Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

_ Réparer les vivants

Couverture du livre Réparer les vivants

Auteur : Maylis de Kerangal

Date de saisie : 28/05/2014

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Verticales-Phase deux, Paris, France

Prix : 18.90 €

ISBN : 978-2-07-014413-6

GENCOD : 9782070144136

Sorti le : 02/01/2014

Le personnage principal de ce roman, ce n'est ni la mère ni le père du jeune garçon qui, victime d'un grave accident de la route, est plongé dans un coma profond et irréversible ; ce n'est pas le médecin qui annonce la mauvais nouvelle aux parents effondrés, ni même l'infirmier qui leur parle du don d'organe ; ce n'est pas non plus Juliette, la petite amie qui, si jeune, voit sa vie bouleversée ; non, le personnage principal de Réparer les vivants, c'est le coeur de Simon, ce coeur qui continue de battre artificiellement et qui pourrait permettre à Claire de vivre ! 24 heures... 24 heures de souffrance, d'hésitation, de peur, de frénésie et d'excitation... 24 heures pour que ce coeur quitte le corps sans vie de Simon et soit transplanté dans celui de Claire, vivant mais malade... 24 heures pour «réparer les vivants».
Le plus difficile, en ce qui concerne la lecture du magnifique roman de Maylis de Kerangal, c'est de réussir à déchiffrer le texte quand on a les yeux embués de larmes... Il est d'une beauté à couper le souffle, il est d'une telle intensité que l'on ne peut lâcher l'ouvrage tant que la lecture n'est pas terminée ! L'auteure parvient avec majesté à nous faire ressentir toutes les émotions contradictoires qui propulsent les personnages dans des états seconds ; on côtoie tour à tour la douleur, la peine, l'espoir, l'appréhension... On s'attache à chacun, on apprécie la beauté du geste, et on pleure le fils perdu, l'amant disparu... Il se savoure, ce roman puissant et envoûtant !


"Enterrer les morts, réparer les vivants". Ces quelques mots empruntés à Tchekhov forment le noyau dur autour duquel palpite ce roman magistral. Enterrer "leur" mort, Marianne et Sean devront s'y résoudre : leur fils Simon, victime d'un accident de la route, est en état de mort cérébrale. Mais ils peuvent choisir de réparer les vivants en acceptant de faire don des organes de leur enfant. Histoire grave et belle d'un coeur qui, transplanté dans un autre corps, continuera de rythmer une vie. Histoire d'hommes et de femmes qui convergent vers un même point et dont les destins, à un instant donné, se télescopent, tout comme dans l'admirable "Naissance d'un pont" paru en 2010 à lire ou à relire.


En 2010, Maylis de Kerangal, avait publié Naissance d'un pont aux mêmes éditions Verticales, qui avait reçu le Prix Médicis. Ce court mais dense roman, édité depuis en Folio, raconte l'épopée de la construction d'un pont et la vie d'hommes et de femmes qui agissent pour ou autour de cette oeuvre en cours de réalisation.
Une chanson de gestes sur des métiers, voilà qui est singulier !
Elle nous revient avec une autre aventure toute aussi originale, celle d'un coeur qui change de corps en moins de 24 heures. Le matin, il bat dans la poitrine d'un tout jeune homme, victime d'un accident de la route et le soir dans celle d'une femme de 50 ans qui n'osait plus y croire. Les héros du livre vont être à tour de rôle, le jeune homme, ses parents -confrontés à la décision urgente et terrible du don d'organes - et les divers personnels médicaux impliqués dans cette course contre la montre humaine et inhumaine à la fois.
Avec précision et bienveillance, passant du microscope à la longue vue, du registre scientifique à celui du poétique, de la méditation à l'accélération panique, Maylis de Kerangal fait battre... nos coeurs avec son Réparer les Vivants !


Serge Wanstock recommande ce livre au micro d'Augustin Trapenard, dans Le Carnet du libraire, sur France Culture, en partenariat avec Lechoixdeslibraires.com


Simon a 19 ans, solide surfeur accroché à la vague. Victime d'un accident de la route, il perdra la vie. Urgences, les mots tombent. Coma dépassé, lésions irréversibles, le cerveau est mort mais Simon a conservé son intégrité organique. Sidération indicible des parents soumis à l'effroyable et à la question du possible don d'organes. Il faut faire vite. Sacralité du Corps. Même le coeur... souverain, symbolique. C'est d'abord, Non, puis, Oui, mais surtout pas les yeux, fenêtres de l'intériorité. Commence alors le parcours du coeur battant vers la transplantation. Mobilisation extrême du corps médical, unité puissante et fragile d'hommes, de femmes, professeurs, infirmiers, chirurgiens, chacun avec ses mots, ses codes, sa fonction. Vitale précision du langage et des gestes. Préparer le défunt pour réparer des vivants.
Un roman intense sur la vie inversée, de la mort à la résurrection, porté par une écriture minutieuse et sublime, qui, en vingt quatre heures, nous donne à vivre une extraordinaire aventure humaine et littéraire. Magistral.


Le coeur de Simon Limbres, jeune surfeur de 19 ans, sera implanté dans la poitrine de Claire Méjean. Récit d'une transplantation cardiaque, ce livre sonne comme une incroyable réussite romanesque. Comme la vague, comme l'électrogramme, Maylis de Kérangal y déplie de longues phrases qui portent les personnages. Confrontés à l'urgence, à la mort, à la nécessité de conserver leur sang froid, ils sont tout autant dévastés par leurs sentiments et fragilisés par leur humanité. Roman de l'urgence et de la précision médicales confrontées au foisonnement de la vie même, il consacre l'une de nos plus grandes auteurs françaises contemporaines.


  • Les présentations des éditeurs : 12/01/2014

"Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps". Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

Maylis de Kerangal, née le 16 juin 1967 à Toulon, est à la fois auteur et éditrice. Après des études de sciences humaines, elle travaille pour les éditions Gallimard jeunesse de 1991 à 1996, avant de succomber à l'appel du large et de séjourner à deux reprises aux Etats-Unis. De retour en France, elle commence à écrire : "Je marche sous un ciel de traîne" (2000), "La vie voyageuse" (2003) et crée les éditions du Baron Perché, spécialisées dans les livres pour la jeunesse ; elle y travaillera de 2004 à 2008 avant de se consacrer pleinement à l'écriture. Ainsi, après "Ni fleurs ni couronnes" (2006), il y aura "Corniche Kennedy" (2008), "Naissance d'un pont" en 2010 et "Tangente vers l'est" en 2012. Tous ces ouvrages sont publiés par les éditions Verticales. Le prix Médicis lui a été attribué au premier tour et à l'unanimité en 2010 pour "Naissance d'un pont".


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia