Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Mon tour du "Monde"

Couverture du livre Mon tour du

Auteur : Eric Fottorino

Date de saisie : 09/05/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782070134199

GENCOD : 9782070134199

Sorti le : 23/03/2012

Eric Fottorino au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 09/04/2012

Longtemps j'ai rêvé du Monde. J'y serais entré même à genoux ! Depuis mon premier article, paru en 1981 - j'étais encore étudiant -, jusqu'à mon départ, en février 2011, près de trente années se sont écoulées.
Je me souviens de tout. La rue des Italiens, les séances de Bourse au palais Brongniart, mes premiers reportages. Je revois les affamés d'Éthiopie, le visage de Mandela, la trogne de Noriega. Je revois les kolkhozes d'Ukraine, le marché aux grains de Chicago, les élégantes du Viet Nam. J'entends la voix de Jacques Benveniste, qui croyait à la mémoire de l'eau, Jane Birkin parlant de Gainsbourg, tant de silhouettes, tant de reportages. Le journalisme fut mon pain de tous les jours. Je suivis d'un coeur léger ses mots d'ordre : voyager, rencontrer, raconter. Puis recommencer.
Élu directeur, j'ai plongé dans l'aventure collective. Il a fallu garder confiance quand les dettes s'accumulaient, et que le Net ébranlait la galaxie Gutenberg. Il a fallu réinventer ce journal dans l'urgence et la douleur, sans gros moyens, avec la foi du charbonnier. Il a fallu aussi approcher le pouvoir et le tenir à distance. La mer était souvent agitée.
J'ai tout revu, tout revécu. J'ai tout aimé ou presque, sachant avec Cioran qu'il faut parfois avaler l'amer avec le sucré. J'ai quitté Le Monde mais Le Monde ne m'a pas quitté.

É. F.



  • La revue de presse Michel Abescat - Télérama du 9 mai 2012

L'auteur a du talent, le sens du croquis, la plume assassine. «On ne devient pas l'ami d'Alain Minc. On est au mieux l'obligé d'un marionnettiste.» A la fin du livre, Fottorino défend sa vérité, bec et ongles. Le récit vire à l'épopée tragi-comique, révélatrice des moeurs du petit monde économico-politico-médiatique. Rude leçon, pour l'auteur comme pour le lecteur.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 11 avril 2012

Éric Fottorino, dans ce volumineux et passionnant «récit» consacré à ses années Monde, journal qu'il dirigea de 2007 à 2011, donne une des clés du journalisme qui a justifié bien d'autres vocations que la sienne : «Le jeune introverti que j'étais a guéri sa timidité par le journalisme.» Le journalisme comme thérapie, comme drogue, c'est affaire entendue, et l'arrogance que l'on reproche à certains n'est que le masque de carnaval d'une inaptitude répandue à agir. Nous sommes des yeux prolongés par des plumes. Et Dieu sait si celle d'Éric Fottorino, dans sa double capacité de journaliste et d'écrivain, excelle !...
Une galerie de portraits, ébouriffante et sans concession, traverse ce long récit. D'innombrables personnages tournent autour de ce journal, mythe dévorateur qui attire des gens de toutes sortes, des glorieux de toute nature...
Le constat lucide qu'il tire de tout cela, comment ne pas le comprendre : «C'était là mon destin au Monde : y entrer pour ce qu'il était et que j'aimais, le quitter pour ce qu'il était devenu et que je n'aimerais pas, bien que je fusse l'artisan forcé de sa métamorphose.» Il faudrait bien une victime expiatoire pour que le collectif du Monde fasse payer à quelqu'un la perte de l'indépendance, la fin des illusions de plusieurs époques et la vanité, désormais, d'une morgue journalistique autosuffisante. Ce serait lui. On le révoquerait donc, sans le regarder. On le libérerait. Et sa plume aussi, avec ce pavé régalant.


  • La revue de presse Michel Schneider - Le Point du 29 mars 2012

Les scènes politiques de la guerre des Monde n'épuisent pas l'immense intérêt de ce récit presque au jour le jour des années passées dans le quotidien qui est la drogue quotidienne des élites, à la fois honnie et nécessaire : querelles de pouvoir, lâchetés de ceux qui pourtant n'ont rien à perdre que leur honneur, mélange de sournoiserie de bedeaux et de manipulation de gauchistes quand Le Monde tangue entre les écueils du sectarisme et de la complaisance. Fottorino dit son amour pour la liberté de la presse et le journalisme ("l'idée de partir, de découvrir, de transmettre"). Il transmet sa vision d'un Monde cruel où domine la violence matérielle et intellectuelle. Il est rare qu'un homme blessé ne cède ni à la rancoeur ni à la rancune et réponde à ses adversaires sans jamais les traiter en ennemis. Un journaliste, selon Fottorino, doit dire que le roi est nu, ne pas faire de politique, mais exposer dans leur vérité ceux qui la font...


  • Les courts extraits de livres : 03/04/2012

IL ÉTAIT UNE FOIS...

Un matin de 1986, dans la fraîcheur encore vive du mois de mars, le jour se levant à peine, je vis surgir dans une étroite coudée du boulevard des Italiens l'austère façade de l'immeuble du Monde. Mon coeur battait à grand fracas. J'avais mal au ventre et pourtant j'avançais d'un bon pas. Sans doute même courais-je un peu sans le vouloir, déjà aimanté, déjà pressé, attiré aussi par l'oeil cyclopéen de la grosse horloge que dominaient les lettres gothiques du Monde, par les larges aiguilles d'acier plantées telles des banderilles dans la chair du temps. Je savais pourquoi j'étais là. Pourquoi j'avais voulu de toutes mes forces travailler dans un quotidien, dans ce quotidien. Le mot «journaliste» contenait dans sa plénitude le mot «jour». Et c'est ce fil des jours que je voulais remonter à la manière d'un funambule.
La France comptait encore pas mal de journaux d'information. Mais Le Monde était unique en son genre. Parce qu'il était un quotidien du soir (comme alors La Croix et ce qui restait de France-Soir). Parce qu'il était une institution, une référence, la gloire du journalisme, d'un certain journalisme trempé au bain rigoriste d'une sourcilleuse indépendance. Il exerçait un magistère. Il était parfois craint, toujours respecté, il en imposait. Il m'en imposait. Le jeune homme de vingt-cinq ans que j'étais alors, mal assuré de son identité, venait trouver ici une assurance, une reconnaissance en filiation, une forme de renaissance. Ce journal, privilège insigne, allait m'adopter, publier sous mon nom des articles, des reportages. Il allait me prouver que j'existais bien et que j'avais ma place quelque part. Et quelle place ! J'en tremblais ce matin-là. C'était le jour, le grand jour. J'étais journaliste au Monde, et je mesurais déjà l'effet que cette révélation produirait à jamais. «Ah ! vous êtes journaliste ? Et où donc ?» La réponse «au Monde» sonnait, sonnerait toujours comme un coup de cymbale, brillerait comme un talisman, déclenchant chez l'interlocuteur un frisson de respect, d'envie, un empressement à vous raconter, à vous traiter au mieux pour vous gratifier des meilleures informations, celles qu'on obtient par la confiance, la confidence, et la notoriété de son «organe de presse». Souvent il me suffirait, saluant mes interlocuteurs, de dire seulement : «Le Monde», sans même énoncer mon propre nom, pour forcer l'attention.
L'horloge donc. Que chaque journaliste poussant la porte du Monde avalait tout rond pour garder jusqu'au bouclage un chronomètre dans le ventre. Aux murs de chaque service une pendule auxiliaire surveillait l'avancée du travail, et dans le vaste bureau du directeur, au premier étage, un cartel noir et or surmonté d'un angelot armé d'une faucille indiquait que le temps à chaque instant était compté, qu'il faudrait lâcher sa copie dans les meilleurs délais pour ne pas mettre le journal en retard. A midi dernier carat, l'affaire devait être pliée. Le temps était la grande affaire du quotidien du soir qui avait succédé justement au journal Le Temps, interdit de paraître pour faits de collaboration. Le Monde était né sur ses décombres, en décembre 1944, par la volonté du général de Gaulle et grâce au volontarisme sceptique mais inflexible du fondateur, Hubert Beuve-Méry.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia