Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Fortune des Contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse

Couverture du livre Fortune des Contes des Grimm en France : formes et enjeux des rééditions, reformulations, réécritures dans la littérature de jeunesse

Auteur : Christiane Connan-Pintado | Catherine Tauveron

Date de saisie : 11/03/2014

Genre : Littérature Etudes et théories

Editeur : Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, France

Collection : Mythographies et sociétés

Prix : 17.00 €

ISBN : 9782845166295

GENCOD : 9782845166295

Sorti le : 27/01/2014

  • Les présentations des éditeurs : 26/03/2014

L'ouvrage se propose d'interroger la transmission et la perpétuation des Contes des Grimm, en France, dans la littérature de jeunesse contemporaine. Mais, comme on ne saurait aborder le présent de l'oeuvre patrimoniale sans s'appuyer sur le passé qui le fonde, il importe de revenir d'abord sur la réception et la diffusion de l'oeuvre au travers des traductions (sélectives jusqu'à il y a peu), des éditions en recueils (elles-mêmes sélectives), ainsi que des très rares essais critiques. Au coeur de l'ouvrage est élaborée une typologie argumentée qui permet d'embrasser, d'ordonner et d'analyser la variété des reformulations des Contes à destination de l'enfance, de l'édition illustrée à la réécriture. Deux catégories sont ensuite approfondies au travers d'exemples singuliers : les «formulations secondes» que constituent les illustrations dans la collection «Il était une fois» chez Grasset Monsieur Chat; la transposition théâtrale dans l'oeuvre d'Olivier Py. In fine, sont explorées les interférences persistantes entre les contes des Grimm et ceux de Perrault, matrice primordiale, dont le dialogue intertextuel se poursuit dans la mémoire des auteurs, des illustrateurs et des lecteurs. Transversalement à l'ensemble des chapitres, sont questionnées les raisons (économiques, idéologiques, éthiques) qui ont présidé à la sélection des contes retenus par les éditeurs, auteurs et illustrateurs, ainsi que les enjeux (symboliques, sociopolitiques, stylistiques et pédagogiques) des reformulations/reconfigurations.

Christiane CONNAN-PINTADO est maître de conférences en langue et littérature françaises à l'ESPE d'Aquitaine-université Bordeaux 4, TELEM Bordeaux 3.

Catherine TAUVERON est professeur émérite en langue et littérature françaises à l'UBO, chercheur au CELLAM de l'université Rennes 2.


  • Les courts extraits de livres : 26/03/2014

Extrait de l'introduction de Christiane CONNAN-PINTADO

Nés en 1812 d'un projet nationaliste conçu par deux philologues allemands, les Contes des frères Grimm appartiennent aujourd'hui au patrimoine mondial de l'humanité et sont inscrits depuis 2005 par l'UNESCO au registre de la «Mémoire du monde». Le trésor populaire, qu'il fallait préserver de l'oubli comme palpitation même de l'âme allemande, a échappé au projet initial, franchi les frontières et conquis la gloire paradoxale des oeuvres dont l'origine se perd et se dilue dans les aléas d'une diffusion internationale. Ancrés dans un contexte, ces contes se sont pourtant disséminés dans le monde entier - au prix d'inévitables et parfois dommageables transformations. Nul n'ignore qu'«[a]ujourd'hui le patrimoine devenu synonyme de lien social, est partout, de la mobilisation des corps politiques à l'institution culturelle». A l'heure où «l'ouverture patrimoniale est préconisée à l'échelle mondiale» - bien au-delà de la notion de «patrimoine écrit» définie en France par le plan de même nom -, sans doute convient-il d'interroger, à propos des Contes des Grimm, la notion de patrimoine dans ses différentes composantes : héritage, conservation, transmission, perpétuation. En concurrence avec «classique», qu'il pourrait avoir supplanté, le terme de «patrimoine», bien en cours aujourd'hui non seulement dans la société civile mais aussi dans la recherche universitaire, suscite nombre de manifestations scientifiques, de publications et d'approches théoriques. Il revient avec une insistance marquée dans les programmes scolaires eux-mêmes qui, de la maternelle au lycée, mettent en avant les oeuvres majeures du patrimoine français, européen et international - les Contes des Grimm y trouvant tout naturellement leur place.
Qu'est-ce qu'une oeuvre patrimoniale ? Comment se construit un patrimoine ? Dans quelle mesure peut-on inscrire dans ce cadre des textes venus d'ailleurs, portant la marque d'une «étrangeté» peu compatible a priori avec la notion de patrimoine, des textes qu'il faudra traduire, donc déjà adapter en direction d'une nouvelle cible ? La patrimonialisation des Contes va-t-elle de soi ou faut-il réexaminer cette notion en fonction des textes retenus et des domaines considérés - l'édition, la création et la critique - qui sont animés par des intérêts de nature différente ? D'après le Trésor de la Langue française, le mot «patrimoine» - étymologiquement, l'«ensemble des biens et des droits hérités du père» - désigne l'«ensemble des biens hérités des ascendants ou hérités et conservés pour être transmis aux descendants», et «par analogie, en parlant d'un trait de caractère, de comportement, de valeurs morales et culturelles, etc. : ce qui est transmis à une personne, une collectivité par les ancêtres, les générations précédentes et qui est considéré comme un héritage commun». Dans cette perspective de filiation directe, on pourrait dire qu'héritage et transmission coulent de source quand il s'agit du patrimoine national, par exemple, pour nous, des Fables de La Fontaine ou des Contes de Perrault. En revanche, lorsqu'il est question d'oeuvres étrangères, qui devront être traduites, et par là d'emblée soumises au détournement et à l'interprétation, la filiation apparaît biaisée, moins naturelle et ne s'impose pas avec la même évidence. Sauf à user de l'acception devenue familière et pourtant oxymorique de patrimoine international.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia