Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Programme sensible

Couverture du livre Programme sensible

Auteur : Anne-Marie Garat

Date de saisie : 27/03/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 19.50 €

ISBN : 9782330014230

GENCOD : 9782330014230

Sorti le : 06/02/2013

  • Le courrier des auteurs : 28/03/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Une écrivaine, femme de son temps, citoyenne, militante, mère et mère-grand.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Une question d'aujourd'hui : dans quelle réalité vivons-nous par écrans interposés, où en est notre mémoire de l'Histoire et de nous-mêmes ?

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Je me demande à quelle fréquence les photos de Google Earth actualisent mon histoire, quand leurs avions furtifs survolent-ils mes territoires pour espionner ma biographie, à quelle altitude observent-ils ma locomotion d'animal urbain ; et même : à quelle fréquence leurs voitures bardées de caméras en périscope sillonnent-elles mon quartier de l'Est parisien, photographient-elles, sans mon autorisation, ma rue de banlieue qui, d'un strict point de vue documentaire est d'un intérêt confinant à zéro, sauf pour moi, à la rigueur Fatou ma voisine qui tient à son incognito ; à juste titre, n'en ayant aucun.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
The Photographer de Philip Glass, compositeur de musique itérative

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La passion de la littérature et de la lecture.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Chez moi, à toute heure, au milieu de mes livres et de tout mon foutoir de carnets, de notes, d'images, avec mon ordinateur.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
D'un mot, d'une phrase, d'une image, d'une rencontre, du vin, du café, du temps qu'il fait, de la colère, de l'amour, des livres que j'ai lus, des films que j'ai vus, des souvenirs et des expériences, des voyages comme de la vie casanière...

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
En lisant tout ce qui me tombait sous les yeux, et surtout ce qui n'était pas "écrit pour moi", que je ne comprenais pas, qui m'ouvrait des espaces et des êtres inconnus.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Les grandes oeuvres du roman feuilleton ; Hugo, Rimbaud, plus tard Woolf, Simon, Giono, Hrabal, Esterhazy

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Qui veut les faire servir à quoi ?

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Ils tiennent les plus beaux commerces de proximité, un espace à échelle humaine propre aux rapports humains, une exception française qu'il faut défendre contre la marchandisation du livre et de la culture.


Une chronique audio de Kikann Le Roy


  • Les présentations des éditeurs : 20/02/2013

Le point de vue des éditeurs

Dans un deux-pièces de la banlieue parisienne ignoré du GPS et de Google Earth, Jason, devenu traducteur professionnel après avoir vécu plusieurs vies, entretient un secret et obsédant dialogue avec son ordinateur dont l'écran liquide semble receler de vivantes images de son passé refoulé dans une forêt nordique d'Estonie, vingt ans avant la chute du mur de Berlin. Et sur fond de divorce, de paternité difficile, de drame des sans-papiers, de rafle des camps "roms", de réchauffement climatique et de tragédie de Fukushima, il affronte cette rémanence qui revêt les couleurs d'un conte originel, dont les ogres désormais numérisés, percutant inlassablement son inconscient et sa mémoire archaïques, l'obligent à se réinventer dans la vraie vie.
Puisant à diverses sources formelles, nourri de différents "mythes", Programme sensible est sans doute, en France, l'une des premières fictions qui invitent délibérément notre rapport contemporain aux nouvelles technologies à se matérialiser dans la dramaturgie comme dans l'imaginaire du genre romanesque.

Auteur d'une oeuvre littéraire de tout premier plan, Anne-Marie Garat, lauréate du prix Femina pour son roman Aden (Seuil) en 1992, a été très remarquée, ces dernières années, pour sa grande trilogie romanesque séculaire inaugurée avec le célèbre roman Dans la main du diable (Actes Sud, 2006), suivi de L'Enfant des ténèbres (Actes Sud, 2008) et de Pense à demain (Actes Sud, 2010).



  • La revue de presse Christine Ferniot - Télérama du 27 mars 2013

Distordre le quotidien, raconter l'envers du décor, entrer dans la grotte d'Alice et de son lapin, tout devient possible. Sur une musique de Philip Glass, la romancière nous fait entendre le chahut de la rue et les paysages de Google Earth, la mémoire naturelle et celle qu'on sauvegarde sur un disque dur. Programme sensible est un conte de fées avec quiproquo sensoriel et visite guidée insolite.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 14 mars 2013

Un traducteur professionnel voit apparaître sur son ordinateur d'inquiétants fantômes venus d'un passé qu'il préfère oublier. Un nouveau et brillant roman d'Anne-Marie Garat...
«Quoi qu'on veuille, la réalité se travestit en mots », dit Jason. Ici, ceux de l'informatique servent à dire la détresse, et ce qui reste de fol espoir. Comment entendre autrement les mots de mémoire, de sauvegarde  ? Anne-Marie Garat prend le pari de faire fonctionner ce vocabulaire à double entrée, jouant de l'allusion et du double sens, en une architecture virtuose où la précision sert l'émotion.


  • Les courts extraits de livres : 20/02/2013

Soudain, nous nous sommes tous mis à nous quitter les uns les autres, de proche en proche à nous détacher, à nous séparer. Cathy et moi nous nous croyions l'exception, les seuls à se dénigrer, à se chercher noise et à s'écharper entre quatre yeux mais chez nos amis, chez nos relations, c'était même épidémie de rupture. Plus de ressort à nos élans, de tachycardie synchrone au moindre baiser, rien ne marchait plus des expédients, trêve ni conciliation, pas davantage la mise à jour du matériel électroménager, téléphonique et informatique. On aurait juré le différend sexuel, la dissidence du coeur, le truc passionnel, mais non. C'était le démon de la division. Du soir au matin, Marilyn n'aimait plus Jack mon ami. Idem Elodie : l'associée de Cathy congédiait tout sec son conjoint; le frère de celle-ci divorçait sans préavis. Nos voisins tout juste installés dans la maison d'à côté et dans leur famille recomposée en faisaient autant; pacsés, ces deux-là avaient moins de mal à se répudier mutuellement. Un vendredi soir, on a sonné à la porte. C'était Jack en pleurs, un sac de sport à l'épaule. Jamais vu pleurer Jack. Pas même quand, tous deux consignés une nuit de Noël funèbre au dortoir, à force d'en rigoler comme au ciné-club des mélodrames en noir et blanc, de se tabasser à coups de polochons, a soudain fondu sur nous la tristesse des esseulements. Ainsi nous sommes-nous adoptés, à la vie, à la mort, croix de bois, croix de fer, si on se perd, on va en enfer.
Fraternel, j'ai pris Jack sous le bras, je l'ai hissé au premier. Je l'ai logé dans la chambre d'Alix, pensant qu'il y serait mieux pour pleurer. Il s'est empressé de déballer sa brosse à dents, son couteau suisse de luxe, son jeu d'échecs portatif, ses vieux vinyles de Paul Anka et sa collection de cravates, et son appareil photo, que j'ai cassé, qu'emporterai-je en kit de survie, me disais-je, s'il m'arrive la même chose un de ces soirs ? Je l'ai laissé à son inventaire pour redescendre en vitesse au sous-sol où j'avais séquestré Cathy, histoire de continuer tranquille notre controverse personnelle entre la machine à laver et la caisse à outils. J'avais souci que Jack ne nous entende pas. Que ne lui fendent pas davantage le coeur nos voix de rancune, de reproche, les accès colériques de ma femme, pour finir son verdict selon lequel elle m'expulsait de sa vie et de son logis. Dire que la cause en est le Dr Wagner. Vers deux heures du matin, je suis remonté voir si Jack avait besoin de moi. Or il avait aussi emporté son tube de Lexomil. La liste des effets indésirables m'a tétanisé : outre l'ataxie, le prurit, l'amnésie antérograde, l'agressivité et la perte de conscience, il y avait les cauchemars. N'en avons-nous pas notre lot à l'état normal, me disais-je, le veillant comme une nourrice, jusqu'au petit matin à prendre son pouls, retourner sa paupière, à me demander s'il allait survivre à chimie pareille.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 25/02/2013

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres sont la somme des voix des écrivains toujours vivants en nous, qui continuent de nous parler de notre humanité et sont la seule vraie bibliothèque portative de la vie.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia