Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Villa avec piscine

Couverture du livre Villa avec piscine

Auteur : Herman Koch

Traducteur : Isabelle Rosselin

Date de saisie : 01/06/2013

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Belfond, Paris, France

Collection : Littérature étrangère

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782714452382

GENCOD : 9782714452382

Sorti le : 16/05/2013

  • Les présentations des éditeurs : 12/05/2014

Après le triomphe international du Dîner, Herman Koch nous revient avec un roman toujours aussi noir, grinçant et dérangeant, qui tendrait à démontrer que point n'est besoin d'ennemis quand on a un bon médecin.

Grosse tuile en vue pour le Dr Marc Schlosser. Après le décès d'un de ses patients, le Conseil de l'Ordre l'a convoqué pour discuter d'une possible erreur médicale.
Ennuyeux, certes, mais pas dramatique : les membres du Conseil, il les croise tous les week-ends sur les terrains de golf. Que risque-t-il, une tape sur la main ? Au pire, une petite suspension ?

Sauf que le patient en question n'est autre que Ralph Meier, célébrissime acteur, idole nationale et accessoirement ami de la famille ; et que sa veuve a des doutes et compte bien le faire savoir... Pour elle, l'affaire est suspecte : Ralph est tombé malade juste après des vacances avec les Schlosser.
Qui dit vrai ? Marc a-t-il raté son diagnostic ? Aurait-il «aidé» la maladie de Ralph ?

Que s'est-il passé cet été-là, dans la villa avec piscine ?

Herman Koch est né en 1953. Très connu en Hollande pour ses émissions de télé satiristes et pour ses chroniques dans des journaux réputés, il est également un auteur renommé avec ses romans, tous marqués d'une ironie grinçante. La consécration lui vient avec Le Dîner, élu livre de l'année aux Pays-Bas où il connut un succès phénoménal et qui fut traduit par les maisons les plus prestigieuses dans une vingtaine de langues. Villa avec piscine est son deuxième roman.



  • La revue de presse Gilles Martin-Chauffier - Paris-Match, mai 2013

Lorsqu'une star de la télé et son médecin se dorent la pilule en famille, les cocktails ont un goût explosif. Après « Le dîner », le retour de Herman Koch, toujours aussi épicé...
Et là, c'est la guerre. Des épouses douces comme la mousse se révèlent sèches et cassantes comme des aiguilles de pin, et le bon docteur mijote une vengeance atroce qui s'abat d'ailleurs sur un innocent - sans que cela le trouble le moins du monde...
Rien pourtant n'est plus efficace que ces histoires qui se lisent comme on boirait de l'eau. Ni plus pervers, car Koch, de livre en livre, montre des relations entre adultes explosant à cause de leurs enfants. Comme si, dans une société aussi riche, matérialiste, égoïste et indifférente que les Pays-Bas, seuls les enfants pouvaient encore sortir un peuple repu de ses gonds. Morale de cette histoire qu'on ne lâche pas  : si vos amis sont borgnes, mieux vaut les regarder de profil.


  • Les courts extraits de livres : 17/05/2013

JE SUIS MÉDECIN GÉNÉRALISTE. Je tiens mes consultations de huit heures trente à treize heures. Je prends mon temps. J'accorde vingt minutes à chaque patient. Ces vingt minutes sont mon enseigne. Quel médecin est encore prêt, de nos jours, à vous consacrer vingt minutes ? disent les gens - et ils le font savoir. Il n'accepte pas trop de patients, racontent-ils. H fait attention à ménager assez de temps pour chacun d'eux. J'ai une liste d'attente. Quand un patient meurt ou déménage, un seul coup de fil suffit pour que j'en récupère cinq.
Les patients confondent le temps et l'attention. Ils pensent que je leur accorde plus d'attention que d'autres médecins. Mais je leur accorde tout simplement plus de temps. Ce que je dois savoir, il me faut une minute pour l'apprendre. Les dix-neuf autres minutes, je les remplis avec de l'attention. Ou l'illusion d'une attention, devrais-je dire. Je pose des questions simples. Comment va le fils/la fille ? Est-ce que vous avez retrouvé le sommeil ? Vous ne mangez pas trop/ vous mangez suffisamment ? Je pose mon stéthoscope sur leur poitrine, puis sur leur dos. Prenez une profonde inspiration, leur dis-je. Soufflez doucement. Je n'écoute pas vraiment. J'essaie du moins de ne pas vraiment écouter. À l'intérieur, tous les corps humains produisent les mêmes bruits. D'abord, on entend les battements de coeur bien sûr. Le coeur n'est au courant de rien. Le coeur pompe. Le coeur est la salle des machines. La salle des machines ne sert qu'à maintenir le navire en mouvement, pas à garder le cap. Puis il y a les bruits provenant des intestins. Des organes. Un foie chargé ne fait pas le même bruit qu'un foie sain. Un foie chargé gémit. Il gémit et implore. Il implore une journée de congé. Une journée pour éliminer le plus gros des impuretés. Pour l'instant, il est toujours en retard. Le foie chargé est comme la cuisine d'un restaurant qui ne ferme jamais. La vaisselle s'amoncelle. Les lave-vaisselle tournent à plein régime. Mais les piles d'assiettes sales et les casseroles encrassées ne font que croître, en hauteur et en largeur. Le foie chargé attend impatiemment ce jour de congé qui ne vient jamais. Tous les après-midi, à quatre heures et demie, cinq heures (parfois même plus tôt), cet espoir d'obtenir un jour de congé est réduit à néant. Quand le foie a de la chance, cela commence seulement par une bière. Avec une bière, il peut rejeter une bonne partie du travail sur les reins. Mais il y en a toujours qui ne peuvent pas se satisfaire d'une bière. Ils prennent autre chose à côté : un genièvre, une vodka, un whisky. Et ils boivent le verre d'une traite. Le foie chargé se cramponne jusqu'à ce qu'il finisse par se déchirer. D'abord il durcit, comme un pneu trop gonflé. Alors il suffit d'une petite irrégularité sur la chaussée pour qu'il éclate.
J'écoute à l'aide de mon stéthoscope. J'appuie le doigt là où je sens un durcissement sous la peau. Est-ce que cela vous fait mal ici ? Si j'appuie plus fort, le foie risque de se déchirer ici, dans mon cabinet de consultation. Je n'en ai aucune envie. De toute cette saloperie. D'un jet de sang qui jaillit vers le plafond. Aucun médecin ne souhaite un décès dans son cabinet de consultation. Chez eux, les patients peuvent faire ce qu'ils veulent. Dans leur maison, en pleine nuit, dans leur propre lit. Quand le foie se déchire, ils n'ont généralement même pas le temps d'atteindre le téléphone. En tout cas, l'ambulance arrive trop tard.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia