Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Sophie Daull

bouleverse les lecteurs

Valentine Goby

passionne les libraires

Rodolfo Fogwill

est une figure culte des lettres argentines

Laure Adler

raconte sa fascination pour la scène

Olivier Steiner

rend hommage à Patrice Chéreau

Guy Rechenmann

avoue être un rêveur et poète

Misty Copeland

réunit Mariah Carey et Stravinsky

Francesco Gattoni

aime les écrivains

Marie-Louise von Franz

invite à la réalisation du Soi

Salah Stétié

sait écouter le coeur des villes

Les librairies de Négar Djavadi

sont des havres de paix

L'écossais Peter May

vit dans le Lot. il a conquis le monde entier.

Jacques de Saint-Victor

est le meilleur des guides

Abdennour Bidar

est docteur en philosophie

Charles Frazier

vit en Caroline du Nord

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

Francis Peeters

est journaliste de l'art des jardins

Pierric Guittaut

se passionne pour la quête de soi

Soufiane Zitouni

consacre deux chapitres de son livre à la psychanalyse jungienne et l'oeuvre de Jung

Thomas Vinau

partage la tendresse et la curiosité

Catherine Poulain

est bergère et ouvrière viticole

Pierre Alferi

poète, romancier, essayiste, est professeur à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris.

Christos Chryssopoulos

ouvre des abîmes de silence

Maurizio De Giovanni

est napolitain jusqu'au bout de sa plume

Dörte Hansen

marie la profondeur à l'humour

Marie Darrieussecq

rend très bien l'urgence de se donner à la création.

Macha Méril

ne sait pas d'où vient l'inspiration

Jessica Knoll

vit à New York

Lawrence Osborne

est la révélation des lettres anglaises

Laura El Makki et Guillaume Gallienne

enchantent les auditeurs de France Inter

L'Irlandais Colum McCann

touche au plus près l'âme humaine

Nicolas Robin

écrit sur la solitude

Antonella Cilento

vit et travaille à Naples

Rachel Cusk est

l'un des grands écrivains d'aujourd'hui.» The New York Times

Anna-Véronique El Baze

peut écrire n'importe où...

Jean-Michel Riou

écrit chaque jour, de l'aube jusqu'au soir...

Le droit du travail

a une longue histoire

La pièce "Juste la fin du monde"

est adaptée pour le cinéma par Xavier Dolan

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Pierrette Fleutiaux

interroge le destin

Victoire Theismann

est une passionnée de la Vie

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Catherine de La Clergerie

est amoureuse des mots

Anne Collongues

fait tourner la lanterne magique de l'existence

François Mitterrand

accueille Anubis

Lorraine Fouchet a été urgentiste au SAMU

avant de se consacrer à l'écriture

Martin Winckler

fait avec de très bons sentiments de très bons livres

Arnaldur Indridason, né à Reykjavik,

diplômé en histoire, est journaliste et critique de cinéma.

Frédéric-Jacques Temple

est poète « du monde entier », comme Blaise Cendrars

Anne Goscinny

écrit allongée

Maurice Denuzière

est romancier heureux

Joël Callède

sort le chat et laisse opérer la magie

Frédéric Sojcher

ne peut vivre sans écrire des films

L'avant-dernier recueil de Mahmoud Darwich

est un testament adressé à lui-même.

Ryoichi Wago

est l'un des représentants les plus actifs de la poésie japonaise contemporaine

Jérôme-Arnaud Wagner

écrit dans les trains

Madeleine Chapsal

dort avec ses livres

David Lodge

est l'un des écrivains anglais les plus populaires dans notre pays.

Olivier Cadiot

vous allume, d'une plume virtuose, drôle, cajoleuse

Daniel Arsand

recompose une langue pour dire la rage et la tristesse

Amin Maalouf

nous fait redécouvrir notre «génie national».

Isabelle Alonso

propose un chant révolutionnaire qui ne se prend pas au sérieux

Marie Darrieussecq

publie sa première biographie en langue française

Irvine Welsh

abandonnel'école à 16 ans et enchaîne les petits boulots

Christine Orban

n'a rien choisi : l'écriture s'est imposée à elle.

François Bégaudeau

aimerait partager quelques sourires.

Camille Jourdy a un don très rare :

celui de traiter du quotidien, sans pour autant le rendre banal.

Loïc Clément

écrit pour être utile

Mathieu Lindon

explore ses oublis

Chika Odaka-Pochard

est japonaise, mais connaissait très peu l'univers des geishas

Anna Enquist

est musicienne, pianiste concertiste, et psychothérapeute

Christine Jordis

a étudié à la Sorbonne et à Harvard

Catherine Lacey,

née dans le Mississippi, vit à Brooklyn, New York.

Louise Tremblay-d'Essiambre

partage le plaisir de lire

Stéphanie Dupays

signe un premier roman mordant sur le monde du travail

Bertrand Dicale

explore les cultures populaires

Bernard-Henri Lévy :

"Au commencement, il y a les mots"

Belinda Cannone et Christian Doumet racontent

les mots qui nous manquent

Max Genève

prend un bain de Balzac

Ta-Nehisi Coates

est placé dans la lignée de l'écrivain noir américain James Baldwin.

René Depestre

À plus de 90 ans, anime une langue virevoltante et vivifiante (Librairie LA BUISSONNIÈRE à YVETOT)

Benoît Bonnemaison-Fitte

(ou Bonnefrite, ou Bonfrit, c'est selon l'humeur) est un drôle de gus.

Annick de Giry

est historienne de l'art, auteur pour la jeunesse et passionnée de voyages.

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

L'écrivain Emmanuel Carrère

ne s'efface jamais derrière le journaliste

François Garcia

est médecin, il vit et exerce à Bordeaux

James Lee Burke

est le maître du roman noir américain

Michka Assayas

a tous les talents

Mathieu Laine

enseigne la philosophie politique

Matthias Lehmann

conte l'enfance d'un garçon travesti en fille

Vladimir Vertlib

écrit là un grand roman russe, énergique, fascinant

Lyonel Trouillot

raconte l'âme haïtienne sous le signe de la beauté fulgurante des mots

Cécile Ladjali

d'origine iranienne, est agrégée de lettres modernes

Catherine Koleda

relate la famine planifiée par Staline
(voir Libération) :
http://comite-ukraine.blogs.liberation.fr/2016/01/18/un-livre-decouvrir-litineraire-dun-survivant-du-stalinisme-en-ukraine/

Patrick Rambaud

a toujours vécu entre les livres

Bertrand de La Vaissière

enfant, n'aimait pas les livres

Marc Vella

parcourt le monde avec son piano à queue

Charles King

évoque la naissance de l'Istanbul moderne évoque la naissance de l'Istanbul moderne à travers la vie d'un palace

Nelly Kaprièlian

enquête sur le destin d'une actrice

Franck Courtès

enfant, adorait l'acte d'écrire

Julie Ewa

est une vraie grand-mère...

Philippe Rahmy

s'abandonne au mouvement de l'écriture

Anaïs Ginori

raconte le destin du kiosquier de Charlie

Céline Curiol

cherche l'empreinte des lieux

Richard Flanagan

est un virtuose

Philippe Claudel

admire «la force qu'ont les hommes de ­durer»

Sempé et Marc Lecarpentier

apprécient l'amitié délicate et patiente

Patrick Lapeyre

évoque la possibilité d'un nouvel amour

Fabrice Colin

est lauréat du grand prix de l'Imaginaire

Jean-Baptiste Charcot

donne en 1903 le signal de l'aventure française en Antarctique

Fra Angelico

initie le courant des peintres dits «de la lumière»

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Jean-Paul Didierlaurent

est gâteux

Emmanuelle Pirotte

est ovationnée par les libraires et la presse (dont François Busnel)

Michal Ajvaz, figure littéraire tchèque,

est considéré comme un écrivain majeur aux États-Unis

Emmanuel Pierrat

nous passionne avec les grands procès de l'histoire

Céline Delavaux

présente une dizaine d'objets qui ont conquis le monde

Véronique Ovaldé

invite les parents et les enfants à ne pas avoir peur

Paul Bocuse

habille les poulets

Christine Van Acker

est drôle sans être méchante, caustique sans être cynique (Jérôme Garcin)

Christophe Quillien

est un aviateur sans boussole (et sans avion)

Françoise Sagan

aimait la paresse de la Seine

Muriel Barbery

raconte son chat

Annie Degroote

est native des Flandres françaises

Cassandra O'Donnell

passe des heures à discuter avec les libraires

Raymond Carver

fut élevé au rang des plus grands écrivains du siècle dernier

Jean-Paul Didierlaurent

est un faiseur d'histoires atteint de gâtisme

Hubert Haddad

pousse la fiction-vérité dans ses ultimes retranchements

Odile Verschoot

Rédige en nageant, écrit en séchant

Fred Bernard

écrit en musique, pour trouver la bonne musicalité des phrases.

Yann Queffélec

porte ce livre, comme un chagrin secret

Pablo Iglesias

observe les leçons politiques de Game of thrones

Claude Lorius

a quatre-vingt-trois ans. Il est glaciologue

Thierry Cazals

aime les promenades non balisées, les sentiers secrets, les chemins de traverse

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Mathias Enard

explore l'orientalisme

Daniel Lacotte

est écriveur

William Giraldi

est traduit par Mathilde Bach

Jérémie et Stéphanie Gicquel

ont une passion pour le froid polaire

Yann Queffélec

remue le couteau dans la plaie

Le Paris de Nicolas d' Estienne d'Orves

est un rêve intime, un monde secret, une parenthèse enchantée.

Arnaldur Indridason

est né à Reykjavik en 1961

Peter Heller

épouse l'action, la fureur, la poésie

Didier Daeninckx

raconte un beau souvenir de librairie (voir ses réponses au questionnaire décalé)

Jérôme Garcin

reçoit le prix du Parisien magazine, avec Le voyant

Le linguiste Jean Pruvost

enchante les auditeurs du Mouv

Pierre Raufast

a toujours un carnet sur lui, pour noter les nouvelles idées

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Diane Meur

réinvente brillamment le genre de la saga...

Olivier Houdé

se passionne pour l'intelligence en construction chez les enfants...

Arnaud Le Guern

offre un petit manuel attachant, à destination des juilletisto-aoûtiens en errance...

Michal Ajvaz

écrit à Prague des ouvrages de fiction, de philosophie et des essais.

Denis Lachaud

explore les nouvelles formes de contestation...

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Anne Poiré et Patrick Guallino

aiment les chats et la bonne humeur...

Frédéric Couderc

salue la force et la bienveillance de Nelson Mandela

Fanny Chiarello

suit avant tout son intuition

Gisèle Bienne

répudiée par les siens après un écrit de jeunesse, revient sur cet épisode douloureux

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Kinga Wyrzykowska, née à Varsovie,

a appris à lire, conter, rêver en français...

Naïri Nahapétian

née à Téhéran, parle, écrit et rêve en français...

Aki Shimazaki

née au Japon, vit à Montréal...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

Jean-Christophe Attias

obtient le Goncourt de la biographie ...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Jacques Expert

et les lecteurs du Monde...

Sandrine Collette

partage sa fascination pour la puissance incontrôlable de la nature...

Fanny Chiarello

est lauréate du Prix Orange du Livre 2015...

Les lecteurs du Monde

découvrent le portrait de Denis Soula...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Joëlle Miquel

aimerait partager la générosité des coeurs ouverts...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

Jérôme Ferrari

livre son plus beau texte depuis Où j'ai laissé mon âme...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Elmore Léonard

a résumé son art en «Dix règles d'écriture»...

DOA

est romancier à la Série Noire, Gallimard...

Madeleine Chapsal :

"Les librairies sont des endroits sacrés, comme les églises !"

Alexakis Vassilis

décrit Paris comme au premier jour d'un amour...

Raphaëlle Bacqué

écrit la nuit, son chat sur les genoux...

Russell Banks

affectionne la nouvelle...

Michèle Lesbre

emprunte les chemins buissonniers de la mémoire...

Emmanuelle Pagano

explore nos relations avec l'eau et ses détours...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Arnaldur Indridason

dépasse le thriller...

Alain Guyard

est philosophe forain, bonimenteur de métaphysique, décravateur de concept, et pétomane mental (uniquement sur rendez-vous).

Raphaëlle Riol

écrit nécessairement en compagnie de mon chat...

Hayao Kawai

a cette rare qualité de sourire en se remettant en question...

Michel Maisonneuve

aimerait partager le rire, l'émotion, la fraternité...

Océane MADELAINE

est céramiste et écrivain

Alexakis Vassilis

poursuit son dialogue avec Jean-Marc Roberts, son éditeur et ami, trop tôt disparu...

Laurence Garcia

aime la petite et la grande histoire...

Cécile Huguenin

est une nomade...

Maurice Ravel

rejoint Bar-le-Duc, puis Verdun, en mars 1916...

Valérie PARENT

est amoureuse des chats...

François Foll

partage sa foi dans les vertus de la curiosité intellectuelle...

Arrigo Lessana

a été chirurgien du coeur pendant plus de trente ans...

L'épopée de Jean Rolin

réussit le tour de force d'être aussi flippante que burlesque...

Riad Sattouf

est né d'un père syrien et d'une mère bretonne...

Jacques Expert

n'écrit jamais de plan, et ne connait pas la fin de ses histoires...

Félicie Dubois

enfant, rêvait d'être posthume...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Aude Fieschi

propose une promenade dans les «souvenirs» du peintre et dessinateur de génie Hokusaï

Mathilde Bach

est la raductrice d'Aucun homme ni dieu, de William Giraldi

Russell Banks

revient avec douze nouvelles qui sont autant de pépites...

Abdellah Taïa

brise les tabous...

La maîtrise de Virginie Despentes

impressionne...

Léonor de Récondo

excelle à promener un regard très contemporain sur les époques passées...

La parution de LoveStar en Islande

a lancé la carrière ­d'Andri Snaer Magnason...

Jean Rolin

est du côté des rêveurs...

Alain Dual

est juriste la journée et dessinateur la nuit...

Le philosophe Marcel Conche

ne pourrait se passer des librairies...

Franck Thilliez

Homme du Nord, raconte des histoires aussi noires que le charbon...

L'histoire du vitrail

est une passion...

Mathieu Burniat

raconte la passion de la cuisine...

Alain Rey

recherche la beauté...

Renaud Lavillenie

raconte sa passion pour la perche...

Gaëlle Heureux

aime partager une certaine mélancolie et le goût d'en rire...

Andrea H. Japp, la reine du crime

voulait devenir cantatrice, mais elle chante faux...

Frédérique Martin

est une infatigable voyageuse immobile...

Denise Bombardier

ne s'enfange pas dans les fleurs du tapis (elle ne fait pas de manières...)

André Brink

fait merveille...

Le Journal de Paul Nizon

est poignant...

Quand on aime lire on n'est jamais seul !

Découvrez le portrait d'Alexandra de Broca...

Lieve Joris

tente de saisir l'extrême complexité du monde...

Clémence Weill, Grand Prix de littérature dramatique 2014

écrit principalement des dialogues, les dessine, les teste, les ratiboise...

Eddie Breuil

propose une relecture des Illuminations...

Renata Ada-Ruata

souhaite partager ses émotions de lecture...

François Esperet

est un poète épris de raconter...

Jean Rouaud

écrit le matin, dans son bureau, en silence...

Lawrence Block

a rejoint le club très fermé des maîtres américains du roman noir...

Emma Dayou

fait confiance à son inconscient...

Alfred Brendel

met sa fantaisie au service de l'écriture...

Kamel Daoud

n'imagine pas sa vie sans écrire...

Lydie Salvayre, Prix Goncourt 2014,

est soutenue, aussi, par les libraires...

Geluck

signifie «chance» ou «bonheur» en flamand...

Pierre-Marie Beaude

partage sa passion pour le judaïsme ancien et les origines chrétiennes...

Virginie Megglé

nous invite à devenir auteur et acteur de notre vie...

Jean d'Ormesson

parle de la consolation...

Patrick Modiano,

Prix Nobel de littérature, raconte le mystère de l'inspiration et son amour infini des librairies...

Laurent Mauvignier

est l'invité de La Grande Librairie...

Éric Vuillard

est l'invité de La Grande Librairie...

Alice Ferney

est l'invitée de La Grande Librairie...

Un monde flamboyant

est soutenu par les libraires et par la presse...

Ito Ogawa

enchante par la poésie le monde réel...

Frédérique Hébrard

a grandi sur les genoux de Malraux, Guilloux, Saint Exupéry, Prévost...

ZEP :

Le trait du dessinateur est comme sa voix...

David Foenkinos

le sait : l'amour sauve...

Geneviève Brisac

baigne dans le fleuve immense des livres...

Olivier Bellamy

partage l'amour des pianistes solitaires et courageux...

Francine Perrot

invite à découvrir les trésors qui sont en nous...

Jean-Louis Fournier

a voulu acheter une brosse à dents...

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Les temps mauvais : Madrid, 1936-1939

Couverture du livre Les temps mauvais : Madrid, 1936-1939

Auteur : Carlos Giménez

Traducteur : Béatrice Cornière

Date de saisie : 31/01/2014

Genre : Bandes dessinées

Editeur : Fluide glacial-Audie, Paris, France

Prix : 35.00 €

ISBN : 9782352073048

GENCOD : 9782352073048

Sorti le : 24/04/2013

  • Les présentations des éditeurs : 15/05/2013

Dans Les Temps Mauvais, Carlos Giménez aborde cette fois l'atroce guerre civile qui a préludé à la dictature de Franco, bouclant ainsi le cycle entamé avec Paracuellos.

Cette guerre, il la montre du point de vue de ceux qui l'ont subie. C'est la vie quotidienne des civils qui tâchent de survivre aux bombardements, incendies, exécutions, privations et épidémies dans Madrid assiégée.

Les pauvres bougres qui prennent les bombes sur la gueule, les ménagères qui font la queue devant les épiceries, les mioches qui rapinent des légumes dans les potagers sont les humbles héros de cette histoire.

Les Temps Mauvais, c'est la Guerre d'Espagne dépouillée de tout romantisme.



  • La revue de presse Lucie Servin - L'Humanité du 30 janvier 2014

Après Paracuellos, Barrio et Los Profesionales, Gimenez achève, avec les Temps mauvais, son cycle de chroniques de l'Espagne sous Franco. Un chef-d'oeuvre du 9e art...
Dans ce recueil, toutefois, le dessinateur ne s'inspire pas d'éléments autobiographiques, mais tisse un scénario crédible nourri de récits et de témoignages. L'ensemble n'en est pas moins convaincant et la justesse du traitement historique s'équilibre savamment à travers l'humanité des personnages confrontés à l'horreur quotidienne de la guerre, l'omniprésence et la banalisation de la mort. De la micro à la macrohistoire, ces récits accèdent à l'universalité par l'anecdote. Le génie du dessinateur, sans considération partisane, immerge son lecteur dans la réalité de cette guerre tout en faisant prendre conscience du prix inestimable de la paix.


  • La revue de presse Romain Brethes - Le Point du 13 juin 2013

Les temps mauvais forment un kaléidoscope de scènes à l'extraordinaire puissance visuelle. Goya des temps modernes, Gimenez peint le tableau d'un monde plein de chaos et de fureur, où seuls les enfants ont encore la force de croire en des lendemains qui chantent.


  • Les courts extraits de livres : 15/05/2013

SURVIVRE À MADRID

Ses lecteurs le savent, Carlos Giménez a grandi à la dure, dans les orphelinats de l'assistance sociale de la Phalange, où les gosses étaient nourris de paires de torgnoles, chauffés à coups de pied aux fesses et encadrés par des instructeurs qui n'étaient rien d'autre que des tortionnaires. Après avoir été transbahuté de foyer en foyer, il est revenu adolescent dans son quartier madrilène. Carlos a appris son métier de dessinateur très jeune, sur le tas, dans un studio de bande dessinée barcelonais, à une époque où les dessinateurs de BD n'étaient pas considérés comme des «auteurs» ou des «bédéastes», mais simplement comme de petites mains quasi anonymes qui usinaient à la chaîne des histoires de cow-boys, d'anticipation ou de détectives.

À travers Paracuellos, puis Barrio et Les Professionnels, Carlos Giménez a dessiné une chronique sensible de l'Espagne depuis les débuts de la dictature franquiste jusqu'à sa fin, relatant en filigrane l'évolution de son pays, des années 1940 aux années 1970 : une nation sous la botte, dont les enfants grandissaient en ânonnant des prières, en marchant au pas cadencé et en saluant les couleurs de la Phalange ; une société tiraillée entre conservatisme et modernité où les adultes tâchaient de profiter sans trop moufter du timide essor économique des années 60, tandis que la jeunesse s'enhardissait à sortir des clous, encouragée par les échos du rock et des révoltes estudiantines venus d'au-delà des Pyrénées.

Dans Les Temps mauvais, Giménez raconte cette fois l'histoire de la génération précédente, celle qui a vécu les trois terrifiantes années de guerre civile qui ont préludé aux quatre décennies du régime «national-catholique» imposé par le Caudillo. C'est le destin d'une famille ordinaire qui sert de fil conducteur aux multiples saynètes qui composent Les Temps mauvais. Le père, Marcelino, travaillait dans une usine de gaines qui a fermé au début de la guerre. La mère, Lucia, femme au foyer, élève ses quatre enfants. Ces pauvres mioches affamés, avec leurs genoux cagneux et leurs chaussettes tire-bouchonnées sur leurs maigres mollets, sont en somme les grands frères des orphelins de Paracuellos et des ados de Barrio. Le lecteur suit les tribulations de ces modestes héros à travers les mille calamités de ces temps mauvais dans Madrid, capitale de l'Espagne et ville la plus meurtrie par la guerre civile, assiégée dès le mois de novembre 1936 par l'armée de Franco.

Marcelino est un type ordinaire, humble et fataliste, un modéré animé seulement de velléités de révolte contre l'injustice sociale. Ce brave homme, bon ouvrier, bon père de famille, n'a qu'un seul vice : le tabac ; un handicap : il est dur d'oreille ; un défaut : il est un peu lâche. Pourtant, par humanité, cet homme de gauche, même s'il hait le fascisme, est capable d'aider le fils phalangiste de sa patronne qui se cache pour échapper à une exécution, ou d'exhorter son propre beau-frère, menacé de mort, à passer dans le camp d'en face.

Car, quand la guerre a éclaté, les Espagnols se sont soudain trouvés scindés entre «fascistes» et «rouges» - comme les adversaires se qualifiaient réciproquement et sans faire de détails. Carlos Giménez essaie d'échapper à ce manichéisme et ne craint pas de montrer qu'il y avait des salauds et des braves gens, des victimes et des bourreaux dans chaque camp.

La guerre civile, Giménez ne l'aborde ni en historien ni en idéologue. Dans Les Temps mauvais, pas de chiffres des pertes militaires et civiles, ni de récits de bataille. Giménez dépeint la guerre en mémorialiste et en chroniqueur, tissant son histoire d'anecdotes dérisoires, de mille détails qui, pris séparément, peuvent sembler insignifiants, mais qui composent une fresque terriblement vivante du quotidien des gens ordinaires piégés sous les bombes, soumis au lancinant supplice des privations, du froid et des maladies.

Carlos Giménez ne cherche pas à respecter exactement la chronologie du siège de Madrid. S'il commence bien par le début des événements, avec l'échec initial du putsch militaire dans la capitale, pour terminer par la victoire franquiste, entre ces deux repères, il enchaîne les faits un peu dans le désordre, avec des bonds en avant et des retours en arrière, comme au gré capricieux de la mémoire.

(...)


Copyright : lechoixdeslibraires.com 2006-2016 - Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia