Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Petites chroniques du dimanche : entretiens avec Michel Polacco. Volume 5, Juillet 2010-décembre 2011

Couverture du livre Petites chroniques du dimanche : entretiens avec Michel Polacco. Volume 5, Juillet 2010-décembre 2011

Auteur : Michel Serres

Date de saisie : 29/10/2013

Genre : Littérature, essais

Editeur : France-Info, Paris, France | le Pommier, Paris, France

Collection : Essais et documents

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782746507029

GENCOD : 9782746507029

Sorti le : 10/10/2013

  • Les présentations des éditeurs : 18/01/2014

Chaque dimanche, les auditeurs de France info savourent le bonheur de reprendre goût à l'actualité. Chaque dimanche, pendant sept minutes, un penseur donne sens à quelques événements qui façonnent notre monde. Chaque dimanche, relancé par Michel Polacco, Michel Serres cherche à dire ce qui se cache sous l'information.
Suite des chroniques précédentes, qui couraient de janvier 2009 à juin 2010, ces nouvelles chroniques continuent de distiller leur petite musique, aussi aérienne que profonde.
Que la conversation évoque les émotions, le risque, les planètes extrasolaires, l'étranger, le pacifisme ou... les fromages, tous les sujets abordés, des plus spectaculaires aux plus triviaux, nous reconnectent à notre planète. Notre quotidien redevient éloquent.

Ce regard détonnant, plein d'intelligence et d'humanité, Michel Serres, en devisant avec Michel Polacco, le porte à nouveau sur des sujets brûlants comme la corruption, l'obésité, le sport-spectacle, l'étranger, ou plus intemporels, comme la voix, le vent, les jouets, la Lune... Au fil de chaque chronique, conjuguant le recul nécessaire à l'analyse au refus de toute pensée unique, il rend à l'actualité sa portée véritable.

Professeur à Stanford University, membre de l'Académie française, Michel Serres est l'un des rares philosophes contemporains à proposer une vision du monde ouverte, fondée sur une connaissance des humanités et des sciences. Il est l'auteur de très nombreux essais philosophiques et d'histoire des sciences, dont, récemment, Musique et Petite Poucette (Le Pommier, 2011 et 2012), notamment. Michel Polacco a dirigé France Info de 2002 à 2007.


  • Les courts extraits de livres : 18/01/2014

Molière
Chronique du 4 juillet 2010

- Cette semaine : Molière. Comme chaque année depuis quinze ans, le «mois Molière» s'est déroulé à Versailles. On ne veut que se réjouir de célébrer ce merveilleux auteur qui, de L'Avare aux Précieuses ridicules, a osé châtier les moeurs en riant - Castigat ridendo mores. Aujourd'hui, nos caricaturistes ou nos chansonniers prennent bien moins de risques. Et pourtant, le Roi n'a plus tout pouvoir, ni même droit de vie et de mort sur ses sujets...
- Je ne crois pas, Michel, que vous me ferez faire un nouveau cours sur Molière. Je préfère dire que n'importe qui, aujourd'hui, rit encore à ses comédies.
- Absolument.
- Et cependant, depuis quatre siècles, tout, autour de nous, a changé. Pourquoi rions-nous aussi de Don Quichotte et de Sancho Pança ? Pourquoi le «Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie» ne quitte-t-il pas nos mémoires, non plus que «La Cigale et la Fourmi» ? Je pourrais continuer... Il y a donc des pièces inusables, ce qui rend un peu ridicule l'explication des oeuvres par l'Histoire. À l'inverse, plus personne ne cite des oeuvres récentes dont on a pensé que c'étaient...
-...des oeuvres immortelles...
-... et de génie. Le temps érode certaines oeuvres, alors que d'autres perdurent. Où se trouve le secret de cette pérennité ? Quel ingrédient s'immisce dans ces oeuvres pour les vouer à l'immortalité ? Pour résoudre cette question, j'aimerais que nous considérions un oignon ou un artichaut, deux légumes délectables. Si vous enlevez une à une les feuilles de l'artichaut ou les écailles de l'oignon, il en reste encore, toujours et toujours, jusqu'aux poils innombrables, jusqu'au coeur délicieux.
- Le meilleur !
- Eh bien, je crois que Montaigne, Molière et Cervantès, de la même manière, entassent des couches de sens. Il a dit cela ? Oui. Il a dit cela encore ? Oui, encore. Il a dit cela aussi ? Oui, aussi. Il en reste toujours, et il en restera demain à découvrir. Voilà une géologie d'un genre nouveau : on trouve, dans les oeuvres de génie, des couches de signification de plus en plus profondes. Ainsi Molière ressemble-t-il à la terre, dense de strates qui marquent le temps. On a ainsi découvert que Don Juan était une pièce sur le don et, tout récemment, une de mes étudiantes a trouvé une nouvelle strate de sens sous Le Malade imaginaire. Une strate absolument évidente, autobiographique, dont Molière avait sûrement conscience, mais dont personne ne s'était encore aperçu. Ces couches successives, encore et toujours là, font échec à l'usure du temps ; ces sondages nous révèlent au contraire l'épaisseur du sens. Voilà une première explication. Une deuxième réside dans la beauté.
- La beauté ?
- La beauté, c'est, d'une certaine manière, une apparition - une épiphanie pour prendre le terme religieux -, et cette épiphanie-là invente son propre cadre. Voyez l'auréole des saints, le nimbe autour des têtes : la beauté produit ce cadre-là. De l'espace, passons à la durée : la beauté, de ce point de vue, est toujours vierge. Comme si c'était l'Annonciation. Elle nie le temps. J'ai beau lire encore et encore Don Quichotte, j'ai beau voir et revoir Un bar aux Folies Bergère, j'ai beau écouter et réécouter Les Leçons de ténèbres, j'ai l'impression que, comme l'amour fou, c'est toujours la première fois. Voilà les deux secrets de l'immortalité : l'épaisseur infinie du sens et la beauté immédiate en surface. Les oeuvres sont inusables lorsqu'elles sont en dehors de l'histoire, lorsqu'elles se moquent de l'histoire par l'épaisseur de leurs couches de sens et par l'éclat toujours vierge de leur apparition. À l'inverse, l'interprétation des oeuvres par l'Histoire, par la politique, par les batailles, etc., désigne des oeuvres qui tombent vite dans l'oubli.
- Molière a été beaucoup inspiré par la vie à la cour, la vie quotidienne...
- C'est ce qui, chez lui, est usé. On se moque parfaitement de Louis XIV, des nobles, etc. Ce qui est inusable, c'est cette espèce de rire qui jaillit à chaque réplique, et qui, elle, est incompréhensible si, précisément, on ne se réfère pas aux deux secrets de l'immortalité : les feuilles multiples de l'artichaut et la virginité pérenne de l'apparition.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia