Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Lady Hunt

Couverture du livre Lady Hunt

Auteur : Hélène Frappat

Date de saisie : 01/02/2014

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Actes Sud, Arles, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782330023553

GENCOD : 9782330023553

Sorti le : 21/08/2013

Beau roman onirique à l'étrangeté envoûtante !
Son héroïne, Laura, travaille dans une agence immobilière tout en faisant d'étranges rêves de maison maléfique. Quel mystérieux secret de famille dévore ses rêves et saura-t-elle s'en libérer ?


Laura Kern est hantée par un rêve. Chaque nuit, elle rêve d'une maison dans la brume, aux fenêtres closes, et d'un portail qui refuse de s'ouvrir. Un jour, confrontée à un phénomène inexplicable, elle se demande si ce n'est pas la malédiction de la famille Kern qui la rattrape. Elle lutte contre l'irrationnel et cherche des explications. Quelle est cette maison, en quoi fait-elle partie de sa vie ? Hélène Frappat réinvente le roman gothique, pose des questions sur le poids de l'héritage familial et explore brillamment les tourments de l'âme humaine.


Hélène Frappat est l'invitée de La Grande Librairie ce jeudi 5 septembre sur France 5

Laura Kern, agent immobilier dans les beaux quartiers de l'Ouest Parisien, est hantée par le rêve mortifère d'une maison.
Alors qu'elle fait visiter à une famille l'un des "biens d'exception" dont son agence s'est fait la spécialité, un petit garçon disparaît mystérieusement, comme englouti par les lieux, avant de réapparaître quelques heures plus tard, sans explication....

Quelle malédiction plane sur Laura ? Aurait-elle hérité de son père le mal qu'elle et sa soeur ont rebaptisé "Hunt" ? Que lui cache Enora, sa mère ?

Un roman flirtant habilement avec la fibre fantastique, mêlant univers légendaire et contexte contemporain. L'écriture d'Hélène FRAPPAT, rythmée par les vers prophétiques du poème de Tennyson, The Lady Of Shalott, emporte avec élégance un lecteur envoûté.


  • Le courrier des auteurs : 12/09/2013

1) Qui êtes-vous ? !
J'espère ne jamais savoir qui je suis.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Lady Hunt est l'histoire d'une hantise : les lieux, les êtres, les souvenirs se détachent peu à peu sur l'écran de ce qu'on nomme «réalité», jusqu'à occuper le premier plan, et laisser la réalité disparaître, au loin, dans la brume.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«La peur est si forte qu'on voudrait mourir pour la tuer.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
J'ai composé chacune des phrases de Lady Hunt comme les échos d'une musique lancinante, une ancienne et obsédante ritournelle qui ne vous lâche plus.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'intensité des émotions et du plaisir que j'ai ressentie en vivant dans la maison qu'a constituée l'écriture de ce roman.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
Contrainte d'abandonner mes rituels (solitude, silence, heures matinales), je les recrée en me télétransportant dans mes fictions.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
Il faut se concentrer résolument, ardemment, sur le monde parallèle où nos fantômes attendent de reprendre vie. Parfois, il arrive aussi de croiser le chemin d'une personne, ou d'un lieu, qui lancent vers vous un appel muet : alors on s'abandonne au lieu, à la personne, et l'histoire commence.

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Aussi loin que je me souvienne, j'ai su que je serais écrivain. L'écriture est entrée dans ma vie d'enfant par la lecture.

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Fantômette ; Le Club des Cinq ; Le Rouge et le Noir ; Les Misérables...

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
A ce que servent les artistes : créer de la beauté.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Comme le dealer pour un toxicomane, les rêves pour un dormeur, je ne pourrais pas vivre sans savoir que, dans une rue proche, des tables chargées de livres inconnus ou familiers attendent.


  • Les présentations des éditeurs : 15/08/2013

Le point de vue des éditeurs

Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d'une maison qui l'obsède, l'attire autant qu'elle la terrifie. En plus d'envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu'il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l'héritage d'une malédiction familiale auquel elle n'échappera pas ?
D'autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris - plus un effet secondaire qu'une carrière. Tandis qu'elle fait visiter un appartement de l'avenue des Ternes, Laura est témoin de l'inexplicable disparition d'un enfant.
Dans le combat décisif qui l'oppose à l'irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs... Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l'énigme du réel ?
Sur la hantise du passé qui contamine les possibles, sur le charme des amours maudites, la morsure des liens du sang et les embuscades de la folie, Hélène Frappât trace une cartographie intime et (hypersensible de l'effroi et des tourments extralucides de l'âme. Des ruines du parc Monceau à la lande galloise, avec liberté et ampleur elle réinvente dans Lady Hunt le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège.

Hélène Frappât est l'auteur de quatre romans : Sous réserve (Allia, 2004), L'Agent de liaison (Allia, 2007), Par effraction (Allia, 2009) et INVERNO (Actes Sud, 2011).



  • La revue de presse Frédérique Roussel - Libération du 24 octobre 2013

Lady Hunt embarque dans la brume, levant progressivement les draps posés sur les meubles de la maison hantée qui revient dans l'inconscient de Laura Kern. La thématique emprunte au roman gothique anglais et au cinéma fantastique. Mais derrière l'atmosphère impressionniste et poétique, l'histoire s'avère plus réelle qu'on ne le croit au départ. Et il émerge cette phrase paradoxale : «Le destin n'existe pas. On transporte des traces du passé, comme le sable que les enfants rapportent chez eux.» Passé bien déterminant.


  • La revue de presse Alain Nicolas - L'Humanité du 10 octobre 2013

Hélène Frappat propose, avec Lady Hunt, une manière de roman gothique contemporain, puisant aux sources du genre autant qu'à ses incarnations tardives, littéraires, picturales ou cinématographiques. Les allusions demeurent discrètes et la lecture ne se transforme pas en quiz culturel. Le talent de l'auteur est de croiser ces fils divers en un tissu homogène, où les brumes celtiques et les appartements surannés se fondent dans le chuchotement pénétrant de fantômes familiers. L'écriture d'Hélène Frappat instille lentement son venin dans l'âme du lecteur, qui ne songe pourtant pas un instant à exorciser cette délicieuse magie.


  • La revue de presse François Busnel - L'Express, octobre 2013

C'est l'un des romans les plus ambitieux de cette rentrée littéraire. Une plongée vertigineuse dans l'univers du doute, aux lisières de la folie et de la maladie, des univers parallèles et de la quatrième dimension, là où chacun redoute de s'aventurer...
On dira sans doute de ce beau roman qu'il est gothique. Je ne crois pas. En dépit de quelques scènes expérimentales dans son dernier tiers, ce roman tissé de malaise et d'obsession, profondément dérangeant, est taillé dans l'étoffe qui fournit à Stephen King ses plus beaux livres. Il est placé sous le signe des poèmes de Tennyson mais aussi de cette phrase de Robert Louis Stevenson : "Toujours nous serons enfants de la bruyère et du vent." "Où vont les visions fugaces lorsqu'elles s'éclipsent ?" demande Hélène Frappat. Dans les livres, les bons livres.


  • La revue de presse Baptiste Liger - Lire, septembre 2013

Entre fiction fantastique et récit psychiatrique, l'auteur réussit un roman vertigineux autour d'une curieuse maladie : la chorée de Huntington...
Entre Paris et la petite bourgade bretonne de Kardec en passant par la Normandie ou "les falaises venteuses du pays de Galles", Hélène Frappat, dans Lady Hunt, nous entraîne en plein coeur des tourments intérieurs de sa narratrice. Bercé par les vers d'Alfred Tennyson et de nombreuses références cinéphiliques (Hitchcock, Lang, Lynch, Nakata...), ce puzzle romanesque passe, par petites touches, de la fiction fantastique à l'anglo-saxonne au récit psychiatrique*. Les pistes, symboles ou indices se superposent et, au fur et à mesure, Hélène Frappat rend son intrigue de plus en plus vertigineuse et fascinante.


  • La revue de presse Monique Petillon - Le Monde du 19 septembre 2013

Entre séduction et effroi, réalité et étrangeté, Hélène Frappat signe l'étincelant " Lady Hunt ". Suivre dans ses hantises Laura Kern, héroïne et narratrice de l'envoûtant Lady Hunt, c'est franchir une frontière, entrer dans un monde inquiétant et magnifique...
Dans ce cinquième roman, particulièrement accompli, elle déploie ses sortilèges, entre séduction et effroi.


  • La revue de presse François Lestavel - Paris-Match, août 2013

Pour son cinquième roman, Hélène Frappat a l'esprit frappeur et emprunte des chemins fantastiques que les Français cartésiens arpentent peu...
Son récit distille une atmosphère très cinématographique, qui évoque aussi bien les fantômes de Jacques Tourneur ou de Hitchcock que le «Shining» de Kubrick. «Je voulais retrouver l'intensité de ces images de cinéma qui s'impriment dans la rétine, les couleurs, la lande...» L'auteure s'est aussi inspirée de la tradition anglo-saxonne, en faisant d'un poème de Tennyson, «The Lady of Shalott», la clé de l'intrigue...
Une influence forte, certes, mais Lady Frappat n'a pas besoin de tourner autour du Poe pour nous faire ressentir tout un spectre de sensations fortes.


  • Les courts extraits de livres : 15/08/2013

La première fois que j'ai vu la maison, les arêtes de ses murs en briques disparaissaient sous une brume grise.
La maison se dresse en haut d'une rue en pente. Malgré le brouillard lumineux qui l'enveloppe, son ombre imposante se détache sur les villas environnantes. C'est une brume de fin de journée, un halo gris qu'absorberont bientôt les rayons blancs du crépuscule, juste avant la nuit, et la maison aura disparu.
Pourtant la brume dure. La douceur grise, humide, semble sans fin. Elle encercle la vieille demeure, émane de ses volets en fer, de ses cheminées inactives, de la grille haute qui protège, derrière des barreaux rongés de rouille, l'allée ombreuse conduisant au perron.
La brume absorbe les balcons ouvragés à l'étage, les jalousies closes des mansardes, le toit d'ardoise, la cime des arbres. La brume pénètre insidieusement mes vêtements. Sans quitter des yeux la maison, je frissonne.
La rue en pente conduit jusqu'à la jetée qui longe la mer, ruban sombre presque invisible à marée basse. Aucune vague n'agite cette ligne confondue avec l'horizon, dans la partie mystérieusement claire et dégagée du ciel.
Enfermant à demi les yeux, je distingue la première lettre de la rue : K. La suite se perd dans la brume.
K. Dans mon rêve, je sais que c'est le début de mon nom. K Ce n'est pas la première fois. Dans mon rêve, je sais que je connais la maison.
K. me réveille en sursaut. Dans le noir de ma chambre, jusqu'aux premières lueurs de l'aube qui s'infiltrent en bas des stores, j'attends, vainement, de m'endormir pour retrouver la maison familière, incapable de me rappeler où je l'ai connue, ailleurs qu'en rêve.

1

Depuis plusieurs mois, mes nuits sont troublées par l'irruption d'un rêve étrange. Une maison s'introduit dans mon sommeil, accapare mes rêves.

Un visage inconnu, dans une fête, au fond d'une pièce noire de monde, me fixe avec une inexplicable insistance. Intriguée par ce regard qui me lance un appel muet, je me fraie un chemin dans la foule. Mais l'inconnu a disparu. Personne ne se souvient de lui, à croire que j'ai inventé sa présence.

Le rêve a fait son apparition au début de l'automne, quelques jours après mon embauche dans l'agence immobilière Geoffroy de Birague, place des Ternes.

Le plus souvent, ça commence comme ça...
Un lieu que je n'ai jamais vu m'emplit d'inquiétude et d'apaisement. J'ignore si l'écho que le lieu suscite en moi (trop faible pour se transformer en souvenir) résonne comme une sonnette d'alarme. Quand le rêve s'achève, je voudrais retourner devant la demeure où mes nuits trop courtes m'empêchent d'entrer. En fermant les yeux, chaque soir, j'attends et redoute le retour du rêve.
(...)


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 15/08/2013

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres m'ont élevée.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia