Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Eloge du chat

Couverture du livre Eloge du chat

Auteur : Stéphanie Hochet

Date de saisie : 22/04/2014

Genre : Littérature, essais

Editeur : Léo Scheer, Paris, France

Collection : Anima

Prix : 15.00 €

ISBN : 978-2-7561-0437-9

GENCOD : 9782756104379

Sorti le : 02/04/2014

  • Le courrier des auteurs : 08/05/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Un écrivain qui s'essaie à différentes expériences littéraires.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'approche littéraire et philosophique du personnage chat tel qu'on le trouve dans les oeuvres (romans, cinéma, arts graphiques etc.)

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Et si cet animal était avant tout un point d'interrogation se promenant sur des coussinets ?»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
La comédie musicale Cats d'Andrew Lloyd Webber.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Mon admiration pour les écrivains qui ont si bien su parler de l'animal aux griffes rétractiles, quitte à parfois s'identifier à cette créature paradoxale et séduisante. Mais aussi ma fascination pour la flexibilité telle que le chat la pratique : cette capacité à incarner des personnages charismatiques, et à le faire avec souplesse.

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris plutôt le matin mais pas seulement, il faut simplement que je sois au calme sans musique ni bruits parasites si possible (ce qui n'est pas toujours le cas). Dans une pièce où je suis seule. Je suis perturbée par le regard d'autrui quand j'écris.

7) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Je ne me suis jamais dit que je serais écrivain quand j'étais enfant mais j'étais déjà une lectrice passionnée et le phénomène a pris son ampleur à l'adolescence. Fin de l'adolescence je commence à écrire de la poésie, des textes courts, tachant de saisir en quelques phrases une impression de beauté. Tout fut progressif, sans véritable prise de conscience.

8) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Colette, Dialogue de bêtes à l'âge de neuf ans. Pour la première fois, je me dis en lisant que «la façon d'écrire» est belle.
Vers 10 ans (rien à voir) : Sherlock Holmes, Cocteau (première rencontre avec la poésie), les oeuvres de Tolkien puis Balzac à 14 ans en commençant par Eugénie Grandet, une oeuvre d'un érotisme sophistiqué.

9) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Les éccrivains créent des mondes parallèles qui reflètent le nôtre, mais ils y ajoutent une poésie qui en augmente la distance.

10) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Les librairies sont des havres, on y débusque toujours une pépite. Mais quand on est auteur, ces havres peuvent intimider d'une certaine façon.


  • Les présentations des éditeurs : 07/05/2014

Sté«Je voudrais vous parler d'un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux ; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.
Comment se douter qu'un être si petit, si familier, avait investi les listes des dramatis personae ? Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les oeuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans que dans la poésie ou le cinéma. Prépondérant, mais si délicat à cerner qu'il me fallait en faire un livre. Je n'étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendisse connaître les chats avant d'avoir écrit sur eux ?»

S. H.

L'AUTEUR : Stéphanie Hochet est née en 1975. Elle est l'auteur de neuf romans, dont Combat de l'amour et de la faim (Fayard, Prix Lilas 2009), La Distribution des lumières (Flammarion, Prix Thyde Monnier de la SGDL 2010) et Sang d'encre (Editions des Busclats, 2013). Éloge du chat est son premier essai.



  • La revue de presse Muriel Steinmetz - L'Humanité du 27 mars 2014

Stéphanie Hochet, après tant d‘autres écrivains, célèbre avec talent et amour, sans ronronner, le compagnon domestique le plus indépendant qui soit...
Livre érudit, bien documenté, Éloge du chat multiplie les références pêle-mêle de Rilke à Quignard en passant par Natsume Sôseki, Rabelais, La Fontaine, Balzac, Perrault, Nodier, Patrick Rambaud et Amélie Nothomb. Les plus belles pages du livre sont dévolues à la passion dévorante de Colette pour ce mandarin cruel...
Stéphanie Hochet peut maintenant se targuer à raison d'avoir, elle aussi, écrit sur ce petit fauve qui fit couler beaucoup d'encre. A-t-elle pour autant apprivoisé son sujet  ? La réponse est oui, indéniablement.


  • Les courts extraits de livres : 07/05/2014

Avant-propos

Tout le monde le sait : le chat est un animal libre, le chat choisit son maître avant que le maître n'arrête son choix sur le chat, le chat ne vous caresse pas vraiment, il se caresse en se frottant à vos jambes, et puis le chat vous regarde de haut, il vous toise. Alors que le chien vous regarde avec adoration, le chat vous observe avec un détachement supérieur - d'ailleurs, il aura pris soin de se poster en hauteur, sur une table, une armoire, pour vous dominer, naturellement - et puis le chat est hypocrite, nombre de contes le dépeignent en train de dissimuler ses intentions, presque toujours mauvaises, sinon cruelles. La cruauté va si bien à ce redoutable prédateur qui rappelle parfois que fauve il fut, félin il demeure quand il chasse pour le plaisir oiseaux ou souris. Pourtant, nous en sommes fous. Nous l'accueillons chez nous, nous dépensons pour son bien-être et trouvons qu'il nous le rend bien. Le chat est irrésistible, il connaît l'art et la manière de se faire aimer. Le félin apprivoisé serait-il ce que Lacan appelle un «animal en mal d'homme» quand il parle des animaux domestiques ? Le chat ne semble pas totalement correspondre à ce terme même s'il s'est installé dans nos maisons, nos appartements, et qu'il fait partie de notre vie.
Nous pourrions nous interroger sur notre propre comportement ; pourquoi servir, idolâtrer cet animal insaisissable ? Nous sommes étrangement attirés par cette créature à la fourrure soyeuse, aux griffes aiguisées capables de nous lacérer et qui nous inflige par jeu ou intention des blessures brûlantes. Rappelons-nous que le chat a été aussi détesté dans le monde. Nombre de ces animaux agiles furent immolés au nom des dangers qu'ils faisaient courir aux humains, à cause de leur bizarrerie ou de leur prétendue appartenance aux puissances des ténèbres. Il y a une peur et un mystère. Le mystère chat que nous ne parvenons pas à saisir. Il semblerait que nous nous reconnaissons en lui. On retrouve en effet beaucoup de caractéristiques humaines chez le chat. Se peut-il que nous ayons attribué certains de nos défauts et qualités à l'animal aux griffes rétractiles ? La littérature a beaucoup parlé du chat, le décrivant comme un mandarin gras et cruel, comme une femme amoureuse, comme un être rebelle ou un représentant du pouvoir... Cet animal a inspiré l'homme dans ses représentations les plus importantes, qu'il s'agisse de la liberté, du pouvoir, de la féminité ou de la divinité. Il fut honni de la communauté humaine après avoir été divinisé. Le félin incarne les excès. Il les incarne avec aisance. Et ceci grâce à une qualité qu'on ne pourra pas lui enlever : la flexibilité. Si le chat est devenu un animal si présent dans l'univers de l'homme, c'est qu'il a assimilé que la force primaire n'était pas la solution, y compris quand il s'agit de régner. Quelles que soient les situations qu'il rencontre, le félin a recours à la souplesse, aux solutions flexibles.
Le chat a ceci de commun avec Shakespeare que tout, absolument tout, a été écrit sur lui, y compris qu'il n'existait pas. À nous de prouver qu'il existe. Et s'il a tant inspiré les plumes, c'est qu'à l'instar de Shakespeare, il est l'un des plus puissants miroirs de l'humanité qui fut.
Approchons donc le miroir du chat pour voir si le reflet renvoie l'image de l'homme ou peut-être l'autre part de la psyché humaine, l'inconscient que chacun promènerait comme son ombre - après tout, qu'est-ce qui ressemble autant à une ombre qu'un chat ?


  • L’amour des livres, avec Bonnelecture.fr : 07/05/2014

Quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Quand on est adolescente, lire peut remplacer les fugues. Les années passant, les livres deviennent des interlocuteurs. Leurs vertus sont innombrables et mystérieuses. Les lectures vous forment. Et leur nécessité devient chronique.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia