Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Louis de Funès : Ne parlez pas trop de moi, les enfants !

Couverture du livre Louis de Funès : Ne parlez pas trop de moi, les enfants !

Auteur : Olivier de Funès | Patrick de Funès

Préface : Jane Goodall PhD

Date de saisie : 08/03/2013

Genre : Biographies, mémoires, correspondances...

Editeur : le Cherche Midi, Paris, France

Collection : Documents

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782749129747

GENCOD : 9782749129747

Sorti le : 24/01/2013

  • Les présentations des éditeurs : 08/03/2013

«La vie aux côtés de notre père fut pleine d'impondérables et de charme. Elle n'était ni banale ni triste. Le mythe de l'acteur comique abandonnant son humour à la sortie du théâtre pour afficher le masque d'une mélancolie pesante n'a jamais eu sa place dans notre maison.
Louis de Funès était un homme aussi drôle dans la vie qu'à l'écran, sans toutefois utiliser les mêmes armes, car il exerçait avant tout un vrai métier, qu'il a peaufiné tout au long de sa carrière.
La curiosité de son public est toujours aussi vive : "Comment faisait-il pour trouver tout cela ?" "Il paraît qu'il était extrêmement nerveux..." "Vous racontait-il ses gags avant de les jouer ?" "On dit qu'il était extrêmement dur sur un tournage. " "Était-il sévère avec vous ?"
Autant de questions que nous abordons dans ce livre, en tant que témoins privilégiés de cette aventure si originale.»

Si l'on connaît tous l'acteur Louis de Funès et ses films, l'homme, épris de discrétion, reste, lui, méconnu. Dans ce portrait intime, ses enfants nous proposent de faire sa connaissance. On y découvre la personnalité secrète de leur père, une vie au quotidien riche et trépidante, ponctuée de rebondissements et de péripéties souvent dignes de ses films. Ce vagabondage à la fois inattendu, cocasse et émouvant ravira tous les admirateurs de Louis de Funès.

Olivier de Funès est pilote de ligne. Patrick de Funès a été radiologue et est déjà l'auteur, au cherche midi, de Médecin malgré moi (2008) et de La Folie de la grandeur (2012).


  • Les courts extraits de livres : 08/03/2013

Extrait de l'avant-propos de Jane Goodall PhD, Fondatrice du Jane Goodall, Institute Messagère de la Paix à l'ONU

Pourquoi donc ai-je souhaité écrire quelques mots, en préambule d'un livre sur un grand acteur français ? Je suis éthologue. J'ai passé des années à étudier les chimpanzés. Mois après mois, seule dans la forêt, loin de la civilisation. Et je connaissais mal Louis de Funès. Mais en découvrant certains de ses films, puis en rencontrant Patrick, son fils aîné, je me suis rendu compte que, contre toute attente, Louis de Funès et moi avions beaucoup de points communs.

D'abord, il était un éthologue, comme moi. L'éthologie désigne tout simplement l'étude du comportement. Lui a étudié les humains. Il a répertorié leurs mouvements, gestes et postures, qui varient selon les circonstances, et toutes les idiosyncrasies qui déterminent l'individualité. Il est parvenu à une compréhension profonde du langage du corps, celui qui ne recourt pas aux mots. Puis, il a intégré sa connaissance dans les personnages qu'il a incarnés en tant qu'acteur. Intuitivement, il a sélectionné des comportements qui semblent innés à notre espèce, et que nous remarquons chez tout le monde. Et c'est pour cette raison, j'en suis convaincue, qu'il est devenu un acteur si populaire.

J'ai fait exactement la même chose que lui. La différence, c'est que j'ai appris à interpréter le langage du corps de nos plus proches cousins vivants : les chimpanzés. Il existe tant de similitudes entre la communication de l'homme et celle des grands singes : le baiser ou la petite tape dans le dos pour se saluer, la même expression de tristesse ou de joie sur le visage, les mêmes crises de colère, la même façon de courber l'échiné et de baisser la tête pour chercher réconfort ou pardon. La plus grande différence réside dans notre usage des mots. Mais les postures et les gestes sont prioritaires et chacun, en regardant jouer Louis de Funès, peut comprendre intuitivement ces signaux de communication, même lorsqu'on croit s'intéresser davantage à son dialogue.

Après avoir étudié si longtemps la communication des chimpanzés, j'ai commencé à regarder les gens différemment. C'est pourquoi je suis en mesure d'apprécier l'art consommé de Louis de Funès. Son interprétation de ce que les hommes peuvent ressentir et comprendre, sous le vernis des mots, est simplement magistrale.
Je ne suis pas étonnée qu'il soit devenu l'acteur le plus populaire de France, et qu'aujourd'hui encore, la diffusion de ses films à la télévision continue de battre des records. Ce qui, bien sûr, assure sa pérennité auprès des générations nouvelles, qui découvrent son génie, et voudront le partager à leur tour avec leurs enfants.

Lorsque j'ai rencontré Patrick en 2004 à Paris, nous avons évoqué mes observations des chimpanzés, et leur lien avec le jeu de son père. Il m'a conseillé de regarder La Grande Vadrouille, en particulier la scène où Louis de Funès parvient à s'approprier les chaussures de Bourvil. Je l'ai fait, et je comprends maintenant pourquoi il me l'avait suggéré.
Dans une société de chimpanzés, les plus faibles tirent avantage des plus forts en recourant à la ruse. Un jour, j'ai ainsi observé comment le jeune Figan amadouait Goliath, le mâle dominant. Figan voulait à tout prix un morceau de la viande (gourmandise occasionnelle) que son compagnon était en train de savourer. Il savait qu'il ne pourrait jamais la lui prendre par la force. Alors, il s'est avancé en posture de soumission, a émis quelques grognements et s'est mis à épouiller Goliath. Petit à petit, il s'est rapproché d'un bout de viande tombé aux pieds de Goliath. En regardant bien Goliath et en continuant à l'épouiller d'une seule main, il s'est encore penché davantage vers le butin. Finalement, il l'a ramassé en douceur de l'autre main, a continué un moment son épouillage, puis s'est éclipsé tranquillement pour déguster le fruit de son larcin.
Ainsi que Patrick l'évoque plus loin, dans La Grande Vadrouille, le simple peintre en bâtiment (Bourvil), se fait berner, comme Goliath, par le comportement servile d'un homme d'un plus haut rang social : le chef d'orchestre (Louis de Funès). La différence, c'est que Goliath, lui, ne s'est aperçu de rien !


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia