Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Requiem pour un Ashkénaze : et si la paix était possible ?

Couverture du livre Requiem pour un Ashkénaze : et si la paix était possible ?

Auteur : Colette Piat

Date de saisie : 14/02/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Atlande, Neuilly-sur-Seine, France

Collection : Roman indigné

Prix : 15.00 €

ISBN : 9782350302263

GENCOD : 9782350302263

Sorti le : 05/10/2012

  • Le courrier des auteurs : 23/02/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Un snipper conteur d'histoires

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Le juif est le meilleur ami de l'arabe, et vice versa (mais si, mais si.....)

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Venu au monde en 1936 dans le Pletzl et s'appelant "Bernheim Isaac", c'était commettre l'irréparable. Il aurait du faire demi tour.....

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Musique tzigane : Delia Romanes. Chanson : "Je n'ai pas la faiblesse de croire
que je sais tout, mais la grande tristesse, je connais.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Elles nous font peur et attendent derrière le mur avec leurs flingues. Qui donc ? Ces deux soeurs masquées : la Haine et la Sottise.
Et si on tentait d'avoir leur peau ?


  • Les présentations des éditeurs : 23/02/2013

Roman indigné
Pendant littéraire de la collection Coup de gueule et engagement, la collection Roman indigné propose des textes engagés sous la forme de fictions.

Requiem pour un Ashkénaze
Sous forme romancée, l'auteur s'insurge contre la mort annoncée du judaïsme républicain, laïc et engagé, menacé tant par le communautarisme que par l'antisémitisme ou par le renoncement à l'identité juive.

Un texte prenant qui tisse l'histoire d'une vie du sortir de la guerre à nos jours, celle d'un journaliste «israélite» confronté aux soubresauts de notre temps et balloté entre des milieux contradictoires.

Un kaléidoscope identitaire pour toutes celles et ceux qui sont intéressés à un titre ou à un autre par le judaïsme, la laïcité ou tout simplement amateurs de romans historiques contemporains.

L'auteur

Colette Piat est l'auteur d'une quarantaine de romans, essais et biographies publiés chez Grasset (Le Père Joseph), Flammarion, Denoël (Lady Blood), aux Presses de la cité (Une robe noire accuse), au Rocher (Les Filles du Roi), Pion (La République des misogynes), Albin Michel (Les Amants de Tourlaville), Payot (Le Matelot des fleuves), Belfond (Adieu Moïse), etc.

Chez le même éditeur :
Pour en finir avec l'égalité des chances - Pour en finir avec les intermittents du spectacle -Pour en finir avec l'exception culturelle - Culture et religion - Pour en finir avec l'université - Pour en finir avec l'art poubelle - Pour en finir avec le rayonnement de la France - Pour en finir avec la langue de bois - Pour en finir avec les étrangers - Manifeste des désobéissants -Contre le mur - Be Happy ! - La voie étroite - Réflexions - Cultivez vos enfants Agir en fonctionnaire de l'État de façon éthique et responsable.


  • Les courts extraits de livres : 23/02/2013

Il s'appelait Isaac Bernheim ; né à Paris le 1er septembre 1936. Ses parents : Paul et Esther Bernheim. Naître ainsi à une date pareille était une imprudence. Un visa sinistre pour ces camps dont on parle encore et que l'on commence à oublier. Normal. Depuis, on a massacré tant de gens en tant de lieux que l'homme, ce boucher professionnel, oublie les morceaux de chair qu'il sème ponctuellement çà et là, pour recevoir le prix Nobel de la paix.
Isaac n'a pas été dans ces endroits maudits. Trop jeune ? Ce n'était pas une raison suffisante. En ce temps-là, on expédiait les enfants au maillot avec les grands dans les fameux wagons. Arrêtons d'en parler ; l'allusion est passéiste. Quelques éclaircissements cependant :
Le Docteur Paul Bernheim a fait le voyage et n'en est pas revenu. Ancien adjudant mobilisé près de la Ligne Maginot, il a connu après sa rapide démobilisation l'étoile jaune agrafée sur son pardessus. Arrêté avec son épouse, Esther, née Meyer, sans profession. Quelques jours plus tard, le couple, entassé avec d'autres au fond de l'un de ces trains si ponctuels, le regard inquiet - justifié - qui ne les a jamais quittés. Ce regard légué, hélas, à Isaac, en même temps que leur physique biblique. Oui, les infortunés avaient ce même physique qui était alors un passeport pour la mort, et demeure aujourd'hui un billet pour la haine ou pour une sympathie irraisonnée. Comme la négritude ou la «beuritude» (pourquoi pas ?). Les étrangers, enfin, venus d'ailleurs. Origine accablante bien que le trisaïeul soit arrivé d'Alsace avant la Révolution française, que ses ancêtres se soient fait tuer avec discipline chaque fois que l'Empire ou la République décidait d'entrer en guerre. Dans les uniformes qu'on leur donnait, l'un après l'autre étaient tombés au champ d'honneur, en compagnie de toutes ces têtes noires, beiges, bistres, frisées ou roses mourant en première ligne ; tout de suite ou après des mois dans la boue, détrempés, grignotés par les poux, achevés par une baïonnette ou les shrapnels.
Soyons objectifs : le soldat s'appelait Bloch, Martin ou Ben Saïd. Peu importe. Les généraux carnassiers et leur vieille amie, la Mort, font ramasser avec précaution les morceaux restants ; les débris de bras ; d'yeux ; de tripes. Pour les mettre dans des grands sacs. Des doggy-bags comme disent les dames à lunettes papillons et bigoudis, parlant cette langue étrange, nouveau latin imposé au monde barbare.
Oui, voilà bien l'évidence ; il ne faut rien perdre. On comprend pourquoi les pantalons de ceux de la guerre suivante sont parfois trop courts. Les jambes appartiennent au troupeau des précédents. Les regards d'outre-tombe apportent des lunettes aux suivants et les moignons épousent les restes d'autres membres. Tout se tasse dans les nouveaux uniformes. Blancs à Valmy, rouges à Reichshoffen, bleu horizon au Chemin des Dames où là on a réussi (difficilement) à ramasser les cervelles des uns et des autres, formant une pensée accablée et soumise, à point pour la prochaine.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 23/02/2013

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres sont les colliers, les oreillers, les fleurs, les parfums, les soupçons et les rêves qui nous apportent l'air, les ailes...


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia