Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Abbesses

Couverture du livre Abbesses

Auteur : Hélène Clerc-Murgier

Date de saisie : 12/06/2013

Genre : Policiers

Editeur : Jacqueline Chambon, Paris, France

Collection : Roman policier

Prix : 22.50 €

ISBN : 9782330020095

GENCOD : 9782330020095

Sorti le : 01/06/2013

  • Le courrier des auteurs : 26/07/2013

1) Qui êtes-vous ? !
Je suis claveciniste. Après avoir joué dans des orchestres baroques qui m'ont amené en France et à travers le monde, j'ai créée l'ensemble de musique de chambre "Les Monts du Reuil", dont les spectacles mêlent souvent textes et musiques. J'ai 3 filles, mon mari est compositeur et je vis à Montreuil.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Paris. Se promener dans Paris, c'est à chaque instant croiser la petite et la grande histoire. Un métro, une place, un nom de rue évoquent les légendes de la ville.
Le Pont-Neuf à lui seul pourrait être un roman ! Lui est encore là, central.
Mais il y a le Grand-Châtelet, le gibet de Montfaucon, la foire Saint-Germain, l'abbaye de Montmartre, la Samaritaine (pas le grand magasin, mais une pompe à eau qui se trouvait sur le Pont-Neuf !). Tout un Paris disparu que seul leur nom, fragile, maintient dans notre mémoire. Je souhaitais les faire revivre à travers une intrigue policière mêlant meurtres rituels, alchimie, réunions secrètes et abbesses mystérieuses.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"Tout dans son attitude à cet instant précis trahissait cet amour passé, le léger tremblement de sa main, la pâleur de son visage, la tristesse infinie de son regard - et cette transformation en faisait soudainement une autre femme, pleine d'un charme délicat et sensible, pleine d'un désir ancien que sa vie de recluse avait pendant tant d'années tenté d'effacer, embellissant ce visage qui pouvait être si froid, et démontrant à quel point les sentiments qui nous habitent peuvent à chaque instant nous transformer."

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
"Les amours de Ronsard" mis en musique par Antoine de Bertrand au 16ème siècle.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Ouvrir une des portes de la légende de Paris.


  • Les présentations des éditeurs : 26/07/2013

Alors que commence la légende noire de Marie de Médicis, exilée au château de Blois, et que la cour et la ville bruissent de troubles et de conspirations, l'auteur d'un crime mystérieux est condamné à être pendu au gibet de Montfaucon. Avant de mourir, le meurtrier livre au lieutenant criminel Jacques Chevassut un message confus où il est question d'une dalle de pierre sous l'abbaye de Montmartre menant à un trésor. L'enquête est d'abord confiée à Pierre Boivin, qui disparaît tout aussi étrangement que sa femme et son enfant, laissant Chevassut seul devant l'énigme. Sur ses talons, nous découvrons le Paris surpeuplé du XVIIe siècle, du tout nouveau Pont-Neuf où se produit Tabarin aux salons feutrés de l'hôtel de Rambouillet. Mais c'est à l'abbaye de Montmartre, construite près d'un temple de Mercure - dieu des alchimistes -, que conduisent toutes les pistes. Pistes où semblent pulluler les adeptes d'un nouveau courant occulte venu d'Allemagne, celui des rose-croix. Pour infiltrer cette société secrète, Chevassut va s'en remettre aux conseils du père Mersenne, le célèbre mathématicien ami de Descartes, et au grand alchimiste, maître Gonin. Quels secrets dissimulent les abbesses de Montmartre ?

Hélène Clerc-Murgier partage son temps entre récriture et la musique. Claveciniste de l'ensemble Les Monts du Reuil, elle écrit et interprète des spectacles et a restitué à l'opéra-comique Cendrillon et Le Docteur Sangrado, représentés à travers toute la France. Abbesses est son premier roman.


  • Les courts extraits de livres : 26/07/2013

Où Jacques Chevassut, lieutenant criminel, apprend des choses étranges de la bouche d'un condamné

Comme chaque matin depuis bientôt cinq ans, Jacques Chevassut remontait à pied le pont Notre-Dame pour se rendre au Grand Châtelet où il officiait comme lieutenant criminel du prévôt de Paris. Le froid était particulièrement vif ce jour-là : les rudes journées de janvier venaient à peine de commencer et les rares passants qu'il croisait allaient d'un pas rapide, la tête baissée et le col de leur habit remonté jusqu'aux oreilles. Les marchands, habituellement en grande conversation dans la rue, étaient barricadés dans leur boutique, et on n'entendait à cet instant que le souffle perçant du vent s'immiscer dans l'étroit passage laissé entre les deux rangées de maisons bordant le pont.
Jacques Chevassut atteignit rapidement la petite chapelle Saint-Leufroi. Puis, passant la maison à l'enseigne de La Tête Noire, il s'engagea dans la longue ruelle voûtée qui la prolongeait, et pénétra dans l'imposant Grand Châtelet.
Chevassut n'avait jamais aimé ce bâtiment : son allure de forteresse avait quelque chose d'effrayant et rappelait à l'observateur averti qu'avant d'être le siège de la juridiction prévôtale il avait protégé le Grand-Pont à l'époque des invasions, puis le Palais Royal sous Charles VI, dit le Gros, quelque cinq cents ans auparavant. De forme rectangulaire mais sans aucune régularité, faisant en cela comme un miroir à la Conciergerie qui se trouvait juste en face, de l'autre côté du pont, son austérité était glaçante. Six tours de hauteurs et de diamètres différents l'encerclaient à chacun des deux étages, et n'étaient ouvertes que d'une seule fenêtre rectiligne. Sur le reste de la façade, des ouvertures grillagées n'apportaient quasiment aucune lumière à l'intérieur de l'édifice.
Seule l'entrée principale du côté de la rue Saint-Denis offrait un semblant de majesté : une statue de la Vierge ornait son fronton, surmontée de fenêtres entourées de pilastres cannelés, et un cadran rehaussé d'ornements était entouré d'une svelte lucarne à fronton brisé décorée des armes accouplées de France et de Bretagne, que protégeait la saillie d'un arc en accolade retombant sur deux pilastres. On pouvait aussi y admirer, dominant l'édifice, le campanile de la chapelle dédiée à la Vierge, à saint Louis et à saint Didier, décoré d'élégantes lucarnes et d'un cadre peint d'azur rehaussé d'or.
Pour le reste, le bâtiment était sinistre, et même les différents marchands installés sous l'allée qui le traversait, les échoppes de joailliers, les pavillons, les bâtiments bas munis de contreforts adossés à sa façade, ne parvenaient pas à lui donner l'air de gaieté d'un quartier marchand.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia