Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Tout sera oublié

Couverture du livre Tout sera oublié

Auteur : Mathias Enard

Illustrateur : Pierre Marquès

Date de saisie : 22/06/2013

Genre : Bandes dessinées

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Collection : Actes Sud BD

Prix : 24.00 €

ISBN : 9782330018085

GENCOD : 9782330018085

Sorti le : 10/04/2013

  • Les présentations des éditeurs : 22/06/2013

«Qu'est-ce qu'un monument ? C'est un bâtiment en soi inutile. Un musée sans musée. Un genre de croix. Une mosquée sans fidèles, une église sans dieu. Un symbole. Une présence de ce qui n'est plus. Un corbeau.» «L'été 1991, les Serbes, les Bosniaques, les Croates commencent à se foutre sur la gueule et vingt ans plus tard on me demande d'imaginer un monument qui ne soit ni serbe ni bosniaque ni croate pour cette guerre oubliée plus que terminée.
- Seul un artiste international comme vous peut dessiner quelque chose d'intéressant, on m'a dit. Quelque chose qui ne soit pas partisan, on m'a dit. Qui prenne en compte les souffrances de tous les camps, on m'a dit. Drôle d'idée qu'un monument à la souffrance, j'ai pensé.» C'est alors que commence pour cet artiste une traversée des ruines de cette guerre balkanique, pour qui «les souvenirs, les traces, les marques sur les façades, sur les visages, le passé devient la seule façon de voir le présent.»

Traducteur et romancier, Mathias Enard est né en 1972 à Niort. Après plusieurs longs séjours au Moyen-Orient, il s'installe en 2000 à Barcelone où il vit toujours, anime plusieurs revues culturelles et enseigne l'arabe à l'université. Il a traduit du persan l'oeuvre de Mirzâ Habib Esfahâni, Epître de la queue, publié Bréviaire des artificiers et écrit trois romans La perfection du tir, Remonter l'Orénoque, Zone. Il a reçu, pour ce dernier titre, le prix Décembre 2008 et le prix du Livre Inter 2009.
Peintre, graphiste et illustrateur, Pierre Marquès est né à Béziers en 1970. Il vit et travaille à Barcelone. Il a à son actif de nombreuses expositions et performances. Bréviaire des artificiers est pour lui l'occasion de renouer avec le dessin.



  • La revue de presse Marine de Tilly - Le Point du 20 juin 2013

Dans ce livre qui étreint à chaque page, Énard, Marquès et leur héros rendent la mémoire à la mémoire. Avec les mots de l'un, les peintures sur photos de l'autre, ils enseignent le souvenir de cette guerre punitive. BD, roman illustré, graphique ou philosophique, poème visuel, documentaire de l'âme de l'ex-Yougoslavie, qu'importe ce qu'est cette "chose". Ce que l'on retient n'est ni la forme ni même l'histoire du narrateur ou celle de Marina, l'architecte qui l'accueille à l'Est, mais une atmosphère en suspension, belle et lourde comme un spleen, pénétrante, vaporeuse comme la mélancolie. Ce livre est d'une effarante puissance d'évocation : quelques mots, les photos retravaillées d'une ville, d'un téléphérique, d'une ancienne piste de bobsleigh des JO de 1984, d'une paire de mains qui écrivent, d'une forêt sous la neige, des empreintes des loups ou des corbeaux, d'un pont en lambeaux ou d'une façade de rue, et c'est comme si l'on regardait le scanner d'une guerre oubliée et perdue.


  • La revue de presse Catherine Simon - Le Monde du 30 mai 2013

Sidérés, jeunes gens, par la guerre des Balkans, le romancier Mathias Enard et le dessinateur Pierre Marquès ont scruté sur place ses cicatrices...
" On voulait faire un livre hybride, dont le sujet principal serait la trace ", précise Mathias Enard. Pari réussi. Trace de la guerre elle-même ou trace d'avant le grand saccage. Les images de ce qui reste de la piste de bobsleigh, construite pour les Jeux olympiques d'hiver de 1984, sont étonnantes. On croirait la peau d'un serpent tombée avec la mue, une peau de béton, fanée par le temps, que les broussailles sont en train de masquer. Pierre Marquès a travaillé sur des photos couleur (elles ne sont pas de lui) qu'il a en partie détruites et décolorées, avant de les réimprimer en noir et blanc, puis de les peindre. " Son pinceau, c'est sa signature ", relève Mathias Enard. Le motif du livre - la commande d'un monument à un artiste européen - n'est pas une invention des auteurs, mais s'inspire d'une histoire vraie, indique le romancier. L'Union européenne a longtemps caressé le projet d'en voir érigé un, en ex-Yougoslavie, à la mémoire des victimes de la guerre...
Cette oeuvre atypique dit, avec force et mélancolie, le spleen de deux Européens d'aujourd'hui devant les ruines d'une Europe disparue.


  • Les courts extraits de livres : 13/04/2013

Je ne savais pas que les corbeaux étaient une espèce si fréquente... Où que l'on aille, à Sarajevo, à Lublin, à Belgrade, ils nous regardent. Nous observent.

Ce matin j'ai commencé une liste des objets que l'on peut tenir à la main, un stylo, un pinceau, des béquilles, une fourchette ou un couteau.

Un appareil photo, un sexe, un revolver, un fusil d'assaut, ou tout cela à la fois.

Je crois que Marina me manque. Je crois que les Balkans me manquent. Les corbeaux aussi, peut-être. Qui sait. Cette histoire de monument me rend fou. Plus de six mois de travail. Et pas une seule idée.

Qu'est-ce qu'un monument ? C'est un bâtiment en soi inutile. Un musée sans musée. Un genre de croix. Une mosquée sans fidèles, une église sans Dieu. Un symbole. Une présence de ce qui n'est plus. Un corbeau. J'ai demandé à réfléchir, j'avais envie d'accepter, sans doute pour l'argent. Pour l'inconnu, le défi, comme on dit. J'ai parcouru la France pour regarder des monuments aux morts, il y en a tellement qu'on ne les voit plus.

On ne lit pas non plus les noms sur leurs pierres, on ne sait plus grand-chose des guerres auxquelles ils sont consacrés, tout est noyé dans le mot Patrie, dans les jours fériés, ce sont de grands vases à fleurs bleu, blanc, rouge qui fanent tranquillement dans l'automne ou le printemps.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 17/05/2013

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Ils sont un des trois piliers inéluctables à l'élévation. Ils occupent un tiers de la surface au mur de mon atelier.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia