Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un terrorisme planétaire, le capitalisme financier

Couverture du livre Un terrorisme planétaire, le capitalisme financier

Auteur : Claude Mineraud

Date de saisie : 03/05/2012

Genre : Economie

Editeur : la Différence, Paris, France

Collection : Politique

Prix : 15.20 €

ISBN : 9782729119430

GENCOD : 9782729119430

Sorti le : 15/09/2011

  • Le courrier des auteurs : 03/05/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis un étudiant en philosophie dont le caractère et la réflexion se sont forgés à travers les différents métiers (assurance et conseil patrimonial) qu'il a exercés et qui, aujourd'hui, continue à mener aux Éditions de la Différence, auprès de Colette Lambrichs, le combat culturel, au final politique mais en dehors de toute appartenance politicienne, dans lequel il s'est toujours investi.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Après être resté à prédominance industrielle au cours des trois décennies qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, le capitalisme, surtout après l'éclatement de l'URSS et qu'aient été balayées les oppositions qui auraient pu canaliser ses pulsions, a perdu le fil conducteur du libéralisme en s'enfermant dans un processus de massification mondiale des entreprises. Cette massification a institutionnalisé le «règne de la quantité» par la superposition de strates qui, difficilement assimilables les unes aux autres, provoquent une obésité incontrôlable. Dans le même temps, la recherche incessante et toujours insatisfaite de la maîtrise de tels agglomérats a conduit le capitalisme à financer la mise en place de moyens techniques qui nécessitaient eux-mêmes une technologie de plus en plus pointue. Après avoir été financée par un capitalisme exclusivement soumis au quantitatif, cette haute technologie a pris elle-même le pouvoir sur le système qui l'avait engendrée et utilisé pour l'exercer des opérateurs financiers dont les applications robotisées, fonctionnant à la milliseconde, ont créé une bulle financière qui a asphyxié par ses soubresauts et ses inconséquences l'économie réelle. Ce capitalisme financier soumet à la logique irrépressible de ses engrenages et de ses pulsions de type strictement spéculatif, non seulement les hommes qui lui servent de manettes et de courroies de transmissions, mais aussi les États et leurs dirigeants. Ce capitalisme infecte la planète entière : dans les pays riches dont les gouvernants ou les responsables de grandes entreprises sont devenus des apparatchiks fantomatiques, il génère la peur et l'impuissance, il détruit le tissu et étouffe la créativité des petites et moyennes entreprises ; simultanément, il pille les ressources naturelles des pays pauvres, vouant leurs populations à une effroyable misère.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La petite flamme peut-elle ne pas s'éteindre, malgré le pullulement, la superposition et le croisement des trafics d'influence, malgré la futilité et la jactance de politiciens affaissés sous le poids du mépris de leur peuple, d'économistes subalternes, de philosophes mondains, de pitoyables et autoproclamés «sociologues» ou «justiciers» du cirque médiatique, de responsables de grandes entreprises, carriéristes et sans projet, tous vecteurs d'un système qui les réduit à un état d'inexistence institutionnalisée en nourrissant temporairement leur égotisme ?» (pp. 131-132)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Le concert donné par Keith Jarrett à la Scala de Milan, d'où est d'ailleurs tiré le générique des «Rendez-vous de la Différence», l'émission de radio diffusée sur Aligre FM 93.1, le premier dimanche de chaque mois, de 11h à 13h. Chaque émission réunit autour d'un même thème, choisi en fonction des nouvelles parutions, plusieurs auteurs de la maison.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le combat contre le capitalisme financier, à condition qu'on ne replie pas les banderoles après la manifestation pour rentrer à la maison et s'installer, avec l'impression du devoir accompli, devant l'abreuvoir de son poste de télévision.


L'éditeur Claude Mineraud au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 26/04/2012

En dénonçant le capitalisme financier comme un terrorisme planétaire, Claude Mineraud désigne un système qui engendre la terreur politique - définition du terrorisme attestée depuis 1794, d'après le Robert.
Le capitalisme financier, nous dit-il, est né des faramineux besoins de financement de la haute technologie.
Les capitaux colossaux nécessaires à celle-ci ont entraîné la création d'un marché mondialisé et dérégulé qui a lui-même provoqué un mouvement de concentration et de spéculation autour des entreprises car de telles masses d'argent ne semblaient pouvoir prendre appui que sur des «géants» justifiant d'énormes chiffres d'affaires. En pratiquant le rachat ou l'absorption des entreprises de même type, les grands groupes, constitués en multinationales, et les investisseurs institutionnels, tels les fonds de pension, créent le cadre légal indispensable à une mécanique de fuite en avant exponentielle, tuant ainsi l'économie réelle et capturant les ressources vitales de la planète : l'eau, le pétrole, l'électricité, les terres des pays pauvres qu'ils affament, les condamnant à la misère et aux dictatures les plus abjectes.

Claude Mineraud assiste à neuf ans à la débâcle de 1940. La mort de son père l'oblige à interrompre ses études de philosophie à vingt et un ans et à assurer la survie de sa famille. À vingt-neuf ans, il crée sa première entreprise dans le courtage d'assurance dont le notariat français devient très vite le principal client. Sa position de clé de voûte d'affaires prospères lui permet de mesurer, in situ, les forces de destruction du capitalisme financier.


  • Les courts extraits de livres : 26/04/2012

ENFANT DE NIETZSCHE ÉLÈVE DE THALÈS

Le professeur de philosophie du petit collège de province où j'ai fait mes études secondaires m'a vivement recommandé, le soir où, marchant dans la campagne comme nous l'avions fait si fréquemment, nous allions nous quitter - je rejoignais l'université - de lire La Naissance de la tragédie, le premier livre de Friedrich Nietzsche.
J'ai lu La Naissance de la tragédie.
L'un des traumatismes les plus violents de ma vie, le traumatisme d'une nouvelle naissance.
La révélation fulgurante d'une vision immédiatement perçue comme celle de l'inspiration décisive, jusque-là inhibée par la ligne d'horizon façonnée par l'enseignement. Le choc novateur et exaltant d'un hellénisme qui harmonise au lieu de segmenter et fractionner, qui dépasse la contradiction de l'instinct et de la culture, qui demande à Apollon de contrôler les ivresses de Dionysos, permettant au premier de conserver la noblesse du geste et du regard et, au second, de ne pas mourir de vivre trop.
La fusion de l'homme avec les racines, le tronc et les branches de l'arbre de vie, la découverte ardente et tellement heureuse que l'homme réinvente l'Olympe à chaque cri de désespoir comme à chaque respiration de joie, qu'il est plusieurs fois dieu quand il cherche et réussit, même confusément, à décrypter les pulsions qui le traversent, quand il travaille à tenir à distance leur préhistoire tout en préservant et en aimant en elles l'intensité qui transforme l'anarchie des fantasmes et la virtualité des rêves en une efficacité de bâtisseur. L'intuition décisive des forces qui bouleversent la haute mer, l'abordage des navires qui, maîtrisant la vague, hantent l'au-delà de la perception. Les paupières baissées, s'abandonner à l'eau murmurée et au feu jaillissant et multicolore de la beauté.
En se jetant dans le cratère du volcan le plus dangereux, celui des explosions et des cendres de la vie, Nietzsche a vu ce qu'aucun philosophe avant lui n'avait eu l'audace de scruter, d'approfondir et de saisir.
Si la lave l'a emporté, nous serons de plus en plus nombreux, dans les années à venir, à l'accompagner sur les chemins de la pensée grâce au terrain qu'il a lui-même défriché et ensemencé et, comme Zarathoustra l'avait prédit, à enrichir ses illuminations de nouvelles perspectives.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia