Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Oradour-s : d'un village à l'autre

Couverture du livre Oradour-s : d'un village à l'autre

Auteur : Charles Borrett

Date de saisie : 07/04/2014

Genre : Photos

Editeur : Mazeto square, Paris

Prix : 12.00 €

ISBN : 9782919229048

GENCOD : 9782919229048

Sorti le : 14/04/2014

  • Les présentations des éditeurs : 14/05/2014

Le 10 juin 1944, le village limousin d'Oradour-sur-Glane entre tristement dans l'Histoire. La division SS Das Reich vient de massacrer 642 de ses habitants, et d'incendier l'ensemble du bourg. À la fin de la guerre, dans un souci de mémoire, les autorités françaises décident de sauvegarder les ruines dans le meilleur état de destruction possible ; les survivants construisent alors un nouvel Oradour, à quelques pas de l'ancien.

Oradour-s d'un village à l'autre est un parcours photographique réalisé au sténopé, soixante-dix ans après le drame, des ruines du village martyr jusqu'au nouveau bourg. Abolissant le temps et l'espace, sans artifice, ces photographies sont comme des passerelles pour se souvenir, et s'interroger.

Le sténopé est un appareil photographique qui se rapproche des débuts de la photographie ; il ne possède ni objectif, ni diaphragme. Seul un trou d'épingle laisse entrer la lumière, qui s'imprime directement sur la pellicule.


  • Les courts extraits de livres : 14/05/2014

Extrait de l'avant-propos

Ce qui semble inhérent à ma démarche artistique, c'est cette volonté d'essayer de saisir ce qui traverse notre société. Comprendre ce quelque chose qui nous précède, qui nous meut, et s'échappe au devant.

Oradour a une histoire singulière.

Le 10 juin 1944, ce village a été massacré. Les enfants, les femmes et les hommes ont été tués ; les maisons, l'église, les arbres et les jardins, tout a été détruit en quelques heures. Par l'inhumanité des hommes en guerre. Et pourtant, soixante-dix ans après ce drame, Oradour est toujours là. D'un côté, les ruines se dressent devant nous, comme des cicatrices. Elles sont la marque de cet effroyable passé. De l'autre, face au village martyr, s'élèvent les toits des maisons du nouveau bourg. Deux villages pour un même nom ; comme un fils, ou comme un frère.

À Oradour, le passé et le présent sont plus que liés, ils coexistent ensemble. Chacun exerçant son influence sur l'autre. Après ce terrible jour de juin 1944, on n'a pas rasé pour reconstruire, comme cela a été le cas ailleurs, dans des semblables et sordides circonstances. On n'a pas non plus enfermé ce lieu dans le passé, en le fuyant. Les quelques survivants, et leurs familles, sont restés et ont construit autour ; ils ont imaginé un avenir avec ce passé. D'abord dans un long deuil nécessaire, qui a modelé l'urbanisme du nouveau bourg, puis le temps faisant, en redevenant ce village attractif d'avant la tragédie.

Bien entendu, je n'omets pas l'influence du politique, dans ce qui s'est joué dans l'Oradour de l'après-guerre. Cette histoire singulière est aussi le fruit de ce besoin d'unité nationale, autour d'un même symbole fort, après les années noires d'une France divisée. Encore aujourd'hui, Oradour n'est pas tout à fait affranchi de cette attention que lui porte le politique. Oradour, village martyr, doit rester un témoin historique, et permettre de faire perdurer la mémoire d'un passé, notamment auprès des jeunes générations.

Ma famille n'a pas été touchée par ce terrible massacre, et je n'habite pas à Oradour. Je ne suis ni historien, ni professeur, ni journaliste. On pourrait alors penser que je ne suis pas concerné. Seulement, je suis de cette génération à venir, celle que l'on a interpellée. J'ai rencontré Oradour. J'ai été confronté à son passé, et aux mille questions sans réponse qu'il suscite. Certes, je n'ai pas été touché dans ma chair, comme l'ont été les victimes, et leurs familles. Mais quelque part, cette mémoire est un peu la mienne désormais. Et c'est par la photographie que j'ai voulu témoigner.

Loin d'une approche historique, ou sociologique, il s'agit d'un parcours photographique sur l'histoire d'Oradour, des ruines du village martyr, témoin de ce triste passé, jusqu'au nouveau bourg, qui porte en lui l'espérance. Parce qu'Oradour a ces deux visages. Le choix d'utiliser un sténopé comme appareil photographique, repose sur un parti pris ; le sténopé abolit le temps, il ouvre les espaces et les dimensions - travaillant à l'infini - en s'abstenant de tout artifice. En quelque sorte, il est intimement lié à mon sujet.

Charles Borrett


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia