Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Lettres retrouvées

Couverture du livre Lettres retrouvées

Auteur : Raymond Radiguet

Préface : Julien Cendres | Chloé Radiguet

Date de saisie : 22/12/2012

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : Omnibus, Paris, France

Collection : Omnibus

Prix : 21.00 €

ISBN : 978-2-258-09185-6

GENCOD : 9782258091856

Sorti le : 06/09/2012

  • Le courrier des auteurs : 22/09/2012

1) Qui êtes-vous ? !
L'une des nièces de Raymond Radiguet, la benjamine de son frère Paul (né trois ans après lui) qui m'a transmis son amour des livres et de la littérature - tout comme un certain nombre de souvenirs fraternels et familiaux.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Il s'agit de 140 lettres très diverses, pour la plupart inédites, écrites entre janvier 1918 et octobre 1923, adressées à des écrivains, des éditeurs, des musiciens, des peintres, des sculpteurs, etc., et aussi à sa famille.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Pardonne-moi aussi, si mes lettres sont quelquefois maladroites, mais quand j'écris aux personnes que j'aime, je ne cherche pas à «écrire».» (Lettre à Lucien Daudet, août 1920)

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Les Gymnopédies d'Erik Satie, «le vieux compositeur» et «le jeune écrivain» nourrissant beaucoup d'estime et d'amitié l'un pour l'autre...

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Grâce à ce portrait «en creux», la découverte d'un Raymond Radiguet inattendu, bien loin de la légende élaborée après sa mort.


  • Les présentations des éditeurs : 22/09/2012

Raymond Radiguet a eu une vie très brève mais tout entière placée sous le signe de la littérature, comme en témoigne cet ouvrage qui rassemble ses lettres - de janvier 1918 (il a quatorze ans) à octobre 1923, deux mois avant d'être emporté par une fièvre typhoïde (il a vingt ans). Entre-temps, le jeune homme a correspondu avec de nombreux artistes et intellectuels des années folles : des écrivains (Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, André Breton, Jean Cocteau, Max Jacob, Tristan Tzara...), des peintres et sculpteurs (Constantin Brancusi, Juan Gris, Valentine et Jean Hugo...), des musiciens (Georges Auric, Francis Poulenc...), des éditeurs (Pierre Albert-Birot, Gaston Gallimard, Bernard Grasset...), ou le mécène Jacques Doucet, sans oublier sa famille, à laquelle il était profondément attaché. Ces 140 lettres, pour la plupart inédites, ont été rassemblées par Chloé Radiguet et Julien Cendres au cours de vingt années de recherches. Elles font découvrir un écrivain dont la jeunesse n'empêche pas la sûreté du jugement, la confiance en son talent, et une grande curiosité pour tous les aspects de l'art.



  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 20 décembre 2012

Des lettres aux écrivains et aux artistes qui comptent à l'époque, Picabia, Tzara, Breton, Soupault, Aragon, Apollinaire, Cocteau, Max Jacob, Erik Satie, qui témoignent de l'intérêt des avant-gardes de l'époque pour ce jeune homme pas si arrogant que ça, modeste même, qui leur écrit avec timidité et respect, faisant preuve de belles capacités de lecture critique, sans mâcher ses mots, s'il le faut. À Breton, il écrit que « les Champs magnétiques m'ont déçu, parce qu'ennuyeux ». On imagine la tête du pape du surréalisme.


  • La revue de presse Emily Barnett - Les Inrocks, décembre 2012

Le volume de sa correspondance exhumée, fruit de vingt années de recherches par sa nièce, Chloé Radiguet, et Julien Cendres, offre un éclairage sur l'entrée fracassante de ce frêle adolescent sur la scène littéraire. Naissance à soi, d'abord, puisque Radiguet ambitionnait de devenir caricaturiste, à l'instar de son père, avant de se livrer corps et âme à la poésie. Aussi met-il tout en oeuvre, dès 1918, pour obtenir le soutien de ses «maîtres». Ses premiers courriers, à Apollinaire, mentent sur son nom et son âge - le garçon signe Raimon Rajky puis se vieillit de deux ans - et trahissent une ambition bouleversante de maladresse.


  • La revue de presse Xavier Houssin - Le Monde du 22 novembre 2012

Un volume de lettres inédites, patiemment réunies par sa nièce, donne un éclairage nouveau sur " le plus jeune romancier de France ", auteur du " Diable au corps ". La réalité d'une vie et d'une oeuvre peuvent s'estomper parfois derrière la légende. Aussi dorée qu'elle soit. Mort à 20 ans le 12 décembre 1923, Raymond Radiguet est devenu une icône de l'éternelle jeunesse, du génie fossoyé. Mais celui dont son ami Jean Cocteau disait qu'il partageait " avec Arthur Rimbaud le terrible privilège d'être un phénomène des lettres françaises ", et que Bernard Grasset avait lancé au moment de la parution du Diable au corps comme " le plus jeune romancier de France ", mérite sans doute que l'on aille au-delà de son image et que, dissipant l'aura qui l'enveloppe, on redécouvre son travail dans sa chronologie et dans sa vérité...
Mises en regard, en résonance, des textes rassemblés dans les nouvelles Œuvres complètes, ces Lettres retrouvées permettent de rendre à Radiguet sa vraie place dans son temps. Et Cocteau de témoigner encore : " Ce gamin était notre école, était notre maître d'école. Il l'a été pour beaucoup, beaucoup d'écrivains, croyez-le... "


  • La revue de presse Thierry Clermont - Le Figaro du 13 septembre 2012

Près de quatre-vingt-dix ans plus tard, sa nièce Chloé Radiguet et l'écrivain Julien Cendres éditent deux forts volumes comprenant de nombreux inédits, dont la correspondance de l'auteur du Bal du comte d'Orgel. Il suffit de regarder l'index des destinataires de ses missives (quelque 140) pour découvrir le monde de Radiguet, la précocité de son esprit et l'intelligence sidérante de ses propos. Ici, pas ou peu de courrier intimiste. La plupart des épistoliers viennent du monde des arts : André Salmon (l'auteur de La Négresse du Sacré-Coeur lui a mis le pied à l'étrier), Max Jacob, Tristan Tzara, Aragon (pas encore surréaliste et communiste), Breton, Apollinaire, le mécène Jacques Doucet, Cocteau bien sûr, le Groupe des Six (Satie, Poulenc, Auric...), Jean et Valentine Hugo, Juan Gris... Ses premières lettres retrouvées datent de 1918. À quinze ans à peine (il affirme en avoir dix-sept), il s'adresse à Apollinaire pour commenter l'influence de Laclos sur Baudelaire.


  • Les courts extraits de livres : 22/09/2012

Avant-propos de Chloé Radiguet et Julien Cendres

Le présent volume constitue la première édition des lettres de Raymond Radiguet. Nous les avons «retrouvées» au cours de longues et patientes recherches - plus de vingt années de travail -, qui ont d'abord permis l'établissement d'une première édition de ses Œuvres complètes (Stock, 1993) puis de la biographie Raymond Radiguet - Un jeune homme sérieux dans les années folles (Mille et une nuits/Fayard, 2003) et, enfin, de la dernière édition, revue et augmentée, de ses Œuvres complètes (Omnibus, 2012).

Par nature, une récollection de lettres ne peut être exhaustive. A notre grand regret, ce volume n'échappe pas à la loi du genre : si nous savons que Raymond Radiguet a écrit d'innombrables lettres - car en attestent des allusions, citations et traces dans de nombreux journaux et mémoires de ses contemporains -, la plupart d'entre elles ont malheureusement été dispersées dans des collections privées, ou perdues, ou encore détruites.

Cent quarante lettres ont été ici rassemblées. Inédites à l'exception de quelques extraits cités dans des études biographiques ou critiques, elles sont adressées à une trentaine de destinataires d'une étonnante diversité.
Outre des écrivains - parmi lesquels Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, André Breton, Jean Cocteau, Max Jacob, André Malraux et Tristan Tzara - et des éditeurs dont Bernard Grasset et Gaston Gallimard, les correspondants de Raymond Radiguet sont aussi des peintres et des sculpteurs - Constantin Brancusi, Juan Gris, Jean Hugo, Jacques Lipchitz, etc. -, des musiciens dont Georges Auric et Francis Poulenc, et le mécène et couturier Jacques Doucet. Sa famille n'est pas pour autant négligée, à laquelle il restera toujours profondément attaché. Avec tous, le jeune homme témoigne d'une remarquable constance, dans l'estime comme dans l'affection.
Raymond Radiguet ne cesse d'envoyer des lettres, depuis Paris - où il fréquente les salons et les soirées de l'aristocratie autant que les ateliers d'artistes, le cirque et les fêtes foraines, les cafés et les bars de nuit - comme depuis ses villégiatures en province - où il mène une vie calme, réglée, organisée autour de l'écriture.

Mort à vingt ans, Raymond Radiguet n'est pas seulement l'auteur de l'un des plus célèbres romans du XXe siècle, Le Diable au corps, d'un second roman de moins sulfureuse réputation, Le Bal du comte d'Orgel, et d'un recueil de poésies resté quelque peu confidentiel, Les Joues en feu. Étonnamment prolixe, il sut aborder tous les genres littéraires avec la même insolence et le même talent : poésie, théâtre et prose - articles et chroniques, contes et nouvelles, essais et romans.

Les Lettres retrouvées témoignent à la fois de l'ouverture d'esprit, de la singularité et de la modernité de Raymond Radiguet. Elles apportent un éclairage nouveau sur la vie et l'oeuvre de cet écrivain prodigieux.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia