Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Couverture du livre L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Auteur : Rosa Montero

Traducteur : Myriam Chirousse

Date de saisie : 06/06/2015

Genre : Romans et nouvelles - étranger

Editeur : Métailié, Paris, France

Collection : Bibliothèque hispanique

Prix : 17.00 €

ISBN : 9791022601641

GENCOD : 9791022601641

Sorti le : 22/01/2015

Plutôt qu'un roman, c'est un récit de vie, et quelle vie que celle de Marie Curie ! Celle d'une femme qui, avant l'heure, s'est efforcée d'être une épouse, une mère, menant de front une carrière professionnelle. Celle d'une femme brillante qui, à l'orée du XXe siècle, révolutionna la science par sa découverte du radium.
Mais nulle technicité dans ce texte, plutôt l'exploration d'une humanité. L'écrivain y précise les sources de ce récit singulier : une commande, et la découverte du journal que Marie Curie a tenu pendant l'année suivant le décès de son époux Pierre. Elle-même vient de perdre son compagnon, et l'on voit très vite se dessiner une ressemblance, à un siècle d'intervalle, entre la femme de sciences et celle de lettres qui la raconte.
Néanmoins, rien de morbide ou de complaisant. Rosa Montero nous offre ici, dans sa langue si singulière, une méditation sur le sens d'existences vivantes, certes féminines mais surtout humaines, dans leur humilité et leur grandeur.


Rosa Montero chargée de rédiger une préface au journal de Marie Curie s'est laissée emporter par le tourbillon de la vie de Marie et en nous racontant sa vie, elle nous parle aussi d'elle-même et le lecteur se retrouve entraîner avec bonheur au coeur de ces deux vies. Elle nous parle évidemment de la volonté extrême de Marie, de son amour puissant pour Pierre et pour la science qu'elle plaçait au-dessus de tout, de la science et de la radioactivité, de l'exil et des difficultés rencontrées, de la place de la femme, d'amour, de son rôle de mère, des relations enfants-parents en Pologne et en Espagne, de souffrances et de combats, de la mort d'un époux... Ces deux femmes ont partagé beaucoup d'expériences similaires, et Rosa Montero raconte tout, enfin presque, puisqu'elle gardera le silence à propos de Pablo ? Deux femmes hors norme, un texte étonnant et attachant, qui aborde des thématiques toujours très contemporaines, éclairé par une écriture vivante et enjouée qui happe le lecteur dès les premières lignes.


  • Les présentations des éditeurs : 07/02/2015

Chargée d'écrire une préface pour l'extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de Pierre Curie, Rosa Montera s'est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l'analyse de notre époque et l'évocation intime. Elle nous parle du dépassement de la douleur, de la perte de l'homme aimé qu'elle vient elle-même de vivre, du deuil, de la reconstruction de soi, des relations entre les hommes et les femmes, de la splendeur du sexe, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l'ignorance, de la force salvatrice de la littérature et de la sagesse de ceux qui apprennent à jouir de l'existence avec plénitude et légèreté.
Vivant, libre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d'anecdotes et d'amitiés nous plonge dans le plaisir primaire qu'apporte une bonne histoire. Un récit sincère, émouvant, captivant dès ses premières pages. Le lecteur sent, comme toujours avec la vraie littérature, qu'il a été écrit pour lui.

«Rosa Montero aime le risque (...) et elle risque tout pour que nous nous remettions à croire aux relations entre le langage et la réalité, au pouvoir des mots.»
Enrique Vila-Matas

Rosa Montero est née à Madrid où elle vit. Après des études de journalisme et de psychologie, elle travaille au journal El Pais. Best-seller dans le monde hispanique, elle est l'auteur de plusieurs romans traduits dans de nombreuses langues, parmi lesquels La Fille du cannibale (Prix Primavera et best-seller en Espagne), Le Roi transparent et Des larmes sous la pluie.



  • La revue de presse Didier Jacob - L'Obs du 5 février 2015

Dans un livre radioactif, la grande romancière madrilène Rosa Montero rend hommage à cette "mutante" qui fut "une pionnière absolue"...
C'est (...) une évocation romanesque du génie de Marie Curie, femme «imbattable» dont Rosa Montero explore avec délectation l'intelligence sans limite, retraçant son enfance difficile (elle dut apprendre en cachette l'histoire polonaise, dans un pays où l'apprentissage du russe était le seul autorisé, puis passa un pacte avec sa soeur pour que chacune, à tour de rôle, puisse partir étudier à Paris)...
Au fil de ce récit profondément humaniste, l'auteur du «Territoire des barbares» raconte, au miroir de celui de Marie, son parcours propre - celui d'une féministe convaincue, pur produit de la contre-culture des années 1970.


  • La revue de presse Stéphanie Dupays - Le Monde du 26 février 2015

Livre hybride mêlant au récit de la vie de Marie Curie une méditation sur les expériences qui gouvernent une existence, L'Idée ridicule de ne plus jamais te revoir prend l'allure d'une discussion à bâtons rompus. On suit avec plaisir Rosa Montero dans sa découverte de Marie Curie et des ­aspects les moins connus de son parcours.


  • Les courts extraits de livres : 07/02/2015

L'ART DE SIMULER LA DOULEUR

Comme je n'ai pas eu d'enfants, ce qui m'est arrivé de plus important dans la vie ce sont mes morts, et je veux dire par là la mort de mes êtres chers. Vous trouvez ça lugubre, peut-être même morbide ? Je ne le vois pas comme ça, bien au contraire : pour moi c'est tellement logique, tellement naturel, tellement vrai. C'est seulement lors des naissances et des morts que l'on sort du temps : la Terre stoppe sa rotation et les futilités pour lesquelles nous gaspillons nos journées tombent au sol comme des poussières colorées. Quand un enfant vient au monde ou qu'une personne meurt, le présent se fend en deux et vous laisse entrevoir un instant la faille de la vérité : monumentale, ardente et impassible. On ne se sent jamais aussi authentique que lorsqu'on frôle ces frontières biologiques : vous avez clairement conscience d'être en train de vivre quelque chose de très grand. Il y a bien des années, le journaliste Iñaki Gabilondo m'a dit dans une interview que le décès de sa première femme, morte très jeune des suites d'un cancer, avait été très dur, certes, mais également ce qu'il avait vécu de plus transcendant. Ses paroles m'avaient impressionnée : en fait, je m'en souviens encore, alors que j'ai une confuse mémoire de moustique. A l'époque, j'avais cru bien saisir ce qu'il voulait dire, mais après en avoir fait l'expérience, j'ai mieux compris. Tout n'est pas horrible dans la mort, bien que ce soit dur à croire (je m'étonne de m'entendre dire ça).
Mais ce livre n'est pas un livre sur la mort.
En réalité, je ne sais pas bien ce qu'il est, ou ce qu'il sera. Il est là maintenant au bout de mes doigts, à peine quelques lignes sur une tablette, un amas de cellules électroniques encore indéterminées qui pourraient très facilement avorter. Les livres naissent d'un germe infime, un oeuf minuscule, une phrase, une image, une intuition, et ils grandissent comme des zygotes, organiquement, cellule après cellule, en se différenciant en tissus et en structures de plus en plus complexes, jusqu'à devenir une créature complète et souvent inattendue. Je vous avoue que j'ai une idée de ce que je veux faire avec ce texte, mais est-ce que le projet se maintiendra jusqu'au bout ou est-ce que quelque chose d'autre apparaîtra ? Je me sens comme le berger de cette vieille blague qui sculpte distraitement un morceau de bois avec son couteau, et qui, quand un passant lui demande : "Mais vous faites la figure de qui ?", répond : "Eh bien, s'il a de la barbe saint Antoine, sinon la Sainte Vierge."
Une image sacrée, dans tous les cas.
La sainte de ce livre est Marie Curie. J'ai toujours trouvé cette femme fascinante, comme pratiquement tout le monde d'ailleurs, car c'est un personnage hors norme et romantique qui semble plus grand que la vie. Une Polonaise spectaculaire qui a été capable de remporter deux prix Nobel, le Nobel de physique en 1903 avec son mari, Pierre Curie, et le Nobel de chimie en 1911, en solitaire. En fait, dans toute l'histoire des Nobel, seules trois autres personnes ont réussi à obtenir deux récompenses : Linus Pauling, Frederick Sanger et John Bardeen, et seul Pauling l'a fait dans deux catégories différentes, comme Marie. Mais Linus a remporté un prix de chimie et le Nobel de la paix, et il faut bien reconnaître que ce dernier a beaucoup moins de valeur (comme chacun sait, on l'a même donné à Kissinger). Autrement dit, Marie Curie reste imbattable.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia