Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Barbarie 2.0

Couverture du livre Barbarie 2.0

Auteur : Andrea H. Japp

Date de saisie : 23/11/2014

Genre : Policiers

Editeur : Flammarion, Paris, France

Prix : 21.00 €

ISBN : 9782081305076

GENCOD : 9782081305076

Sorti le : 24/09/2014

  • Le courrier des auteurs : 23/11/2014

1) Qui êtes-vous ? !
Andrea H Japp. Scientifique et romancière avec une grosse prédilection pour le polar, contemporain ou médiéval, et une fascination pour l'esprit humain... Justement, le cerveau humain est au centre de ce roman, depuis sa neurobiochimie jusqu'à ses aspirations les plus profondes ou ses dysfonctionnements les plus redoutables.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Barbarie 2.0 est un thriller ultra-contemporain dans lequel je reviens à ma grande passion : la science. Je tente de déterminer, grâce aux neurosciences, les causes de l'explosion de violences gratuites en Occident depuis quelques décennies : carences alimentaires, pollutions, toxicomanies, annihilation du sens critique, etc. En bref, quels sont les facteurs qui pourraient expliquer ces dysfonctionnements du cerveau que la génétique seule ne peut justifier. Mais je m'intéresse aussi à "l'économie" de la violence. En effet, derrière elle s'est développé un juteux marché.
Cette violence pose aussi la question de la persistance de la société. L'homme vit en sociétés d'abord pour assurer sa sécurité et celle des siens. Si cette notion cruciale vole en éclats, si nos congénères deviennent a priori des ennemis potentiels, c'est toute la notion de société qui est mise en péril.
Je n'affirme certes pas que les causes qui me paraissent bien documentées sont les véritables ou les seules. Au lecteur de se déterminer.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
"L'automne est là et l'hiver arrive. Il durera."
ou
"Nous avons raison, nous et le camp opposé. Le chaos se prépare. La seule inconnue demeure quand ? Quand aurons-nous raison ?"

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Il m'a toujours paru périlleux d'associer une oeuvre de mots à une musique ou à une peinture. La première joue sur la description ou l'évocation, de façon plus ou moins soulignée. Les deux autres déclenchent une perception presque physiologique et très individuelle.
S'ajoute à cela, dans le cas précis de Barbarie 2.0, le fait que je n'aurais pas envie d'écouter une musique qui lui corresponde. Elle serait sans doute implacable.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
Au delà du thriller qu'est ce roman, une réflexion critique sur le bourrage de crâne des "masses" (dont je suis). J'ai l'impression que l'indémodable formule du poète latin Juvénal "du pain et des jeux" n'a jamais été autant d'actualité. Étrangement, les outils de communication actuels qui peuvent nous aider à réfléchir, à nous ouvrir à la connaissance sont, pour certains, devenus des produits d'anesthésie massive.
Contrairement à l'histoire que met en place Barbarie 2.0, le fait que notre société occidentale soit déboussolée n'est pas du tout le résultat d'une sorte de complot occulte et structuré, avec une "philosophie" déviante derrière. Dans la réalité, le but est simplement de faire le maximum d'argent et il ne s'agit pas là d'un bon ressort pour la fiction. Notre unique importance d'humains se résumerait-elle au fait que nous sommes devenus des portefeuilles à pattes ou des votes que l'on s'efforce d'engranger en période électorale ?

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?
J'écris dans mon bureau, environnée de toiles ou d'objets, tous porteurs d'un bout de ma vie. Je me lève très tôt et suis «en écriture» dès 7 heures du matin. Étant par nature une «marathonienne» (assise), j'apprécie les très longues séances d'écriture. J'aime la sensation d'épuisement qui survient, cette impression de n'être plus que des yeux. Pas de musique de fond. J'aime trop la musique ou l'écriture et la lecture pour les diluer dans une autre forme de concentration. Je n'écoute de musique en travaillant que lorsque je m'attèle à une tâche fastidieuse. La paperasse, par exemple. Sans cela, j'écoute, c'est tout.

7) Comment vous vient l'inspiration ?
C'est très variable en fonction des romans. Il peut s'agir d'une idée ou d'un domaine que je souhaite explorer. Il peut s'agir d'un questionnement, pour lequel je n'ai pas véritablement de réponse, juste des arguments. Parfois aussi d'un fait divers qui m'a bouleversée.
Dans le cas de Barbarie 2.0 j'ai amassé durant deux ans les faits divers illustrant le déferlement de la violence gratuite, insensée, en France et ailleurs. J'ai soudain songé qu'il devait y avoir une ou des causes biochimiques, même s'il en existe d'autres. Je me suis alors plongée dans les neurosciences.


8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ?
Pas du tout. Je voulais devenir vétérinaire ou cantatrice. Ennuyeux puisque je chante affreusement faux. Par un enchainement improbable, dont la rencontre d'un grand chevelu-barbu sur le parvis de Jussieu, je suis devenue chercheuse. Puis, longtemps après, écrivain.
Je n'ai jamais eu de "plan de vie", juste des envies, des passions et des intérêts pour certains domaines. Et lorsque je considère mon cheminement, je ne regrette pas du tout cette absence de schéma directeur, bien au contraire !

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ?
Enfant unique, revêche et peu sociable, j'ai commencé à lire très jeune. Les livres m'ont enseigné la vie et l'état d'humain, de façon assez brouillonne puisque je puisais sans vergogne dans la bibliothèque de mon père, interdite, bien sûr. Mon père était, entre autres, fan de littérature anglo-saxonne, de polars et de SF.
Mon premier choc fut La Plaie de Nathalie et Charles Henneberg, une épopée intergalactique qui convenait à merveille au romantisme échevelé de mes 9-10 ans. Une parabole du fascisme, mais à l'époque je suis passée à côté.
Suivirent Maupassant et son implacable lucidité, Maugham, Tennessee Williams et John Fowles. Marguerite Yourcenar ne devait arriver qu'un peu plus tard dans ma vie, autre choc, autre pouvoir des mots.

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? !
Je sais que j'ai appris à vivre grâce à eux. Il n'est pas un comportement, une réaction personnelle qui ne me rappelle quelques lignes d'un roman, même si j'en ai oublié le titre.
Pour moi, l'écrivain est une sorte d'éponge émotionnelle et de regard qui revient vers le lecteur. C'est aussi un témoin de sensations, de sentiments, de souvenirs, voire de concepts ou de passions. Et même s'il ne permettait qu'une distraction, au sens noble, il aurait amplement rempli sa mission.

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ?
Je me souviens, ado, de cette petite libraire bordélique et de ce libraire génial englouti sous les bouquins. A l'époque, il n'y avait pas d'ordinateur personnel mais il savait tout de ce qui avait été écrit. J'étais entrée intimidée, hésitant à avouer ma passion pour la SF. Il m'avait mis entre les mains La compagnie des glaces. Ha ! Je dois à cet homme tant d'heures de pur bonheur.
Vivant assez éloignée de «la ville», cherchant souvent des ouvrages de référence d'occasion, je ne suis pas anti-enseignes en ligne. Il s'agit alors pour moi d'un achat rapide : je sais ce que je veux.
En revanche, la librairie classique est un lieu de plaisante incertitude. Il se peut que j'aie une idée bien précise en tête lorsque j'y pénètre. Curieusement, je ressors souvent avec 3 ou 4 ouvrages qu'il fallait que je rencontre «physiquement» sur une table ou une étagère, ou qu'un(e) libraire me signale sur le mode : «Ah, ce titre, c'est pour vous !»


  • Les présentations des éditeurs : 19/09/2014

Un avocat général retraité, Thomas Delebarre, est retrouvé sauvagement poignardé dans sa villa de Mougins. On découvre des fichiers pédophiles sur son ordinateur. Son frère ainé, Charles, et sa nièce, femme d'un milliardaire assez mystérieux, exigent que la vérité soit faite.
Aux États-Unis, au Canada, en France, en Belgique, des gens bien sous tous rapports décèdent dans des circonstances ultra-violentes.
Yann Lemadec, diplômé de psychologie et de chimie, devenu analyste au ministère de l'Intérieur, est chargé par Henri de Salvindon, ponte de la DCRI, d'enquêter sur le Pr Alexandra Beaujeu, une ancienne neurologue dont le fils, Colin, âgé de 16 ans a été massacré quinze ans plus tôt par trois délinquants. Tous trois sont morts dans des circonstances troublantes après leur sortie de prison. Or, Thomas Delebarre avait été l'avocat général au procès en appel. On lui avait reproché un réquisitoire que d'aucuns trouvaient trop clément. Cependant, Yann juge la culpabilité du Pr Beaujeu peu probable. En dépit de sa pugnacité, il s'agit d'une femme cassée par le meurtre de son fils. Elle a adopté un petit garçon du Cap-Vert : Grégoire, aujourd'hui 24 ans. Son ex-mari, Terence Osborne, père de Colin, n'a pas pu se remettre de la mort de son fils et a disparu de la circulation.
Artémis une Française et Apollo un Canadien, rythment le roman de leurs échanges via internet : réflexions sur l'actualité ou les changements de civilisation, retranscriptions des conférences d'un neurobiologiste américain mondialement réputé, le Dr Ariel Goldberg.
Yann se fait aider, en cachette, par Lucy Dormois, une analyste informaticienne de l'Intérieur. Il s'interroge sur l'intérêt véritable d'Henri de Salvindon pour cette affaire.
Entre fascination et répulsion, Yann s'approche d'un monde en guerre souterraine, une guerre implacable, où la détermination, l'intelligence et le profit font rage.

Née en 1957, toxicologue de formation, Andrea H. Japp se lance dans l'écriture de romans policiers en 1990 avec La Bostonienne, qui remporte le prix du festival de Cognac en 1991. Aujourd'hui auteur d'une vingtaine de romans, elle est considérée comme l'une des «reines du crime» françaises. Elle est également auteur de nombreux recueils de nouvelles, de scénarios pour la télévision et de bandes dessinées.


  • Les courts extraits de livres : 19/09/2014

Message du 21 juillet 2013, 3 h 57

Artemis, my beloved sister,
Une crise menace. Je la sens tapie au fond de moi, aussi ce message sera-t-il court. Ne t'inquiète pas. Grâce à toi, à nous, je vaincrai à nouveau. La fièvre me fait somnoler, mais m'empêche de dormir. Il fait si chaud, au-dedans de moi et en dehors, que j'ai parfois le sentiment que mes cellules se recroquevillent.
Je suis fatigué et le jour se confond avec la nuit. Ils se mêlent dans une pénombre incertaine, seulement trouée par la luminosité de mon écran d'ordinateur. Les stores sont en permanence baissés. La lumière me blesse, mais l'obscurité m'insupporte.
Je pense infiniment à toi. Je pense à toi à la manière d'un chemin qui jamais ne se déroberait sous mes pas. Ton regard guide ces interminables heures entre chien et loup. Que j'aime cette expression française. Est-ce le chien qui se métamorphose en loup, ou alors rentre-t-il bien vite dans sa niche dès lors que s'annonce le temps du loup ?
Mon unique terreur est de devoir un jour t'abandonner. Elle me ronge mais, au fond, je la préfère à l'ancienne, celle de mourir. Je n'ai plus peur de la mort. Aujourd'hui, je crains seulement que la vie ne me laisse pas assez de temps avec toi.
Penser à toi, à l'autre bout du monde, est devenu une sorte de corde à noeuds. Tant que je ne la lâche pas, rien d'affreux ne peut survenir. Et puis, peut-être parviendrai-je à grimper sur un noeud supérieur.
Là-haut est la lumière.

Fall is here and winter is coming. It will last.

Je t'aime, Artemis. Prends soin de toi pour moi,

Apollo.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia