Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le chasseur de lucioles

Couverture du livre Le chasseur de lucioles

Auteur : Janis Otsiemi

Date de saisie : 08/05/2013

Genre : Policiers

Editeur : Jigal, Marseille, France

Collection : Polar

Prix : 16.00 €

ISBN : 9782914704830

GENCOD : 9782914704830

Sorti le : 15/02/2012

«La manie que j'ai eue dès l'enfance d'apprendre des langues étrangères m'a sans doute fait considérer très tôt le français parlé comme un langage très différent du français écrit.»
Nul doute que Raymond Queneau se serait délecté des termes du français parlé au Gabon utilisés par Janis Otsiemi. L'auteur nous propose une nouvelle fois d'appréhender le quotidien des Librevillois aux prises avec une corruption omniprésente et une défaillance généralisée de l'Etat. Un pays ravagé par «la maladie du siècle», ce SIDA que d'aucuns ont rebaptisé «syndrome inventé pour décourager les amoureux», comme une fuite en avant que certains s'autorisent à travers les mots pendant que d'autres le font avec l'argent. Tous veulent en avoir, des jeunes délinquants aux flics ripoux, sans parler de ceux qui tirent profit de l'explosion du marché de «la cuisse tarifée». Alors qu'un ancien officier de police est retrouvé mort sur la plage du Tropicana, les enquêteurs vont justement devoir fait face au vent de panique qui souffle sur les lupanars de Libreville en mettant la main sur un tueur en série.
Bien que «Le chasseur de lucioles» marque une étape dans le travail de Janis Otsiemi (plusieurs enquêtes se croisent, voire se rencontrent), il n'en reste pas moins attaché à la dimension sociale qui lui est chère en posant un regard critique sur un pays où le tribalisme, le népotisme et le clientélisme semblent ne pas avoir de limite. Un pays où le vrai tueur en série serait plutôt «ces politiciens qui confondent l'argent du contribuable avec leur portefeuille». S'il n'est pas dans les intentions de l'auteur de révolutionner l'art de l'intrigue, il se fait assurément le scribe d'une oralité où les gabonismes et autres proverbes imagés nous précipitent dans un monde à la fois nôtre et étranger. Une véritable langue accolant, mélangeant, créant : inventive, sensible et poétique. Mais il est vrai, comme le soulignait déjà Louis-Ferdinand Céline, que «l'émotion ne peut être captée et transcrite qu'à travers le langage parlé... le souvenir du langage parlé !».


  • Les présentations des éditeurs : 18/02/2012

À Libreville, une prostituée est découverte sauvagement assassinée dans un motel de la périphérie. Les agents de la PJ - de fidèles abonnés des bordels de la capitale - pensent tout d'abord à un crime de rôdeur...

Quand une seconde fille est retrouvée égorgée dans un autre hôtel du quartier, les policiers sont encore loin d'imaginer qu'ils ont affaire à un client bien décidé à nettoyer la ville de toutes ses lucioles...

Celui qui te veut du mal la nuit a commencé à t'en vouloir le jour.

C'est dans ce climat de psychose générale que les gendarmes de la DGR enquêtent de leur côté sur le braquage d'un fourgon de la Société Gabonaise de Sécurité dont le butin de plusieurs millions de francs CFA attise bien des appétits...

Janis OTSIEMI est né en 1976 à Franceville au Gabon. Il vit et travaille à Libreville. Il a publié plusieurs romans, poèmes et essais au Gabon où il a reçu en 2001 Le Prix du Premier Roman gabonais. Depuis 2007, il est Secrétaire Général adjoint de l'Union des Écrivains Gabonais. Janis OTSIEMI est un digne représentant de ce qu'on pourrait appeler le «polar de la brousse»... Roman social et urbain, style (très) direct, récit émaillé d'expressions savoureuses, Janis OTSIEMI signe des romans miroir de la société gabonaise telle qu'il la vit et la perçoit aujourd'hui ! Il a obtenu le Prix du Roman Gabonais pour "La vie est un sale boulot" UNE RÉVÉLATION...



  • La revue de presse Valérie Marin La Meslée - Le Point du 28 mars 2013

Plusieurs intrigues se croisent dans ce roman branché sur l'énergie d'un quotidien désespérant mais jamais désespéré. Auteur d'essais politiques, Janis Otsiemi dégaine ses polars comme autant de cartouches de liberté. Comme il dope son écriture d'un argot local débridé, ça devient un feu d'artifice ! On savoure.


  • Les courts extraits de livres : 18/02/2012

Dimanche 1er juin - 1 heure

Au décès d'un chien, la chèvre ne porte pas le deuil.

La nuit garrottait, de sa horde d'ombres, la plage du Tropicana, au sud de Libreville. Le vent, venu du ventre de l'océan, l'éraflait de ses griffes acérées. Toutes les deux secondes, de grosses vagues venaient fracasser leur front contre les bancs de sable comme des têtes de mule.
De l'autre côté de la rive droite de l'Estuaire, les lumières des habitations de la Pointe Denis scintillaient au loin comme des étoiles piquetant un ciel de décembre.
Ce décor féerique était une pierre dans le jardin de Joseph Obiang.
Une rafale de vent lui sauta au cou comme un chien enragé. Il frissonna. Étouffa un tas de jurons obscènes sur ses lèvres puis releva le col de son blouson. Il flamba une madeleine et en tira plusieurs bouffées comme pour ôter le goût du sel déposé par les embruns sur ses lèvres.
Il ouvrit la bagnole, s'accrocha à la portière et regarda à nouveau l'heure sur le tableau de bord.
1 h 30. Voilà plus d'une demi-heure qu'il se frigorifiait les couilles sur cette plage déserte. Il se demanda si son client allait encore arriver. «Les Africains ont tous des montres, mais ils sont toujours en retard.» Cette tirade que lui martelait souvent son chef hiérarchique, le général Okana, ne parut guère le rassurer. Car s'il était là, c'était en partie à cause de lui. Toute la haine et la rancoeur qu'il portait à ce type lui montèrent aux lèvres. Il poussa un soupir et se coula dans la bagnole pour se refroidir le coeur.
Deux minutes s'écoulèrent. Comme deux siècles. Sous la clameur bruyante des vagues, Joseph Obiang crut entendre le bruit d'un moteur. Il se baissa et effeuilla la nuit de ses yeux globuleux de canneur. Il ne vit rien. Soudain deux faisceaux de lumière écaillèrent la nuit et éclaboussèrent l'habitacle de la bagnole. Joseph Obiang ouvrit les feux. L'autre véhicule tua les siens.
C'est lui.
Joseph Obiang entendit le bruit d'un claquement de portière puis une ombre se détacha de la nuit. Il reconnut aussitôt Sisco, emmitouflé dans un survêtement.
Joseph Obiang descendit de la voiture. Lorsque Sisco fut à sa hauteur, il lui murmura :
- Ce n'est pas trop tôt, mon petit.
L'autre ne répondit pas.
Joseph Obiang ouvrit la malle arrière de sa voiture et dégrafa un sac. Sisco le torcha et découvrit ce qu'il contenait.
C'était bien ce qu'il cherchait.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia