Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Parfois on tombe

Couverture du livre Parfois on tombe

Auteur : Solène Bakowski

Date de saisie : 05/02/2014

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Favre, Lausanne, Suisse

Prix : 18.00 €

ISBN : 9782828913908

GENCOD : 9782828913908

Sorti le : 23/01/2014

  • Le courrier des auteurs : 08/02/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Une petite fille anxieuse déguisée en adulte qui apprend à nager sans bouée. Ce n'est pas encore ça mais j'y travaille.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
C'est un livre sur la nécessité d'arrêter de courir, sur le besoin de respirer. Il y est question aussi de pardon, et, surtout, de droit à l'erreur.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Permettez-moi d'en citer deux car, fort heureusement, l'une ne va jamais sans l'autre. Ce sera donc «Parfois on tombe.» suivi de «Et puis on se relève.»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Une musique chinoise, sans aucun doute : disons une chanson de Wang Fei (connue aussi sous le nom de Faye Wong) qui est une artiste très célèbre en Chine. Je pense plus particulièrement à 人间 qui m'a beaucoup accompagnée pendant l'écriture de ce texte.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Le goût du voyage et des rencontres qui vous subliment.


  • Les présentations des éditeurs : 08/02/2014

«Je suis une femme parfaite, de celles qui gèrent de front vie professionnelle et privée, puis qui entament leur deuxième journée de travail en rentrant le soir à la maison. J'incarne la trentenaire accomplie parce que je suis mère, épouse et salariée. Je ressemble à un bon petit soldat à force de courir sans cesse. Je représente un modèle de réussite parce que je ne me plains jamais.
C'est ce que j'aimerais être aux yeux de tous. Parfaite. Exemplaire. Remarquable. Lisse comme du papier glacé. Malléable avec ça. Muette quand je tais mes tourments. Et invincible surtout.»

Mais parfois on tombe, et il n'y a pas de honte à cela. Il faut même trébucher pour comprendre que courir sans arrêt ne sert à rien. Ce roman n'est pas seulement une fiction, c'est une histoire qui ressemble à nos vies d'aujourd'hui. Son héroïne, épuisée de regarder passer une existence qui se vit sans elle, finit par perdre pied et compromettre tout ce qu'elle a patiemment construit. Pour se retrouver, il lui faudra momentanément quitter son univers et partir pour une destination lointaine, la Chine. Un bouleversant voyage aux tréfonds d'elle-même qui nous enseigne la nécessité de savoir reprendre son souffle à temps.

Solène Bakowski est née en 1981. Titulaire d'une licence de chinois et d'une maîtrise de français langue étrangère, elle a, pendant un temps, partagé sa vie entre la France et la Chine avant d'embrasser la carrière de professeur des Écoles.


  • Les courts extraits de livres : 08/02/2014

Paris, 15 h

Gris. Plomb. Glace. Je suis là, seule au milieu d'une rue que je ne reconnais plus. Immobile. Le coeur en vrac. Je les observe, tous, tandis qu'ils passent à ma hauteur. Vite. Très vite. Quelque chose s'est brisé. Impression d'être d'ailleurs, de ne plus être une des leurs. Eux en couleurs et moi en noir et blanc. Ou le contraire. Le ciel, de toute façon, vient de me tomber sur la tête, là, comme ça, l'air de rien, dans la rue Mouffetard, en plein après-midi. Je sais maintenant que mon appartement est vide, que personne ne m'y attend, que je vais être seule. Je réalise à l'instant même que cette fois ça y est, c'est pour de bon, tout est fini. Que je ne pourrai rien y faire. Plus de mari, plus d'enfant, plus d'amour, plus de vie, plus rien. Moi, moi et moi seule, mon envie de crever sur le dos et ma voisine qui marche en talons au-dessus de ma tête.
Comment survit-on à ça ? Comment peut-on continuer à respirer, à bouffer, à marcher, à voir, à entendre après ça ? Comment je vais faire ? Comment ne pas mourir ? Comment ne plus vivre ?
J'avance et progresse lentement. Je voudrais déjà y être, chez moi, chez nous, retrouver les murs, les odeurs, les bruits, les souvenirs. Et, pourtant, je voudrais ne plus jamais y mettre les pieds, tirer un trait, faire que cela n'ait jamais existé, qu'ils n'aient jamais été ma famille et ne plus avoir mal. Cette sensation de creux dans le ventre, comme si le nombril rentrait à l'intérieur, que l'estomac se rétractait et que l'intestin s'écartait. Est-ce qu'il fait froid ? Peut-être bien : de là où je suis, au fond du trou, je ne sens rien, rien d'autre que la bestiole qui grignote tout mon être depuis ce matin.
Un homme me regarde. Il est assis dans un troquet, un demi devant lui et il me fixe avec insistance à travers la vitre embuée. Pris en flagrant délit. Il détourne le regard, pianote sur son téléphone pour donner le change, avale une gorgée de bière et, c'est plus fort que lui, lève à nouveau ses yeux sur moi. Et moi, c'est plus fort que moi, j'attends quelques secondes pour l'y reprendre à nouveau. Sans doute prend-il cela pour de l'intérêt. Qu'il puisse vivre en dépit de ça me dégoûte. Il me dégoûte. Je pourrais le tuer sur-le-champ. Je pourrais. Cela me ferait du bien. Pas de mal en tout cas, pas plus que maintenant. Je prie pour qu'il se noie dans son breuvage amer, qu'il crève d'une cirrhose dans d'atroces souffrances, qu'il se fasse couper en deux par un camion-citerne ou qu'il se fasse emmurer dans un monastère de brasseurs. Je prie pour qu'il ne s'en sorte pas, lui. Je prie pour qu'il se lève, vienne vers moi, m'empoigne, me frappe et me poignarde, en pleine rue. Je prie pour que mon sang se déverse et se répande, qu'il se renouvelle comme une vidange, que mon agonie devienne visible et pour que la douleur physique vienne remplacer la douleur morale. Je prie, enfin, pour qu'il se passe quelque chose. Je prie, je prie mais rien ne vient. Je baisse la tête. À nouveau, je marche.
La ville paraît insonorisée, irréelle et j'y évolue comme sur du coton. Il y a de la torpeur dans l'air, de la fumée, du brouillard. Il y a moi et Paris, Paris qui continue à vivre sa vie comme si de rien n'était. Mais je ne suis pas folle, je n'ai pas rêvé, la fin du bonheur, l'anéantissement de mon histoire, l'abolition de tout mon être. Tout cela a bien eu lieu cette nuit. Et ce matin, le goût de ce café et le silence tout autour.


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 21/08/2014

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Les livres ressemblent à ces boîtes à musique qui fascinent tant les jeunes enfants : il suffit d'en ouvrir un pour s'apercevoir soudain que tout un monde, que l'on ne soupçonnait pas, est déjà en train de danser.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia