Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Pierre et Blanche : Souvenirs sur Pierre Jean Jouve et Blanche Reverchon

Couverture du livre Pierre et Blanche : Souvenirs sur Pierre Jean Jouve et Blanche Reverchon

Auteur : Henry Bauchau

Préface : Anouck Cape

Date de saisie : 09/01/2013

Genre : Littérature, essais

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 21.80 €

ISBN : 9782330012458

GENCOD : 9782330012458

Sorti le : 24/10/2012

  • Les présentations des éditeurs : 27/11/2012

Textes rassemblés et présentés par Anouck Cape.

"En 2004, l'Université catholique de Louvain a organisé un colloque Jouve-Bauchau. Cela m'a beaucoup troublé, et j'ai pensé que me comparer à lui aurait semblé à Pierre une offense. Quant à Blanche, elle souhaitait rester dans la vie secrète. Mais puisque, depuis lors, Jean Starobinski, malgré les interdictions formelles de Jouve, a décidé de publier les Œuvres complètes au Mercure de France en réintégrant les oeuvres d'avant la vita nuova, j'ai pensé qu'il valait mieux laisser faire. Pourtant au fond de moi-même, je pense toujours que ma chère Blanche n'aurait pas aimé que je sois comparé à Pierre. Je crois que c'est là la raison fondamentale du retard que j'ai mis à faire ce livre que je projetais sur elle et Pierre, et dont je n'ai jamais pu écrire que des fragments sous forme d'articles.
Je pense que j'ai dépassé toutes ces résistances. Le sentiment de culpabilité à parler alors que Blanche aurait sans doute préféré le silence, le complexe vis-à-vis de Pierre ont diminué et peut-être disparu. Et je peux maintenant essayer de témoigner objectivement sur les génies respectifs de Pierre et Blanche. Lui avait celui de la parole, elle celui de l'écoute."

Henry Bauchau

Anouck Cape mène ici à bien un projet déjà ancien de Bauchau qui, dès le milieu des années 1980, souhaitait évoquer sa rencontre avec la Sybille, puis les moments où il a côtoyé le couple Jouve.
Le livre débute par un entretien (juin 2011) avec Bauchau, puis propose, dans sa version intégrale inédite (celle du Cahier de l'Herne était incomplète), l'étude consacrée à "Pierre Jean Jouve en Engadine", ainsi que divers documents, souvenirs, notes, interventions, et s'achève par une correspondance. Ces divers éléments composent un "dossier", un ensemble d'archives variées dont Pierre Jean Jouve est le sujet le plus visible, et dont Blanche Reverchon est bien évidemment aux yeux de Bauchau, l'élément le plus essentiel.



  • La revue de presse Sylvie Prioul - Le Nouvel Observateur du 3 janvier 2013

L'auteur de «l'Enfant bleu» et du «Boulevard périphérique» aurait eu cent ans en janvier 2013, s'il n'était mort en septembre dernier. Il était entré en écriture, il l'a souvent raconté, grâce à la psychanalyse - surtout grâce à sa psychanalyste, Blanche Reverchon, épouse de Pierre Jean Jouve. Blanche est au coeur de ce recueil de textes, articles et lettres, elle en est la figure rayonnante et forte.


  • La revue de presse Aliette Armel - Le Magazine Littéraire, novembre 2012

Jusqu'à la fin de sa longue vie, Henry Bauchau a été fidèle au souvenir de Blanche Reverchon. Psychanalyste, elle a transformé son existence en lui désignant l'écriture comme principale source d'énergie et de sens. «On avait en face de soi, écrit-il, une femme avec tous ses pouvoirs et, en plus, le poli du temps. On savait que dans une existence antérieure, ou peut-être dans celle-ci par le jeu des images, elle avait exercé la magistrature profonde et proféré les paroles de la terre.» En hommage à ces facultés peu ordinaires, il l'avait surnommée la Sibylle...
Le dossier publié aujourd'hui permet d'accéder à un ensemble d'entretiens, de textes et de correspondances inédits ou jusqu'ici épars, mais surtout il révèle un étonnant jeu de miroirs où se réfracte l'image de personnalités fascinantes composant deux couples, Henry et Laure Bauchau, Pierre Jean Jouve et Blanche Reverchon, hommes écrivains et épouses «intermédiaires entre [eux] et le monde» dont le rôle dans l'oeuvre de leurs conjoints reste encore à découvrir.


  • La revue de presse Bruno Frappat - La Croix du 21 novembre 2012

Jouve écrivit ces vers magnifiques : «Le poète ne dit qu'un seul mot toute sa vie/Quand il parvient à le desceller des orages». Ce «seul mot» n'est pas un mot seul, isolable, jeté une fois pour toutes, c'est un mystère lové au creux de l'intériorité. Et qui résonne avec celle des autres. Pour Bauchau, poète, auteur dramatique et romancier, ce «mot» aussi existe et il tenta de le «desceller». Quant aux «orages», il les voit agissant au plus profond de l'inconscient, dans les souvenirs d'enfance retravaillés, dans les presciences de la mythologie grecque, dans les faits et méfaits de Gengis Khan, dans les peintures de L'Enfant bleu, etc. Dans son oeuvre il a peu parlé de Blanche Revermont, la Sibylle sacrifiée à l'éminence de son mari et qui ne produisit elle-même que fort peu de textes. Sans doute cette discrétion, finalement rompue par cette parution posthume de souvenirs, est-elle la meilleure manière de rendre grâce à celle sans laquelle nous n'aurions eu ni Jouve... ni Bauchau.


  • La revue de presse Arnaud Cathrine - Le Monde du 15 novembre 2012

Henry Bauchau a consacré l'essentiel de sa vie à l'écriture et à la psychanalyse. De ce double cheminement intérieur, de ces deux pratiques tout à fait conjointes, il a été question dans nombre de ses publications, à commencer par les six tomes de son journal. Bauchau sera toutefois mort, le 21 septembre, avec le regret de n'avoir jamais consacré un livre à part entière à l'écrivain Pierre Jean Jouve et surtout à sa femme, la psychanalyste Blanche Reverchon, qui a joué un rôle prépondérant dans le " choix " de ces deux vocations. Cet hommage, ce retour aux sources restera un " livre jamais écrit ". Il y avait pourtant songé à intervalles réguliers, l'esquissant, renonçant, compensant par l'écriture d'articles, de poèmes... C'est précisément ce matériau composite qu'Anouck Cape a rassemblé dans Pierre et Blanche, augmenté d'un entretien donné par l'écrivain en 2011 et d'un choix de lettres. Ce kaléidoscope (qui narre tout autant une naissance à la littérature et à la psychanalyse qu'une longue amitié) méritait amplement d'exister, car ce que l'on y découvre est proprement étonnant, si peu orthodoxe : romanesque.


  • Les courts extraits de livres : 27/11/2012

Extrait de l'introduction

Blanche est non écrite, telle du moins apparaît-elle à Henry Bauchau en 1989 lors d'une séance avec une analysante. Il ajoute : "J'ai écrit pour elle, toute mon oeuvre tourne intérieurement autour d'elle et pourtant je ne l'ai pas encore écrite. Je sens cela comme un reproche qui existe en moi. [...] Il reste que je dois écrire sur Blanche cette page qui est inscrite en moi et qui n'est pas écrite encore." Car Blanche Reverchon-Jouve endosse dans l'oeuvre d'Henry Bauchau un rôle majeur. Elle est la double initiatrice, celle qui mène à la psychanalyse et à l'écriture. La Déchirure, premier roman publié par l'écrivain en 1966, consacre une des lignes du récit à cette psychanalyse initiale et présente Blanche Reverchon-Jouve sous les traits fabuleux de la Sibylle. Bien plus tard, en 2004, L'Enfant bleu porte aussi sa trace - elle inspire en partie le personnage de Véronique, psychothérapeute qui ouvre la voie de l'art à son jeune patient et qui apporte son soutien inconditionnel et ferme à son jeune mari musicien. Au cours des années, elle est l'une des personnes les plus mentionnées dans les Journaux publiés par l'écrivain. Fantôme amical et familier, elle vient encore hanter les oeuvres récentes du grand âge : Sibylle prophétique, elle conseillait déjà en 1966 d'écrire un texte revenant sur ses années de guerre, tâche enfin accomplie dans L'Enfant rieur et sa suite, Chemin sous la neigé. Elle inspire encore à Henry Bauchau en 2011 "Miss Blanche disparue", un poème qui dans ses premières versions tisse explicitement le lien entre l'enfance et la psychanalyse par le biais d'une publicité pour une marque de cigarettes nommée "Miss Blanche" (fait impensable aujourd'hui, Blanche Reverchon fumait en séances). Significativement, la figure de la Sibylle s'efface dans la dernière version, comme si l'écrivain ne pouvait résister au mouvement qui le porte à taire Blanche Reverchon, au moment même où il renouvelle le sens de cet amour transférentiel jamais éteint, "Trésor du coeur jusqu'à [son] dernier jour".
En réponse peut-être au désir de Blanche de rester dans l'ombre projetée par la lumière de Pierre Jean Jouve, Henry Bauchau a tout d'abord écrit sur lui. C'est par ce détour qu'il s'autorise, dans quelques digressions fondamentales, à évoquer sa présence dans le premier article qu'il consacre à Jouve en 1971, "Pierre Jean Jouve en Engadine, pages de journal", article qu'il ne cesse de republier par la suite, sous des formes retravaillées. Mais il faut attendre 1984, dix ans après sa mort, pour qu'il revienne sur sa psychanalyse avec elle, confondant au fil de sa remémoration celle qui n'apparaît d'abord que sous ses initiales, Mme R J., puis sous son nom complet, et enfin sous celui de la Sibylle de La Déchirure. Presque dix ans plus tard encore, il témoigne sur le couple dans "Sur Pierre Jean Jouve, sur Blanche Jouve".


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia