Recherche






Recherche multi-critères

Participez à la vie du site

Editeurs, auteurs, valorisez vos livres

Libraires, partagez vos découvertes

Inscrivez-vous à la Lettre des Libraires.

A ne pas manquer

Liliane Zylberstein est allée très loin dans ses souvenirs...

Patrick deWitt vit actuellement à Portland, Oregon.

9782738137975

l'essai biographico-poético-philosophique d'Olivier Haralambon est d'une précision, d'une passion et d'une profondeur extrêmes...

Rotraut Susanne Berner est née à Stuttgart en 1948

Jeanne Benameur creuse son oeuvre dans les silences

Olivier Haralambon

est écrivain, philosophe et ancien coureur

Joséphine Johnson

est née en 1910 à Kirkwood, dans le Missouri.

Alex Capus

est né en Normandie en 1961, d'un père français et d'une mère suisse

Aki Shimazaki

vit à Montréal depuis 1991

Rebecca Lighieri

publie aussi sous le nom d'Emmanuelle Bayamack-Tam.

Viken Berberian

dessine un portrait grotesque de notre monde.

Claudia Piñeiro

est née dans la province de Buenos Aires

Anna Gavalda

nous touche en plein coeur

François

est le premier pape jésuite et latino-américain de l'histoire

Pascal Quignard

a obtenu le prix Goncourt en 2002 pour Les Ombres errantes

Née en 1962 en Écosse,

Ali Smith est l'auteur de plusieurs romans

Louis-Philippe Dalembert

est lauréat du Prix France-Bleu/Page des libraires 2017

Francis Scott Fitzgerald

fut un nouvelliste hors pair

Fanny Dreyer

est née à Fribourg en Suisse Romande.

Sema Kaygusuz

écrit avec un scalpel

Hervé Le Bras

est un homme de culture, ouvert au monde et à ses mutations

Philippe Priol

est né à Rouen

Agustin Martinez

publie un roman puissant, âpre et vertigineux

Gabriel Fauré

fut le compositeur de l'inouï.

Jean-Louis Fetjaine

est un auteur incontournable pour les amateurs de fantasy.

Loïc Demey

est né en 1977 à Amnéville (Moselle)

Eric Vuillard

raconte les coulisses de l'Anschluss

Giorgio Van Straten

est né à Florence, en 1955

Lucie Desaubliaux

vit à Rennes

Laurent Chalumeau

est l'ancien complice d'Antoine de Caunes

Jean-Pierre Rioux

transmet la connaissance.

Michèle Lesbre

raconte la "Robin des bois bretonne"

Lee Martin

a su créer un monde d'une douloureuse beauté

Michel Onfray

est philosophe, écrivain

Loïc Merle

questionne le sens de la vie

Dominique Fabre

est un rêveur mélancolique

Etienne Perrot

a dédié son oeuvre à l'accomplissement intérieur

C.G. Jung

fut médecin de l'âme

Delphine de Vigan

aime le concerto pour 4 pianos de Bach

Le Cycle d'Oz

fait partie du patrimoine littéraire américain

Delphine de Vigan

et la force mystérieuse (prix Renaudot 2015)

Toni Morrison

est entourée d'artistes contemporains - musiciens, plasticiens, metteurs en scène

Pascale Gautier

partage l'émotion...

Patrick Weil

prend à contre-pied bien des croyances...

Sonja (prononcer Sonia) Delzongle

est auteur de thrillers et va chercher son pain presque tous les jours...

Pour Tristan Savin

le pays de la littérature est aussi celui de la géographie...

l'Australienne Cate Kennedy

compose une partition émouvante sur le choc des générations...

António Lobo Antunes

est l'une des grandes figures de la littérature contemporaine...

Didier Cornaille

est paisible retraité atteint d'une addiction grave à l'écriture...

Adrian McKinty

dans la rue entend des sirènes...

Vincent Lodewick «Dugomier»

est un scénariste de bande dessinée heureux...

Pierre Grillet

lui aussi écrit des chansons de rêve...

A. M. Homes

a reçu pour ce livre le Women's Prize for Fiction 2013...

Valérie Zenatti

reçoit le 41ème Prix du Livre Inter...

Gaëlle Nohant

reçoit le Prix du Livre France Bleu - Page des Libraires...

Rosine Crémieux

résistante dans le Vercors à 16 ans, est rééditée par Anne-Laure Brisac...

Sébastien Raizer

est Cofondateur des éditions du Camion Blanc, traducteur et auteur à la Série Noire...

Jean-Marc Héran

raconte Brel...

Michel Serres

invite ­à inventer, à prendre des risques...

A.M. Homes

fait preuve d'une belle fantaisie...

Marido Viale

Dort beaucoup, et rêve...

Annie Ernaux

a l'impression d'écrire même quand elle n'écrit pas...

Liliane Zylberstein

est allée très loin dans ses souvenirs

Application pour smartphones,
avec Orange et Big5media

Découvrez sur votre mobile (iPhone, Android ou Windows Phone), en exclusivité, les choix des libraires, le courrier des auteurs, la revue de presse des livres, les paroles d'internautes, et des milliers d'extraits de livres.

Le Choix des Libraires sur iDevice

Les choix des libraires sur Android

Les choix des libraires sur Windows Phone

.. Un endroit d'ou partir, 1. Un vélo et un puma

Couverture du livre Un endroit d'ou partir, 1. Un vélo et un puma

Auteur : Aurelia Jane Lee

Date de saisie : 25/04/2016

Genre : Romans et nouvelles - français

Editeur : Luce Wilquin, Avin, Belgique

Prix : 20.00 €

ISBN : 9782882535207

GENCOD : 9782882535207

Sorti le : 05/04/2016

  • Les présentations des éditeurs : 25/04/2016

Enfant trouvé, Juan Esperanza Mercedes de Santa Maria de los Siete Dolores grandit au sein d'un couvent, où la jeune soeur Mercedes s'occupe de lui comme le ferait une mère. A neuf ans, complètement perdu après une balade à vélo, il atterrit dans une hacienda, où il devient l'élève de Don Isaac, un homme érudit au passé mystérieux, qui va lui transmettre sa passion pour la peinture.
On ne saura jamais qui était la mère de Juan ni pourquoi elle l'a abandonné. Et toute sa vie, Juan sera marqué par les ruptures, les doutes et les remords. Doté d'un coeur généreux et d'un immense talent, il sera un artiste visionnaire, toujours en quête de réponses et plein de sensibilité. Il séduira bien des femmes et transformera leur vie, les initiant - bien malgré lui parfois et sans le savoir - à la maternité, à la créativité artistique et à la liberté d'esprit.

Née en 1984, Aurelia Jane Lee possède un master en communication et a également étudié la philosophie. Elle vit et travaille à Bruxelles. Elle s'est fait connaître en 2006 avec un premier roman intitulé Dans ses petits papiers. Un endroit d'où partir, son huitième opus, dévoile une nouvelle facette de son imagination et entraîne le lecteur dans une véritable saga en trois volumes, au coeur d'une Amérique latine fantasmée, romanesque et un brin épique.


  • Les courts extraits de livres : 25/04/2016

Juan Esperanza Mercedes de Santa Maria de los Siete Dolores avait pour surnom Juan del Convento parce qu'il avait passé les premières années de sa vie dans un couvent. On ne savait ni où ni quand exactement il était né. Probablement à la fin de la saison sèche, et dans les environs de l'église Santa Maria de los Siete Dolores, dans l'entrée de laquelle la mère Esperanza, alors âgée de soixante-quatorze ans déjà, le trouva un beau matin de mars. Son petit corps nu était emmailloté dans un immense drap de lit qui avait dû un jour être blanc; il hurlait de faim. La mère Esperanza, désemparée, l'avait emmené au couvent en se bouchant les oreilles et le nez avec toute la force du Saint-Esprit, ses doigts n'étant pas libres et le petit - Dieu seul savait depuis combien de temps il était là - ayant souillé le drap.
Lorsque la mère Esperanza était entrée dans la salle à manger avec son paquet de linge jauni et malodorant, les autres avaient tout de suite su qu'il y avait quelque chose d'inhabituel, parce qu'un ballot de draps sales, en aucun cas, ne glapit ni ne s'étouffe en sanglots. La petite chose braillarde et son excrétion puante furent déballées au centre de la table, entre le pot de beurre et le sucrier, et de nombreuses mains s'employèrent à laver l'enfant avec des chiffons doux passés à l'eau froide, comme on aurait nettoyé un petit Jésus de céramique dans l'intention de préparer la crèche. La petite chose avait une autre petite chose entre les jambes qui fit qu'on décida de l'appeler Juan, comme l'apôtre préféré du Christ, qui lui était resté fidèle jusqu'au bout. Un prénom est en effet chose bien commode pour désigner un être vivant.
Loin d'être en céramique, Juan pleurait de plus belle, laissant voir sa petite langue toute tremblante. Il était le seul qui avait encore faim, l'odeur et la vue de ses étrons ayant coupé l'appétit de toutes les soeurs interrompues en plein petit-déjeuner. On s'occupa donc de trouver rapidement au village une femme qui avait du lait afin de faire taire ses cris et de rassurer la mère Esperanza, qui s'inquiétait en le voyant hoqueter et virer cramoisi. Manifestement, il lui restait tout de même quelques forces.
Une fois rassasié, Juan adressa pendant deux secondes un regard tout étourdi à la soeur Mercedes, la benjamine de la communauté, qui l'avait repris des bras de la nourrice, puis, comme assommé, il ferma les yeux et s'endormit pour quelques heures, pendant lesquelles la vie au couvent reprit quasiment son cours normal. La nourrice, qui avait chez elle deux autres enfants non sevrés, ne pouvait rester à demeure et dut, à partir de ce jour, passer régulièrement au couvent donner le sein à Juan. Elle comptait les coups au clocher de Santa Maria de los Siete Dolores pour savoir quand venir et repartait aussitôt sa tâche accomplie. Heureusement, elle n'habitait pas loin du tout.


- Informations légales - Programmation : Olf Software - Accessibilité, CSS et XHTML : Gravelet Multimédia