Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Sérum : saison 1. Volume 1

Couverture du livre Sérum : saison 1. Volume 1

Auteur : Henri Loevenbruck | Fabrice Mazza

Date de saisie : 12/03/2012

Genre : Policiers

Editeur : J'ai lu, Paris, France

Collection : J'ai lu. Policier

Prix : 6.00 €

ISBN : 9782290041741

GENCOD : 9782290041741

Sorti le : 28/03/2012

Henri Loevenbruck au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 16/03/2012

ÉPISODE 1

1773 : MESMER INVENTE L'HYPNOSE 1886 : FREUD INVENTE LA PSYCHANALYSE 2012 : DRAKEN INVENTE LE SÉRUM

Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient profond d'Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

HENRI LOEVENBRUCK & FABRICE MAZZA

Henri Loevenbruck est l'auteur de treize livres, entre thrillers et romans d'aventures. Ses livres sont traduits dans plus de quinze langues.

Fabrice Mazza est le grand maître des énigmes en France. Ses ouvrages sont lus dans le monde entier et ont dépassé le million d'exemplaires vendus.


  • Les courts extraits de livres : 16/03/2012

1.

C'est une petite chambre d'hôtel, modeste, vétusté, chichement meublée. Un lit simple, au sommier de métal rouillé, une table de nuit, un placard aux portes ajourées et une commode. Sur cette commode, un téléviseur démodé et un vieux magnétoscope SONY. Des appareils d'un autre temps. Des reliques.
Pour toute décoration, la chambre compte un vase empli de fleurs en plastique et, sur le mur principal, au papier peint jauni, une photo en noir et blanc dans un cadre de liège - un cliché de Manhattan dans les années 1970. On y voit encore les deux tours du World Trade Center tout juste achevé.
La pièce est plongée dans la pénombre : les rideaux sont tirés. Le lit est fait. Il n'y a aucune valise à l'intérieur, aucun vêtement dans la commode ou la penderie. Rien ne semble indiquer qu'elle est occupée.
Et pourtant, elle l'est.
Un homme est à genoux, à terre, devant la commode. Il tremble. Ses gestes sont mal assurés. Ses mains sont maculées de sang. De sang frais.

2.

Il était 21 h 16 quand la femme sauta à l'intérieur du bus sur St Johns Place, juste avant que les portes ne se referment. Ses yeux avaient la lueur de la terreur pure, cette immobilité froide et intense. Elle semblait aspirée par une autre réalité, invisible et dangereuse.
Les cheveux couverts de flocons de neige, elle se faufila nerveusement vers l'avant, bousculant les autres passagers, et tous la dévisagèrent - excepté le chauffeur, peut-être, qui devait avoir l'habitude. Une excitée de plus sur la ligne B45, qui reliait Crown Heights au centre-ville de Brooklyn. Entre les étudiants éméchés qui sortaient des bars, les touristes arrogants qui se prenaient pour les rois du monde et les nouveaux bourgeois fêtards qui déboulaient des brownstones pour assaillir les boîtes de nuit des quartiers nord, tous les soirs, c'était un vrai défilé, même en plein hiver.
Mais cette femme, elle, n'était pas là pour profiter des soirées chaudes de Brooklyn. Elle était là pour survivre.
C'était une femme qui avait dépassé la trentaine, grande, athlétique, les cheveux blonds coupés court et coiffés en bataille. Elle avait les traits durs, cette raideur dans le visage qui trahit une angoisse profonde et ancienne, un passif douloureux ; et pourtant, elle était belle. Belle et élégante, dans son tourment.
La main serrée autour de la barre de maintien, à s'en faire blanchir les articulations, elle jetait des coups d'oeil de part et d'autre du bus, fouillant frénétiquement le trafic du regard par-delà le voile vacillant de la neige. Elle était restée ainsi pendant tout le trajet jusque Washington Avenue lorsqu'elle commença à montrer de véritables gestes de panique.
- Vous voulez descendre ici, madame ?


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia