Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Quelque chose en nous de Michel Berger

Couverture du livre Quelque chose en nous de Michel Berger

Auteur : Yves Bigot

Date de saisie : 07/06/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Don Quichotte éditions, Paris, France

Prix : 19.90 €

ISBN : 9782359490824

GENCOD : 9782359490824

Sorti le : 10/05/2012

  • Le courrier des auteurs : 07/06/2012

1) Qui êtes-vous ? !
Yves Bigot, tropézien, journaliste, actuellement directeur des programmes et de l'antenne de RTL.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
La biographie de Michel Berger, qui scanne le milieu de la musique en France des années 60 aux années 90, de Salut les Copains à Starmania en passant par Véronique Sanson, France Gall, Johnny Hallyday, etc.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Écoute la musique (quelle consolation fantastique) : tout est dit dès ce premier succès personnel, en septembre 1973.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Celle de Michel Berger et de Véronique Sanson, évidemment.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Un intérêt.


  • Le journal sonore des livres : Yves Bigot - 22/05/2012

Yves Bigot au micro de Jean Morzadec


  • Les présentations des éditeurs : 16/05/2012

«Message personnel», «Quelque chose de Tennessee», «Cézanne peint», «Le monde est stone», «Le blues du businessman», «Les uns contre les autres», «Ziggy», «Only the Very Best», «Musique», «Quelques mots d'amour», «La groupie du pianiste», «Il jouait du piano debout», «Résiste», «Débranche», «Diego, libre dans sa tête», «Chanter pour ceux qui sont loin de chez eux», «Ella, elle l'a», «Le paradis blanc» : c'est une cinquantaine de tubes, certains iconiques, que nous devons à Michel Berger, mort à quarante-quatre ans, sans oublier ses opéras rock Starmania et La Légende deJimmy.
Compositeur, pianiste, parolier, concepteur, réalisateur, producteur, directeur artistique, scénographe, Pygmalion, le fils du triple académicien Jean Hamburger, chouchou de «Salut les copains» à quinze ans, n'est pas un chanteur comme les autres. Figure singulière de la scène musicale française, sa carrière est intimement liée à celles de Véronique Sanson et de France Gall, sa femme. Il a aussi contribué à celles de Françoise Hardy et de Johnny Hallyday collaboré avec Elton John, Cyndi Lauper, Willy DeVille, Céline Dion, Daniel Balavoine, etc.
Cette biographie à l'américaine s'appuie sur les nombreuses interviews de l'auteur avec Michel Berger ainsi que les témoignages de ses collaborateurs, amis et musiciens, selon l'exigence requise par le destin hors du commun de cet éternel jeune homme qui a fait chanter la France.

Directeur des programmes et de l'antenne de RTL après avoir été celui de France 2, de France 4, de la RTBF et d'Arte Belgique, Yves Bigot a chronique la vie du rock et des artistes à la télévision («Les enfants du rock», «Rapido», «L'autre musique», «Rive droite, rive gauche»), à la radio (Europe 1, France Inter), et dans la presse écrite (Libération, Rolling Stone, Rock & Folk).

Postface de Bayon


  • Les courts extraits de livres : 16/05/2012

La minute de silence

«Michel Berger est mort. Tu peux te radiner au journal comme d'hab pour la nécro ?»

L'appel de Bayon, selon le rituel parfaitement rodé qui nous a vus mémorialiser ainsi, avec la dream team Libé qu'il dirige et inspire, Gainsbourg, Ferré, Montand, Trenet, Mort Shuman, Miles Davis, Frank Zappa, Freddie Mercury et tant d'autres, me sèche. C'est que, comme Daniel Balavoine avant lui, Michel Berger n'est pas simplement quelqu'un que j'ai rencontré, interviewé, filmé, dans un cadre professionnel sans que cette relation ne déborde sur nos vies.
Je n'oserai pas pour autant affirmer que Michel était un ami. Il lui aurait appartenu de le dire, éventuellement. Nous n'étions pas intimes. Mais pour le moins, il était un interlocuteur, un complice, voire un allié. Nous nous connaissions, nous voyions, nous appelions, échangions nos opinions, commentions les tribulations de nos amis et ennemis, les moquions parfois, avec une ironie douce-amère qui n'en pensait pas moins. Entretenions une conversation. Partagions aussi un certain nombre de convictions qui nous avaient conduits à nous retrouver dans quelques projets typiques de l'époque - les années quatre-vingt - Action Écoles (soit Band Aid France) ou un album caritatif à l'occasion des trente ans d'Amnesty International qui ne verrait jamais le jour.
On n'est pas censé mourir à quarante-quatre ans. Je suis sidéré par la nouvelle - tu parles d'une mauvaise nouvelle ! -, sonné, désarçonné, en ramassant mes affaires dans le petit bureau vitré au fond d'une cour de la rue du Cherche-Midi d'où j'essaie de diriger depuis seulement un mois Fnac Music Production, la maison de disques qu'a lancée l'enseigne d'achats des cadres et que j'ai pris le pari de rejoindre en partie pour tenter de mettre en pratique le fruit de certaines de nos observations et réflexions communes sur l'état de la musique et de la chanson de notre pays, qui nous frustre tellement, et depuis si longtemps. Je bloque toute émotion, zen comme ma profession l'exige, pour me concentrer sur la tâche. Rassembler mes idées, retrouver les numéros des proches à appeler pour avoir des informations sur ce qui a bien pu se passer - à ce stade, je sais seulement «Saint-Tropez» et «crise cardiaque» (pour mémoire, en 1992, ni téléphones portables ni chaînes d'info en continu, seulement France Info, et nous sommes début août, les rédactions sont dépeuplées). Au volant de ma Golf rouge même pas GTI, sur le trajet entre le Bon Marché et la place de la République, je réalise soudain que la probabilité que le jeune label lancé par la Fnac, alors propriété de la GMF, parvienne à signer un jour Michel - et France Gall, et sa propre étiquette -, grâce à une mécanique très avantageuse de contrats d'assurance-vie au coeur de la stratégie industrielle qui a contribué à naïvement me convaincre de me lancer dans l'aventure, est désormais nulle.
Paradoxalement, c'est cet instant d'égoïsme qui me fait réaliser l'ampleur de la perte pour nous tous : ça n'est pas seulement moi qui suis dévasté de perdre un compagnon, un mentor décisif, c'est l'avenir qui n'a plus le même éclat, tant la détermination de Michel à faire bouger les choses était vive - et nécessaire.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia