Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un ciel rouge, le matin

Couverture du livre Un ciel rouge, le matin

Auteur : Paul Lynch

Traducteur : Marina Boraso

Date de saisie : 14/05/2014

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Albin Michel, Paris, France

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782226256072

GENCOD : 9782226256072

Sorti le : 26/02/2014

  • Les présentations des éditeurs : 03/04/2014

En 1832, dans l'aube rougeoyante d'Inishowen, au nord-ouest de l'Irlande, Coll Coyle et sa famille sont sur le point d'être expulsés de leur ferme. Ils n'ont aucune idée de ce qui a poussé le fils de leur riche propriétaire à prendre cette décision terrible pour eux. Fou de colère et de désespoir, Coll tue le jeune homme et doit s'enfuir, poursuivi à travers les tourbières du Donegal par Faller, homme de main du père de la victime, qui a juré de se venger, coute que coute. Coll parvient pourtant à leur échapper en s'embarquant pour l'Amérique. Pendant que sa femme Sarah, laissée seule avec leurs deux enfants, essaie de comprendre ce qui est arrivé, il est engagé à la construction du chemin de fer de Pennsylvanie. Dans les chantiers dévastés par le choléra, Faller finira par retrouver Coll, scellant leurs destins.
L'écriture de Paul Lynch est incroyablement belle et imagée, son roman puissant, ponctué de scènes intenses, tient le lecteur en haleine de la première à la dernière page.
Un formidable livre, la découverte d'un styliste et conteur qui possède un souffle dramatique rare.

Paul Lynch est né en 1977 dans le Donegal et vit aujourd'hui en Irlande. Journaliste et critique de cinéma, il écrit régulièrement dans le Sunday Times, l'Irish Daily Mail et l'Irish Times. Un Ciel rouge, le matin est son premier roman, salué comme une révélation par la presse anglo-saxonne.



  • La revue de presse Fabienne Pascaud - Télérama du 14 mai 2014

Une traque. Qui tient autant du grand western en Cinémascope que du roman épique. De la tragique histoire des pionniers d'Amérique que de la poursuite impitoyable de Jean Valjean par Javert dans Les Misérables. De John Ford que de Hugo, donc. Ou plutôt de Joyce et de la quête grandiose et piteuse de son Ulysse...
Mais quelle force...


  • La revue de presse Stéphanie de Saint-Marc - Le Monde du 3 avril 2014

Le monde de l'Irlandais Paul Lynch frappe par la vigueur avec laquelle il est tiré du néant. Chez lui, paysages et êtres vivants, façonnés dans une même pâte, acquièrent une matérialité saisissante. La terre gorgée d'eau du Donegal, l'océan, sa houle perpétuelle, le grand sillon rocailleux du tracé du chemin de fer, surgissent comme des personnages, dressés d'un bloc en surplomb du récit...
Inspiré par un passé sans date, plus mythique qu'historique, Un ciel rouge, le matin est aussi pleinement contemporain par les synthèses qu'il opère. Son rythme et ses visions, son suspense, sont empruntés à un âge d'images et de cinéma. Par ses influences mêlées, par sa géographie éclatée qui ouvre sur l'Amérique et sa modernité, il fait fusionner des temporalités a priori inconciliables. Le résultat est un premier roman plein de promesses, que l'on découvre avec la curiosité d'une oeuvre en devenir.


  • La revue de presse Nelly Alard - Libération du 20 mars 2014

Le talent de Lynch est que tant de noirceur et de naïveté mêlées, qui pourraient prêter à sourire, parvient à nous fasciner. Dans le monde qu'il décrit, la violence et la cruauté des hommes n'ont d'égales que la splendeur et l'indifférence de la nature, on parle doucement aux bêtes tout en les égorgeant, la mort fait partie du quotidien, et chaque jour de survie tient du miracle. Au final, on pense à un sombre western irlandais tourné en cinémascope.


  • La revue de presse Bruno Corty - Le Figaro du 13 mars 2014

Un ciel rouge, le matin est un impressionnant premier roman sur une chasse à l'homme entre l'Irlande et les États-Unis. Poésie et violence ne font pas toujours bon ménage. Sauf dans Un ciel rouge, le matin, le premier roman de Paul Lynch, écrivain Irlandais né à Limerick en 1977. La première phrase donne le ton : «D'abord il n'y a que du noir dans le ciel, et ensuite vient le sang, la brèche de lumière matinale à l'extrémité du monde.»...
Cette longue chasse à l'homme permet à l'écrivain, qui fut aussi critique de cinéma, ce n'est pas anodin, de décrire les paysages et les hommes, la grandeur et la puissance des uns, la petitesse et la faiblesse des autres avec des images étonnantes. On pense immanquablement à l'influence d'un Cormac McCarthy, dont le style parfois difficile n'interdit pas les scènes d'action efficaces...
Pénétrer dans l'univers de Paul Lynch demande une certaine concentration. Mais l'art du conteur est si grand, son écriture si poétique, belle et douloureuse à la fois, que le jeu en vaut la chan­delle.


  • La revue de presse Emmanuel Romer - La Croix du 12 mars 2014

Le rythme est effréné, la tension permanente et si intense qu'elle vous accompagne des jours et des semaines après avoir tourné la dernière page...
Paul Lynch joue avec les mots, les couleurs, les odeurs. Les éléments liquides et solides, minéraux et végétaux se mélangent, prennent vie en se gorgeant de sang, de sueur et de peur. Un premier roman brillant digne de Cormac McCarthy (on pense à No Country for Old Men), Saul Bellow, John Banville, Colum McCann, ou Vladimir Nabokov dont l'auteur revendique l'héritage.


  • La revue de presse Julien Bisson - Lire, mars 2014

Inspiré d'un fait divers sanglant, Un ciel rouge, le matin convoque les fantômes d'une Irlande mythique. Et révèle la plume envoûtante d'un jeune écrivain de 36 ans, digne héritier de Cormac McCarthy...
Il y a du Terrence Malick dans son style visuel, sensuel, qui attrape la réalité dans ce qu'elle a de plus vivant- à l'image de ce ruisseau "dont les eaux glissant sur les galets évoquent un conciliabule de témoins chuchotant". Une nature organique, sauvage et paisible, qui tranche avec la cruauté froide du monde des hommes, dominé par le terrible Faller, cette "incarnation du mal secondé par la logique"...
Marqué par la crise récente qu'a traversée son pays, Lynch vient déjà de boucler un deuxième roman aux accents plus hitchcockiens, ancré dans l'Irlande de l'après-guerre. "Je veux transporter mes lecteurs dans un voyage à travers le monde comme ils ne l'ont encore jamais vu", promet-il avec l'audace de la jeunesse. Préparez-vous, la balade vaut le détour.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia