papon est le préfet de police de Paris qui coordonnera l'action des forces de l'ordre. Ce sera un véritable carnage. Prise de panique, la foule s'engouffre dans la bouche du métro Charonne. Dans la panique et la bousculade, des personnes trébuchent et sont piétinées. Sur cet amas humain qui obstrue complètement l'entrée de la station de métro, des témoins voient un groupe de gardiens casqués «entrer en action». Les policiers tapent les manifestants à coup de «bidule». Au milieu des cris, des gémissements, des couches de blessés enchevêtrés, on retire six cadavres de Charonne, plus le blessé qui décédera le lendemain. Deux autres manifestants sont tués à l'extérieur de la bouche de métro avec la même sauvagerie meurtrière. Tous sont à la CGT et huit d'entre eux appartiennent au Parti communiste français.
Le mardi 13 février, les funérailles silencieuses et grandioses des victimes de Charonne sont suivies par une foule Impressionnante estimée à cinq cent mille personnes, line grève générale ce jour-là arrête les trains, ferme les écoles et laisse les journaux muets.

Parmi les manifestants, une jeune fille de 17 ans, Maryse Douek. En classe de première, elle est proche d'un cercle antifasciste créé par les élèves du lycée de Sèvres. Maryse n'a pas le droit de militer publiquement. Détentrice d'un livret d'apatride (elle est arrivée d'Égypte avec ses parents quelques années plus tôt), la nationalité française a été refusée à sa famille, suite à la dénonciation d'un concierge les accusant de fréquenter des communistes. Au traumatisme de la chute et de l'amoncellement des corps dans la bouche de métro, s'ajoute celui d'avoir trahi une promesse faite à ses parents et la peur de perdre sa place dans la société française. Elle a miraculeusement échappé a la mort ce soir du 8 février 1962. Désirée et Alain Frappier racontent son histoire dans les dessins et le texte de l'album Dans l'ombre de Charonne.

J'ai rencontré pour la première fois Maryse Douek-Tripier (mariée avec Pierre Tripier) au tout début des années 1380 à l'université Paris-7 Jussieu dans le département de sociologie où je venais d'avoir un poste d'assistant. Elle était l'une des premières à ce moment à travailler en France sur l'immigration ouvrière, et ses travaux, de recherches faisaient, déjà, autorité. Je commençais à l'époque mes recherches sur l'histoire de l'Algérie, et nous avions beaucoup discuté du parcours singulier des ouvriers immigrés algériens en France, notamment pendant la guerre d'Algérie. Mais je ne me souviens pas avoir évoqué avec elle la tragédie du métro Charonne, et pourtant... Maryse, et je l'ai su bien des années après, était parmi les manifestants qui ont été matraqués, piétines, écrasés à l'entrée du métro. Ce moment est resté longtemps enfoui au fond de sa mémoire.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia