Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. David Servan-Schreiber ou La fureur de guérir

Couverture du livre David Servan-Schreiber ou La fureur de guérir

Auteur : Jacques Roques

Date de saisie : 18/02/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Indigène, Montpellier, France

Collection : Ceux qui marchent contre le vent

Prix : 3.00 €

ISBN : 9791090354111

GENCOD : 9791090354111

Sorti le : 18/11/2011

Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou, au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 12/05/2012

Qui d'autre, sinon son «jumeau spatio-temporel» - selon l'expression de David Servan-Schreiber lui-même -, Le psychanalyste et psychothérapeute Jacques Roques, pouvait restituer l'apport révolutionnaire dans la pratique du soin de Servan-Schreiber, cet éminent professeur, psychiatre, décédé le 24 juillet 2011 ? Et d'abord sa fureur de guérir au-delà de tous les dogmes, du médicament et de la psychanalyse, en redonnant au patient son pouvoir d'acteur sur sa santé. Rien de posthume dans cet hommage, mais le rappeler la poursuite de l'oeuvre d'un grand homme.

L'Auteur : Jacques Roques a fondé en 2002 avec David Servan-Schreiber et Michel Silvestre l'association EMDR-France dont il est vice-président. Il est l'auteur de plusieurs livres sur l'EMDR, dont Guérir avec l'EMDR, Traitement, théorie, témoignages (Seuil, 2007), et co-traducteur du Manuel d'EMDR (InterEditions, 2007) de Francine Shapiro, son livre fondateur.

«Vivre, c'est rencontrer la maladie, mais c'est rencontrer aussi le pouvoir de guérir.» Harry Walters, anthropologue indien navajo, professeur au Dine College à Tsaile, Arizona.


  • Les courts extraits de livres : 12/05/2012

Son premier livre fit l'effet d'une bombe en 2003. Rappelons-en le titre : Guérir le stress, l'anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse. Guérir sans médicaments et sans psychanalyse ? Vous rendez-vous compte de l'énormité du propos ? Soulignons quand même au passage qu'il ne spécifie pas dans le titre tous les problèmes psychologiques, comme par exemple la psychose. Mais quand même ! Déjà le stress, l'anxiété et la dépression, ce n'est pas rien. C'est même loin d'être rien, puisque c'est l'essentiel des motifs de consultation des médecins et des psychanalystes et une des principales sources de revenu pour les fabricants de psychotropes.
Les deux pôles classiques du soin psychique sont donc remis d'emblée en question par David Servan-Schreiber dans ce titre coup de poing. Notons que son sens est double, puisqu'on pourrait entendre à la fois qu'il veuille, dans cet ouvrage, énoncer d'autres moyens de guérir que ceux proposés par les médicaments et la psychanalyse, sans nécessairement les remettre en cause, mais aussi d'une manière plus directe qu'on puisse devoir sa guérison au fait de n'utiliser ni l'un ni l'autre. Voyons ce qu'il en est.
Commençons par la psychanalyse. Pour tout psychanalyste, guérir, quand il s'agit de problèmes psychiques, est impensable, quasiment un gros mot. Soigner, à la rigueur, on le veut bien, mais guérir ? Impensable, vous dis-je.
Conformément à une doctrine d'essence bien judéo-chrétienne, il faut que ça dure, que ça souffre ; que les apparentes améliorations de l'état soient suivies d'amères désillusions pour que ce soit efficace ; et ce pendant des années, un travail psychanalytique sérieux ne pouvant, selon les propos de Freud lui-même, se concevoir que sous le signe de la frustration. Ne s'était-il pas élevé contre cette furor sanandi, cette «fureur de guérir» de son disciple Ferenczi ? Ce à quoi Jacques Lacan, qui n'avait de cesse de décentrer la fin de l'analyse de toute visée thérapeutique au profit de l'intraitable, de l'insoluble «sinthome» (selon son écriture et sa terminologie propres), rajoutait : «La guérison arrive de surcroît.»
Vouloir la guérison n'était donc pas seulement affaire de folie, mais sa survenue inopinée dans une cure considérée comme un élément surajouté de mauvais aloi, contraire au travail psychanalytique sur un symptôme par essence insoluble. La «fuite dans la guérison» ne caractérisait-elle pas le comportement morbide d'un malade cherchant ainsi sournoisement à échapper à une investigation psychanalytique par une guérison rapide ? Rapide et surtout dangereuse. D'autres symptômes ne pouvaient qu'apparaître, des passages à l'acte mortifères étaient même à redouter. Il fallait donc rapidement l'empêcher.
La méthode étant inattaquable, la cause était entendue. Guérir était un verbe à proscrire du vocabulaire psychanalytique, sauf pour le dénoncer. Pire que la maladie assurément était la guérison. Le docteur Knock aurait sans doute surenchéri, lui qui avait fait sa thèse sur les «prétendus états de santé» et pour lequel «tout homme bien portant est un malade qui s'ignore».


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia