Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Atlas de l'Empire napoléonien, 1799-1815 : vers une nouvelle civilisation européenne

Couverture du livre Atlas de l'Empire napoléonien, 1799-1815 : vers une nouvelle civilisation européenne

Auteur : Jean-Luc Chappey | Bernard Gainot

Préface : Jean-Paul Bertaud

Illustrateur : cartographie de Fabrice Le Goff

Date de saisie : 17/03/2015

Genre : Histoire

Editeur : Autrement, Paris, France

Collection : Atlas. Mémoires

Prix : 19.90 €

ISBN : 9782746740785

GENCOD : 9782746740785

Sorti le : 25/02/2015

  • Les présentations des éditeurs : 26/09/2015

«De la volonté de civiliser à celle de domestiquer les peuples, le rêve impérial s'est transformé en entreprise de domination au bénéfice des intérêts français.»

Plus de 100 cartes et infographies pour comprendre une période charnière de l'histoire de France et de l'Europe, depuis la construction de l'Empire, jusqu'à son effondrement.

° Une analyse fine et contrastée du projet politique de Napoléon, officiellement inspiré des Lumières mais bâti sur la conquête et le contrôle autoritaire des populations.
° Dynamiques démographiques, sociales, économiques et culturelles : un tour d'horizon des bouleversements de l'époque.
° Un héritage pérenne : création du Code civil, développement des voies de communication, réformes de l'administration, modernisation des villes, essor de Paris en capitale impériale...

Deux siècles après Waterloo et la chute de l'Empire, cette nouvelle édition dresse le juste portrait d'une époque, au plus près des populations.

Jean-Luc Chappey est maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l'Institut d'histoire moderne et contemporaine et chercheur associé à l'Institut d'histoire de la Révolution française.

Bernard Gainot est maître de conférences honoraire en histoire moderne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur associé à l'Institut d'histoire de la Révolution française.

Jean-Paul Bertaud, le préfacier, est professeur émérite de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur honoraire des Annales historiques de la Révolution française.

Fabrice Le Goff, cartographe indépendant, a conçu et réalisé les cartes de cet atlas.


  • Les courts extraits de livres : 26/09/2015

INTRODUCTION

De la «politique de civilisation» à la domestication des peuples

Des débats préparant le sénatus-consulte du 18 mai 1804 au sacre de Bonaparte en décembre, la notion d'Empire envahit l'espace des discours politiques et, plus largement encore, le champ des productions intellectuelles et artistiques. La mythologie construite autour du personnage de Napoléon Bonaparte se renforce et se transforme : le «sauveur» et «héros» passe du statut d'imperator, c'est-à-dire de chef de guerre victorieux, à celui d'empereur, chef suprême de l'État. Outre le renforcement du pouvoir personnel en France, ces années se caractérisent aussi par la domination sur des peuples étrangers, provoquant des bouleversements complets qui marqueront durablement leur histoire et leur mémoire.

S'écartant des aspects strictement militaires, cet ouvrage entend faire le point sur les nombreuses et diverses conséquences de cette extension territoriale de l'Empire et sur le projet politique auquel elle a donné corps. Mais est-ce bien un réel projet ou un rêve impérial ? C'est a posteriori, dans les divers écrits et confessions de Sainte-Hélène, que, vaincu, Napoléon Bonaparte cherchera à conférer une unité à son aventure européenne en revendiquant un héritage des Lumières et une continuité avec la Révolution dont il semble pourtant se détacher en France. Durant les Cent-Jours, il revient sur cette idée de continuité et rappelle que son objectif était d'organiser «un grand système européen, [...] conforme à l'esprit du siècle et favorable aux progrès de la civilisation».

C'est sans doute, comme y invitent les auteurs, en décentrant le regard porté sur les territoires européens et en croisant les échelles d'analyse qu'il est possible de revisiter ce projet impérial dont le caractère pragmatique ne doit pas être minoré. Entre système fédératif et Empire-nation, une logique de construction territoriale semble en effet particulièrement délicate à trouver. Ce projet est largement appuyé sur l'armée et l'administration issue des transformations révolutionnaires. Au-delà de la politique de modernisation des voies de communication, qui renforce la mobilité des informations, des hommes et des produits, l'entreprise de statistique départementale ou la mobilisation de la géographie participe d'une certaine modernité d'un État dont les serviteurs, répartis dans les différentes parties d'un espace de plus en plus étendu, cherchent à unifier les territoires et à détruire les particularismes. Érigée en capitale européenne, foyer de la civilisation, Paris devait favoriser la fusion des élites et des peuples européens, pour former les différentes parties d'un même corps.

En Hollande, en Italie, en Westphalie, puis en Espagne, les souverains sont ainsi appelés à appliquer le «Code du siècle», mais aussi à détruire les anciens abus, à introduire les nouvelles impositions et la conscription, à créer des départements et des préfectures, à aliéner les biens du clergé, à imposer le divorce, à rétablir les finances et à réformer la justice. Nombreux ont été ceux qui, anciens patriotes bataves ou italiens, ont applaudi à cette entreprise et ont accueilli les armées et les fonctionnaires français à bras ouverts, l'Empire apparaissant comme un rempart face à la contre-révolution et comme une promesse d'émancipation. Or, l'introduction du Code civil, la francisation des élites et des pratiques administratives, les dispositions économiques provoquent progressivement l'hostilité puis les résistances.

De l'unité à l'uniformité, de la volonté de civiliser à celle de domestiquer les peuples, le rêve impérial se transforme en entreprise de domination des peuples au bénéfice des intérêts français, les populations des États sous contrôle subissant les mêmes formes de pouvoir et de contraintes que celles qui pèsent, en France, sur les catégories populaires. Progressivement, les agents chargés de mettre en place le nouvel ordre cristallisent l'hostilité des élites et des populations qui se lèvent contre ce nouvel impérialisme français. Les insurrections espagnoles, calabraise et tyrolienne témoignent de cette hostilité qui se traduit aussi, chez certains intellectuels, par une invention des traditions, un passé censé conférer aux nations des fondements solides pour résister à l'Empire français.

L'antipathie pour la France impérialiste née de la Révolution est-elle pour autant à l'origine de l'éveil des nationalités ? Il faut être prudent face à ces oppositions hétérogènes dues tout autant aux mesures fiscales et militaires qu'aux attachements séculaires à l'Église ou aux dynasties traditionnelles. Les questions restent encore nombreuses sur la réception en France et en Europe d'un régime qui se prétend héritier de la Révolution, sur la construction des identités individuelles ou nationales à l'oeuvre dans les processus de refus ou d'adhésion. Cet ouvrage entend apporter un éclairage original sur ces aspects.

Jean-Luc Chappey
Bernard Gainot


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia