Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Le bonheur conjugal

Couverture du livre Le bonheur conjugal

Auteur : Tahar Ben Jelloun

Date de saisie : 21/03/2014

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

Prix : 21.00 €

ISBN : 978-2-07-013834-0

GENCOD : 9782070138340

Sorti le : 22/08/2012

La déliquescence d'un couple du point de vue des deux protagonistes : du paradis à l'enfer, mais qui franchit le pas en premier ? qui est le cruel ? qui souffre le plus ?


Avec ce nouveau roman Tahar Ben Jelloun, nous entraîne dans les recoins les plus intimes d'un couple en désamour. Lui, peintre de renom, issu de l'élite marocaine, grand séducteur «un homme aimant trop les femmes», cloué soudainement dans son existence par un accident cérébral. Elle, très belle, jeune et de racine paysanne. Deux mondes, deux classes sociales et deux voix pour dire. Celle de l'homme d'abord puis celle de sa femme, chacun se renvoyant avec violence l'échec au bonheur conjugal. Une analyse toute en finesse de la déliquescence du sentiment amoureux jusqu'à la haine portée par une écriture poétique aux subtiles arabesques d'un conte des 1001 nuits.


  • Le courrier des auteurs : 25/11/2012

«Tahar Ben Jelloun» dédicacera son livre les 24 ou 25 novembre à la Fête du Livre de Radio France (partenaire de Lechoixdeslibraires.com)

http ://www.radiofrance.fr/espace-pro/evenements/fete-du-livre/les-auteurs/

1) Qui êtes-vous ? !
Tout ce que je sais c'est que je suis un écrivain né au Maroc et vivant en France. Le reste, j'ai tellement peu de certitudes que je préfère ne pas me hasarder à me définir autrement. Sinon que dire de plus : je doute, je sais que l'être humain est capable des plus belles choses et aussi des pires barbaries, que le progrès ne fait pas toujours bon ménage avec l'éthique, que la littérature a ses limites et que seule la poésie sauvera le monde.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le thème du «Bonheur Conjugal» est le choc des cultures dans le mariage et l'illustration de la vérité dite par Tchekhov il y a longtemps : «Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas».

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Ne pas faire comme les autres était dans son esprit une sorte de garantie d'un bonheur éternel».

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La 9ème de Beethoven.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
En priorité, j'aimerais partager avec les lectrices et les lecteurs mes doutes ; la vérité dans un couple ne se situe jamais tout à fait au milieu ou dans un seul camp. C'est pour cette raison, qu'après le récit du mari, la femme prend la parole et dit avec violence sa version des choses. Je pense que c'est un roman d'amour, amour plein de trous et de malentendus, comme la vie.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris le matin. Tous les matins. Je peux écrire n'importe où quand j'ai quelque chose en tête. Avant j'écrivains avec un stylo plume dans de grands cahiers (on ne les fabrique plus). Depuis une dizaine d'années j'utilise l'ordinateur mais je continue de prendre des notes au stylo. Besoin d'un bon café, c'est tout. Je ne fume pas, je n'écoute pas la musique quand j'écris. Par respect pour la musique.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
L'inspiration c'est de la blague. Ça n'existe pas. Seul existe le travail, la persévérance, le travail et encore le travail. Je ne quitte pas mon bureau quand les idées ne viennent pas. Je reste à mon poste et je relis et réécris.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ?
Jamais je n'ai eu la vocation de devenir un jour écrivain. Je voulais faire du cinéma en tant que réalisateur. Mais j'ai préféré voir les films des autres plutôt que d'en faire. La répression au Maroc dans les années 60 m'a fait écrire. J'étais prisonnier dans un camp disciplinaire de l'armée ; ce fut là que je me suis mis à écrire en cachette de la poésie. Quand je suis sorti de là, j'ai publié ces poèmes. Depuis je n'ai pas cessé d'écrire. Curieusement, les militaires de Hassan II ont fait de moi un écrivain !

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?
Mes premiers chocs littéraires viennent de la poésie que je découvrais vers 10 ans : Prévert, Eluard, Aragon et même Lamartine ! Ensuite ce fut Kafka et Victor Hugo. Plus tard ce sera James Joyce et Faulkner.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Ils ne servent pas à grand chose ! En même temps, la société en a besoin ; imaginez un pays sans écrivains, sans livres, sans bibliothèques, sans librairies : l'enfer ! Les écrivains peuvent jouer un rôle (surtout dans les pays sans démocratie), mais il ne faut pas exagérer leur importance. Comme disait Sartre : que pèse un livre face à un enfant qui a faim ?

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
J'ai toujours aimé les librairies. J'aime ces endroits, j'aime ce métier, (un libraire ne risque pas de payer l'impôt sur la fortune !). Ce sont des passeurs, des amis du livre, des personnes qui font un travail aussi important que les médecins ou les sapeurs pompiers. Je suis inquiet quant à leur avenir. Le numérique c'est la fin de la librairie. J'espère que la résistance se fera et que la librairie ne sera jamais sacrifiée pour laisser la place à une boutique de fringues ou de téléphones. Si le pays n'avait pas été si endetté, je suggérerais au gouvernement de supprimer la TVA sur les livres ainsi que l'impôt sur le revenu des libraires.


  • Les présentations des éditeurs : 25/11/2012

Casablanca, début des années 2000. Un peintre, au sommet de sa gloire, se retrouve du jour au lendemain cloué dans un fauteuil roulant, paralysé par une attaque cérébrale. Sa carrière est brisée et sa vie brillante, faite d'expositions, de voyages et de liberté, foudroyée. Muré dans la maladie, il rumine sa défaite persuadé que son mariage est seul et unique responsable de son effondrement. Aussi, décide-t-il, pour échapper à la dépression qui le guette, d'écrire en secret, avec l'aide d'un ami, un livre qui racontera l'enfer de son couple.
Un travail d'autoanalyse qui l'aidera à trouver le courage de se délivrer d'une relation profondément perverse et destructrice. Mais sa femme découvre le manuscrit dans un coffre de l'atelier et livre sa version des faits, répondant point par point aux accusations de son mari et relisant, à sa manière incisive et percutante, leur histoire. Qui a tort, qui a raison dans cette comédie cruelle que se jouent un homme et une femme ? Question épineuse dans une société où le mariage est une institution et une époque où le bonheur conjugal est un leurre.

Tahar Ben Jelloun est né à Fès en 1944. Il a obtenu le prix Goncourt en 1987 pour La nuit sacrée. De lui, les Éditions Gallimard ont entre autres récemment publié Sur ma mère (collection blanche, 2008, Folio n° 4923), Au pays (collection blanche, 2009, Folio n° 5145), Jean Genet, menteur sublime (collection blanche, 2010), L'étincelle. Révoltes dans les pays arabes (Hors série Connaissance, 2011), Par le feu (collection blanche, 2011), Que la blessure se ferme (collection blanche, 2012).



  • La revue de presse Marianne Payot - L'Express, août 2012

On l'aurait presque oublié tant il a, ces derniers temps - notamment lors du printemps arabe -, revêtu ses casquettes d'essayiste et de journaliste : Tahar Ben Jelloun est un romancier. Un bon romancier, au style classique et au parfum de Méditerranée. On en voudra pour preuve, belle surprise de cette rentrée littéraire, ce Bonheur conjugal, qui, sous un titre ironique et fort bergmanien, traite bien du couple et très peu du bonheur.


  • La revue de presse Jérôme Béglé - Le Point du 20 juillet 2012

Le bonheur conjugal sonne comme un roman lénifiant sur le mariage et l'amour qui triomphe de toutes les embûches. Bref, comme une bluette pour jeunes filles. C'est mal connaître Tahar Ben Jelloun,..
Les deux voix discordantes posent des questions modernes sur le mariage, l'engagement, la fidélité, l'influence des belles-familles et du milieu social dans lequel elles évoluent. Derrière la fiction, on devine un récit partiellement autobiographique. Qui donne à ce livre les accents d'une confession parfois douloureuse pour son auteur.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 25/11/2012

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Voilà je vous réponds sans trop réfléchir : les livres sont des amis, rarement encombrants, toujours là, bien sages, sans réticence, sans faire de bruit ; je tends la main et un des livres s'ouvre, il m'emmène loin, je lis et je rêve, je lis et je voyage. Je ne conçois pas une maison sans livres. Même en prison, je sais qu'il y a des livres. Alors, les livres c'est comme ma respiration. Quand un livre a été mal fagoté, mal écrit ou écrit sans passion, bref un livre inutile, il faut le mettre hors de la maison, dans la cave par exemple, mais j'ai du mal à m'en débarrasser. Vive les livres, et surtout ceux qui nous apportent la poésie dont nous avons besoin pour vivre et ne pas totalement désespérer.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia