Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Misericordia

Couverture du livre Misericordia

Auteur : Jack Wolf

Traducteur : Georges-Michel Sarotte

Date de saisie : 17/05/2013

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Belfond, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 22.00 €

ISBN : 978-2-7144-5190-3

GENCOD : 9782714451903

Sorti le : 04/04/2013

Imaginez un lutin pétri de savoir et de malice qui vous prend par la main, vous raconte des choses horribles dans une langue érudite redessinant le paysage intellectuel du siècle des Lumières, Jack Wolf est ce démiurge. Misericordia est un véritable conte pour grands enfants avertis. Dans une longue «confession», Tristan Hart, médecin chirurgien de génie, raconte ses années de formation et ses errances métaphysiques et fantastiques. Entre science, religion et superstition, les frontières du réel et de la fantasmagorie se confondent dangereusement. Tristan Hart arrivera-t-il à garder la tête sur les épaules à une époque où la psychologie balbutie ! A dévorer d'une traite !


Une chronique audio de Kikann Le Roy


  • Les présentations des éditeurs : 03/04/2013

«Il y a de la Miséricorde dans la Souffrance partagée, dans le Désir et dans l'Amour.»

Foisonnant, bourré d'aventures et de rebondissements, un roman hors normes qui mêle philosophie des Lumières, leçons d'anatomie à la bougie et amours maudites. Portée par une écriture flamboyante, une oeuvre d'une richesse exceptionnelle.

Tristan Hart a vingt ans quand il quitte sa campagne du Berkshire pour rejoindre Londres et les enseignements du légendaire Dr William Hunter.
Étudiant surdoué, depuis toujours obsédé par la relation entre le corps et l'âme, son ambition de chirurgien est de soulager la souffrance.
Mais dans le secret de son cabinet d'études, il est une chose que Tristan n'ose s'avouer : le plaisir extrême qu'il prend à infliger la douleur.

C'est alors qu'apparaît dans sa vie la belle Katherine Montague...

«Le Bien, le Mal. Le Vrai, le Faux. Ces Termes sont bien piètres et impropres. En vérité, il n'y a qu'un seul Choix à faire c'est celui d'agir ou de ne pas agir.»

Transexuel, femme devenue homme, père de deux enfants, Jack Wolf a fait une brève carrière dans l'enseignement avant de se consacrer à l'écriture. Misericordia est son premier roman. Jack Wolf vit avec sa famille dans les environs de Bristol.

«L'extraordinaire fiction gothique de Jack Wolf répond à toutes ses promesses. C'est un conte dans le sens le plus noble du terme. Puissant, parfois cru, toujours élégant, le roman explore l'éternel dialogue entre la tête et les tripes. Et le résultat est délicieusement sanglant... Jack Wolf nous livre son récit avec passion, précision et poésie. Tous ceux qui ont le coeur bien accroché et l'imagination fertile trouveront cette lecture tout simplement étincelante.»
The Guardian

«Un roman absolument formidable... On va de surprise en rebondissement, toujours vers l'inattendu. L'histoire se tord, se métamorphose et se transforme pour nous donner un roman réellement magnifique.»
BBC radio

«Un premier roman qui ne ressemble à aucun autre. Chaque page de ce récit regorge de détails historiques, philosophiques et folkloriques... Conteur incroyable, Jack Wolf aspire irrésistiblement son lecteur dans les méandres de son imagination fascinante et tourmentée.»
The Times

«Sadique, habitué des bordels, sujet aux hallucinations et autres pulsions meurtrières, Tristan Hart est incontestablement l'un des antihéros les plus marquants et les plus mémorables de la littérature britannique contemporaine.»
The Times Literary Supplement

«Ce voyage admirablement pervers au coeur d'une psyché dérangée va bien au delà de l'épouvante gratuite. Sous sa plume assurée, Jack Wolf fait émerger la voix obscure et obsédante de Tristan Hart. Une voix qui, associée à une maîtrise parfaite d'éléments d'histoire médicale et folklorique, donne naissance à un envoûtant conte de la transgression.»
Métro



  • La revue de presse Macha Séry - Le Monde du 16 mai 2013

Qu'un livre soit jugé " inclassable " ne constitue ni une qualité ni un défaut. Aussi, lorsqu'on aura dit que Misericordia tient tout à la fois du roman gothique, du conte macabre, de la fable philosophique et du récit historique, n'aura-t-on rien dit d'essentiel. Ce n'est pas de cette faculté à fusionner les sources d'inspiration que ce premier roman tire sa force d'attraction, mais de l'effacement d'autres frontières, les fines cloisons séparant raison et folie, réalité et fantasme. Que croire de cette histoire mi-folklorique, mi-scientiste narrée par Tristan Hart, génie et cerveau malade ? Des gnomes, des gobelins, un enfant pipistrelle, une bohémienne capable de se métamorphoser en chouette, vraiment ? Les chimères abondent là où la logique, la raison étaient, souvenons-nous, censées régner. Plus surprenant encore est l'heureuse passion vécue par le protagoniste. Le sadique accordera ses pulsions avec une belle masochiste sans que, pour une fois, l'horreur ou la caricature s'en mêlent, réléguant définitivement aux oubliettes la trilogie culcul(te) " Cinquante nuances ", d'E. L. James.


  • Les courts extraits de livres : 03/04/2013

Un matin de l'automne 1741, Nathaniel Ravenscroft m'emmena me promener sur la Berge de la Coller. Je n'avais que onze Ans à l'époque, le Corps et l'Esprit encore pleins des Rondeurs de l'Enfance, et je pensais que la petite Rivière prenait sa Source quelque part vers le Sud, dans les Collines crayeuses. Lorsque j'avais appris que, contrairement aux autres Cours d'Eau de la Région, elle ne se jetait pas dans l'Isis à Oxford, je m'étais imaginé qu'il devait exister un Endroit dans les Collines où elle s'enfonçait pour couler, silencieuse et invisible, sous le Cheval blanc.
Shirelands Hall, la Maison de mon Père, se trouvait à un bon Mille au Nord de la Coller, sur la Grand-Route qui relie Faringdon à Highworth. Ce Manoir de Style palladien, construit principalement en Grès et en Marbre, datait de l'époque du premier Protectorat, celui d'Oliver Cromwell. Il n'y avait pas plus grande Maison à plusieurs Milles à la Ronde, si bien que les Mendiants itinérants et les Commerçants y faisaient toujours Étape avant de repartir sillonner le Comté d'Oxford. Aussi loin que je me rappelle, chaque Dimanche, nous prenions la Voiture pour nous rendre à l'Église du Village. Le Cocher devait emprunter la Grand-Route vers l'Est sur quelques Milles puis tournait dans Collerton Lane, Chemin qu'il devait suivre pendant un Mille et demi, avant de s'arrêter devant le Portail de l'Église de Collerton. Si on continuait tout droit, on atteignait l'Auberge de l'Agneau, où mes Parents avaient célébré mon Baptême et celui de ma Soeur, puis finalement la Rivière, laquelle, bien qu'elle lui eût donné son Nom, tenait le Village à Distance respectueuse.
Toutefois, si, après avoir quitté l'Allée de Shirelands, on guidait les Chevaux vers l'Ouest, en direction de Highworth, on finissait par arriver à un Carrefour indiqué par une Borne milliaire où se dressait l'Auberge du Taureau, et encore plus à l'Ouest se trouvait Highworth. Si l'on prenait vers le Nord, dans la direction, en gros, de Lechlade, un ennuyeux Chemin en Lacets traversait des Hameaux et des Fermes. Si, au contraire, vous preniez à gauche, vers le Sud, la Route continuait jusqu'à Shrivenham et passait devant les grandes Demeures bâties sur les Pentes douces de la Rivière afin de jouir de la Vue de l'antique Figure de Craie découpée sur la Colline.
Le Domaine de mon Père, une succession de vastes Plaines non clôturées et de Champs arables, commençait au Carrefour de l'Auberge et s'étendait jusqu'à la Frontière orientale de la Paroisse de Collerton, incluant ainsi une petite Partie de la Coller où j'avais grand Plaisir à pêcher. Le Bénéfice, qui se trouvait sur ce Domaine, était naturellement à la disposition de ma Famille. À cette époque, le Titulaire de la Cure, que mon Grand-Père avait installé, vingt Ans plus tôt, à la Mort du précédent Desservant, s'appelait Ravenscroft. C'était un gros Homme extrêmement colérique que je n'estimais guère et sur lequel je n'avais rien de bon à dire, à part qu'il était le Père de Nathaniel, ce qui était pour le moins stupéfiant.
Nathaniel, Nathaniel Ravenscroft. De deux Ans mon Aîné, c'était mon plus cher Ami et mon plus intime Compagnon. Il faut bien reconnaître que, pour mériter cette Distinction, un Quart de son Charme aurait amplement suffi, car j'étais un petit Garçon renfermé et timide, affligé, avait dit mon Père alors qu'il me croyait hors de Portée de Voix, d'un Tempérament mélancolique, sans aucun doute hérité de ma Mère séfarade. Cette Allusion me fit l'Effet d'une Révélation, car depuis six Ans qu'elle était morte, je n'avais jamais entendu personne parler d'elle et je ne me rappelais guère que sa Voix. Ces Paroles attisèrent ma Curiosité, mais je n'osai poser de Questions à son Sujet. Ma Réticence à fréquenter des Garçons de mon Âge et de ma Condition n'était cependant pas entièrement due à mon Caractère. En vérité, je n'avais pas eu besoin de surprendre une Conversation pour savoir que j'avais hérité de ma Mère davantage que son Tempérament. Avec mon Teint basané et mes Yeux aussi noirs que ceux d'un Espagnol, j'avais toutes les Caractéristiques qui trahissent l'Origine juive. Bien qu'on m'ait donné une Éducation chrétienne et que je ne connaisse pas mieux le Talmud et la Torah que le Mécanisme interne du Soleil, les Représentants de la bonne Société anglaise me faisaient clairement comprendre que je n'étais pas des leurs. J'avais donc depuis longtemps compris que, plus j'évitais leur Compagnie, mieux je me portais.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia